Follow by Email / Suivez nous par Email.-

samedi 23 décembre 2017

Joyeux Noël aux militants honnêtes, ceux que l’on considère comme des “militants acquis" !

Joyeux Noël aux militants honnêtes, ceux que l’on considère comme des militants acquis ! #Haiti #LeRecit

Jeudi dernier un militant sur un groupe WhatsApp m’a demandé de supporter le mouvement d’intégration des militants dans l’administration publique. Je lui ai répondu “Désolé! Je ne suis pas en position d’aider.

Quelques heures après, dans la presse, le Ministère des Affaires sociales annonce que 2882 agents contractuels seront payés. 4000 contractuels de doublure, et 2000 contractuels inactifs font partie de cette institution.

Et, je me suis dit : “ Ces gens ne sont pas des militants acquis, mais des abolotcho ou des militants anti-gouvernementaux.

Alors, j’ai vite compris qu’en Haiti il y a 3 sortes de militants.

1- Les militants honnêtes, sérieux et de conviction qui constituent le groupe des militants acquis; donc pour lesquels, on n’est pas obligé de faire des efforts;

2- Les abolotcho qui sont toujours au pouvoir, parce qu’ils n’ont pas de camp, ils sont toujours prêts à prendre la forme du pouvoir en place. Les bourgeois salopes et sans pudeur font partie de ce groupe;

3- Les militants anti-gouvernementaux; eux ils sont toujours en face du pouvoir en place, exercent des pressions et sont bien traités, même quand ils font du bruit dans les médias.

Quand on écoute la déclaration de Assad Volcy qui vous dit que le Président Martelly lui avait offert 500,000 dollars U.S. pour cesser le mouvement de protestation, on peut déduire que ceux qui terrorisent et font peur ont un revenu considérable en Haiti. Un demi million de dollars??? Martelly n’a jamais offert cette somme à un militant TET-KALE ou acquis.

Qui pis est, la majorité des nominations aux postes de chargé de mission se font au profit des Abolotcho ou des militants anti-gouvernementaux.

Alors que les pouvoirs s’activent à gérer leurs opposants, ils se disent que les militants acquis peuvent toujours attendre. Car, ils n’ont d’autres choix que de nous supporter. Ils sont ainsi relégués au dernier rang.

Pourtant, s’ils tombent malade, ils devront payer pour obtenir les soins médicaux. Il y a aussi la famille, les enfants, le loyer, l’écolage… Mais, on les demande d’attendre, on pense qu’ils ne méritent pas de fortes sommes d’argent, alors qu’on s’occupe des opposants et des abolotcho. Si actif un militant n’arrive pas à se faire respecter, ce n’est pas quand il sera retenu au lit par la maladie.

Nous savons qu’il existe des contraintes. Je n’ai aucun problème avec les démarches du Ministère des Affaires Sociales pour payer les contractuels. Mais, je pense que c’est injuste qu’on continue de négliger ceux qui ont passé 25 mois avec nous, dans la rue en 2016, en vue d’exiger l’organisation des élections.

Il faut agir avec justice pour éviter qu’un jour, la scène politique ne soit vidée de tous les militants honnêtes et crédibles.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
23 décembre 2017
WhatsApp : 509-3686-9669
@ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

Aucun commentaire: