lundi 19 février 2018

Au delà du scandale sexuel @OxfamInHaiti @Oxfam — #Haiti #Pédophilie : Performance ZERO de la justice haïtienne?

Le scandale sexuel @OxfamInHaiti @Oxfam ne doit pas être une opportunité de règlement de compte avec les ONGs, mais il faut en profiter pour résoudre un problème structurel grave : 
1- No “BACKGROUND CHECK” pour les expatriés en mission en #Haiti
2- No “CHILD PROTECTION” or “SAFE GUARDING” policy and procedures; 
3- Aucun programme national de prise en charge globale des victimes (Psychologique, économique, Assistance légale et protection des témoins).

#Haiti #Pédophilie : Performance ZERO de la justice haïtienne? (Texte de Cyrus Sibert)

Après dix (10) années d’expérience dans la lutte contre les pédophiles en Haiti, je n’ai pas en mémoire une seule condamnation de la justice haïtienne contre un étranger.

Quelques exemples:

1- Sept (7) ans après sa condamnation pour abus sexuels contre des enfants de rue au Cap-Haitien, l’américain Douglas Perlitz qui purge une peine de 20 ans de prison aux Etats-Unis n’est toujours pas condamné par la justice haïtienne.

La Brigade pour la Protection des Mineurs de la Police Nationale d’Haiti (BPM/PNH) avait pourtant transféré son dossier à la justice haïtienne. Le dépôt officiel a été fait en 2009, au Tribunal Civil de Cap-Haitien.

Ce qui signifie, qu’après avoir purgé sa peine aux Etats-Unis, Douglas Perlitz pourra revenir en Haiti tranquillement et reprendre du service pour le malheur des petits enfants haitiens, puisqu’il n’existe aucune condamnation contre lui dans ce pays; et cela, même par contumace.

2- John Duarte, un ex-prêtre Catholique qui a abusé des enfants dans la localité de Labadie, au Cap-Haitien, puis condamné au Canada, peut revenir tranquillement en Haiti, sans aucun problème. Car, il n’existe aucune condamnation contre lui en Haiti.

C’est aussi le cas pour tous les étrangers, condamnés dans leur pays, parce qu’ils ont abusé des enfants haitiens en Haiti.

3- Ce mois de décembre 2017 marque la deuxième (2) année depuis qu’un procès contre Michael Geilenfeld, accusé d’abus sexuels sur des mineurs, est bloqué à la Cour d’Appel de Port-au-Prince.

Durant le procès, des employés de l'orphelinat Saint-Joseph que dirigeait cet ancien missionnaire américain, avaient averti que jamais leur patron Geilenfeld ne se présentera devant les juges de la Cour d’Appel de Port-au-Prince.

Eh bien, “chose dite, chose faite”, comme par magie, après l’audition des témoins, alors que le Tribunal s’apprêtait à citer l’accusé à comparaitre, le procès est bloqué. Michael Geilenfeld a eu le temps de se réfugier en République Dominicaine d’où il continue de rencontrer des jeunes haitiens.

Telle est la réalité de la justice haïtienne. 
Le dossier Kaliko Beach est un cas de plus qui prouve le niveau de nullité de cette justice quand il s’agit de statuer sur des accusations de pédophilie et/ou d’abus sexuels sur mineurs.

À @ReseauCitadelle, nous prenons le temps comme allié sûr. Alors que nos concitoyens indigènes n’arrivent pas à se sentir indignés du fait que des enfants de leur nation soient traités comme des esclaves sexuellement sur la terre de Dessalines, dans le monde entier, les gens civilisés se révoltent contre le harcèlement, les viols et les abus sexuels. Sur le dossier spécifique de Michael Geilenfeld, un ancien agent spécialement américain qui a enquêté au niveau mondial, sur des cas de terrorisme, de blanchiment d’argent, de fraudes, de trafic humain et de pédophilie vient de corroborer les faits et accusations d’abus sexuels qui pèsent contre lui. Ce qui pousse l’ex-agent spécial du Homeland Security à déposer un compte-rendu d’enquête sous la forme d’un Affidavit devant un Tribunal de Portland, Maine.

[ Lisez l’affidavit : https://www.slideshare.net/reseaucitadelle/affidavit-of-a-former-homeland-security-investigator-bring-more-accusations-against-michael-geilenfeld ]

Encore une fois, la justice américaine, plus civilisée, devancera celle d’Haiti; ce qui une fois de plus, projettera notre vraie image.

En plus du fait que l’organisation des Nations Unies a mis les professionnels haitiens du Droit sous-tutelle avec la MINUJUSTH, les dominicains exigent de plus en plus le transfert des accusés vers leur territoire. Et, cela ne se limite pas aux citoyens dominicains emprisonnés en Haiti pour des crimes commis en Haiti, mais les dominicains exigent le transfert de ressortissants haitiens pour être jugés en République Dominicaine. Le dernier en date est ce citoyen haitien arrêté en Haiti, avec l’appui de la PNH, pour un crime commis en République Dominicaine. La situation est grave; et, nous dotons que le CSPJ en soit conscient.

Nous en profitons pour rappeler que l’exploitation sur mineurs et l’homosexualité forcée remontent au temps de la colonie esclavagiste française. On utilisait ces pratiques pour humilier de jeunes esclaves et ceux qui apparaissaient comme des leaders nés, capables d’influencer. On se demande si dans notre structure mentale, séquelle de l’esclavage, nous ne trouvons pas ces pratiques, normales?

Rappel des allégations accusant Monsieur Geilenfeld d’abus sexuels sur des enfants haitiens:
- Boston (USA), 1987
- Haiti et USA, 1990
- Detroit (USA), 1995
- Angleterre et Haiti, 1997
- Haiti 1999
- Haiti et USA, 2006 -2007
- Haiti, 2011

En janvier 2011, des jeunes de Saint-Joseph ont appelé, Cyrus Sibert, à l’aide.

En novembre 2017, Rod Khattabi confirme le travail d’enquête de Cyrus Sibert en apportant plus d’éléments à charge contre Michael Geilenfeld. Ce dernier risque d’être poursuivi par la justice américaine. Pourtant en Haiti, la justice traine les pieds.


L’organisation pédophile américaine NAMBLA avait raison de prodiguer ce conseil à ses membres:

«  For sexual satisfaction, travel once or twice yearly overseas. You might get arrested overseas but the legal consequences will be less serve. »

Lisez : « Child Protection Advocates Write Letter to U.S. Ambassador to Haiti. Call for Investigation of Child Sex Abuse Allegations Against U.S. Citizen, Michael Geilenfeld» , suivi des documents d’archive sur le dossier. http://dossiergeilenfeld.blogspot.com/2011/06/child-protection-advocates-write-letter.html

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
26 décembre 2017
WhatsApp : 509-3686-9669
@ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
Enregistrer un commentaire