dimanche 18 septembre 2016

Haïti - Élections : Le CEP met en garde les perturbateurs.-


18/09/2016 09:09:08

Dans un communiqué d’avertissement, le Conseil Électoral Provisoire (CEP), suite aux incidents survenus vendredi, dans les départements de l’Artibonite (Gonaïves) et du Nord (Cap-Haïtien), rappelle aux partis et groupements politiques, candidats et sympathisants, l’obligation qui leur est faite de conduire leur campagne de façon pacifique, dans le respect de la loi.

Le Conseil, d’aucune manière, ne tolérera que des perturbateurs, qu’ils soient candidats ou partisans de candidats, de partis ou groupements politiques puissent agresser des compétiteurs ou perturber leur rassemblement public.

Le CEP, pour l’édification des concernés, reproduit in extenso les dispositions de l’article 119 du Décret électoral du 2 mars 2015, traitant du non respect des règles de la campagne électorale :

« En cas de flagrance et de récidive, le Conseil électoral provisoire prend toutes les mesures conformément au présent Décret, aux fins de :

a) Se prononcer de façon célère sur tous les cas de violence constatés ;

b) Radier de la liste des candidats agréés tous ceux reconnus coupables, sous réserve de toute action judiciaire à intenter par la partie lésée ;

c) Suspendre de toutes compétitions électorales, pour une période allant jusqu’à cinq (5) ans, les partis ou groupements politiques reconnus coupables. »

Par ailleurs, le CEP appelle les forces de l’ordre à s’assurer du respect par les acteurs concernés des mesures adoptées par la Police Nationale d’Haïti (PNH), pour le déroulement pacifique de la campagne électorale.

« Ce présent communiqué tient lieu d’avertissement ».

Rappel des incidents en causes :
Vendredi aux Gonaïves, la présence d’Aristide a créée une vive tension dans la ville, obligeant la caravane de la candidate Maryse Narcisse à modifier son itinéraire pour éviter le quartier Raboteau où des manifestants s’apprêtaient à accueillir l’ex Président avec violence. Sur l’Avenue des Dattes, des jets de pierres sur l’arrière de la caravane de la candidate ont été rapportés.

Au Cap Haïtien, la caravane de campagne a été accueilli par des manifestants en colère, se disant partisans de Jean Charles Moïse, qui ont provoqué par leur perturbation, un retard de près de 3 heures dans l’intervention publique de l’ex Président Aristide, à l’issue de laquelle il a eu son malaise… http://www.haitilibre.com/article-18642-haiti-flash-l-ex-president-aristide-pris-d-un-malaise-au-cap-haitien.html 

HL/ S/ HaïtiLibre
Enregistrer un commentaire