lundi 13 juin 2016

Le regroupement de partis politiques Entente Démocratique écrit au Corps diplomatique pour porter à sa connaissance son existence et sa décision de :

1- Constater la fin du mandat du Président provisoire de la République d’Haiti le 14 juin 2016, conformément à l’Accord du 5 février 2016, sans que le second des élections présidentielles et législatives partielles et les élections locales n’aient été réalisées;
2- Dénoncer les multiples dérives antidémocratiques observées depuis le 14 février 2016, notamment des actes d’intimidations, des cas de violences caractérisées en particulier dans le département du Nord (au Borgne) ayant provoqué des déplacements de nombreuses familles, des assassinats ciblés de militants politiques, des persécutions politiques contre des citoyens ne partageant pas les idées politiques du Président provisoire, contre des hauts fonctionnaires et des cadres de l’administration précédente; la vandalisassion de la justice, les détentions arbitraires de paisibles citoyens et d’autres violations de droits humains, pour ne citer que ceux-là;
3-Dénoter les manoeuvres utilisées par le Président provisoire Jocelerme Privert afin d’interrompre le processus électoral initié en 2015, à travers une Commission Présidentielle d’Evaluation Electorale manipulée, non prévue dans l’Accord du 5 février 2016 dont il est le concepteur, le négociateur, le signataire et le principal bénéficiaire et de se maintenir au pouvoir en toute illégalité au-delà du 14 juin 2016;
4- Rappeler que la reconnaissance internationale d’un Etat et du gouvernement qui le représente est conditionnée par sa légalité et sa légitimité, qu’en raison de la fin du mandat du Président Jocelerme Privert le 14 juin 2016, l’Entente Démocratique demeure convaincue que la Communauté internationale ne manquera pas de faire stricte application de ce principe général de droit international.

Enregistrer un commentaire