mercredi 29 juillet 2015

Haiti - Homosexualité ou Pédophilie : Michael Geilenfeld se vante d’être gay et accuse les haïtiens d’homophobie.-

"Mais toute puissance sur terre Meurt quand l'abus en est trop grand..." Alfred de Musset

Michael Geilenfeld en compagnie des enfants de Saint-Joseph, le 29 avril 2015
Le Directeur de l’Orphelinat Saint-Joseph fait des accusations d’abus sexuels sur mineurs portées contre lui une arme puissante pour faire avancer la cause des homosexuels en Haïti.

Les accusations multiples d’agressions sexuelles sur mineurs dont fait l’objet Mr. Geilenfeld depuis 1985, ont été récemment transformées en lutte pour le droit d’un homosexuel américain en Haïti. 

Après trois (3) semaines de confusion et manipulation d’un jury composé entièrement de blancs, Mr. Geilenfeld présentait Haïti comme un pays insolite caractérisé par l’homophobie, et où les juges décident sous la base de la discrimination sexuelle. Il fanfaronnait son homosexualité, et est à présent de retour en Haïti dans le but de forcer l’Etat haïtien à l’accepter comme responsable d’orphelinat pour garçons démunies. 

Tout en reconnaissant qu’il a été accusé d’exploitation sexuelle par 17 mineurs, en différentes occasions, tel qu’en 1987, 1990, 1995, 2004, 2006, 2007 et 2011, l’ancien frère catholique, directeur de l’orphelinat Saint Joseph de Delmas 91, cherche à profiter de l’évolution des droits des homosexuels dans le monde et associe les accusations dont il fait l’objet à son orientation sexuelle. Piteusement, les  mensonges délibérés de Mr. Geilenfeld vis-à-vis des victimes et d’Haïti ont été relayés. 
 
Mr. Geilenfeld et son ONG « Hearts With Haiti » en sont sortis renforcés au détriment de 7 jeunes qui se disent victimes d’abus sexuels lorsqu’ils résidaient à l’Orphelinat Saint Joseph de Delmas 91. Le dossier est définitivement orienté sur les droits des homosexuels de diriger un orphelinat pour petits garçons en Haïti. Aujourd’hui, les groupes de pédophiles homosexuels influents et spécialement l’organisation pédophile NAMBLA reconnue comme sponsor de l’Orphelinat Saint-Joseph travaillent à créer un précédent en Haïti en portant la Cour d’appel de Port-au-Prince à maintenir le jugement secret adopté en l’absence des victimes le 29 avril 2015. 

Un mauvais précédent qui risque d’être très avantageux pour les prédateurs d’enfants. Admettons que si tous les homosexuels ne sont pas des pédophiles, en l’occurrence, les pédophiles qui abusent les petits garçons sont nécessairement des homosexuels. Dans l’avenir n’importe quel pédophile (homo) pourra utiliser ce précédant en Haïti pour discréditer les victimes et les autorités haïtiennes, comme vient de le faire Mr. Geilenfeld à Portland, Maine. 

La stratégie de Mr. Geilenfeld et de l’ONG « Heart With Haiti » a toujours été l’utilisation de la corruption dans l’administration publique et dans la justice pour se procurer les papiers et décisions nécessaires afin de prouver aux Etats-Unis qu’ils n’ont aucun problème en Haïti et pousser des instances américaines à  décider en leur faveur. Aussi, utiliseront-ils la décision obtenue aux Etats-Unis pour renforcer leur position en Haïti. 

Page d'accueil de l'ONG HeartswithHaiti.org
Fort du soutien de son ONG « Hearts With Haiti » basée en Caroline du Nord, Mr. Geilenfeld, accusé multiple d’abus sexuels sur enfants démunis de sexe masculin se trouvant à son orphelinat est de retour en Haïti. Il se dit homosexuel, accuse les haïtiens d’homophobie, réclame le droit de continuer à être responsable d’une maison d’accueil pour petits garçons démunis et continue d’avoir accès aux enfants en violation des décisions de l’IBESR. Plusieurs jeunes se disant victimes de Geilenfeld continuent de réclamer justice; l’Etat haïtien réclame le “tribunal criminel pour agression sexuelle, viol, atteinte à la pudeur et traite d’êtres humains conformément aux articles 278, 279, 280, 281, 282, 283 et l’article 3 du décret de l’assemblée Nationale en date du 12 janvier 2004 ratifiant le protocole additionnel à la convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée”. 

L’affaire est devant la Cour d’Appel de Port-au-Prince. La justice haïtienne devra assumer ses responsabilités et se prononcer sur ce dossier.

Leurs mensonges éhontés et leurs manœuvres déloyales ont donné au dossier Geilenfeld/HeartWithHaiti une dimension internationale. L’Etat haïtien et son peuple ont été accusés d’homophobie. La justice haïtienne a le devoir de rétablir les limites entre homosexualité et pédophilie.

Faut-il rappeler qu’Haïti n’est sur la liste des 79 pays homophobes du monde où l’homosexualité est illégale. Etre homosexuel n’est pas un crime en Haïti. Cependant, il serait illégal pour un homosexuel accusé de pédophilie de diriger une maison d’accueil pour garçons démunis.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
28 juillet 2015 (100 ans de l'occupation américaine)
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
Enregistrer un commentaire