Follow by Email / Suivez nous par Email.-

lundi 14 décembre 2009

[Cyrus Sibert à Stanley Lucas] --- L'OBLIGATION EST FAITE AU PEUPLE ET A FANMI LAVALAS DE RELEVER LE DEFI

Stanley,
 
Je partage ton opinion sur l'intégration des militants du Parti Lavalas. Je connais des Lavalassiens qui souffrent par le fait qu'ils cherchent à rester fidèles au Parti. Il faut bouger les choses. Ce sont des militants que nous avions combattus en 2003 et qui finalement, avec le temps, cherchent à exercer un leadership démocratiquement correct dans le sens du progrès. Ces jeunes qui sont des professionnels de la politique, n'ont d'autre alternative d'intégration que l'exercice du pouvoir politique ou la participation.
 
On ne peut pas les condamner à l'exclusion. Ils ont le droit de participer. Un leadership qui cherche à les maintenir dans l'exclusion avec l'idée qu'ils adopteront une position radicale de violence politique capable de maintenir le pays dans l'instabilité fait fausse route. Aujourd'hui, les jeunes de 18 ans n'ont pas connu 1990, ils connaissent mal Aristide. Dans 5 ou 10 ans, ce sera un souvenir comme d'autres. Peut-être il y aura des Fans club de Titid, comme on le voit pour Bob Marley et autres personnalités qui jouissent d'une popularité. Mais cela s'arrêtera là.
 
Ceux qui refusaient de comprendre les raisons pour lesquelles on ne pouvait pas accepter les agissements d'Aristide en 2003 sont devenus plus ouverts. Cela permet de découvrir chez eux des qualités extraordinaires, un esprit de solidarité et de sacrifice et un sens patriotique qui méritent RESPECT. Aujourd'hui, ils ne sont plus des gamins naïfs, mais des pères et mères de familles. Ils ont des responsabilités. Ils doivent donner à manger chaque jour, payer le loyer, acheter de biens pour la boite à lunch des enfants, faire face aux frais de santé, supporter les grands parents... A ce niveau, on devient plus réaliste. On se laisse manipuler difficilement par un ex-président bien installé en Afrique du Sud, aux frais des contribuables africains.
 
C'est là réalité! Le Président Aristide - nous disons président pour marquer du respect pour ses partisans, même quand nos opinions sur l'homme n'ont pas changé - doit le comprendre. Cette stratégie ne marchera pas. Il droit libérer Fanmi Lavalas et permettre aux jeunes leaders de redéfinir leur combat dans le cadre d'une nouvelle stratégie. Le principal obstacle qui empêche Jean-Bertrand Aristide de rentrer en Haïti est la peur de voir ces leaders désabusés et affranchis de ses dictats se liguer contre lui.
 
Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
 
--- En date de : Lun 14.12.09, Stanley Lucas <centurionlucas@gmail.com> a écrit :
De: Stanley Lucas <centurionlucas@gmail.com>
Objet: [GrandsDébats] Re: L’OBLIGATION ESR FAITE AU PEUPLE ET A FANMI LAVALAS DE RELEVER LE DEFI
À: VINOUSH@yahoogroupes.fr
Cc: grandsdebats@yahoogroups.com
Date: Lundi 14 Décembre 2009, 17h38
 
La Fanmi Lavalas est une organisation divisee. La plupart des membres de son leadership ont prefere ceder a la corruption de l'Unite. Pour mieux comprendre la dynamique de Lafanmi j'invite les internautes a lire ma lettre a Jean Betrand Aristide:
Lettre Ouverte de Stanley Lucas a Jean Bertrand Aristide Representant National de Fanmi Lavalas

M. Jean Betrand Aristide
Representant National Fanmi Lavalas
 
M. Aristide:
 
Depuis cinq ans vous vivez en Afrique du Sud, deconnecte a la realite Haitienne. Tres loin du pays, pour regner en maitre, depuis cinq ans vous sabotez les efforts d'unite du parti Fanmi Lavalas. Par ces actions vous sabotez l'avenir des jeunes professionels et militants lavalassien non impliques comme vous dans les demandes officielles d'occupations depuis 1994, dans la corruption, la violence politique, la manipulation electorale et le trafique de la drogue.
 
Aristide, vous avez choisi Maryse Narcisse pour semer le vent de la division au sein du parti Fanmi Lavalas. Ce faisant vous avez choisi la strategie de Jean Claude Duvalier qui depuis 23 ans maintient la division au sein des Duvalieristes pour bloquer l'emergence d'un leadership de ce parti en Haiti. Veronique Roy seme le vent de la division chez les Duvalieristes, comme Maryse Narcisse le fait pour vous chez les lavalassien. Duvalier le fait depuis vingt trois ans, vous le faites depuis cinq ans. Aristide, combien de temps va durer cette comedie? Vingt trois ans?Â
 
Le parti lavalas sous votre leadership avait une opportunite historique de moderniser Haiti. Vous avez prefere l'elimination des opposants, l'occupation, la corruption. Vous avez choisi d'armer les jeunes au lieu de les eduquer. Aujourd'hui vous avez abandonne Amaral Duclona qui se battait avec des armes pour votre retour et selon vos instructions. Son operation Paka Tan'n c'etait pour vous Aristide. Comme Judas, comme un chien vous l'avez abandonne, l'homme qui etait pret a mourir pour vous. Lachete? Traitrise? Ce n'est pas votre premiere fois, je me souviens du sort que vous aviez reserve a Amyot Metayer, un homme qui vous servait. Pourquoi les lavalassien d'Haiti devraient-ils rester fideles au fils de Judas?
 
Apres le coup d'etat de 1991 au lieu de rentrer dans votre pays avec le courage de Charlemagne Peralte comme l'a fait le president Zelaya apres le coup d'etat militaire au Honduras, vous avez prefere detruire l'economie du pays avec un embargo economique en 1992 suivi de votre demande officielle d'intervention militaire de 1994. Aristide, comme d'autres avant vous, vous aurez a faire votre confession et l'histoire ne manquera pas de vous donner la place que vous meritez.
 
Je suis contre l'exclusion de Fanmi Lavalas du processus electoral de Fevrier 2010, je ne partage pas la politique de l'exclusion que vous avez pratique dans le passe. Mais vous devez, Aristide, assumer votre part de responsabilite dans cette affaire. Au lieu de vous retirer avec les membres de votre parti qui pataugeaient dans la corruption, vous avez prefere, dans votre egoisme de toujours, rendre la tache facile a Rene Preval en restant. Vous etes vraiment petit Titide, vous avez trahi la patrie et les lavalassien. Le president Peron de l'Argentine avait su se retirer pour donner une chance a son parti. Mais vous, vous pensez toujours a votre petite personne et non aux autres, au pays, c'est pourquoi que vous le vouliez ou pas Aristide, vous faites partie du passe. Les jeunes lavalassien d'Haiti l'ont compris, les reformes auront lieu ou le parti disparaitra. Adieu Aristide.
 
Stanley Lucas

Aucun commentaire: