mercredi 6 décembre 2017

Les promesses de lutte contre la corruption des Sénateurs rappellent le “Nouveau contrat social” du “Groupe 184”.-

Les promesses de lutte contre la corruption des Sénateurs rappellent le projet de “Nouveau contrat social” du “Groupe des 184”.-

Il y a de cela 15 ans, des gens de bonne foi de la société civile d’Haiti avaient cru en cette promesse fallacieuse, conçue par des éléments de la classe moyenne et de la bourgeoisie dans l’unique objectif de renverser le pouvoir du Président Aristide, de faire main basse sur l’État et de se partager les ports, les franchises douanières et l’administration publique.

On n’a jamais vu ce “Nouveau contrat social”. Ceux qui promouvaient cette idée, sont assez audacieux pour passer à autre chose, sans fournir des explications à ceux qui ont cru.

C’était de fausses promesses pour mobiliser le plus de naïfs possible en vue d’accéder au pouvoir d’Etat.

Aujourd’hui, nous avons encore une nouvelle promesse en l’air, celle de combattre la corruption. Et quand cela vient de Youri Latortue ou des sénateurs Lavalas, on a le droit d’en douter.

Le coup d’Etat est ainsi planifié :

Il n’y aura pas de rebelles ni de Guy Philippe.

- Les putschistes comptent exploiter la campagne de désinformation menée autour de #Petrocaribe pour provoquer un soulèvement populaire et réaliser un coup d’Etat institutionnel. Ils prennent en exemple, le #GOLPE Brésilien contre Dilma Rousseff, à savoir :

1- Une campagne d’accusation de Corruption;

2- Un parlement qui accuse sans preuve et qui compte renvoyer les accusés devant des Juges partisans — pré-positionnés à dessein dans le système judiciaire par le Sénateur Youri Latortue lorsqu’il était Président de la Commission de justice au Sénat de la République;

3- Une situation de crise provoquée par des manifestations de rue et une mise en accusation entrainant l’incapacité du président de la République à diriger;

4- Un complot du pouvoir judiciaire et des putschistes pour un jugement expéditif, sans preuve réelle;

On rapporte à tort ou à raison que le juge Jules Cantave, Président de la Cour de Cassation, est un cousin de Youri Latortue.

C’est la raison pour laquelle, le slogan à la mode est : “Allez vous défendre devant un juge.”

Le problème en Haïti, c’est que, les crétins prennent tout le monde pour des imbéciles. D’après eux, il suffit qu’ils accusent quelqu’un sans preuve, en falsifiant des documents, comme il l’ont fait dans le dossier de l’UCREF contre le Président Jovenel Moise, pour faire de leur adversaire un inculpé, donc une personne en conflit avec la justice. Le pire, des journalistes qui devraient avoir des notions de base, pour questionner la justesse et la légitimité de leurs accusations, répètent leur ânerie : “Allez vous défendre devant la justice”.

Après, ils utilisent ce mot “inculpé” pour vous pourrir la vie, détruire votre image dans l’opinion publique, en faisant fie du principe de la présomption d’innocence.

Mais, en Haïti, le projet de fomenter un coup d’Etat institutionnel à partir du parlement butte sur un problème constitutionnel de taille :

1- L’article 118 de la Constitution stipule “Chaque chambre a le droit d’enquêter sur les questions DONT ELLE EST SAISIE”.

Ce qui signifie qu’une Chambre ne peut pas s’autosaisir d’un dossier.

2- Au terme de l’article 200 de la Constitution amendée, la Cour des comptes est la seule instance compétente et chargée de faire a posteriori le contrôle administratif et juridictionnel des recettes et des dépenses de l’Etat.

Sans aucun respect pour les intellectuels haïtiens, Monsieur Latortue qui reconnait que - constitutionnellement - il y a un problème de saisine, ose évoquer des plaintes de citoyens et la loi de 2014, comme moyen de saisine du Sénat de la République.

C’est vraiment prendre tout le monde pour des cons.

Le GOLPE de Youri Latortue est dans une impasse. Sa dernière manipulation des 10 Sénateurs en fin de mandat le met à nue. Ses complots sont visibles.

Faut-il signaler que le Président de la République dans son emission télévisée “Pawol Chanjman” a appelé la population au calme, lui demandant de ne pas se laisser manipuler par des corrompus qui cherchent à profiter de sa lutte contre la corruption. Car, il est celui qui concrètement a bloqué plus de 23,000 chèques destinés à enrichir des criminels. Une agence de change a été démantelée, ses responsables ont avoué leur implication dans le détournement des fonds publics depuis plus de 30 ans.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
6 décembre 2017
WhatsApp : 509-3686-9669
@ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
Enregistrer un commentaire