Follow by Email / Suivez nous par Email.-

samedi 1 juin 2019

Haiti, la première victime de la mondialisation — la cause de l’effondrement de l’État et des structures socio-communautaires.-

Centre de ville de Port-au Prince en 1981.
Centre ville de Port-au-Prince 2019. De l’ordre à l’anarchie.
Haiti, la première victime de la mondialisation — la cause de l’effondrement de l’État et des structures socio-communautaires.- (Texte de Cyrus Sibert)

C’est une réalité, notre pays Haiti est dans une impasse. Un vrai cauchemar. A contrecoeur, la classe moyenne, les jeunes, surtout les plus éduqués, sont obligés de se réfugier à l’étranger. Ceux qui choisissent de rester ont pris un gros risque pour leur avenir et celui de leurs progénitures. La grande majorité qui est contrainte de rester vit dans le désespoir absolu, une torture morale renforcée par l’observation, sur les réseaux sociaux de leur contemporains évoluant en terres étrangères.

A chaque élection, des candidats multiplient des promesses pour ensuite se retrouver coincés au pouvoir, impuissants ou incapables d’arrêter la descente aux enfers. Ceux qui se proposent en alternative adoptent les mêmes stratégies en se présentant comme producteurs d’oeufs (Youri Latortue), de café à Montagne Noire (Reginald Boulos) à l’instar du producteur de bananes devenu président. Ce qui prouve que le problème est mal diagnostiqué. Or, on ne sortira pas de ce trou sans une bonne compréhension du problème, de ce mal qui engendre une succession d’échecs.

C’est dans cet esprit que nous avons construit un plan de recherche, de lecture et d’analyse qui nous amène à découvrir le piège dans lequel est tombé notre pays et les présidents qui se sont succédé.

Tout d’abord, la lecture du livre produit par le professeur Sauveur Pierre-Étienne nous a guidé vers l’essentiel : l’évolution des états de la caraïbe depuis la période coloniale à post-coloniale a trop souvent été influencée par les rivalités et les enjeux politiques du continent européen. Quand l’Espagne est en guerre avec la France, les territoires Cuba, Saint-Domingue et Santo-Domingo connaissent une vague de violence folle. Après l’indépendance de ces colonies, l’occident continue de téléguider les relations dans la région. Ce qui nous porte à penser que le moment est venu pour nous autres indigènes de la caraïbe de discuter sans influences externes et de résoudre nos problèmes en souverains, représentants d’États libres et indépendants.

Ce qui nous pousse à approfondir nos recherches sur l’évolution des idées politiques en occident. Et, sur ce point, le livre critique de Michel Geoffroy, “La super-classe mondiale contre les peuples”, a été d’une importance capitale; une explication détaillée de l’évolution des idées libéralistes/libertaires parues en Europe à partir du siècle des lumières, ayant entrainé la culture hédoniste (l’idolâtrie du désir) et le mouvement hippie des années 60 créant une “Nouvelle classe mondiale/mondialiste” d’intellectuels et d’affairistes jouisseurs arrogants et sans aucun respect pour les traditions, les institutions et les cultures des peuples, jusqu’à sa forme conquérante (impérialiste) de type croisade à partir des années 80 et surtout de l’effondrement de l’URSS.

Résultat : la majorité des États de ce monde sont déstructurés, extrêmement faibles, incapables d’exercer leur obligation de police et de sûreté, donc de sécuriser leur territoire ni de protéger leurs citoyens, incapable de contrôler la circulation des personnes (immigration) et des biens (douane). Des États tellement en décomposition que des groupes criminels, des clans dominent la vie publique, les empêchant de collecter les taxes et impôts indispensables au financement du budget de fonctionnement et d’investissement publics.


D’entrée de jeu, disons que notre pays Haiti est pris au piège de la “super classe mondiale libéraliste/libertaire” (suivant la définition de l’écrivain Michel Geoffroy) qui dans sa stratégie de la mondialisation a détruit Haiti à partir des étapes suivantes :
1- L’extermination des cochons créoles au début des années 80;
2- La chute non-planifiée de Jean-Claude Duvalier en 1986;
3- Ouverture du marché haitien — sous la gouvernance du Général Henry Namphy et de son ministre des finances Leslie Delatour — aux importations libres de produits agricoles (riz, pois) en vue de détruire notre production nationale;
4- La manipulation de l’armée haïtienne contre l’élection de leaders compétents comme Gérard Gourgues et Leslie François Manigat, capables d’inspirer la fierté nationale et de mener une politique nationale progressiste;
5- L’encouragement de l’explosion ou de l’“invasion des ONGs” pour affaiblir l’État haitien suivi du financement de l’instabilité politique en vue de justifier la transite de l’aide internationale au travers de ces entités non-gouvernementales;
6- L’instauration d’un régime anarco-populiste et l’établissement d’une stratégie de chaos permanent au nom des droits de l’homme;
7- La manipulation des généraux pour fomenter des coups d’État jusqu’au putsch de 1991, justifiant embargo économique, un blocus naval, puis l’invasion militaire US et enfin la mise sous tutelle internationale d’#Haiti;
8- La destruction de l’armée et démobilisation de la structure de sécurité nationale (chefs sections);
9- La liquidation des entreprises publiques CIMENT D’HAITI, ACIERIE D’HAITI, MINOTERIE, EDH/VARREUX, au profit d’une mafia d’État;
10- L’Introduction du choléra en Haiti;
11- Le processus d’effacement de la mémoire nationale : Les fêtes nationales d’Haiti sont devenues le rendez-vous pour des manifestations antigouvernementales.

On oublie trop souvent que l’une des conditions du retour du président Jean-Bertrand Aristide était la signature avec la “nouvelle classe mondiale” de l’Accord de Paris qui consistait à liquider les entreprises de l’État sous forme de privatisation. On connait le résultat : Minoterie d’Haiti, Aciérie d’Haiti, EDH ont toutes été vendues à des oligarques représentants de la “nouvelle classe mondiale libérale/libertaire” en Haiti.


Pour atteindre ses objectifs de déstructuration de notre pays, cette classe nouvelle mondiale s’est servie :
- de la bourgeoisie compradore, cette frange anti-nationale de la bourgeoisie haïtienne;
- des organisations de droits humains qui affaiblissent continuellement l’État avec des rapports commandés, souvent fabriqués;
- des médias qui les aident à décourager la population, détruire l’épopée et l’idéale nationales, construire une mentalité défaitiste anti-nationale, remplacer la culture par une sous-culture occidentale de consommation, du plaisir, de bamboche continue, l’exhibitionnisme fou, etc;
- des “intellectuels organiques” et des “idiots utiles” qui font la promotion des idées reçues à travers les médias, les universités, les clubs et forums et les partis politiques;

On rencontre aussi les “idiots utiles” ou les “intellectuels organiques” comme technocrates dans l’administration publique et les cabinets particuliers de dirigeants haïtiens. Leur mission constitue à dire “comment cela se fait au niveau mondial”, i.e. suivant les dictées de la “super-classe mondiale”. Car en réalité, ces intellectuels sont tous, formés sur mesure, dans des universités occidentales, en vue de répéter le dogme de la “super classe mondiale libérale/libertaire” qui cherche à réduire tous les peuples en “ressources humaines” ou main d’oeuvre destinée uniquement à la production capitaliste; de nous formater en consommateurs obsédés par la satisfaction de nos désirs; transformant les nations en un amas d’individus coupés de leurs attachements culturels, coutumiers, historiques, ethniques et identitaires — pour mieux les exploiter.


Avec l’échec de l’URSS, il n’y a plus de gauche pour articuler un discours critique des excès du capitalisme. Gauche et Droite sont devenues “Droit et Gauche”; donc, les deux ailes du faucon qui se nourrit de la chair des peuples.

“Les BoBos” (bourgeois bohèmes) est le nom donné à cette nouvelle classe mondiale qui détruit les peuples. L’écrivain Christophe nous dit : “les bobos forment la nouvelle bourgeoisie et rassemblent les populations intégrées ou connectées à l’économie-monde, travaillant hors sol, dans le tertiaire, dans les métiers intellectuels, les emplois qualifiés (…) Ce qui les distingue de l’ancienne bourgeoisie, c’est qu’ils sont généralement de gauche et ne vivent pas comme classe dominante. Par angélisme ou par ruse, ils refusent d’assumer leur position de domination sociale.” p.90 du livre “La super-classe mondiale contre les peuples” de Michel Geoffroy, ed. Via Romana, 2018

En réalité, un petit groupe de gens qui fréquentent les mêmes universités, fréquentent les mêmes clubs et les mêmes conférences internationales tissent une série de relations pour s’enrichir au détriment des peuples, au mépris des frontières géographiques, culturelles et historiques. Ils sont partout… dans les cabinets particuliers de chefs d’Etat, des premiers ministres et d’institutions financières internationales, et appliquent la même politique visant à affaiblir les États, à effacer l’histoire des peuples, leurs traditions, leurs us et coutumes et à les réduire en objets marchands : main-d’oeuvre ou clientèle. Les noms et les familles n’ont plus d’importance. Nous sommes à l’heure des numéros de matricules, des usernames, les amis sont remplacés par des followers, nous sommes dé-socialisés.

Sans sombrer dans une approche rétrograde et anti-modernité, nous devons reconnaitre que le mépris et l’assaut répétés des entités collectives comme la famille, le voisinage, la communauté, la société et la nation, le piétinement de certaines valeurs culturelles — fondamentales, provoquent désastre et désarroi, et exposent les individus à toute sorte de folie.

Contrairement à ce qu’on nous dit, le système politique de la “nouvelle classe mondiale” n’est pas la démocratie, mais la post-démocratie. Car, elle exerce la tyrannie du marché, de la consommation stimulée par le désir sur l’homme atomisé, (individualisé) i.e. isolé et privé du système collectif de protection, de défense et de survie.

Telle est la cause fondamentale du désastre que nous observons actuellement en Haiti.

De plus, contrairement aux idéaux démocratiques, la nouvelle classe mondiale organise la répression et la perversion de la gouvernance démocratique. A savoir :

- Le “bucher” des médias contre les dissidents. Malheur à celui qui ose exprimer une idée contraire à la l’idée dominante reçue; 
- L’instrumentalisation des tribunaux et des organisations de droits humains pour paralyser l’action des élus. 
- La légitimité électorale ou populaire n’a pas de sens aux yeux des “intellectuels organiques” et des “idiots utiles” qui place leur système d’influence occulte au-dessus du suffrage universel;
- le pouvoirs des lobbyistes;
- l’arrogance de l’argent et de ceux qui ne se présentent jamais devant le peuple pour tester leur légitimité; (Ces dirigeants d’organisations dites de la société civile ou de Droits humains qui se croient autorisés à dicter aux élus leurs quatre volontés.)
- L’abstention — lors des joutes électorales — provoquée par le découragement des peuples à partir des médias et de la non-matérialisation des retombées attendues par la population. En ce sens, il faut toujours empêcher aux élus de concrétiser leur promesse de campagne. Cela fait aussi partir du jeu. Car, finalement, les peuples n’auront d’autres choix que de se livrer aux diktats des technocrates des institutions internationales.

« A rebours de ce que prétendent les tenants de l’oligarchie “éclairée” : en post-démocratie, les gouvernements ne gouvernent plus, l’alternance est un leurre, les lobbies et les intérêts financiers dominent et les médias mentent en diffusant les slogans de l’oligarchie. » op.cit. p. 401


Le livre de Michel Geoffroy permet de mieux comprendre la réalité actuelle d’Haiti. Même quand l’analyse n’innocente pas les dirigeants haïtiens, elle nous permet de comprendre la stratégie de cette “nouvelle classe mondiale” qui cherche à détruire les peuples et les nations, au nom de la liberté, de la globalisation et du libéralisme; un acharnement contre les État-nations, manifesté par un complot permanent contre tout effort de redressement national.

Tout programme de production ou de renforcement national qui ne correspond pas à la vision de cette nouvelle classe dominante des “Bobos” qui disposent d’espions bien placés au Palais National, à la Primature, au Palais Législatif et dans l’administration publique sera contrecarré, combattu et bloqué. De plus, la bourgeoise nationale étant dominée par des rétrogrades, des importateurs de produits finis qui n’ont aucun intérêt dans la production nationale, les efforts de redressement sont quasi-impossibles.

Les patriotes haïtiens doivent-être conscients de tous ces phénomènes qui affaiblissent l’État haitien et déstabilisent notre société. Les Gangs, la contrebande, les ONGs anti-développement, les assassinats répétés de policiers, la “confusion culturelle” qui essence les “sous cultures de ghettos de grandes villes occidentales” les phénomènes de mode dévalorisant pour l’homme et la femme haïtienne, l’implosion des familles…

A bien suivre, on peut dire qu’il y a un cheminement dans la déstructuration de la société haïtienne et de notre État qui remonte à l’extermination massive des cochons créoles. Pour remédier à cette situation, il nous faut plus que des actions de type pompier, mieux que la réalisation de quelques ouvrages, en dehors de toute réflexion stratégique et structurelle. L’État haitien doit se réinventer. Il doit sortir de ce statut de producteur de main d’oeuvre au profit des pays voisins comme la République Dominicaine, USA, Canada, Bahamas, France, Brésil, Chili… Ces jeunes formés dans les écoles publiques avec les maigres ressources du peuple haitien doivent pouvoir trouver une raison d’être, d’évoluer et de vivre dans leur pays.

Les extraits qui suivent, expliquent clairement, le piège dans lequel notre pays Haiti est empêtré depuis 1980, avec comme objectifs :
1- Détacher l’haitien de sa terre natale — des campagnes;
2- Provoquer l’exode rural des haïtiens au bénéfice de la sous-traitance de Port-au-Prince et de l’exploitation d’une main d’oeuvre mal-rémunérée en République Dominicaine, aux Etats-Unis, dans les Bahamas, etc;
3- Transformer les haïtiens en consommateurs des biens produits par des usines appartenant à des investisseurs occidentaux, établies en République dominicaine.
4- Faire d’Haiti un site de décharge pour les produits usés des Etats-Unis et une réserve de ressources naturelles des puissances occidentales. 

⬇⬇⬇

* « La tyrannie du désir constitue un brise-glace chargé de détruire tout ce qui s’oppose encore à la marchandisation du monde et de l’homme lui-même.
… la réduction de tout à la loi de l’intérêt marchand suppose la destruction préalable des grands signifiants symboliques que sont la morale, la religion, la patrie, la tradition, le devoir, (le civisme)…» p.101]

* « Le révolution libertaire ouvre en effet la voie à “l’économie du désir” selon l’expression d’Hervé Juvin. Un désir jamais assouvi mais toujours entretenu devient le moteur de la consommation sans fin, le moteur du système capitalisme mondial.» p.102

* « Il ne s’agit pas non plus de promouvoir la liberté entendue comme maitrise de soi et de son destin, mais au contraire de livrer l’homme à la ‘‘tyrannie du désir’’, c’est-à-dire au chaos de ses instincts, et de le soumettre aux forces du marché.» p.102

* «… s’attaquer à tout ce qui le réfrénait : les institutions, les traditions, la religion, la morale et la culture qui disciplinaient le chaos des instincts humains.
… c’est une mise en servitude de l’homme. Réduit à l’état d’atome désirant, conditionné par la publicité et le crédit à l’achat compulsif, l’individu devient en réalité l’esclave de ses pulsions et du marché.» p.210

* «… la réduction de l’homme à l’État d’atome social, de consommateur compulsif et de ressource humaine jetable au service du marché.» p.103

* « ….le pouvoir appartient à qui produit, excite, entretient, maintient les histoires du désir. » p.103

* « Selon Aristote, l’oligarchie correspond à l’Aristocratie libérée de la morale et du souci du bien commun.
Le libéralisme sert aussi de justification “économique” à l’oligarchie financière pour déconstruire toutes les protections culturelles et communautaires que l’homme a mis des siècles à bâtir pour se défendre, précisément, du risque de n’être qu’une marchandise, un esclave, c’est-à-dire un homme réduit au statut de marchandise. » op. cit. p.109

* « Le dette devient un mécanisme par lequel la super-classe mondiale entend assurer l’ordre, son ordre au sein du monde chaotique des individus qu’elle a contribué à créer en déclenchant la révolution libérale/libertaire partout en occident. C’est la dette qui enchaine les individus à la société du désir, comme elle enchaine les États au bon vouloir des institutions financières et à l’idéologie qui les anime.» p.222

* « En d’autres termes, les grandes firmes entendent mettre en place partout des dispositifs assurant la possibilité de contester et de sanctionner les législations nationales qui les dérangent. Ce qui revient à imposer la primauté de leurs intérêts sur ceux des États et, à travers leurs législations, sur les peuples. Des dispositifs de justice privée en outre (on dit arbitrale en novlangue) permettent de contester des législations et les réglementations publiques : ne serait-ce pas le stade ultime de la privatisation de la chose publique? » p.227

* « La superclasse mondiale s’est très tôt intéressée en effet à l’instrument d’influence par excellence que constituent d’abord la presse et aujourd’hui les médias, notamment télévisés. Les médias reflètent donc fidèlement l’opinion et les intérêts non de leur public, mais de l’oligarchie financière et publicitaire.» p.301

* « Les médias remplissent plusieurs fonctions essentielles au projet mondialiste, au-delà de leur rôle économique immédiat de vendeur de leur public aux annonceurs publicitaires. D’abord une fonction de propagande,…..Ils ont aussi pour habitude de tourner en dérision les valeurs et traditions nationales et populaires, rôle général dévolu aux humoristes médiatiques…» p.303

* « Les médias cherchent à sidérer la population en l’enfermant dans une bulle (ou une caverne) médiatique et publicitaire contrôlée, qui concrétise sa double soumission : la soumission au pouvoir économique d’abord, par le biais de la publicité, et la soumission à l’idéologie libérale/libertaire cosmopolite ensuite, par le biais de la propagande, du divertissement et de la diabolisation. La dernière fonction des médias est de nature extra-judiciaire : diaboliser les cibles et les dissidents — les opposants au projet mondialiste de la superclasse mondiale — en les vouant au bucher médiatique, prélude au bucher judiciaire. D’ailleurs, les médias et la justice entretiennent des liens étroits.» p.305 - 306. __ Fin de citations!

En ce sens, aucun projet national n’est admissible en Haiti sans une mobilisation nationale et surtout avec un leader responsable, courageux et même intrépide quand il est dans le droit chemin. 

La super-classe mondiale dispose de relais au sein de la bourgeoisie compradore et voleuse qui a toujours servi ses intérêts;
des banques pour manipuler le dollar et provoquer l’inflation;
des politiciens traditionnels qui obéissent à ses diktats d’opposition virtuelle, radicale et subversive;
des ONGs qui lui servent de moyens pour affaiblir l’État en attaquant sa légitimité;
sans compter les appareils d’intoxication culturelle (les sous-cultures consuméristes), cette police dirigée par les ambassades, ces médias soumis, ces journalistes influents qui ne comprennent pas le sens, la dimension, ni le caractère noble de leur travail;
tout un dispositif pour stopper net la moindre velléité d’exécution d’un projet de redressement national.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
http://reseaucitadelle.blogspot.com
01 juin 2019

Aucun commentaire: