Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mercredi 27 mars 2019

Sommet Trump-Caraïbe : #Haiti a surtout besoin de stabilité; les États-Unis doivent sanctionner les riches oligarques qui financent la violence politique…

Sommet Trump-Caraïbe : #Haiti a surtout besoin de stabilité; les États-Unis @realDonaldTrump doivent sanctionner les riches oligarques qui financent la violence politique…et fragilisent (Undermine) la politique du gouvernement américain...

Demandez à un bourgeois haïtien l’origine de sa fortune, il vous répondra qu’il a travaillé dur, comme ses parents. Il ne vous dira pas si sa fortune est, en grande partie, le fruit des massacres, des guerres civiles, d’exécutions sommaires, de camps de concentration; en un mot : de violation de droits humains, le prix du sang des innocents que ses grands-parents ont fait couler depuis l’indépendance de ce pays.

Si nous condamnons avec le monde le massacre des juifs et toutes les tueries organisées contre les peuples innocents, nous devons dénoncer ce comportement criminel des élites haïtiennes et surtout ceux qui les ont financé et qui continuent de le faire. Car, apporter des moyens financiers et matériels pour la réalisation de massacres fait de quiconque un complice de crimes, donc, un criminel. C’est le cas pour tous les riches qui ont financé la Shoah (le génocide des juifs durant la 2e guerre mondiale) et les massacres au Rwanda.

Loin de nous l’idée de chercher des boucs émissaires. Mais, il est un fait qu’en deux (2) siècles, ce petit jeu criminel qui consiste à inciter les rivalités politiques, à attiser la haine et la violence, à encourager le renversement des pouvoirs publics établis en concoctant des Coups d’État, a couté la vie à plusieurs centaines de milliers de citoyens haïtiens, à de pauvres innocents, des paysans sans défense; sans compter les victimes indirectes.

Le plus révoltant, quand on écoute — aujourd’hui — l’intervention des fils et petits-fils, descendants de ces bourgeois criminels, on se demande s’il ne s’agit pas d’un comportement raciste contre les nègres de la Première République noire indépendante, fondée dans partie occidentale de l’Ile?

Sur la participation financière des commerçants dans le financement des émeutes, des insurrections et/ou guerres civiles, les violations de droits humains, la violence généralisée qui a secoué Haiti, affaiblissant son État tant sur le plan interne qu’externe, Sauveur Pierre Étienne écrit :

“Pour ces commerçants, les émeutes populaires, les incendies, les insurrections et les guerres civiles sont très lucratifs. C’est ce qui explique qu’ils les financent.” p.145

“…les insurrections et les guerres civiles incessantes vont achever de ruiner le pays, mettant à nu l’impuissance de l’État.

…ce militarisme à outrance et cette prolifération de guerres civiles permettent aux trafiquants étrangers de tous poils de réaliser de “bonnes affaires” en vendant des armes et des munitions aux chefs de guerre qui n’ont pour tout projet politique que le système : 
« Ôte-toi de là que je m’y mette ».  Comme ces commerçants vendent parfois à crédit, le succès de ces aventures militaires leur garantit des privilèges illimités au détriment des intérêts du pays.” p.150

“Élites politiques, commerçants-consignataires, représentants du corps diplomatique, puissances étrangères participent au travail de sape du monopole de la contrainte physique de l’État (l’État haïtien n’a plus le monopole de la violence ni de la contrainte physique), condition sine qua non de la centralisation du pouvoir. Le néo-patrimonialisme, la contrebande et la corruption généralisée finiront par devenir à bout du monopole fiscal de l’État (Haiti n’arrive pas à collecter les taxes, impôts et droits de douane qui lui sont dûs).” p.146

Toutes les conditions sont ainsi réunies pour l’occupation américaine, suivie de la mise sous tutelle actuelle de l’ONU.

Aujourd’hui, nous vivons cette même réalité. Des élites politiques qui refusent le jeu démocratique, qui cherchent toutes formes de prétextes pour appeler à des agitations, des commerçants qui financent la violence politique conspirant ouvertement contre la politique de stabilité des États-Unis, des Nations Unies et/ou de la Caricom, une police faible et une armée en gestation….

Tenant compte des préoccupations géostratégiques des États-Unis dans la région, notamment l’invasion commerciale de la Chine et le renforcement de la présence Russe au Venezuela et à Cuba, on se demande si à la faveur de ces troubles politiques incessantes, Washington ne décidera pas d’appliquer une politique d’absorption totale d’#Haïti, faisant de ce territoire une zone tampon stratégique pour sa frontière Sud ? — à moins que la Maison Blanche ne décide d’adopter une politique permanente de sanctions contre tous ces éléments riches de la bourgeoisie haïtienne, ces oligarques qui conspirent ouvertement contre sa politique d’apaisement, de pacification ou de stabilité en Haiti — en violation des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Il est temps que toutes les parties et couches sociales d’#Haiti adoptent le jeu démocratique comme seul mécanisme pour l’exercice des droits politiques et/ou pour accéder au pouvoir. Au lieu de financer la conspiration, la violence et l’instabilité, ce serait mieux de financer le renforcement des partis politiques (pas seulement des DEALS, des pots de vin lors des campagnes électorales), les organisations de la société civile comme les organisations de défense des droits humains, les activités caritatives, les universités, la recherche…


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
27 mars 2019

Aucun commentaire: