lundi 30 juillet 2018

#Haiti - Missionnaires Pédophiles : Le silence des Églises, une insulte aux victimes.- #LeReCit

La liste des missionnaires accusés ou condamnés pour abus sexuels sur des enfants d’#Haiti est longue. Même quand la contribution de la justice haïtienne dans cette lutte est insignifiante — souvent au profit des prédateurs sexuels, chaque semaine, les autorités canadiennes ou américaines, enquêtent, arrêtent et condamnent leurs ressortissants pour abus sexuels sur des mineurs haïtiens.

Des centaines de jeunes victimes sont restés sans secours ni assistance. Les églises locales, catholique ou protestantes, gardent un mutisme révoltant.

Le dernier cas, en date, est ce dossier de Monsieur Jean-Claude Bergeron, un prêtre canadien condamné à une peine de prison pour attouchement sur des enfants canadiens, qui avoue avoir abusé sexuellement des petits garçons haïtiens, lorsqu’il était en mission en #Haiti. A ce moment là, il était membre de la Congrégation Rédemptoriste, une congrégation cléricale de droit pontifical, évoluant sous la supervision de la Conférence des Évêques Haitiens, la plus haute instance de l’Église haïtienne.

Ce nouveau dossier doit permettre de questionner et comprendre les responsabilités au niveau local : quels sont les complices? Quel a été le comportement des supérieurs hiérarchiques face à ce comportement criminel? Qui était au courant de ces abus sexuels sur des enfants haïtiens? Qu’est-ce qui a été fait pour recenser les victimes, les aider à traverser les traumatismes de ces abus sexuels?

Alors que partout dans le monde, l’Église Catholique sous la direction du Pape François 1er, fait des réformes et adopte des mesures pour résoudre ce problème des prêtres pédophiles, en #Haiti, les Evêques pratiquent un mutisme, une omerta qui n’est autre qu’un mépris profond pour les victimes de ces missionnaires pédophiles qui arrivent dans le pays avec la bénédiction, l’appui et le support total des plus hautes autorités de l’Église haïtienne.

Nous allons affronter ce comportement inacceptable, contraindre les responsables haïtiens à assumer leurs responsabilités, jusqu’à imposer des réformes, en termes de :

1-“Child Protection Policy”, Code de conduite protégeant les enfants, applicable aux missionnaires désireux de travailler dans le pays;

2- protocole de prise en charge globale des victimes;

3- obligation de dénoncer les pédophiles, de les rapporter aux autorités policières et de collaborer avec la justice;

4- formation du personnel des Églises sur les dispositions en vigueur, des comportements à adopter, en vue de protéger les enfants et la population en général.

La légitimité sociale du travail missionnaire dépend de la responsabilité — administrative, pénale et civile des religieux suivant leurs actes et les faits qui découlent de leur comportement. Le développement de l’Église en dépend.

Ainsi, déterminons les niveaux de responsabilités au niveau local. L’Église haïtienne ne peut nous faire croire qu’elle est au-dessus de la mêlée.
#LeReCit
Enregistrer un commentaire