samedi 4 mars 2017

Le Président Préval a t-il été tué par des “expressos à répétition”?

Dans un texte paru ce 4 mars 2017 dans le journal le Nouvelliste sur les dernières heures du Président René Préval sur terre, le député Jerry Tardieu écrit : "Pendant deux heures, autour des expressos que nous servait à répétition la sympathique Rose, nous allons échanger dans la bonne humeur et la plus parfaite convivialité."
On peut comprendre que ces expressos riches en caféine, à répétition, peuvent être la cause de la mort subite de cet ancien Président qui pouvait encore servir son pays, sur certains dossiers. 

L'absence de régime alimentaire est la cause principale de tous ces décès qu'on pouvait retarder. Des expressos à répétition pour un homme de 74 ans, c'est suicidaire. De plus, l'homme en question est connu comme un fanatique de la bouteille.  De l’alcool et des expressos à répétition peuvent former un cocktail puissant pour augmenter la pression artérielle jusqu'à faire exploser le cerveau.

L'irresponsabilité devient suicidaire en Haiti. D'ailleurs, elle risque d'anéantir toute la nation haïtienne.  
Si tout homme doit inévitablement mourir un jour, on peut retarder ce sort à partir des examens médicaux pour prévenir les pathologies et un régime alimentaire adapté à l’âge.

A un certain moment de la vie, il faut changer de régime alimentaire, cesser de consommer certains produits comme le café (des expressos), de l'alcool, des boissons gazeuses, les fameux Energy drinks et diminuer le groupe graisse, sel et sucre. Il faut aussi se reposer, passer moins de temps dans les soirées dansantes et limiter tous les excès, même les performances au lit. Il faut se méfier des désirs. Car, nous redoutons tellement le vieillissement de notre corps que notre esprit fait tout pour refouler vers l’inconscient (ignorer volontairement) nos difficultés physiques.

La force d'une nation repose aussi sur l'expérience ou la sagesse des gens du 3e âge. Ce n'est pas sans raison que les grandes nations s'obstinent à protéger leurs anciens Présidents, vice-Présidents, Ministres ou Premiers Ministres, généraux et officiers retraités des forces de sécurité à travers des programmes pour les vétérans, leurs anciens cadres, universitaires, théoriciens, professeurs, écrivains, intellectuels, etc. Dans ces pays, on aurait jamais utilisé des artifices comme la fameuse "décharge parlementaire" pour bloquer plus de 100 anciens ministres et premiers ministres expérimentés. Au contraire, on invite les anciens gouvernants dans des forums universitaires pour partager leurs expériences avec les jeunes.

Il n'y a pas de pensée stratégique de haute considération nationale en Haiti. Tout est réduit à une question de lutte pour le pouvoir personnel. Pourtant, à l'Est de l'Ile, les élites et la classe dirigeante en ont défini une. C’est ce qui leur vaut plus de 20 ans de stabilité politique, une croissance toujours positive et un processus de développement irréversible. 

On n'a qu'à observer le niveau académique de tous ceux qui exercent le pouvoir en République voisine pour se faire une idée du sérieux avec lequel les dominicains traitent les questions nationales. Comme je l'ai toujours observé en lisant l'histoire des deux Républiques de l'Ile, la République Dominicaine est fondée sur une société secrète nationaliste, identitaire et anti-haïtienne : La TRINITARIA. Une vraie expression de leur volonté de puissance, basée sur une organisation qui inculque la discipline nationaliste, le secret d’Etat et l’intérêt national. 

Malheureusement, depuis Toussaint Louverture nous (haïtiens) sommes plus poussés vers l'utilisation de la force brutale sans une véritable pensée stratégique à long terme. Car, s’il y avait cette forme de pensée, on n'aurait pas assassiné Jean-Jacques Dessalines; on aurait évité les guerres civiles justifiant l'occupation américaine de 1915; on n'aurait pas renversé Jean Bertrand Aristide; ce dernier n'aurait pas sollicité un embargo total - sur son pays - suivi de l'invasion des troupes américaines et de la démobilisation des Forces Armées d’Haiti (FAD’H);  les parlementaires n'auraient pas utilisé la décharge pour bloquer plus de 100 citoyens compétents et expérimentés dans un pays peuplé en majorité d'analphabètes et de diplômés sans réelles connaissances académiques ni techniques - en tenant compte du niveau mondial.

Pour revenir à la mort du Président Préval, il faut à ce pays une politique du 3e âge. Notre existence comme peuple dépend de la façon dont nous conservons les hommes et les femmes expérimentés qui constituent une réserve stratégique nationale. 

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
4 mars 2017
reseaucitadelle@yahoo.fr
@reseaucitadelle
WhatsApp: 509-3686-9669
-------------------
Lisez : Avec René Préval, durant ses dernières heures sur terre - (Texte de Jerry Tardieu)

Enregistrer un commentaire