mercredi 18 novembre 2015

La presse haïtienne a tué Jean Max Blanc! (Texte de @CyrusSibert)

Le Journaliste, Jean Max Blanc

J’ai lu avec intérêt, dans le journal LeNouvelliste.com , le texte de Roberson Alphonse titré : “Qui a tué Jean Max Blanc?” 

La réponse à la question est simple : “C’est la presse haïtienne qui a tué Jean Max Blanc”. 

Oui! Cette presse haïtienne, plus occupée à suivre des politiciens de pacotille qu’à travailler sur les besoins réels de la population;

Cette presse qui passe toute une journée à couvrir des manifestations de rue organisées par des partis politiques incapables de se moderniser ni d’offrir un projet intéressant à la population; 

Cette presse qui offre une grande visibilité aux agents déstabilisateurs, créant l’impression qu’Haiti appartient à ces groupuscules organisés qui après chaque échec électoral, retournent dans la rue pour imposer leur volonté-de-groupe que les électeurs ont rejetée lors du scrutin national;

Cette presse qui ne consacre pas assez d’espace dans ses éditions de nouvelles pour des sujets comme : L’Education, la Santé, l’environnement, le dysfonctionnement et l’inutilité de l’Université d’Etat d’Haiti, le mal fonctionnement des hôpitaux, l’insécurité, la situation des agents de la force publique - des policiers en service sans gilets protecteurs ni couverture et qui se font buter par des bandits, les assassinats répétés de citoyens à la sortie des banques de la capitale, les prix des produits de base, l’électricité, l’accès à l’eau, l’assainissement, l’habitat, les lois progressistes qui n’ont pas été votées au parlement, le bilan des personnalités qui se portent candidats…

Les politiciens envahissent les médias et les utilisent à des fins politiciennes. Ce n’est plus un SERVICE PUBLIC mais un OUTIL DE PROPAGANDE POUR LE COMBAT POLITIQUE. On parle d’intrigues politiciennes et malsaines à longueur de journée sur les médias haïtiens… Il y a toujours une fausse “source crédible" pour cacher la paresse si ce n’est le fanatisme des journalistes. De quelle politique parle t-on au niveau des médias haitiens??? Des accusations sans fondement, sans preuve, sans lendemain; aucune proposition de solution réaliste i.e. basée sur les ressources disponibles ou mobilisables.

La presse haïtienne a oublié Jean Max Blanc. Ses confrères journalistes n’ont pas su faire un petit reportage sur le dysfonctionnement du service dialyse qu’il utilisait pour survivre. Ils n’ont pas su suivre ce problème réel. Car, poussés par les ambitions politiques ou économiques - pécuniaires - des patrons de médias qui se positionnent toujours en adversaires pour mieux exercer leurs pressions et enchérir, les journalistes haïtiens agissent comme des agents d’opposition abandonnant le peuple à lui-même, oubliant les problèmes réels du pays.

Nous (journalistes) avons tué Jean Max Blanc; Du moins, nous n’avons pas contribué à sa survie. Il faut avoir le courage de le dire.

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haiti
reseaucitadelle@yahoo.fr
@reseaucitadelle

Le texte de Roberson Alphonse : Qui a tué Jean Max Blanc? http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/152574/Qui-a-tue-Jean-Max-Blanc
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, But you can't fool all the people all the time." (Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire