Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mardi 24 juillet 2018

Plusieurs cas de gaspillage et de gabegie administrative relevés dans la gestion de l’ancien bureau du Sénat dirigé par Youri Latortue.-


Plusieurs rubriques du nouveau budget du Sénat de la République sont déjà au rouge d’après ce qu’a constaté le nouveau bureau du Grand Corps. En effet, alors que le nouvel exercice fiscal vient de démarrer il y a à peine 3 mois, plusieurs lignes budgétaires du Senat de la République sont déjà presque totalement épuisées. Les plus grandes victimes de ce gaspillage sont les lignes suivantes: “déplacement et frais de séjour a l’intérieur”, “fourniture de produits d’entretien”, “mobiliers et matériels de bureau”, “allocations et assistance sociale”. Cette situation financière désastreuse met à mal le fonctionnement du nouveau bureau qui aura des difficultés à joindre les deux bouts pendant les prochains 9 mois de l’exercice fiscal.

1) On est en droit de questionner et de demander des comptes à l’ancien bureau qui, en 3 mois, a déjà dépensé, $1.2 millions USD sous la rubrique d’allocations diverses et d’assistance sociale.
2) D’octobre a décembre 2017, 30.33 millions de gourdes (près de $500,000 USD) ont été décaissées pour des déplacements et frais de séjour à l’interne, ne laissant que 130 mille gourdes dans la caisse du Sénat pour financer ces activités pendant les 9 prochains mois.
3) L’ancien bureau du Sénat a déjà décaissé en 3 mois, $310 mille USD pour l’achat de produits d’entretien.
4) Plus de 35 millions de gourdes ($565 mille USD), ont déjà été dépensées d’octobre à décembre, pour l’achat de fournitures et matériels de bureau ; Ce qui laisse à peu près 6 millions de gourdes en caisse pour les dépenses du nouveau bureau, pour la période allant de janvier à septembre 2018.
5) L’achat de nourriture a déjà couté le Senat $192 mille USD pendant les premiers 3 mois de l’année fiscale.

Face à un tel constat, une enquête sérieuse devrait être diligentée par les autorités compétentes pour faire la lumière sur ces dépenses excessives et l’utilisation douteuse de ces fonds publics. #LeReCit




Aucun commentaire: