mardi 28 avril 2015

Haiti : Des élections avec le Président Evans Paul, donc sans le Président Martelly.-

Le Premier Ministre Evans Paul
Des informations circulant dans les milieux diplomatiques expriment un souhait de voir les élections présidentielles repousser jusqu’après le départ du Président Martelly. 

La libération de Sonson Lafamilia et d’autres scandales semblent convaincre certaines capitales étrangères que des élections, sans un changement de régime, renforceraient le pouvoir de certains gangs criminels. Les rivalités à l’intérieur du mouvement TET KALE laissent entrevoir une obsession à garder le pouvoir par tous les moyens.

S’il est indispensable d’avoir un parlement pour légitimer l’aide internationale et la continuité des programmes de développement, les élections présidentielles pourront attendre.

Le Premier Ministre Evans Paul semble être au courant de cette nouvelle donne. Lors d’une récente rencontre avec le CEP, il aurait même évoqué une révision du calendrier électoral. Cela risque d’aller de révision en révision jusqu’au déraillement du processus donc au départ du Président Martelly.

Dans le cadre de la constitution amendée en vigueur, le bénéficiaire direct d’un tel scénario sera le Premier Ministre lui-même. 

Du consensuel à l’autoritaire, le Gouvernement et le Conseil Electoral semblent être prêts à jouer le jeu.

D’autres secteurs de la vie nationale commencent par questionner les déclarations plutôt extrémistes de dirigeants qui, suivant les accords passés avant le 12 janvier 2015, devraient gouverner par consensus. Ils y voient une menace pour la crédibilité des élection; Car, avec l’esprit autoritaire qui se développe sur la question de décharge, sur la révision budgétaire et sur les changements au gouvernement, qui pourra empêcher au Premier Ministre Evans Paul de manipuler les élections en faveur de son parti ou des alliés de son choix?

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
28 Avril 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
Enregistrer un commentaire