Follow by Email / Suivez nous par Email.-

vendredi 28 juin 2019

Volonté politique et financement innovant : des éléments clés pour faire des villes intelligentes africaines une réalité.-

Volonté politique et financement innovant : des éléments clés pour faire des villes intelligentes africaines une réalité.-

Jeudi 27 juin 2019 – Laurent Lamothe[1] a pris part 
. M. Lamothe, qui est connu comme le Premier Ministre d'Haïti le plus accompli et ayant servi son pays le plus longtemps, a participé à ce forum en tant que panéliste, afin de partager son expérience du financement innovant et de l'innovation dans le secteur privé en tant que moteur « clé » du développement de villes intelligentes en Afrique. 

Au cours de quatre tables rondes tenues sur trois jours, les panélistes ont discuté des efforts requis pour réaliser la transformation numérique en Afrique, ainsi que de l'importance, pour les gouvernements, de comprendre le concept de participation citoyenne. Le forum a également exposé l'idée que les villes intelligentes étaient la clé du changement dans les nations en développement. D'après Laurent Lamothe, la participation du public et des citoyens est nécessaire afin d'accélérer le développement des villes intelligentes. Il ajoute que les gouvernements africains doivent envisager des mécanismes de financement innovant pour pouvoir financer le développement des villes intelligentes.

Selon les prévisions, près de 70% de la population mondiale vivra en zone urbaine d'ici 2050. Certaines mégapoles ayant déjà des difficultés à gérer l'afflux actuel de personnes, il est important de créer des villes intelligentes afin de rendre ces zones urbaines plus vivables et réellement durables.

« Nous sommes dans l'ère de 'l'uberisation' des économies. Cela signifie que les économies se mettent de plus en plus au service des citoyens. Sans aucun doute, l'économie d'un pays est interconnectée, et il est important pour les gouvernements de comprendre cela, et de participer activement au changement », affirme Laurent Lamothe.

L'Afrique offre une opportunité de sauter des étapes, car tous les éléments sont réunis. Cependant, la mise en œuvre et le financement demeurent le talon d'Achille de la plupart des gouvernements. Les politiques, l'infrastructure et la technologie sont disponibles, mais c'est le financement des villes intelligentes qui représente le véritable défi. Un gouvernement ne peut à lui seul mener à bien le développement de villes intelligentes. Il doit cependant bien sûr initier la création d'un cadre politique approprié et mettre à profit l'innovation dans le secteur privé.

Mais il doit également envisager de financer ce développement centime par centime. Les pays émergents n'ont que peu de moyens à leur disposition pour financer leur développement, et le financement innovant offre de nombreuses possibilités dans ce cadre. Le financement innovant fait référence à un éventail de mécanismes non traditionnels visant à lever des fonds supplémentaires pour le développement, à l'aide de projets « innovants », tels que des micro-contributions, des taxes, des partenariats public-privé et des transactions financières basées sur le marché. De cette façon, le gouvernement peut mettre à profit des millions de transactions en y appliquant une micro-taxe, et ainsi générer des millions de dollars de revenu supplémentaire pour le développement.

Avec le soutien du financement innovant et de l'innovation dans le secteur privé, les gouvernements africains seront en mesure de combiner l'infrastructure, la durabilité, la connectivité, la mobilité, l'énergie et la communication en une seule plateforme, ce qui représente une approche intégrée unique au développement de villes intelligentes.
« L'Afrique devrait s'inspirer des chefs de file comme l'Estonie, Singapour, le Liban et São Paulo au Brésil, car ces derniers peuvent fournir des enseignements précieux en ce qui concerne les solutions possibles », conclut Laurent Lamothe.

La recherche a permis d'estimer que 2,33 milliards d'éléments connectés avaient été installés dans les villes intelligentes à l'échelle mondiale en 2017. De plus, des estimations avaient indiqué que le marché des infrastructures intelligentes – le plus important segment des solutions relatives aux villes intelligentes – connaîtrait une croissance annuelle de 23% entre 2016 et 2020.

-fin-


https://www.youtube.com/watch?v=6wf3VWXSLzI
Pour un complément d'informations concernant Angotic, veuillez consulter www.angotic.gov.ao

Pour toute demande de renseignements de la part des médias, veuillez contacter Cecilia au +1 786 205 8780 ou à cecilia@lslwi.com,

[1] À propos de Laurent Lamothe
Laurent Salvador Lamothe est un chef de file visionnaire animé d'un profond sentiment de responsabilité sociale à l'échelle mondiale, ainsi qu'un leader d'opinion dans les domaines de la santé, de l'éducation, du développement durable et des marchés émergents. Son approche est à la fois pragmatique, créative et clairvoyante.

Il est ancien Premier Ministre d'Haïti. Il est membre fondateur de La Fondation Dr Louis G. Lamothe, lancée depuis 2016. La Fondation Dr Louis G. Lamothe intervient à Panyol et à Anse du Clerc. La Fondation fait la promotion de l' éducation intelligente, de la reforestation à Panyol et accompagne la communauté d'Anse du Clerc dans la réhabilitation des logements détruits lors du passage du cyclone Mathieu ainsi dans l' appui à l' économie de la pêche.

M. Lamothe est un entrepreneur prospère qui met à profit son expertise en gestion d'entreprise afin de développer des infrastructures critiques dans les nations émergentes. En juillet 2015, Lamothe crée LSL World Initiative, une société privée fournissant aux gouvernements des solutions qui leur permettent de mettre en place les mécanismes de financement nécessaires à la création de programmes de développement durable répondant à leurs besoins et priorités.

Pour un complément d'informations, veuillez consulter www.lslwi.com

Aucun commentaire: