dimanche 19 août 2018

Arnel Belizaire: Nenel Cassy paka nan komisyon PetroCaribe paske nom'l s...


Yo retire yon pakèt nom moun ki te nan rapò ankèt PetroCaribe a e yo mete lòt nom moun. Arnel Belizaire di Nenel Cassy pat sipoze nan ankèt sou fon #PetroCaribe a paske nom l site tou nan defilfare lajan BMPAD. Arnel di gen tròp betiz ki ap fèt nan komisyon etik koripsyon an pou yo ta menm ouvè bouch yo pale sou koripsyon. Li di lè yon senatè ap vann pòs li bay sektè piblik, pandan BNC ap prete yon nèg 74,000,000 goud, epi yo pa janm di anyen. Arnel di li pat nan rapò sa kote yo t'ap retire nom moun pa yo mete nom moun yo vle. Plis detay

https://youtu.be/X2AUoMVwViY

'How could this happen again?' Why this Catholic abuse scandal seems worse than 2002


Analysis by Daniel Burke, CNN Religion Editor
Updated 12:04 AM ET, Sun August 19, 2018

(CNN)This is how bad things are in the Catholic Church right now: The Pope's top adviser on clergy sexual abuse canceled a trip to Ireland for a papal event because he has to investigate sexual misconduct in his own seminary.

And Cardinal Sean O'Malley of Boston, president of the Pontifical Commission for the Protection of Minors, isn't alone. Cardinal Donald Wuerl of Washington, another key papal ally embroiled in the sex abuse crisis, has also canceled his appearance at next week's World Meeting of Families, a spokesman told CNN.

Consider the litany of recent incidents in the Catholic Church:

• Catholic bishops have launched investigations into sexual misconduct in seminaries in Boston, Nebraska and Philadelphia.

• The former archbishop of Washington resigned from the College of Cardinals after accusations that he molested seminarians and an altar boy.

• A Catholic bishop in Australia was convicted by a civil court of covering up abuse, and the Vatican has accepted the resignations of six bishops from Latin America after church investigations.

• An Associated Press investigation found evidence that priests and bishops around the world have abused Catholic nuns and sisters for decades.

• Next week, the Pope plans to travel to Ireland, where the former president, in an interview with The Irish Times, recently accused a top Vatican official of pressuring her to "protect" incriminating church documents from civil authorities in 2003. The Vatican has declined to comment on the allegation.
But none of the above compares to the stomach-turning, nearly 900-page grand jury report unveiled Tuesday in Pennsylvania.

The report, two years in the making, revealed shocking accusations: More than 1,000 children had been abused by 300 Catholic "predator priests" in six Pennsylvania dioceses during the past 70 years.

The report also said some church leaders covered up the crimes, shuffling priests from rehab centers to parishes, giving no notice to parents or civil authorities.

The state's attorney general called it the largest investigation ever by a US government into the Catholic Church. The president of the US Conference of Catholic Bishops called it a "moral catastrophe."

"I know that many of you are asking," Cardinal Blase Cupich wrote to Catholics in his Chicago archdiocese Friday, "how could this be happening again?"

If the Catholic sexual abuse scandal that came to light in 2002 slowly unspooled through news reports, Pennsylvania's grand jury report landed like an atom bomb, dropping its online horrors all at once. With some redactions, the report was readily available for everyone to read and share: the accusations of sexual deviance, shameless lies and deceitful churchmen.

"What we have now is people freely expressing their outrage on Facebook and Twitter," said Greg Kandra, a Catholic deacon in Brooklyn, New York. "The anger is palpable. This is like 2002 on steroids."

The details in the grand jury report are so disturbing -- one section describes a gang of pedophile priests who marked their child victims with crucifixes -- that some Catholics said they now fear raising their children in the church.

Many are also calling for bishops and other church leaders to be finally held accountable.

All of the bishops and most of the priests named in the report escaped punishment.

They were allowed to resign or quietly retire. Some were given recommendations for other jobs, including one at Disney World. Because of extensive coverups, the statute of limitations had run out on most of the crimes, the grand jury said. Only two priests were charged with crimes as a result of the investigation.

"The bishops' first reaction was to say that things look bad, but they did all we could," said Paula Kane, chair of Catholic Studies at the University of Pittsburgh.

"But lay people aren't buying that. The trust between the church's hierarchy and the people in the pews has been destroyed."

This week, as the Catholic mood in the United States has shifted from shock and grief to outrage, an increasing number of Catholics are calling on the church to clean house, starting with the bishops.

Friday, Catholic theologians, scholars and lay leaders began circulating a petition urging all 271 active bishops in the United States to step down.

As of Saturday, it had more than 1,000 signatures, representing a small fraction of the 68.5 million Catholics in the United States.

"Today, we call on the Catholic Bishops of the United States to prayerfully and genuinely consider submitting to Pope Francis their collective resignation as a public act of repentance and lamentation before God and God's People," the petition said.

Bishop-sized loophole

After the 2002 Catholic sexual abuse scandal, the US Conference of Catholic Bishops adopted new policies. They pledged to report priests accused of abuse promptly to police, include lay experts in abuse investigations and adopt "safe environment" training in their dioceses.

Catholic leaders say the policies have worked.

"By finding almost no cases after 2002, the grand jury's conclusions are consistent with previous studies showing that Catholic Church reforms in the United States drastically reduced the incidence of clergy child abuse," Greg Burke, director of the Vatican's press office, said Thursday.

Burke also called the accusations in the grand jury report "criminal and morally reprehensible."

But some Catholics say the bishops' policies have a bishop-sized loophole, as evidenced by the case of Archbishop Theodore McCarrick.

McCarrick, who resigned from the College of Cardinals on July 28, apparently rose to the top of the church's ranks even though there were persistent rumors about his behavior with young men, including seminarians in his dioceses. McCarrick has denied the accusation about the altar boy and has not commented on the other allegations.

Two New Jersey dioceses where he was a bishop -- Metuchen and Newark -- have acknowledged paying settlements to men who accused McCarrick of abuse. The dioceses have refused to divulge the years of the settlements.

Cardinal Daniel DiNardo, president of the US Conference of Catholic Bishops, announced Thursday that he will ask the Vatican to conduct an "apostolic visitation," church-speak for an investigation, into McCarrick, and what church leaders knew about his behavior.

DiNardo also said the bishops' conference is working on a plan to make misconduct and abuse by bishops easier to report and resolve. Both of those steps would take approval from the Vatican. Under church law, only the Pope can discipline or remove bishops.

Some Catholics say they are wary of bishops trying to police each other, saying such a system could be rife with conflicts of interest.

"I'm not so sure it should be up to the bishops to make recommendations or suggest solutions," said Kurt Martens, a canon law expert at The Catholic University of America in Washington.

"The credibility of the bishops is not that high," Martens said, "and I am saying that charitably."

What comes next?

Next week, the Pope plans to travel to Ireland, a country that suffered through its own appalling clergy sex abuse scandal in 2009. He is widely expected to meet with victims, perhaps privately, and may also publicly address the Pennsylvania grand jury report in some way.

American Catholics are increasingly skeptical of how the Pope is handling sex abuse in the church, according to the Pew Research Center. Less than half say he is doing a "excellent" or even "good" job on the issue, according to a survey taken in January, before the most recent scandals.

Some say the recent scandals are cause for the church to rethink its stance on the all-male and mostly unmarried priesthood. (The Roman Catholic Church currently ordains married men in rare occasions.)

The Pope has said the "door is closed" on ordaining female priests, but has said he is open to discussing the possibility of married priests in places where there is a shortage of clergy.
But the meeting to discuss that possibility won't take place until October 2019. Many Catholics are looking for action now.

In May, all of Chile's 31 active bishops were called to Rome for an emergency summit after a Vatican investigator looked into a clergy sex abuse scandal in that country. All 31 offered their resignations, and the Vatican eventually accepted five of them.

Experts say it would be impractical for all 271 of the active bishops in the United States to travel to Rome and meet with the Pope, and even more impractical to ask all of them to resign, though Francis could summon just the former and current bishops from Pennsylvania.

It's also possible that the Vatican quickly greenlights the US bishops' proposals to provide for greater oversight of bishops, even though that idea is often unpopular in Rome. (A papal proposal in 2015 for a church tribunal to judge bishops was quietly scotched.)

For centuries, Catholic bishops have had near-total control in their dioceses, with little oversight from anyone save the Pope, said Kane, the Pittsburgh University scholar.

"That old model is still in place," she said.

But the pressure is building on the bishops to change quickly.
Cardinal DiNardo, the president of the US Catholic bishops' conference, said he plans to travel to Rome to present his plan and "urge further concrete steps based on them."

He and other Catholic leaders say they don't have much time to repair public trust in the church.

"The clock is ticking for all of us in church leadership," said Cardinal O'Malley of Boston, the Pope's top adviser on sexual abuse.

"Catholics have lost patience with us and civil society has lost confidence in us."

Meanwhile, officials in Pennsylvania said their investigation is not over. State Attorney General Josh Shapiro said his office's hotline and email accounts for abuse survivors have "lit up" with more than 150 calls since the grand jury report was published.

And some prominent Catholics, including Illinois State Supreme Court Justice Anne Burke, are calling for attorneys general in more states to follow Pennsylvania's lead.

"That's the only way I see something happening," she told National Catholic Reporter.


https://www.cnn.com/2018/08/19/us/catholic-sex-abuse-outrage/index.html

samedi 18 août 2018

Le Vatican expulsait ses prêtres pédophiles vers la Caraibe — #Haiti.-



En 1963, le père catholique Gerald Fitzgerald de Boston, fondateur de la “Congrégation du Paraclet”, avait conseillé au Pape d’envoyer les prêtes pédophiles dans la Caraïbe. 

Avec tous les abus sexuels découverts en #Haiti, on se demande si notre pays n’a pas été choisi, avec la complicité et le silence de la Conférence des Évêques haïtiens qui refuse d’identifier et de porter assistance aux victimes? @Pontifex_fr 

#LeReCit


L’#OXFAM, a t-elle été victime de corruption en #Haiti?

Le silence des ministères de la Planification @MPCEHa et des affaires Étrangères @MAECHaiti, trois semaines après que le père Jean-Claude Bergeron a avoué avoir violé des enfants en #Haiti et plusieurs mois après que des missionnaires étrangers ont mutilé l’organe sexuel d’un enfant à l’Église Chrétienne de Pillatre dans le Nord d’#Haiti, nous porte à questionner les vrais motifs de l’agressivité de ce gouvernement contre l’ONG @Oxfam.
Deux poids de mesure! #LeReCit

https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1030631129714515969?s=21
———————————

#Haiti - Missionnaires Pédophiles : Le silence des Églises, une insulte aux victimes.- #LeReCit

La liste des missionnaires accusés ou condamnés pour abus sexuels sur des enfants d’#Haiti est longue. Même quand la contribution de la justice haïtienne dans cette lutte est insignifiante — souvent au profit des prédateurs sexuels, chaque semaine, les autorités canadiennes ou américaines, enquêtent, arrêtent et condamnent leurs ressortissants pour abus sexuels sur des mineurs haïtiens.

Des centaines de jeunes victimes sont restés sans secours ni assistance. Les églises locales, catholique ou protestantes, gardent un mutisme révoltant.

Le dernier cas, en date, est ce dossier de Monsieur Jean-Claude Bergeron, un prêtre canadien condamné à une peine de prison pour attouchement sur des enfants canadiens, qui avoue avoir abusé sexuellement des petits garçons haïtiens, lorsqu’il était en mission en #Haiti. A ce moment là, il était membre de la Congrégation Rédemptoriste, une congrégation cléricale de droit pontifical, évoluant sous la supervision de la Conférence des Évêques Haitiens, la plus haute instance de l’Église haïtienne.

Ce nouveau dossier doit permettre de questionner et comprendre les responsabilités au niveau local : quels sont les complices? Quel a été le comportement des supérieurs hiérarchiques face à ce comportement criminel? Qui était au courant de ces abus sexuels sur des enfants haïtiens? Qu’est-ce qui a été fait pour recenser les victimes, les aider à traverser les traumatismes de ces abus sexuels?

Alors que partout dans le monde, l’Église Catholique sous la direction du Pape François 1er, fait des réformes et adopte des mesures pour résoudre ce problème des prêtres pédophiles, en #Haiti, les Evêques pratiquent un mutisme, une omerta qui n’est autre qu’un mépris profond pour les victimes de ces missionnaires pédophiles qui arrivent dans le pays avec la bénédiction, l’appui et le support total des plus hautes autorités de l’Église haïtienne.

Nous allons affronter ce comportement inacceptable, contraindre les responsables haïtiens à assumer leurs responsabilités, jusqu’à imposer des réformes, en termes de :

1-“Child Protection Policy”, Code de conduite protégeant les enfants, applicable aux missionnaires désireux de travailler dans le pays;

2- protocole de prise en charge globale des victimes;

3- obligation de dénoncer les pédophiles, de les rapporter aux autorités policières et de collaborer avec la justice;

4- formation du personnel des Églises sur les dispositions en vigueur, des comportements à adopter, en vue de protéger les enfants et la population en général.

La légitimité sociale du travail missionnaire dépend de la responsabilité — administrative, pénale et civile des religieux suivant leurs actes et les faits qui découlent de leur comportement. Le développement de l’Église en dépend.

Ainsi, déterminons les niveaux de responsabilités au niveau local. L’Église haïtienne ne peut nous faire croire qu’elle est au-dessus de la mêlée. 
#LeReCit 

vendredi 17 août 2018

Reskonsab Legliz Katolik #Haiti trete viktim pedofil pi mal pase chen.- #LeReCit

- 4 jou apre yo rapòte plizyè viktim pedofil nan Pennsilvany #USA, legliz Katolik ameriken fè ekskiz, le Pap mande rankontre viktim yo. 

- 3 senmenn depi Pè kanadyen Jean-Claude Bergeron avwè li te vyole timoun #Haiti, otorite Katolik fè silans, meprize yo tankou chen. #LeReCit

Otorite katolik #Haiti pa ka kontinye ap inyore timoun #Haiti ki viktim vyòl pè ak misyonè. Tout timoun se timoun, tout viktim se viktim. @Pontifex_fr

Kòman mwen fè ateri nan politik, ki sa map chache !!! (Teks Cyrus Sibert), #LeReCit

Depi’m piti mwen toujou renmen libète’m. Mwen toujou yon travayè lib ki gen patnè, asosye, men jamè boss. A 21 an, mwen te pito fè maketing Kapòt Pantè nan tout peyi-a pou’m rete otonòm ak benefis 20 goud sou chak bwat, tan pou’m te chita ap veye koze moun oubyen ranpe. #LeReCit

Apre sa, mwen deside al etidye dwa pou’m ka avoka ki se yon profesyon liberal. An 2002, obligasyon sitwayèn pou enfòme pèp la fas a vyolans ak entimidasyon chimè lavalas Aristide yo mennen’m nan metye jounalis, nan yon moman kote yo tap touye jounalis, fòse yo ekzile, boule radyo

3 desanm 2002 yo rale zam sou mwen ri 16 k-L.
22 desanm 2002 yo bat mwen ak zanmi’m Isaac Marcelin.
Depi lè sa map viv sou menas.
Avril 2003, yo voye achte’m ofri’m job, lajan ak viza pou fanmi’m.
17 desanm 2003, yo kraze Radyo Maxima epi mwen sere jiska 22 fevrye 2004

Pandan mwen nan sere oubyen nan mawon, yo ofri’m viza ak azil politik. Mwen di tout moun paka abandone teren an.
Aristide tonbe, tranzisyon rive, mwen pa janm desann Port-au-Prince pou’m pa mele nan gouvènman Latortue ak tout banbòch ki tap fèt yo. Map tan “Nouvo Kontra Sosyal".

Lè eleksyon rive an 2006, mwen refize sipòte moun kite nan tranzisyon, paske yo te trayi pèp la. Olye yo egzekite pwomès “Nouvo kontra sosyal” Gwoup 184 la, yo prefere al chache privilèj avantaj, banbile nan pouvwa ak kès leta. Mwen te pou tout militan kite pran distans yo.

Mwen te oblije pran libète’m fas a tout moun ki panse yo te ka dikte’m pozisyon politik ak elektoral. Se nan sans sa, apre eleksyon 2006, fas a difikilte pou jwen Radyo pou kontinye batay, mwen deside devlope #ReseauCitadelle #LeReCit sou forum email kote moun tap li’m depi 2002.

An 2008 mwen fè blog http://www.reseaucitadelle.blogspot.com , apre sa mwen kontinye devlope #LeReCit. Gras a platfòm rezo sosyo yo, mwen mennen anpil batay pou defann dwa moun, sekirite, lit kont kidnapin, batay kont kòwipsyon nan lapolis, edikasyon politik, pwomosyon retablisman lame, gouvènans lokal, drenaj Lavalas.

Aktivite maketing Kapot Pantè mwen sispann nan zòn ane 2000. Depi lè sa se fanmi mwen ki sipòte’m, kote manman’m ap retire 50 goud chak jou nan lajan manje, banm peye kamyonèt.
Madanm mwen kitap travay nan DGI, ke chimè #Lavalas te atake an septanm 2003, banm ti kòb lè li touche.

Mwen pase 14 lane lakay papa'm ak madanm, pitit, yon fason pou’m pa pote kwyi mwen devan pòt etranje. Mwen abitye refize kòb, pozisyon ak avantaj. Mwen pa pou vann. Bondye wè kè mwen, li louvri pòt pou mwen.

Li montre’m kòman pou’m transfòme eksperyans maketing, ankèt jounalis, ak konpreyansyon politik #Haiti an sèvis konsèy pou gwo firm avoka etranje, ONG ak dirijan politik ki gen menm pozisyon ideolojik avè’m. Sèvis sa yo ede’m viv nan diyite pandan m’ap chanje listwa peyi’m.

Rann sèvis pa toujou bay chagrin. Li ede’w gen plis eksperyans, li ede’w konn moun. Pafwa kòve konn reprezante yon ouvèti Bondye fè pou’w aprann epi pou’w fè tout moun wè kapasite’w. Se nan ede moun pou gran mesi, san atann anyen, Bondye louvri pòt pou mwen. Li libere’m!

Mwen ekri mesaj sa, pou ede tout piti ki fenk rantre nan politik, ki pa konn moun, konprann ke tout moun pa menm. Depi’m piti fanmi mwen ede’m konprann ke nan lavi gen bagay ki gen plis valè pase lajan. Depi w gen valè ak konesans, lajan ap vini. Si w gen lajan san valè, w pèdi.

Motivasyon politik mwen se ede peyi’m vini tankou Saint-Domingue, Bahamas, ak tout lòt peyi lamerik santwal tankou Costa Rica, kote moun ap fè efò pou viv byen nan peyi yo. Men pou sa fèt, nou dwe konbat demagòg yo kap di nou al kraze brize. Paske nan peyi sa yo ki gen pwogrès, pagen kraze brize.

Mwen pa janm blye gwoup jenn “Bon Repos” ki tap pase ak baton, koulin, 2 men yo, pou al sekirize kay Aristide nan lannwit kou deta 29 septanm 1991. Pi fò nan yo mouri mal pou Aristide. Lè sa, mwen te nan yon bis Okap ak anpil lòt jenn ki tap ale enskri nan fakilte Port-au-Prince.

Se an memwa jenn sa yo ak tout lòt ki mouri pandan 3 lane koudeta ke mwen deside konbat tout demagòg. Mwen pran desizyon sa lè’m wè gagòt #Aristide fè apre li fin retounen sou pouvwa an 1994. Mwen di : mwen pap rete an silans epi kite demagòg manipile pèp #Haiti konsa ankò.

Tout vye pawòl divizyon lit klas sosyal, wòch nan dlo wòch nan solèy, milat kont nwa, se pawòl pou demagòg yo pran woulib sou do pèp la, pran pouvwa, vin rich, apre yo al chache fanm blanch pou “vanje la ras”. Nou dwe rezoud problèm yo tèt frèt, mobilize pou refòm ekonomik ak entegrasyon.

Nou pral fè tankou dominiken yo:
- Sispann vyolans;
- kreye stabilite politik ak kad pou boujwa ak etranje envesti;
- reyòganize gouvènans lokal yo;
- goumen kont kòripsyon ak anpil transparans;
- konbat monopòl;
- kreye opòtinite pou jenn;
- chanje fason pèp la ap mal viv #Haiti

Mwen pa janm blye sa jenn “Bon repos” te reponn lè nou te di yo, militè yo gen gwo zam, yo pral touye yo :
“Zafè! #Haiti va chanje. Li lè pou dezòd sa yo fini.”
Aristide tounen, li transfòme tout OP (Oganizasyon Popilè) an gang chimè. Depi lè sa, pagen konviksyon se lajan.

Epi tout “nul” sa yo panse tout moun menm jan ak yo.
1-Kle kou kominikasyon politik nou bay yo-a, ap rete konsa, jiskaske yo remete pèp la nan mitan tout desizyon kap pran;
2-Nou pap kite yo detri jwè ki gen kapasite bay rezilta; nap demaske tout demagòg;
3-Woulib menas #Lavalas ke mouvman #TETKALE tap pran an, fini. #LeReCit

Cyrus Sibert
Okap, #Haiti
reseaucitadelle@yahoo.fr
@reseaucitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669

mercredi 15 août 2018

#Haiti, face au concept matérialiste historique du “progrès par transfert”.- #LeReCit

L’arrivée des exilés arabes en #Haiti au début du 19e siècle devrait permettre, ce que les marxistes français Antoine Pelletier et Jean-Jacques Goblot appellent “le progrès par transfert”, s’il y avait une politique nationale d’intégration.

Selon ces théoriciens : à un moment de l’évolution homme/milieu, l’apport de nouvelle culture est nécessaire pour rompre l’étroitesse et dépasser le cadre de l’évolution naturelle, limitée au cadre de la vie locale, à une histoire véritablement mondiale.

Au lieu de se livrer à une politique d’accusations réciproques en vue de désigner un bouc émissaire, les classes dirigeantes doivent-être conscientes de l’absence de politique d’intégration en faveur des exclus. Ce qui justifie les approches familiales, claniques.

Au lieu d’intégrer les anciens esclaves à l’indépendance d’#Haiti, les généraux et les mulâtres fils de colons se sont comportés en héritiers du système esclavagiste qu’ils ont rétabli par le caporalisme agraire — colonisation interne.

Ils n’ont pas eu de politique d’intégration en faveur des polonais de Cazale. Des juifs et des chinois ont dû fuir le pays. C’est le cas pour les noirs venus des USA, de la Jamaïque,... Tout le problème de ce pays est la faute de l’absence d’une politique nationale d’intégration.

Les élites ont préféré alimenter les préjugés contre ces minorités en ridiculisant leur mode de vie, leur culture et leur savoir-faire.
Ainsi, pour survivre, elles ont développé leur propre stratégie d’intégration basée sur la famille; d’où le développement des clans.

Au lieu de corriger la situation, les hommes politiques et certains diplomates en ont profité, pour alimenter les tensions sociales, faire du chantage, déstabiliser #Haiti, contrôler le pouvoir, s’enrichir.
C’est ce qui nous avait poussé à dire : Sispann anmède Boulos!

Or, l’intégration des polonais, des arabes, des juifs, des chinois.... pourrait constituer un avantage pour le jeune État, en termes de culture de production, de commerce et même de mode de vie. Mais, nous avons échoué à ce niveau.

De plus, cette tradition de méfiance que les héritiers de la colonie française libérée ont instaurée, a anéanti la volonté d’auto-intégration des minorités restantes qui réussissent à faire fortune, à devenir influentes au point de dicter des politiques.

C’est à ce niveau tout le risque politique existe. Au 21e siècle, le secteur privé d’#Haiti ne peut plus continuer à se cacher derrière des dirigeants marionnettes. Avec les réseaux sociaux, informations et/ou rumeurs se diffusent à une vitesse incroyable. Le Roi est nu !!!

Les “minorités dirigeantes” qui ont réussi en dépit de tout, n’ont d’autre choix que d’encourager une politique publique d’intégration en faveur des autres secteurs exclus. Un vrai projet de construction d’une idéale nationale avec toutes les composantes du pays.

Rome et les Etats-Unis sont des pays qui ont dominé l’histoire du monde grâce à leur capacité à tirer profit du savoir faire des minorités et à intégrer les autres peuples.

Cette réflexion vise à conseiller aux bourgeois, qui croient pouvoir tout résoudre en blâmant l’Etat, à se ressaisir.

Car, aux yeux du peuple, vous êtes l’État; vous contrôlez la douane, les finances...le pouvoir politique. Se cacher derrière des dirigeants marionnettes n’est plus une solution. Vous devez plutôt oeuvrer pour l’intégration nationale, le développement d’un marché intérieur, le progrès et le bien-être généralisé.

Dans le livre “Matérialisme historique et histoire des civilisations” de A. Pelletier et J. Goblot, nous lisons:
“...l’étude des “progrès par transfert” démontre comment “le transfert” favorise le progrès. C’est un moment particulier, mais nécessaire, du progrès même.”

L’intégration de la diaspora haïtienne doit-être une priorité dans cette stratégie de “progrès par le transfert”. Notre diaspora représente une source de connaissance et/ou de savoir-faire modernes qu’on peut intégrer gratuitement au développement d’#Haiti.

Cyrus Sibert, #LeReCit

https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1029470636589101057

Roman Catholic Church Rocked By Massive Abuse Cover-Up Scandal, ‘Predators Out Of Reach’.-

For decades, Catholic Bishops illegally conspired to cover-up horrifying abuse allegations, intentionally hiding them until after the statute of limitations passed. All of shocking details, including handwritten confessions were kept in ‘secret archives.’

by Mark Megahan

Roman Catholic Bishops in six of eight Pennsylvania dioceses willfully engaged in a “systematic cover-up campaign” to silence victims of sexual abuse until it was too late to press charges, according to state officials and written confessions.

Secret archives detail numerous examples, so graphically shocking that readers are advised the following content may be disturbing. “Priests were raping little boys and girls” and “they hid it all for decades.”

Over a 70-year span, “Thousands of children” were abused. An 884 page grand jury report was made public Tuesday by the commonwealth’s attorney general, Josh Shapiro. The perversion was so well hidden that out of 301 priests accused, “only two of the priests are still subject to prosecution,” the report confirms.

The exploitation was so bad, some priests would “mark” their playmates. “To make it easier to target their victims, the priests gave their favored boys gifts, gold crosses to wear as necklaces. The crosses were markings of which boys had been groomed for abuse,” Shapiro noted.

In some cases, the children’s faith was turned against them like a weapon. “Children were taught that this abuse was not only normal but that it was holy,” Shapiro emphasized.

He described how one repulsively sick priest told his victims “Mary had to lick Jesus clean after he was born,” allegedly as part of the process to “groom them for oral sex.”

A third of the accused priests operated in the Pittsburgh diocese. One group of four was especially heinous in the way they “groomed and violently sexually assaulted young boys.”

One boy was “forced to stand on a bed in a rectory, strip naked and pose as Christ on the cross for a group of Pittsburgh priests. They took photos of their victim, adding them to a collection of child pornography which they produced and shared on church grounds,” relates Shapiro.

The investigation covered a full two years, largely based on the church documents. According to the prosecutor, the records were all in “secret archives kept by the dioceses including handwritten confessions by priests.”

Since convened in 2016, the grand jury “heard from dozens of witnesses and reviewed more than a half-million pages of internal documents from the Allentown, Erie, Greensburg, Harrisburg, Pittsburgh and Scranton dioceses.”

Internet local news outlet Philly reports, “The two Pennsylvania dioceses not covered by the probe – Altoona-Johnstown and the Archdiocese of Philadelphia – had been scrutinized in past investigations.”

There were 1000 cataloged examples but the grand jury noted “the real number” of molested children might be “in the thousands.” Attorney General Shapiro emotionally added, “it was child sexual abuse, including rape, committed by grown men, priests, against children.”

“The pattern was abuse, deny and cover up,” Shapiro explained at a press conference. He noted how the entire point was to “keep abuse allegations quiet long enough so they could no longer be prosecuted under Pennsylvania’s statute of limitations.”

Under Pennsylvania law, “victims of child sex abuse have until they are 30 to file civil suits and until they are 50 to file criminal charges.” Shapiro points out that “the oldest victim who spoke to the grand jury was 83.” Shapiro adds, “We all wish more charges could be filed, but due to the church’s manipulation of our weak laws in Pennsylvania, too many predators were out of reach.”

Even state Rep. Mark Rozzi (D) was touched by the scandal. In an interview with The Post, he noted, he “was raped by a priest at his Catholic school in Berks County, Pa.” The very same priest, he said, “sexually abused one of his childhood friends, who killed himself in 2009.”

The report “shows a consistent pattern of bishops having prior knowledge of the actions of predatory priests, reassigning them and not alerting law enforcement.”

A total of 301 priests were named in the report, of those, some already had to answer to St. Peter for their crimes, since they already died. Only two of the accused are still eligible to be prosecuted for their crimes.

Various clergymen named in the report scrambled to the courthouse, pleading with the judge to have their names redacted prior to the report’s public release. The judge agreed to block release pending final resolution in court, scheduled for September.

More than “a dozen names” were redacted. Two undisclosed dioceses are reported to have “decided to strip the accused of their anonymity ahead of the report and released the names of clergy members who were accused of sexual misconduct.”

Despite the horrors inflicted on thousands of children over more than half a century, the cover-up makes it even worse.

“One priest,” the grand jury reports, “had molested five sisters in one family.” The diocese, Shapiro insists, “settled with the family after requiring a confidentiality agreement.”

It was standard procedure for bishops to gloss over discovered abuse by moving the priests from parish to parish. By doing that, Shapiro says, “they allowed priests to remain active for as long as 40 years.” Not just active as priests, active as child molesters.

Investigators state “the cover-up was sophisticated.” Amazingly, church leaders “kept records of the abuse and the cover-up. These documents, from the dioceses’ own ‘Secret Archives,’ formed the backbone of this investigation.”

After what is being described as “the most comprehensive report on Catholic clergy sex abuse in American history,” several of the dioceses released apology statements. “The grand jury has challenged us as a Catholic diocese to put victims first and continue to improve ways to protect children and youth,” the statement released by Erie Diocese Bishop Lawrence Persico relates.

Pennsylvania Catholics are focusing their attention on Pope Francis and the Vatican for answers, as “many Catholics look to him to help the church try to regain some of its credibility.”

The Vatican press office has not yet released a statement or other comment.

J’ai retrouvé mon ancien livre de chevet : “Grammaire du Journal politique” !!! #LeReCit

J’ai retrouvé mon ancien livre de chevet : “Grammaire du Journal politique”, qui m’a toujours aidé à rester calme quand les ignorants aux grandes gueules racontent n’importe quoi.

Extrait :

“Le journaliste ne se contente pas de rapporter sèchement les faits mais tâche de les situer dans leur contexte.
Le journalisme se divise en trois catégories: le journaliste tout simplement de renseignements ou reporter, le journaliste qui est chroniqueur, qui explique l’événement, et l’éditorialiste qui interprète l’événement, l’éclaire et lui attribue une signification socio-politique.
Ce qui est important, c’est de ne pas mélanger les trois.

“Éditorialiser l’opinion, c’est donc principalement réagir à l’événement en atténuant ou en amplifiant, grâce au style et à la forme de l’écriture.

“L’acte critique que pose l’éditorialiste à l’égard de l’événement prend alors la forme d’un jugement de fait. Dans ce cas, le titre de son éditorial contient toujours un terme évaluatif à connotation positive ou négative.

“...l’éditorialiste lui-même exprime et manifeste un engagement plus direct à l’égard de l’événement parce qu’il contribue à l’animer pour le lecteur.

“Il faut que le lecteur commence par être informé des événements divers. Et ensuite, le journal a le droit et les journalistes ont le droit d’exprimer leurs propres opinions mais après avoir bien renseigné le lecteur; de telle façon que le lecteur puisse discuter avec son journal et être d’accord ou en désaccord. Ce qui est différent du journal purement de combat qui ne fait que manipuler des idées et qui ne donne pas d’informations objectives à ses lecteurs.

“...le journalisme, c’est surtout une tournure d’esprit beaucoup plus qu’une préparation. Et je vous dirais qu’à peu près toutes les facultés peuvent conduire au journalisme. Le droit peut conduire au journalisme, la faculté de lettre, même la médecine; il y a des médecins qui font d’excellents journalistes. C’est une aptitude à saisir rapidement une situation. Il faut avoir un esprit concret. Car, si l’écrivain écrit pour être admiré, le journaliste, c’est un homme qui écrit d’une façon claire, d’une façon directe. C’est surtout un langage concret et un style clair, un style direct.”

Une grande capacité à saisir l’essence des événements - faits et actes.


Jacquet Rivet, Grammaire du Journal Politique. #LeReCit

Laurent Lamothe : Fils d’un professeur de langue et d’une artiste peintre.- #LeReCit

Laurent Lamothe : Fils d’un professeur de langue et d’une artiste peintre, a prouvé qu’avec des idées innovantes et modernes, un jeune de la classe moyenne laborieuse peut réussir au niveau national et international, jusqu’à provoquer la jalousie et la haine des rétrogrades de la bourgeoisie et/ou de la classe politique.
#Lamothe di tout Jenn : 
 “ak konesans plis travay, w ka reyisi tou! Menm jan li pa janm kite yo dekouraje’l, Pa kite yo dekouraje’w! ”  #LeReCit

mardi 14 août 2018

Etats-Unis: une enquête accuse 300 prêtres de pédophilie, plus de 1.000 enfants victimes.-

Une enquête des services du procureur de Pennsylvanie publiée mardi a mis au jour des abus sexuels perpétrés par plus de 300 prêtres et couverts par l'église catholique de l'Etat, dont ont été victimes au moins mille enfants. Le rapport final, qui a été rédigé par un jury populaire auquel avaient été soumises les conclusions de l'enquête, indique que «quasiment tous les cas» allégués sont aujourd'hui frappés par la prescription et ne peuvent être poursuivis pénalement.

http://www.rfi.fr/contenu/ticker/etats-unis-une-enquete-accuse-300-pretres-pedophilie-plus-1000-enfants-victimes

Ce 14 aout 2018, marque l’anniversaire de naissance de notre ami @LaurentLamothe. Happy Birthday!! #LeReCit

Ce 14 aout 2018, marque l’anniversaire de naissance de notre ami @LaurentLamothe. Happy Birthday!! #LeReCit

mardi 31 juillet 2018

Réactions des Réseaux Sociaux contre un Éditorial de Frantz Duval qui essaie de comparer le mandat du Président à celui du DGPNH?

Le fait par le Rédacteur en Chef du Journal LeNouvelliste de comparer le mandat du DGPNH à celui du Président de la République provoque des réactions sur les réseaux sociaux.

En bon créole, on dirait : Frantz Duval kite yo wè anba’l”.

Le problème avec ces médias, ils ne consultent pas des spécialistes indépendants sur les sujets parce qu’ils considèrent la politique comme une matière facile.

Or, la majorité des journalistes n’ont pas les compétences nécessaires pour comprendre la technicité du fonctionnement et de la dynamique de l’État. Ceux qui ont fait des études de droit, ont de grandes lacunes en Droit public (Droit constitutionnel, Droit administratif, Droit Parlementaire, Droit électoral, Finances Publiques,.....).

Il faut plus que des codes — civil, pénal ou de procédure, pour saisir les nuances du fonctionnement de l’État. De plus, lors même qu’on aurait suivi des cours d’introduction, il vous faut le verdict des experts.

L’un des personnages politiques qui bénéficient de cette situation est le Sénateur Youri Latortue. Il a une assurance ferme dans l’ignorance et l'incompétence de certains journalistes vedettes qu’à chaque interview, il n'hésite pas à redéfinir les concepts à son avantage.

Cette situation, n’aide pas la démocratie haïtienne dans un pays peuplé de gens ordinaires, sans défense intellectuelle, qui se livrent à ce qui se dit dans les médias.

Pas de rappel, pas de “facts-check”, pas de mise en contexte.

Enfin, on se demande qu’est-ce qui empêche aux médias haïtiens d’adopter le format “Partisan/Opposant” lors des interviews, comme on le voit sur tous les grands médias du monde : CNN, France24, TF1, Radio Canada, Fox News, MSNBC, Anderson Cooper360...? Si un média ne fait pas de politique, il devrait toujours s’arranger, pour avoir dans une même interview, les critiques de l’opposant et les précisions/positions du gouvernement ou de la partie adverse.

Sur ce point, il faut reconnaitre que certains comme Radio Métropole et “Nouvel Premye Okazyon” de Radio Caraïbes font des efforts. Il leur faudra, toutefois , équilibrer le temps de parole.

Nous n’avons pas la prétention de donner des leçons. Mais, nous sommes conscients de ce grave problème au niveau des médias qui se comportent en organes de propagandes. Ce qui justifie, notre travail d’anti-propagande, démolisseurs de campagnes mensongères visant à réinstaurer l’ordre ancien.

On n’a qu’à comparer les textes de certains médias sous le gouvernement de #Privert avec ceux d’aujourd'hui, pour réaliser que tous comptes faits, ils sont des organes de propagande de la “bourgeoisie Blackout” et du secteur politique néo-lavalas, engagés dans une lutte pour le pouvoir d’État.

Le seul bémol, ils n’ont pas le courage de s’afficher ouvertement.

#LeReCit @ReseauCitadelle
www.rezositadel.com
WhatsApp: +509-3686-9669
——————————
Des notes sur l' article de Frantz Duval.

"Des commentaires envoyés a un ami"

Texte remanié.

J' ai lu l' article de Frantz Duval sur le bilan de Jovenel Moise pendant dix sept (17) mois de gouvernance. Je ne vais pas dire que Frantz Duval est en mission comme le pensent les proches de l' administration Jovenel/ Lafontant. J' ai beaucoup de respect pour ce monsieur que je considère comme un monument vivant. On a un seul Frantz Duval, conservez le. On aura besoin de sa plume et de sa réflexion même dans l' éternité.

Je dis tout simplement que Monsieur Duval n' a pas totalement raison. D' autres points de vue se justifient aussi. Je veux dire que j'ai des points de vue différents.

L' orgueil ne doit pas nous faire oublier que Jovenel Moise a été élu pour cinq (5) ans. Pas un jour de plus pas un jour de moins suivant la formule de Betancourt, à moins qu'il décide de se comporter comme un hors la loi. La démocratie ne se construit pas avec les gens pressés et les petits vites cosmétiques. Dans une démocratie, ce sont les principes qui doivent prevaloir. Nous devons rentrer dans le cycle de l'alternance pacifique du pouvoir politique.

Au cours de ces dix sept ( 17) mois, certainement il y a des leçons à tirer, des choses à corriger. Sur cette base, je souhaite que le président se réinvente, afin de pouvoir réaliser les promesses qu’il a faites devant la nation.

Le président Jovenel Moise a hérité d' un pays littéralement détruit et totalement vidé. Il a fait l' erreur de ne pas dire totalement la vérité au peuple. Il a fait quand même quelques efforts, mais il faut qu'on soit honnête pour ne pas cracher sur ses bonnes intentions.

Contrairement à Frantz Duval, je crois que le président doit rester dans ses rêves, c' est- à- dire dans la vision qu'il avait vendue au peuple. Ce dont le président a besoin d' après moi, c' est une équipe gouvernementale compétente qui viendra encadrer sa vision et ses rêves. La stratégie de la caravane est à repenser. Il n' y a pas "l' action présidentielle mais l' action gouvernementale". Seul le gouvernement est responsable devant le parlement. Il n' y a pas de mécanisme institutionnel pour contrôler l' action présidentielle. Le parlement qui avait voté la déclaration de politique générale du gouvernement est le seul responsable de cette dérive.

Je formule le souhait que le président soit entouré d' une équipe de patriotes dévoués au bien commun. Cette trilogie compétence, patriotisme, intégrité est nécessaire pour aborder la conjoncture actuelle.

Plus d' un se pose la question à savoir: où trouver les bons joueurs pour former cette nouvelle équipe?

Je pense que ces hommes et femmes compétents, patriotes et intègres sont dans tous les secteurs. Il faut savoir où aller pour faire le bon choix.

Dans cette conjoncture politique et sociale très explosive, le président n' a pas droit à l' erreur. Il doit faire preuve d’ intelligence politique pour ne pas aller vers la catastrophe.

Sur la question de la police, je ne suis pas d' accord avec Frantz Duval. Il dit que le directeur de la police a un mandat constitutionnel au même titre que le président. Comme a dit l' autre comparer les deux personnages est déjà tendancieux. Les mettre en situation d' équivalence l' est encore plus. En effet, le chef de la police tire sa "légitimité" du président qui l' a choisi. Ces deux personnages ne sont pas comparables. En démocratie, le principe qui définit le rapport entre le Chef de l' État et la police et l' armée, c'est la suprématie du pouvoir civil sur les institutions militaire et policière. Le président de la république, chef du pouvoir exécutif n' a pas de supérieur. Il n' est soumis à aucune autre forme de direction. L' article 136 place le Chef de l' État au dessus des institutions et fait de lui le gestionnaire des conflits et des contradictions de la société.

A mon avis, cette comparaison de Frantz Duval n' est pas seulement tendancieuse, elle est irrespectueuse des valeurs républicaines et des principes démocratiques.

Je me rappelle qu' à la suite d' un conflit au sein de l' armée dans lequel le général était impliqué, Leslie Manigat, Chef de l' État avait assigné en résidence surveillée ce dernier pour insubordination. On connait la suite. Mais cette mesure, quoique critiquée par ses adversaires était correcte au vœu de l' article 136 de la Constitution et en vertu des principes démocratiques qui guident la république.

Nous devons rappeler toutefois que nous sommes dans une république démocratique. Le président tire sa légitimité directement du peuple. Il a un mandat du peuple. De qui le chef de la police a t- il reçu mandat?

Il y a une différence fondamentale à faire sur cette question pour éviter des malentendus, des confusions et des réflexions absurdes qui peuvent nous amener à des situations regrettables.

Le chef de la police n' est pas élu, mais nommé. Il n' a pas de mandat populaire et représentatif Le fait qu'il avait été choisi par le président et ratifié par le sénat, il bénéficie d'une légitimité dérivée. Donc, il n' est pas placé dans le pallier hiérarchique de la démocratie. La police est une institution qui se situe donc sous la dépendance du ministère de la justice. Sur ce point, l' article de Frantz est une régression sur le plan de la réflexion démocratique. Il y a des précautions à prendre pour ne pas fragiliser davantage les institutions de la république.

Me Sonet Saint-Louis av
30 juillet 2018.

Pozisyon #LeReCit sou koze boujwa, milat, blan : Se pozisyon de klas ki detèmine klas sosyal, sepa orijin de klas.-

Gen yon seri piti sou rezo sosyo yo ki ap tante reponn nou ak yon bann eksplikasyon sou pwoblèm monopòl boujwa, privilèj milat, difikilte pou diaspora envesti...elatriye. Tout moun dakò ak yo sou pwen sa yo. Men yo kòmanse analyz yo a mal : Boujwa, blan.

Se toujou yon erè pou prezante boujwa, blan, kominote entènasyonal tankou yon gwoup uni, koyeran, omojèn. Sa pa egziste! Gen milat ak milat, gen blan ak blan. Al li liv Dr Sauveur-Pierre Etienne ki rele “Invasion des ONGs en Haiti”, nap konpran kòman distenge “ONG ak ONG”

Se là tout pwoblèm lan ye. Fòk w ka analyze konpòtman chak gwoup pou’w ka detèmine si yo pwogresis oubyen si yo reyaksyonè. Sepa Schiller Louidor, DonKato, Aristide, Privert ak Boujwa Blackout #GroupeBlackout ki pou deside ki boujwa, blan, milat, oubyen etranje ki pwogresis.

Paske, tout moun ki gen eksperyans konnen moun sa yo ap defann yon sektè ki tap fè gwo lajan sou #Aristide/Préval. Sektè sa touche 1.2 milya dola epi li vann leta blackout.

Pa pran pèp la pou enbesil! Mwen di nou sa deja : nou paka fè’m sot, ni mwen pap kite nou fè ti-pèp la sòt.

Lè nap pale de klas sosyal, al reli Marx ak Lenine. Se enterè ki detèmine pozisyon klas, sepa bagay folklorik, “naturaliste” tankou koulè po...se pa orijin de klas w dwe gade, men se pozisyon de klas.

Al fòme tèt nou avan nou vin kreye konfizyon nan tèt pèp la.

Pozisyon klas revolisyonè tankou Karl Marx, Lenine ak Fidel Castro te diferan de orijin klas yo. Yo tout soti nan klas mwayèn ki bay anpil ti boujwa, men sa pa’t anpeche yo defanm mas pòv.

Friedrich Engels ki te toujou ekri ak Karl Marx, sete yo boujwa ki gen izin.

Nan inivèsite, yo fè tout moun li teyori lit klas sosyal “Marx ak Lenine”; nan #INUJED yo te fè’m li lòt teyori tankou: kolaborasyon ant klas sosyal ke Saint-Simon ak Raymond Aron devlope. Pwoblèm yon bann politisyen aysyen, se sèl teyori Marxis-leninis la yo konnen, e yon konnen li mal. #LeReCit

https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1023968512874893312

lundi 30 juillet 2018

#Haiti - Missionnaires Pédophiles : Le silence des Églises, une insulte aux victimes.- #LeReCit

La liste des missionnaires accusés ou condamnés pour abus sexuels sur des enfants d’#Haiti est longue. Même quand la contribution de la justice haïtienne dans cette lutte est insignifiante — souvent au profit des prédateurs sexuels, chaque semaine, les autorités canadiennes ou américaines, enquêtent, arrêtent et condamnent leurs ressortissants pour abus sexuels sur des mineurs haïtiens.

Des centaines de jeunes victimes sont restés sans secours ni assistance. Les églises locales, catholique ou protestantes, gardent un mutisme révoltant.

Le dernier cas, en date, est ce dossier de Monsieur Jean-Claude Bergeron, un prêtre canadien condamné à une peine de prison pour attouchement sur des enfants canadiens, qui avoue avoir abusé sexuellement des petits garçons haïtiens, lorsqu’il était en mission en #Haiti. A ce moment là, il était membre de la Congrégation Rédemptoriste, une congrégation cléricale de droit pontifical, évoluant sous la supervision de la Conférence des Évêques Haitiens, la plus haute instance de l’Église haïtienne.

Ce nouveau dossier doit permettre de questionner et comprendre les responsabilités au niveau local : quels sont les complices? Quel a été le comportement des supérieurs hiérarchiques face à ce comportement criminel? Qui était au courant de ces abus sexuels sur des enfants haïtiens? Qu’est-ce qui a été fait pour recenser les victimes, les aider à traverser les traumatismes de ces abus sexuels?

Alors que partout dans le monde, l’Église Catholique sous la direction du Pape François 1er, fait des réformes et adopte des mesures pour résoudre ce problème des prêtres pédophiles, en #Haiti, les Evêques pratiquent un mutisme, une omerta qui n’est autre qu’un mépris profond pour les victimes de ces missionnaires pédophiles qui arrivent dans le pays avec la bénédiction, l’appui et le support total des plus hautes autorités de l’Église haïtienne.

Nous allons affronter ce comportement inacceptable, contraindre les responsables haïtiens à assumer leurs responsabilités, jusqu’à imposer des réformes, en termes de :

1-“Child Protection Policy”, Code de conduite protégeant les enfants, applicable aux missionnaires désireux de travailler dans le pays;

2- protocole de prise en charge globale des victimes;

3- obligation de dénoncer les pédophiles, de les rapporter aux autorités policières et de collaborer avec la justice;

4- formation du personnel des Églises sur les dispositions en vigueur, des comportements à adopter, en vue de protéger les enfants et la population en général.

La légitimité sociale du travail missionnaire dépend de la responsabilité — administrative, pénale et civile des religieux suivant leurs actes et les faits qui découlent de leur comportement. Le développement de l’Église en dépend.

Ainsi, déterminons les niveaux de responsabilités au niveau local. L’Église haïtienne ne peut nous faire croire qu’elle est au-dessus de la mêlée.
#LeReCit

Quelle le degré de responsabilité de l’Eglise Catholique d’#Haiti dans l’exploitation des enfants par des prêtres étrangers?

Ce prêtre catholique Canadien, JeanClaude Bergeron, de la congrégation #Redemptorist, a eu le courage d’avouer qu’il a abusé sexuellement des enfants en #Haiti. Que compte faire la conférence des Évêques haïtiens pour retrouver les victimes et leur porter assistance? #LeReCit @Pontifex_fr 

Lisez : Religieux emprisonné pour pédophilie: il avoue avoir fait d’autres victimes en Haïti
C’est la première fois que le rédemptoriste Jean-Claude Bergeron fait ces révélations