Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mardi 14 avril 2020

LETTRE AVILISSANTE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DU NORD & Co SUR L'INCENDIE DE LA CHAPELLE DU ROI CHRISTOPHE : - #LeReCit


LETTRE AVILISSANTE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DU NORD & Co SUR L'INCENDIE DE LA CHAPELLE DU ROI CHRISTOPHE.- #LeReCit

Après des années de planification pour une célébration grandiose en 2020, à l'occasion du bicentenaire de la Mort du Roi Christophe, l’élite de la Société civile capoise, de la Chambre de Commerce du Nord et tous ces hommes très influents de la Région adressent une lettre ouverte à l’Etat central, insinuant qu’ils ne savaient pas si les sites touristiques du Parc National Historique ne sont pas protégés et/ou sont abandonnés.

Alors, c’était quoi leur mission au sein du Comité pour la commémoration du bi-centenaire de la Mort du Roi Christophe?

Comment peut-on célébrer le ROI CHRISTOPHE sans faire l’inventaire des sites, évaluer leur état physique, etc, etc. 

De plus, cette Chapelle de Milot, n’était-elle pas l'élément central dans le programme de commémoration?

A quelques mois du 8 octobre 2020, date exacte de cette célébration, le Comité n’avait aucune idée de la situation de la Chapelle Immaculée du Roi Christophe Milot.

Ce n’est pas sérieux mes amis!

Si vous exigez des responsabilités, montrez vous responsables. On ne peut pas vouloir tout contrôler dans le Nord, mais quand il y a un problème, s’empresser de jeter le blâme sur l’État central, fuyant ainsi votre responsabilité.

Comme vous le savez, j’aime pas la démagogie! Soyons francs et directs, sans langue de bois. 


Même quand ce texte mettra des amis en colère, nous sommes obligés de le dire : Les hommes du Nord doivent pouvoir se montrer utiles. Ce n’est pas sérieux d'écrire une lettre à l’État central pour lui demander de nettoyer les sites touristiques, de les protéger, alors qu’on pouvait le faire avec les mairies, les CASECS et une petite contribution annuelle; Ce qui est encore plus grave en cette année marquant le bi-centenaire de la mort du Roi Christophe.

Soyons sérieux messieurs et Dames! Où est passée votre fierté Christophienne?

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @reseaucitadelle 
reseaucitadelle@yahoo.fr
15 Avril 2020
Whatsapp: +509-3686-9669



=================
Lisez :

LETTRE OUVERTE

A LA PRIMATURE, AUX AUTORITÉS DES MINISTÈRES DE LA CULTURE, TOURISME ET INDUSTRIES CREATIVES,


ET DE L’INTÉRIEUR ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES.

Le 13 Avril 2020

Mesdames / Messieurs,

​Les signataires de cette lettre ouverte, citoyens haïtiens et représentants d’institutions du secteur privé, socio-professionnel et académique du pays, expriment leur indignation face à cette catastrophe qui réduit en cendres dans la nuit du 12 au 13 Avril 2020 la rotonde de l’église catholique de Milot, construite entre 1810 et 1813 par Henry Christophe.

Une catastrophe, pour le moins annoncée, en cette année qui rappelle le deux centième anniversaire de la mort du Roi Henry 1er, car nos monuments historiques, témoignages de notre histoire de peuple, mêmes ceux classés patrimoine mondial par l’UNESCO, ne sont toujours pas sur la liste des priorités de nos dirigeants. Avec peu de moyens, l’organisme en charge de leur maintien, l’ISPAN, ne peut assurer la sauvegarde de ces patrimoines.

Qu’est ce qui explique que le palais Sans Souci ne puisse avoir des agents de police 24/24 pour assurer la sécurité des lieux ? Cette question se pose aussi bien pour la Citadelle, vandalisée, la veille, dans la nuit du 11 au 12 avril 2020. Vertières, au haut-du-Cap, servait d’espace d’exposition pour un dealer de voitures usagées dans le temps, et maintenant devient un atelier de soudure. A Breda, l’espace réservé à Toussaint ? Un endroit occupé par les mauvaises herbes et des immondices.

Trop de dirigeants n’osent prendre des décisions sérieuses, mais qui leur paraitraient impopulaires, dans la gestion de la chose publique. Car l’objectif ultime, c’est toujours les prochaines joutes électorales.

Bien sûr, les ressources de cet Etat faible sont limitées, et trop de fois mal utilisées. En raison justement de ses carences, il nous faut faire preuve de créativité et d’initiatives. L’Etat et la société civile doivent s’organiser pour trouver ensemble des pistes de solution en concertation avec des citoyens ou groupes organisés de la diaspora.

Arrêtons ce déni de notre histoire de peuple! Il ne nous reste que ces monuments, témoignages de notre histoire de luttes, de souffrances et d’espoir.


Suivent les signatures:


Emile Eyma Jr.
Président
Société Capoise d’Histoire


Pierre Buteau
Président
Société Haïtienne d’histoire et de Géographie et de Géologie


Marc Georges
Président
Chambre de Commerce et d’Industrie du Nord (CCIN)


Ary Pierre
Président
Chambre de Commerce, d’Industrie et de Professionnels du Nord-est (CCIPNE)


Audalbert Bien-Aimé
Université d’Etat D’Haïti
Campus Limonade


Fritz Alphonse Jean
Président
INHOPP


Pour authentification :
Emile Eyma Jr.
34490224

dimanche 12 avril 2020

Épidémie #COVID19 : Comme les pays d’Asie, #Haiti doit utiliser ses capacités communautaires traditionnelles pour résister et survivre.-

Épidémie #COVID19 : Comme les pays d’Asie, #Haiti doit utiliser ses capacités communautaires traditionnelles pour résister et survivre.- (Texte de Cyrus Sibert)

Face au Coronavirus, l’occident utilise l’obsession anti-chinoise pour cacher la vérité : L’échec de leur philosophie “individualiste débridé” face au communautarisme.

Depuis quelque temps, des idéologues libéraux de l’occident brandissent l’anti-communisme pour occulter les bienfaits du communautarisme oriental en Asie. Avec la victoire du NOUS sur le JE, du GROUPE sur l’HOMME ISOLÉ de son origine parce qu’il a accès au MARCHÉ, crée un embarras. Cet échec cuisant du règne absolu des excès pervers des DESIRS INDIVIDUELS qu’ils imposaient en valeur universelle et globale, est humiliant au point de créer l’effondrement de toute une ingénierie sociale.

Car, en réalité, ce n’est pas seulement la Chine qui maitrise cette situation, ce sont tous les pays d’Asie où la Communauté garde encore une place importante dans la vie des gens, malgré les avancés techniques modernes et les échanges commerciaux, qui ont pu maîtriser rapidement l’épidémie. C’est le cas en Corée du Sud, au Japon, à Taiwan, Singapour, l’Asie en générale.

En parlant sans cesse de la Chine, ils cherchent à cacher le fait que le désastre actuel que nous observons dans les grandes villes occidentales est dû à l’isolement excessif des individus, coupés des supports communautaires qu’ils pourraient bénéficier en cette période difficile.

Pour exploiter excessivement l’homme, les dirigeants occidentaux l’ont exclu totalement de son groupe, l’isolant dans des appartements de grandes villes, avec l’idée qu’il pourra tout résoudre grâce au marché et au moyen de la finance symbolisée par les cartes de crédit.

Ils vous disent : "Ne vous en faites pas!" L’État moderne, les entreprises et le marché vous fourniront tous les biens et services que vous aurez besoin. La famille, votre groupe d’origine, votre collectivité de base n’ont plus d’importance. Il suffit de répondre aux critères des marchés de l’emploi, de la finance, des immobiliers et des biens de consommation.

Pourtant, à bien observer, les grands groupes qui dominent la finance, les grandes immeubles et les grandes entreprises de ce monde, font de la famille un pilier stratégique de résistance  de défense, l’émancipation, de solidarité et même de domination ; Les Rockefellers, les Rothschild sont des exemples. Même en politique, vous avez les BUSH, les CLINTON, les KENNEDY...

Aujourd’hui, parce que l’épidémie du CORONAVIRUS provoque l’effondrement des marchés et met à nu la faiblesse des États, l’individu se retrouve isolé dans les grandes villes occidentales et meurt en électron libre. 

Des dégâts économiques, les occidentaux s’en remettront. Mais, leur plus grand malaise, est l’effondrement de toute cette construction idéologique et philosophique, de tout ce système de valeurs qu’ils ont instrumentalisé depuis le mouvement des lumières, cette perversion du JE pour transformer TOUT en MARCHANDISES, en MONNAIE….donc la domination de la FINANCE sur la PERSONNE humaine, au nom des “jouissances existentielles”.

Si tous les pays de l’Asie réagissent mieux, c’est parce qu’ils n’ont jamais abandonné leurs structures communautaires et familiales pour se livrer sans réserve au marché. 

En ce sens, le peuple haïtien doit rejeter l'approche occidentale de prise en charge que le pouvoir et ses experts sont en train d’imposer, alors que nous savons pertinemment qu’ils n’ont ni les moyens, ni les techniques, ni les infrastructures hospitalières, ni le personnel qualifié, indispensables pour l’appliquer. 

Ce que nous observons à Los Angeles, à New-York, en Italie, en Espagne et en France, prouve les faiblesses de l’approche occidentale. 

Comme l’Asie, nous devons mettre à profit les structures communautaires et familiales qui nous restent. On ne peut pas se contenter de dire aux leaders religieux de rester chez eux. Car, en Haïti, ils sont capables d'aider la population à prendre conscience du danger, à apporter des conseils, tout en l’orientant vers le peu de système de soins disponible.

En ce sens, il faut intégrer les prêtres, les pasteurs et les vodouisants dans la sensibilisation, le signalement de cas et même la prise en charge dans certaines régions reculées du pays.


Dans les pays dits riches, les hôpitaux sont tellement dépassés qu’on demande aux personnes malades de rester chez elles et de prendre de la tisane, des anti-analgésiques comme Tylenol ou aspirine. En Haïti, nous devons nous préparer à prendre soin de nos malades avec les feuilles de la médecine traditionnelle. 

Car, il n’est pas dans notre coutume de laisser mourir nos proches sans assistance. La conception de la mort dans notre culture d’haitien, établit une forme de lien fort entre la famille et le défunt.

Quand j’étais enfant, j’ai observé dans les villages de province des familles qui aménageaient une maisonnette sur leur habitation (nan lakou) pour isoler un membre malade de tuberculose. A chaque levée du jour, on entendait la personne tousser. On lui livrait du thé, des médicaments, de la nourriture, en prenant des précautions d’usage; mais elle était là, à proximité de sa famille qui prenait soin d’elle. 

L’esprit marchand qui a fait croire qu’on peut tout acheter : la santé, la vie, l’amour, la fidélité ou l’engagement, nous empêche de comprendre que l’homme est mortel et qu’il est naturel qu’il meurt. La conception de la vie et de la mort n’est pas la même. C’est ce qui explique les difficultés de faire respecter le confinement dans les pays où il existe encore quelques croyances orientales ou transcendantales. Ces croyances qui nous permettent de jouir de “la naive joie d’exister”, de vivre, d’affronter la mort et les dangers de la vie, d’étonner le monde par nos initiatives passionnantes et illogiques comme la Guerre de l’Indépendance, la Bataille de Vertières, notre décision de fonder un État d’anciens esclaves noirs, dans un monde esclavagiste et raciste.

Notre force se trouve parfois dans cette naïveté qui nous pousse à tout rejeter pour embrasser notre communauté dans un esprit de solidarité face aux épreuves de la vie.

Chez nous en Haiti, tout est différent. Et cette différence constitue notre identité haïtienne  Même la pratique de la médecine n’est pas la même entre l’occident et l’orient. Car, si en occident on met l’accent sur le temps de consultation, les appareils électroniques et l’argent, chez nous, il existe une complicité entre le soignant et son malade. Et, cela me manque personnellement. Ailleurs, le médecin ne vous connait pas, il n’a pas le temps de vous parler ni de construire un lien avec vous. Certes, certains médecins haïtiens de la diaspora essayent d’être plus humains, mais ils sont souvent pressurés par les exigences du système qui leur rappelle sans cesse “Time is money”. 

Alors, il faut libérer la médecine haïtienne de l’obsession de l’État haitien à centraliser la prise en charge des malades du #coronavirus pour faire plaisir aux diktats de certains experts internationaux. Nous avons notre façon à nous de faire face à ce genre de situation. La médecine haïtienne, la médecine traditionnelle et nos systèmes communautaires ont connu pire. Lors de la grippe espagnole en 1918, ce sont eux qui avaient accompagné les malades, encadré les familles dans leur deuil, résisté et assuré la continuité nationale.

Aujourd’hui, face à cette épidémie, il serait mieux d’organiser des séminaires pour les médecins et infirmières sur les mesures à adopter pour se protéger, et d’importer officiellement les médicaments et équipements qu’ils pourront utiliser pour soigner les malades.

Tout ce beau spectacle de l’État central d’Haïti qui organise TOUT, qui contrôle TOUT, va exploser comme un château de cartes avec des conséquences inimaginables.

Il faut cesser de se comporter comme les singes des occidentaux. Soyons nous-même, faisons comme ces pays d’Asie qui ont utilisé les moyens endogènes dont ils disposent, suivant leur conception indigène, pour réagir rapidement, au lieu d’attendre le BLANC et/ou de s’abandonner au baby-sitting international.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @reseaucitadelle 
reseaucitadelle@yahoo.fr
12 Avril 2020
Whatsapp: +509-3686-9669
www.reseaucitadelle.blogspot.com

samedi 11 avril 2020

Lettre de Jean Jacques Dessalines au président Thomas Jefferson des Etats-Unis.-


Habitation de Frère,
Plaine du Cul de Sac
23 Juin 1803

Jean Jacques Dessalines, Général en chef de l’Armée de Saint-Domingue

à

Monsieur le président des Etats-Unis d'Amérique

Monsieur Le Président,

La Goélette des Etats-Unis (La Fédérale, Capitaine Neheniah Barr) forcée d’entrer dans le port du Petit Goâve par nos chaloupes en croisière, m’offre l’honneur de vous instruire des événements survenus dans notre malheureuse isle depuis l’arrivée des Français et de la révolution qu’y a occasionné la tirannie de leur gouvernement oppresseur.

Lassé de payer par l’effusion de tout notre sang le prix de notre aveugle fidélité à une métropole qui égorge ses enfans, le peuple de Saint Domingue, à l’exemple des nations les plus sages, a secoué le joug de la tirannie et juré l’expulsion de ses bourreaux.

Déjà nos campagnes sont purgées de leur aspect; quelques villes leur restent encore, mais n’offrent plus rien à leur avide rapacité.

Le commerce avec les États-Unis, Monsieur le Président, présente aux immenses récoltes que nous avons en dépôt et à celles plus riantes encore qui se préparent cette année, un débouché que nous réclamons des armateurs de votre Nation. Ses anciennes Relations avec St. Domingue ont du la convaincre de la loyauté et de la bonne foi avec lesquelles ses bâtimens seront accueillis dans nos ports.

Le retour de la goélette la Fédérale lui prouvera nos dispositions actuelles.

Agréez, Monsieur Le Président, être persuadé de l’empressement que je mettrai à contribuer de toute l’autorité qui m’est confiée à la sûreté des bâtimens des Etats-Unis et à l’avantage qu’ils retireront de nos échanges.

Agréez, Monsieur Le Président, l’expression de la plus haute considération pour Votre personne.

Dessalines

================

Editors’ Translation


Headquarters, Frère plantation,
Cul-de-Sac plain
23 June 1803

Mister President,

The American schooner The Federal, under Captain Nehemiah Barr, forced by our patrol boats to enter the port of Petit-Goâve, provides me the honor of informing you of the events that have occurred on our unfortunate island since the arrival of the French and the revolution caused in France by the tyranny of their oppressive government.

The people of Saint-Domingue, tired of paying with our blood the price of our blind allegiance to a mother country that cuts her children’s throats, and following the example of the wisest nations, have thrown off the yoke of tyranny and sworn to expel the torturers.

Our countryside is already purged of their sight. A few cities are still under their domination but have nothing further to offer to their avid rapacity.

Commerce with the United States, Mister President, offers a market for the huge harvests we have in storage and the even more abundant ones that are now growing. Your country’s shippers are calling for it. Your nation’s long-standing relations with Saint-Domingue are evidence of the loyalty and good faith that await your ships in our ports.

The return of the schooner The Federal will prove to your country our current disposition.

Please be sure, Mister President, of the eagerness with which I will exert all my authority for the safety of the United States’ ships and the benefits they will reap from trading with us.

Accept, Mister President, the expression of my highest consideration.

Dessalines

Nota : Les mots en italique ont été écrits selon les règles de l'époque. Il ne s'agit pas de faute d’orthographe.

Source : American National Archives






#Coronavis - #Haiti : Sante piblik dwe sispann strateji konplikasyon pou bloke empòtasyon hydroxy-chloroquine.-

«Baton’w gen se avè’l w pare kou»‬

‪#LeReCit ensiste pou Prezidan @MoiseJovenel fè #MSPP leve tout konplikasyon ke li mete pou bloke enpòtasyon hydroxy-chloroquine an Haiti, yon fason pou doktè aysyen yo ka gen plis manèv pou sove lavi pèp-la.‬

Dayè nan kad ijans #Coronavirus la, se leta kite dwe plase kòmand pou sove pèp-la.


Mòd desizyon sa yo ka genyen gwo konsekans politik.
Egzanp :
- Syklòn Azèl kapote pwojè politik Prezidan Paul Magloire;‬
‪- Tranbleman tè 12 janvye 2010, fenk sot kapote #INITE.‬
‪Atasyon konsekans politik yo! Piga nou di mwen pat pale nou!

Nou gen dwa fè gwo do pa okipe’m, men tout moun temwen ke mwen pale nou. Epi tou, se akote pouvwa mwen ye, se sèl pale mwen ka pale nan vid. Men omwens, mwen di sa’m panse pou tout moun tande.

Lage pye famasi yo, enpòtatè yo ak do doktè yo. Sispann enpoze restriksyon sou bagay ki ka ede sove lavi.

Cyrus Sibert, #LeReCit @reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
WhatsApp : +509-3686-9669

vendredi 3 avril 2020

Jean Dominique, “Subjectivité assumée” : Preuve d’honnêteté journalistique et de courage !!!

Le journaliste Jean Dominique, assassiné le 3 avril 2000.
#LeReCit — Jean Dominique a le mérite d’avoir “assumé sa subjectivité”. Contrairement aux hypocrites et démagogues de la presse d’aujourd’hui qui se cachent derrière une fausse neutralité pour mentir, faire de la propagande et/ou de l’influence politique en #Haiti, tout le monde savait que “Jean Do” était anti-Duvaliériste, partisan de la gauche et plus tard, supporteur de Jean-Bertrand Aristide #Lavalas suivant sa logique de changement. Cela ne l’empêchait pas de les critiquer quand c’était nécessaire.

Sa position et son opinion politiques furent connues de tous. Il était honnête avec lui même et avec ses auditeurs, en assumant sa vision de l’avenir de la nation, sans manipuler les faits ni mentir.

Ce 3 avril 2020 marque le 20 anniversaire de l’assassinat de Jean Dominique.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @reseaucitadelle 
reseaucitadelle@yahoo.fr
3 Avril 2020
Whatsapp: +509-3686-9669
www.reseaucitadelle.blogspot.com


https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1246206336645373952?s=20