Follow by Email / Suivez nous par Email.-

jeudi 24 janvier 2013

La presse infallible d'Haiti persecutée par Université de Connecticut?? (Lolll) ---- Les journalistes de Tout Haiti persécutés par le régime Martelly Lamothe

La représentation médiatique d'Haïti est problématique, selon un chercheur de l'UConn
Le Nouvelliste | Publié le : 2013-01-17
 

Tom Breen Université de Connecticut Traduit de l'anglais par Cyprien L. Gary
Pour bon nombre de citoyens américains, le mot «Haïti» renvoie à une multitude d'associations négatives : «pauvre», «peuplée», «surpeuplée», «dépendante de l'aide».De gauche à droite: Marissa Mack, Craemer Thomas,Omar Green,  Parker Sorenson, Caty Wagner, et Patrick Turek leur de leur séjour en Haïti
De gauche à droite: Marissa Mack, Craemer Thomas,Omar Green, Parker Sorenson, Caty Wagner, et Patrick Turek leur de leur séjour en Haïti
Les médias jouent un rôle de premier plan dans la formation de l'opinion publique des pays étrangers, et ces stéréotypes d'Haïti peuvent souvent être trouvés à travers le spectre des médias américains, selon Craemer Thomas,  professeur de politique publique à l'Université de Connecticut (UConn). C'est un problème, dit-il, non seulement parce que ces épithètes peuvent décrire  une image trompeuse, mais parce qu'elles peuvent aussi influer sur la façon dont les citoyens américains et le gouvernement agissent.
«Je pense qu'il y a une chance que ces stéréotypes puissent  affecter l'aide et la politique étrangère», dit Craemer.
L'an dernier, Craemer  s'est rendu en Haïti en compagnie de cinq étudiants grâce à une bourse de voyage de la Fondation Ford à travers l'Institut d'enseignement international. Leur objectif était de travailler avec le groupe  Partenaires pour le développement du logement dans la  région  de Blanchard, non loin de  Port-au-Prince, plus de deux ans après le séisme dévastateur qui a frappé Haïti. Mais il s'agissait aussi de jeter les bases d'une étude sur les attitudes envers cette nation des Caraïbes dans les grands médias américains.
«On parle constamment sur le risque de dépendance à l'aide, à propos de la corruption et d'autres dysfonctionnements qui sont considérés comme des failles de caractère chez le peuple haïtien lui-même», a-t-il dit. «Il est probablement juste de dire que les médias internationaux présentent une peinture exagérée de la réalité haïtienne.»
Le professeur Craemer et cinq étudiants de l'UConn, en l'occurrence Omar Green, Marissa Mack, Parker Sorenson, Patrick Turek et Caty Wagner ont construit un cadre d'échantillonnage des reportages des médias sur le tremblement de terre, basé sur des sources d'information américaines énumérées dans le  Pew Research Center's de l'Enquête biennale sur la consommation des médias. Les points de vente vont des réseaux de diffusion pour le New York Times à l'émission de radio Rush Limbaugh. Un petit échantillon aléatoire de 100 reportages sur le tremblement de terre en Haïti a ensuite été choisi, avec des phrases dans les histoires codées comme contenant stéréotype renforçant l'information ou  contredisant les stéréotypes dominants.
Craemer a été surpris de constater que l'image présentant Haïti comme un état dysfonctionnel défaillant en phase terminale ravagé par la violence et la corruption endémique était plus ou moins systématiquement signalée à travers les organes d'information: environ 67% des phrases codées dans la couverture du New York Times ont renforcé des stéréotypes par exemple, tout comme 77% de phrases dans la programmation de la radio conservatrice Limbaugh. Le professeur Craemer avertit que la taille réduite de l'échantillon ne permet pas de comparaisons statistiques entre les différents médias. Cependant, en dépit de la taille réduite de l'échantillon un biais statistiquement significatif a émergé pour l'échantillon dans son ensemble. Dans les versions futures du projet, il espère élargir l'échantillon afin que la comparaison source par source puisse être obtenue.
Le biais dans l'échantillon global des reportages est un problème parce que les médias jouent un rôle de premier plan dans la formation de l'opinion publique des pays étrangers, dit Craemer, et les stéréotypes à propos d'Haïti présentent  un portrait biaisé du pays. 
Haïti est un pays pauvre, sans aucun doute, mais il a des caractéristiques uniques qui permettent d'atténuer la pauvreté, qui s'y trouve. Par exemple, alors que la pauvreté dans la plupart des autres pays pauvres, c'est le manque de terres, beaucoup de pauvres d'Haïti sont des propriétaires fonciers. Cette caractéristique unique remonte au début des années 1800, lorsque les plantations d'anciens esclaves ont été redistribuées entre d'anciens esclaves insurgés. La terre est une source de fierté, et fournit la subsistance des familles élargies, malgré leur pauvreté. 
Elle leur permet également de participer à ce qu'on appelle le «secteur informel» de l'économie - qui est la partie de l'économie qui n'est pas taxée, réglementée, ou mesurée par le gouvernement. Le classement d'Haïti comme le pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental est basé sur son produit intérieur brut, une mesure qui exclut le «secteur informel» de l' économie.
L'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) estime que le marché de l'emploi informel en Haïti compte pour environ 90% du marché total de l'emploi du pays - en d'autres termes, la plupart de l'activité économique dans le pays n'est  pas prise en compte dans les calculs les plus fréquemment utilisés quand il s'agit de qualifier Haïti le pays le plus pauvre de l'hémisphère.
Une autre caractéristique de la couverture médiatique d'Haïti - une tendance à se concentrer sur des histoires de crime et de violence – l'a rendu  inquiet pour sa sécurité alors qu'il se préparait pour son premier voyage en Haïti. «J'avais vraiment peur de ce qui pourrait arriver, et nous avons le même problème ici aux États-Unis quand on parle de quartiers dits« bons »et« mauvais », a-t-il  indiqué.
«Oui, il y a un danger et il est élevé par rapport à la ligne de base normale, mais ça veut dire quoi? Combien de nous avions eu peur ? » Selon l'étude, pas autant que le suggère l'image médiatique.
Craemer soutient que l'image médiatique négative contre Haïti peut être enracinée dans les rapports contemporains de la révolution haïtienne (1791-1804) qui, dans le temps, avait donné des sueurs froides aux propriétaires  d'esclaves aux Etats-Unis. Ces craintes, par la suite, peuvent être incorporées dans la culture dominante américaine comme les stéréotypes raciaux anti-noirs dont les gens aujourd'hui, bien souvent, ne sont même pas conscients.
Craemer a rédigé un document présentant les conclusions de l'étude, qui comprend une section offrant des suggestions pour les journalistes qui couvrent le pays à l'avenir. Les journalistes, dit-il, doivent surtout chercher à expérimenter la vie quotidienne en Haïti à l'instar des Haïtiens, une expérience qui a été particulièrement précieuse pour les étudiants de Craemer. L'un d'entre eux, Marissa Mack, a écrit: « Oui, on pourrait dire qu'Haïti est pauvre, comparée aux normes américaines. Mais vivre parmi les Haïtiens, ayant un aperçu de leur vie pendant quelques jours, parlant avec les habitants, travaillant à côté d'eux, explorant des domaines pas forcément recommandés aux touristes, a dissipé la plupart des idées que j'ai personnellement eues du pays. »
Tom Breen Université de Connecticut Traduit de l'anglais par Cyprien L. Gary



































































































































































































____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

----- Mail transféré -----
De : Henry Dupiton <henrydupiton@gmail.com>
À : Haiti Connexion <HaitiConnexion@yahoogroups.com>
Envoyé le : Mercredi 23 janvier 2013 16h04
Objet : [HaitiConnexion] Les journalistes de Tout Haiti persécutés par le régime Martelly Lamothe

 

Le gouvernement Martelly Lamothe utilise des employés de l'état pour persécuter les journalistes de Tout Haiti


Tout Haïti Site d'information d'Haïti et de la diaspora
Pour lire la suite :  http://t.co/KOq4BO7b
Le gouvernement Martelly Lamothe utilisent des employés de l'état pour persécuter les journalistes de Tout Haiti

Tout-Haïti: Le forum web Haïti-Connexion parle de « Torchon qui brûle » entre Tout-Haïti et Réseau-Citadelle, quelles sont vos réactions ?

Sibert ne vit que par ça. J'ai l'impression quand ils (les Sibert et co) rencontrent le Président Michel Joseph Martelly et le PM Laurent Lamothe, la meilleure façon de justifier leur dynamique médiocrité de la stratégie de Communication du « régime tèt kale », ils gargarisent à leurs chefs que « tout est rose »……..

Tout-Haïti : Que vous révèlent vos recherches sur les Cyrus Sibert et co?

En faisant des recherches par les outils de TIC, j'ai découvert que Thierry Théodore est un employé de la Primature. Ce dernier s'amuse à diffamer au nom du gouvernement tout en détenant un email de la Primature de la République d'Haïti.
La Primature utilise deux domaines …….

Pour lire la suite :  http://t.co/KOq4BO7b
--
"Quand les bandits sont au pouvoir, la place d'un honnête homme est en prison
Michel Chartrand



Aucun commentaire: