mardi 21 février 2017

Me Danton Léger a t-il affamé, tué et enterré ses prisonniers? - (Texte de Cyrus Sibert)

[ Comment expliquer l’existence de ressources pour acheter des cercueils, alors qu’il n’y a pas de moyens financiers pour nourrir les détenus? ]
Depuis un an, le Chef du Parquet de Port-au-Prince ne cesse d’enterrer des prisonniers décédés au Pénitencier national. Une initiative louable à première vue, car même les prisonniers ont droit à une certaine dignité.
Ces derniers jours, nous apprenons des décès collectifs parce que les citoyens placés en détention au Pénitencier national ne sont pas nourris. On ne peut que se demander où est passé le budget habituel de l’administration pénitentiaire? Comment expliquer l’existence de ressources pour acheter des cercueils, alors qu’il n’y a pas de moyens financiers pour nourrir les détenus?
Pourquoi le gouvernement Jocelerme-Privert/Enex-Jean-Charles a t-il laissé mourrir de faim plus de 20 prisonniers à la prison civile de la Capitale haïtienne? Comment comprendre ce comportement de Me Danton Léger qui fait toute une publicité en enterrant des prisons qui étaient placés sous sa responsabilité et qu’il a laissé mourrir de faim? Est-ce qu’on ne devrait pas ouvrir une enquête sur ce massacre des prisonniers sous la responsabilité du Chef du Parquet de Port-au-Prince et du Ministère de la justice? Quel est le niveau de responsabilité de la Police Nationale d’Haiti et du Ministère des Finances dans ce crime odieux?
Seul un malade mental peut éprouver du plaisir en s’affichant continuellement avec des cadavres. S’il existe des décès répétés au Pénitencier national, le comportement normal et responsable est d’enquêter sur ce phénomène et d’adopter des mesures de correction pour éviter d’autres cadavres. Mais, le Chef du Parquet de Port-au-Prince y voit une occasion pour se faire plus de visibilité jusqu’à attirer l’attention d’un grand journal américain comme le Washington Post, présentant notre pays comme une entité chaotique incapable de nourrir ses prisonniers. Ces gens font peu de cas de l’image d’Haiti.
On est en droit de se demander s’ils ne sont pas en train d’éliminer des condamnés témoins dans d’autres dossiers embarrassants, non encore entendus par la justice. Cette mise en scène ressemble étrangement au spectacle des “boat people" des années 90s que Lavalas avait encouragé pour acculer le gouvernement des militaires putschistes.
C’est la raison pour laquelle nous exhortons le Président Jovenel Moise à agir vite pour prendre contrôle effectif de l’Etat. Car, les comploteurs ne chôment pas. Ils ne cesseront de piéger lui et ses alliés politiques.
Une enquête sur les causes réelles de ce meurtre collectif au Pénitencier national est indispensable pour établir les responsabilités et punir les coupables.
Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti // 21 février 2017
reseaucitadelle@yahoo.fr // @reseaucitadelle // WhatsApp: 509-3686-9669
Enregistrer un commentaire