Follow by Email / Suivez nous par Email.-

lundi 14 septembre 2020

Iara Lemos dénonce dans son livre, des religieux pédophiles en Haïti.-

( Traduction Google : Portugais - Français, éditée par #LeReCit @reseaucitadelle )

Iara Lemos dénonce dans son livre, des religieux pédophiles en Haïti.-

Iara Lemos

Iara Lemo, actuellement à Folha de S. Paulo à Brasília, lance son premier livre, La croix haïtienne - Comment l'Église catholique a utilisé son pouvoir pour cacher les pédophiles religieux en Haïti, publié par de Tagore Editora et arrive dans les librairies le 18 septembre. Déjà pré-vendu, le livre-reportage traite des violences subies par les enfants haïtiens, victimes de religieux de l'Église catholique qui travaillent ou ont travaillé dans le pays. Ce fut plus de dix ans de recherche dans trois pays dans lesquels. Iara a même réalisé un soutien avec Mitchell Garabedian, une célébrité mondiale lorsque le sujet porte sur des rapports d'abus liés au catholicisme. Elle a récupéré des documents au Vatican et auprès des tribunaux canadiens et américains. Garabadian est l'avocat responsable des actions qui ont renforcé l'enquête sur l'affaire Spotlight au début des années 2002, qui a révélé les violations consommées par les prêtres de la région de Boston, avec la connivence, depuis plus de 20 ans, du cardinal Bernard Francis Law.

Iara apporte des entretiens avec des victimes et des journalistes d'Haïti, comme Cyrus Sibert.  Pour lui, comme l'esclavage, l'exploitation sexuelle des enfants et leur esclavage ( restavek, en créole) sont des pratiques inacceptables: «Dans ce livre, Iara raconte l'histoire des victimes et des faibles. Cela permet aux gens «sans voix» de raconter leur histoire, leur douleur. J'ai eu le privilège de partager avec elle mes expériences, mon témoignage et mes opinions sur une réalité complexe, parfois impensable, mais qui cause beaucoup de souffrance ». Sibert a courageusement dénoncé l'Américain Douglas Perlitz (condamné à près de 20 ans de prison pour abus sexuel d'enfants en Haïti) sur ses blogs et ancienne émission de radio au Cap-Haïtien.

Bien qu'il s'agisse d'un livre qui présente des réalités extrêmement dures, Iara parvient à coudre le récit sans perdre de vue les bonnes choses du pays, faisant preuve d'équilibre et d'amour pour les gens et pour la manière courageuse dont ils vivent avec leurs maux. « C'est un livre indispensable! », Souligne Ricardo Seitenfus, docteur en relations internationales à l'Institut des hautes études internationales de l'Université de Genève, ancien représentant de l'OEA en Haïti. Matheus Leitão Netto signe la préface. Le lancement, ce 18 septembre, se fera en direct  avec un live sur Instagram (@iarablemos), à 19h, quand Iara sera interviewée par Marcos Linhares, son attaché de presse et agent littéraire.

Originaire de Gaúcha de Alegrete, Brasilia, Iara est diplômée de l'UFSM et est spécialiste en histoire politique. Avec plus de 18 ans d'expérience dans les domaines de la télévision, de la presse écrite, de l'internet et de la radio, elle a également travaillé dans les relations presse, en se concentrant sur la gestion de crise. Il est actuellement journaliste politique à Folha de S. Paulo dans la capitale fédérale. Elle a été rédactrice en chef du journal Destak au Brésil, reporter pour G1 et Grupo RBS. Entre autres, elle a remporté le prix Esso, dans la catégorie Intérieur, et une mention honorable dans le Prix du journalisme des droits de l'homme.

Elle a parlé du livre avec Kátia Morais , rédactrice en chef de J & Cia à Brasilia:

Jornalistas & Cia - Quel genre de violence les enfants haïtiens ont-ils souffert? Ont-ils également impliqué des religieuses brésiliennes? Et depuis quand se sont-ils produits?

Iara Lemos - Il s'agissait d'abus sexuels, en échange de soins de base tels que la nourriture, le bain et les médicaments. Ils remontent aux années 1990, selon les documents auxquels j'ai eu accès, mais il peut y avoir des cas avant cela. Cependant, ils n'ont jamais impliqué des nonnes brésiliennes. Ces dernières développent une proportion incroyable de travail social, qui sert de base aux enfants haïtiens.

J & Cia - Quelle a été la réaction de l'Église catholique face aux plaintes?

Iara - L'Église catholique a un système de dissimulation des pédophiles religieux. L'un des cas, celui de Douglas Perlitz, avait même le soutien d'un prêtre pour les crimes à commettre. Il n'a jamais été puni. Parmi les cas que je rapporte dans le livre, un seul possède des documents au Vatican. Il s'agit des crimes commis par l'ex-nonce de l'Église en Haïti, en République dominicaine et à Porto Rico. Même dans ce cas là, il n'a pas été puni. Il est mort sous la garde du Vatican, après avoir fui la région des Caraïbes. Le père Bruno Eugener, qui a violé des filles à l'école qu'il a coordonné à l'intérieur d'Haïti, n'a jamais été puni, comme les autres. L'une de ses victimes m'a dit qu'elle avait été violée sous la menace d'une arme à feu. Elle est donc tombée enceinte, a mis au monde une fille (la fille du prêtre) et vit sous la menace. Cyrus Sibert, un journaliste haïtien qui m'a beaucoup aidé dans mes recherches, a dû sortir sa famille d'Haïti après avoir été menacé de mort. Il s'agit sans aucun doute d'un réseau de protection contre le crime qui doit être brisé.

J & Cia - Ce qui vous a le plus impressionné dans cette recherche, outre les tristes découvertes, bien sûr ...

Iara - Il est difficile d'arriver à cette réponse, mais je pense que l'inertie du système juridique, liée à l'immense réseau de protection créé par l'Église catholique au fil des ans, est quelque chose d'impressionnant. Dans le cas de l'État haïtien, les deux se réunissent dans un engrenage huilé par la douleur de leurs victimes. Les enfants sont entrés dans les écoles à la recherche d’éducation, de nourriture et même de la possibilité de prendre un bain et, ont été violés. Ils ont été de garder ce secret, sous peine de perdre le peu qu'ils avaient. Il est difficile pour les victimes de briser la barrière du silence et de chercher du soutien. Il m’a été difficile d’entendre autant de rapports, de découvrir ces formes de violence contre des enfants qui devraient être protégés. Je remercie chacun de ceux qui m'ont fait confiance dans leurs douleurs, dans l'espoir qu'un jour nous pourrons changer cette réalité de douleur et de violence.

J & Cia - Comment réagit le peuple haïtien face à de telles barbaries?

Iara - La plupart des Haïtiens vivent dans la pauvreté. L'État dépend de l'Église pour assumer des responsabilités et des services qu'il nest en mesure pas doffrir à la populations, tels que la santé et l'éducation. La relation établie entre l'Église catholique et l'État haïtien est si grande, que le vaudou pratiqué par la majorité de la population a été considéré comme un crime selon le code pénal haïtien. Cela n'a été inversé qu'en 2004. L'Église catholique commande plus d'un quart des écoles en Haïti. C'est un travail extrêmement important dans un territoire extrêmement faible, et c'est pourquoi des crimes comme ceux que je raconte dans le livre sont tolérés pour ne pas détruire des emplois et des services indispensables pour la survie de la société locale. Haïti a besoin de travail social.

J & Cia - Avez-vous l'intention de lancer le livre également aux USA et en Haïti même?

Iara - Nous discutons avec des gens en dehors du Brésil, et il y a aussi des contacts pour que le travail puisse s'étendre vers Haïti. Là, cependant, certains éditeurs ont déjà refusé la publication en raison du fait qu'ils travaillent avec des livres de l'Église catholique. Il ne fait aucun doute que nous avons un long chemin devant nous. Je crois que les conversations aux États-Unis se dérouleront plus rapidement, d'autant plus que j'ai compté sur le soutien de l'avocat Garabedian, une référence en matière de crimes de pédophilie commis par l'Église, qui a également aidé des collègues qui ont révélé les plaintes à l'intérieur des États-Unis, comme cest décrit dans le film sur l'affaire Spotlight. Grâce à lui, j'ai eu accès à des documents judiciaires américains qui ont abouti à la punition des religieux. Certaines des victimes haïtiennes ont même été indemnisées pour les crimes qu'elles ont subis.

-------------------

D’après le Texte original : Iara Lemos denuncia em livro religiosos pedófilos no Haiti

https://www.portaldosjornalistas.com.br/iara-lemos-denuncia-em-livro-religiosos-pedofilos-no-haiti/

Aucun commentaire: