samedi 8 octobre 2016

Cyclone Matthew Haiti : Le dernier rapport de Food for the Poor sur la situation.-

Il est 4:00 PM le 8 octobre 2016 #MatthewHaiti
1. Comme annoncé ce matin, Les communications téléphoniques sont rétablies avec la Grande Anse depuis hier soir. Les réseaux sont cependant congestionnés et les Grands Anselais n’ont pas d’énergie pour recharger leur téléphones.
2. Food for the Poor a concentré tous ses efforts aujourd’hui sur la Grande Anse.
3. L’entrepreneur qui nous avait assuré qu’il pouvait transporté nos marchandises s’est dédit. Nous avons 8 conteneurs chargés de riz, de pois, de protéines à base de soja, de vêtements et de médicaments prêts à être expédiés et des irresponsables qui font des promesses qu’ils ne respectent pas. Nous négocions avec une autre compagnie en espérant que demain les conteneurs partiront.
4. 3 techniciens de Water Missions sont arrivés en avion à Jérémie pour effectuer un sondage des meilleurs sites où les unités de traitement d’eau seront installées. Nous essayons de trouver le meilleur moyen d’envoyer les unités mais toujours en face de problème logistique de taille, nous essayons d’envisager de les envoyer par la route. SI nous réussissons, elles seront installées en 3 jours.
5. 4 unités de traitement d’eau ont été envoyées dans le Sud. À 1 :00, le camion les transportant avait franchi le passage à gué de la Rivière La Digue. Dieu voulant, 2 unités seront installées aux Cayes, une à Torbeck et la troisième à Port-Salut d’ici Mercredi.
6. Les choses ne sont pas faciles car les camions commencent à être attaqués particulièrement à Beaumont
7. Notre équipe dépêchée dans la Grande Anse par hélicoptère est revenue saine et sauve. En raison de rareté de carburant, ils n’ont pu que survoler la côte Nord du département et se sont posés au retour à Pestel. Les conclusions de leur visite sont les suivantes :
• Les villes et villages longeant la côte sont complètement dévastés
• Les productions animale et végétale ont été complètement ravagées. Le seul animal remarqué a été un chat domestique.
• Les mangroves ont perdu leur couleur verte comme si elles avaient été brûlées. Si elles meurent, ce sera la mort de tout un écosystème entraînant une disparition totale de la reproduction des poissons.
• Une érosion marine massive puisque les rivières continuent d’ensabler les fonds marins désertés par les poissons de roche
• Une disette qui pointe son nez et risque de se transformer en famine.
• Comme à l’accoutumée le marché du samedi a eu lieu à PEstel mais il y a eu une absence remarquée de produits vivriers et céréaliers
• Une augmentation des prix compliquée par une absence de revenu chez une population déjà vulnérable.
• Des citoyens apeurés, zombifiés et livrés à eux-mêmes.
• Des enfants qui n’ont pas tout à fait mesuré l’ampleur de la catastrophe car ils ont encore tout le sourire de leur innocence.
• Des propos qui nous laissent croire que la situation en dehors est encore pire.
• Tous les villages de pêche de Food for the Poor ont été détruits et devront être complètement rééquipés.
8. En conséquence de ce qui précède, nous suggérons immédiatement une mise en commun des terres ce qui permettrait un seul lot de travaux culturaux (labourage et hersage) et planter des cultures à cycle court 2 mois ½ 3 mois:
• maïs, nous resterions en dehors du petit mil malade ces jours ci.
• culture maraichère, calalou, tomate, poivron chou,
• légumineuse comme haricot noir qui régénèrerait le sol en y attirant l’azote atmosphérique
9. Il faudra refaire les bananeraies pour que dans huit mois nous ayons une meilleure couverture végétale et la possibilité de nourrir la population, de vendre le surplus et la recapitalisation des planteurs.
10. Il faudra remettre sur pied une pépinière d’arbres fruitiers (manguiers, cocotiers, avocatiers, arbres véritables) et établir de grands vergers communautaires.
11. Food for the Poor devra redéployer des DCP (Dispositifs de Concentration de Poissons)
12. Pour la production animale, nous suggérons de choisir deux ou trois localités pour la production avicole (poulets de chair et œufs), d’autres localités pour la production communautaire caprine, bovine et porcine.
13. L’État devra importer du matériel et des équipements agricoles pour rééquiper les unités de production.
14. L’Etat devra importer des semences de bonne qualité (90% de taux de germination) et les distribuer gratuitement aux planteurs.
15. Il y a un déficit alimentaire qui va durer au moins 6 mois, car en sus des pertes actuelles, nous allons avoir 3 mois de sécheresse de Janvier à Mars.
16. L’État devra organiser une opération coup de poing et importer des quantités de nourriture pour palier à la carence de produits alimentaires qu’il distribuera dans un programme de FOOD FOR PRODUCTION pendant lequel la population devra curer les canaux d’irrigation, labourer, herser, désherber et entretenir les jardins mis en commun.
17. L’État devra déplacer les communautés situées sur nos différents bords de mer et les reconstruire à l’intérieur des terres pour éviter des dégâts similaires à l’avenir.
Les stocks de Food for the Poor fondent à vue d’œil. Si vous désirez participer à notre effort, veuillez le faire en utilisant le lien suivant qui va directement à Haïti : https://champions.foodforthepoor.org/fundraise?fcid=793733
Nou gen nan men nou, men nou gen yon Bon Dye ki renmen nou !
Nous allons faire tout ce que nous pouvons faire et laisser le reste à Dieu !
Union de prière en Son Saint Nom !
Enregistrer un commentaire