dimanche 20 octobre 2019

#Haiti : Les Évêques haïtiens souhaitent défendre le contrat de la Compagnie E-Power.-

La position putschiste des Évêques haïtiens sur la conjoncture politique en #Haiti soulève la nécessité de revoir le CONCORDA afin de moderniser les relations de notre État et le #Vatican suivant l’exigence de laïcité recommandée dans une démocratique. #LeReCit @Pontifex_fr

Il est temps de reconnaître le caractère désuet des accords qui lient #Haiti au #Vatican. Il faut combler les vides juridiques et éclaircir les non-dits qui entretiennent ces comportements rétrogrades et empêcher la répétition de ce genres d’immiscion dans la politique.

Car, après 48 manifestions violentes, des émeutes, des casses et incendies en France, laïcité oblige, les Évêques de France n’ont pas réclamé la démission du Président @EmmanuelMacron. L’Église féodale d’#Haiti doit s’adapter au système démocratique consacré par la Constitution.

Ce ne sont pas ces Évêques irresponsables dans les nombreux cas d’abus sexuels sur des mineurs en #Haiti, ces auteurs d’abus de toutes sortes, qui feront la leçon aux responsables politiques d’#Haiti
Les positions politiques partisanes des Évêques, sont incapables.

Selon une source voulant garder l’anonymat, la Position partisane des Évêques haitiens contre le Pdt @MoiseJovenel est un service payé, au profit de la compagnie E-Power, dont le propriétaire Daniel Gérard Rouzier est un puissant homme d’affaire MAITRE de l’Église en #Haiti.

La majorité des prêtres et religieux en #Haiti n’est pas concernée par cette manœuvre spectaculaire qui vise à défendre le Contrat d’Électricité de la Compagnie E-Power. Une position qui affaiblit l’Église, mais assure des moyens financiers considérables aux Évêques en croisade.

Depuis l’arrivée de @MoiseJovenel au pouvoir, les Évêques souffrent des mesures restrictives concernant les subventions de l’État. Daniel Rouzier de E-Power est celui qui a toujours supporté les HAUTS DIGNITAIRES de l’Église; ce qui ne concerne pas tous les prêtres. #LeReCit

https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1185904848182611970?s=21

Lisez :
1- Sheyla, la victime du prêtre de Ranquite, ira à l’école ce lundi 16 septembre 2019.-
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2019/09/sheyla-la-victime-du-pretre-de-ranquite_15.html

3- Abus sexuels / Question aux Évêques haïtiens : Les Évêques américains entérinent l’obligation de signalement. Quelle est la position de l’Église haïtienne? #LeReCit
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2019/07/abus-sexuels-question-aux-eveques.html

4- #Haiti - Missionnaires Pédophiles : Le silence des Églises, une insulte aux victimes.- #LeReCit
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2018/07/haiti-missionnaires-pedophiles-le.html

5- #Haiti #Ranquitte : La victime abusée sexuellement par le père Eugener Bruno, placée en captivité.-
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2018/11/haiti-ranquitte-la-victime-abusee.html

6- #HaitiToo : Abus sexuel à la Paroisse de Ranquitte ! Update! #LeReCit
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2018/11/haititoo-abus-sexuel-la-paroisse-de.html

samedi 19 octobre 2019

Contre le STATE CAPTURE* des oligarques en #Haïti, ignorer le “QU’EN DIRA T’ON?”.- #LeReCit

Contre le STATE CAPTURE* des oligarques en #Haïti, ignorer le “QU’EN DIRA T’ON?”.- #LeReCit

[ Pourvu que ses décisions visent les intérêts du peuple haïtien, le président Jovenel Moise doit ignorer le “QU’EN DIRA-T-ON?” .
* State capture is a type of systemic political corruption in which private interests significantly influence a state's decision-making processes to their own advantage.]

#Haïti est un état de plus en plus faible, incapable de payer ses fonctionnaires, en faillite. Sa situation actuelle rappelle deux événements :

1- La déclaration du président Jean-Bertrand Aristide en 1995 menaçant de jeter en prison tous ceux qui accepteraient de vendre les biens de l’État…Là, il parlait à son Premier ministre Smart Michel

2- La décision du président René Préval de dépouiller l’État des entreprises publiques construites sous le régime des Duvalier en prétextant faire de la privatisation ou de la modernisation, l’euphémisme employé pour parler de pillage de l’État haïtien.

Mais en #Haïti, il n’a pas eu vraiment de privatisation ni de modernisation. René Préval a permis à ses amis de la bourgeoisie de voler toutes les entreprises publiques, d’intervenir directement dans la caisse publique à partir de la #BRH leurs fameuses lettres de crédit en main, et Dieu seul sait l’étendu des ramifications de ce complot anti-national. La contestation de l’une des compagnies parlant des banques européennes liées à son contrat avec l’État haïtien, donne une idée des mains cachées derrière cette manœuvre définie par la Banque Mondiale comme le STATE CAPTURE. (1)

Dans l’histoire récente, la Russie à la fin de l’Union Soviétique et l’Afrique du Sud sont deux cas de pays qui ont subi ce phénomène. Les oligarques ont profité du changement de système politique pour privatiser l’État Russe et voler les biens construits en commun durant la révolution. En Afrique du Sud, la fin de l’Apartheid a permis à la famille GUPTA, sanctionnée récemment par l’Administration du Président Donald Trump, de faire main basse sur l’État Sud-Africain. (2) et (3)

Contrairement au processus d’affaiblissement et de pillage de l’État haïtien, initié sous la transition du Général Henry Namphy par la libéralisation folle de l’économie appliquée par Lesly Delatour et achevé sur le Président René Préval ( là encore vous il y a Madame Delatour ci-après épouse de René Préval), le programme, les promesses électorales et la démarche du président Jovenel Moise vont dans le sens :

du renforcement de l’État haïtien;

de la modernisation de la production agricole dans un cadre protégé;

de la remobilisation des entités publiques comme le MTPTC, le CNE et l’utilisation de leurs équipements et de leur personnel pour exécuter des travaux publics.

D’où le clash entre deux (2) visions radicalement opposées, deux (2) systèmes; le tout traduit par les confrontations politiques, l’instrumentalisation des partis politiques, des médias, des gangs, de la presse, des artistes, et même de l’Église, pour des activités subversives, précédées par une propagande anti-Jovenel, une pseudo-lutte anti-corruption (si l’on considère qu’on évite d’exiger la traçabilité des fonds #Petrocaribe).


Que faire?

Pour diriger #Haïti, un Chef d’État doit avoir le courage de prendre des décisions justes et efficaces, sans tenir compte du “QU”EN DIRA-T-ON?”; cette expression utilisée par les membres de la 5e colonne infiltrée pour paralyser les efforts de redressement et protéger le statu quo ante.

Il faut apprendre à ne pas répondre à certaines questions qui concernent la sécurité nationale ou la sécurité personnelle du président.

Par exemple, dans un pays où des dirigeants politiques appellent ouvertement à assassiner le Chef de l’État, à attaquer sa résidence privée, à le rechercher partout à travers les rues, c’est normal pour le gouvernement de se doter des moyens nécessaires et utiles pour assurer sa sécurité. On n’a pas à répondre une question sur ce sujet; encore pire quand le journaliste ose vous dire qu’“il s’agit d’une question fermée”.

Pourquoi cette presse trouve-t-elle normal que l’homme d’Affaire Réginald Boulos puisse avoir des BRIGADES (gangs) exerçant la “contrainte physique” lors des manifestations, alors qu’elle crie au scandale si le Chef de l’État a des professionnels étrangers pour évaluer sa sécurité; surtout, quand on considère qu’au 21e siècle, la sécurité a atteint une dimension globale?

On ne dit rien sur les hommes armés qui circulent à moto en vue de terroriser la population, dans l’objectif de la contraindre à rester chez elle, même en situation d’urgence médicale et/ou humanitaire.

Il y a aussi ce journaliste qui a insulté monsieur Daniel Joseph, le Directeur de la Télévision Nationale d’Haïti, en lui disant à haute voix “Taisez-vous!”. Normalement, le Président ne devrait pas répondre à ses questions. Il y a des limites. A la Maison Blanche, à l’Élysée ou ailleurs, on aurait ignoré ce personnage impoli.

Autre point important : la décision de récupérer les centrales électriques usurpées par des oligarques haïtiens, au moyen de la stratégie STATE CAPTURE.


Qu’en dira-t-on? On dira qu’il s’agit de persécutions politiques. Mais qui persécute qui?

Donnant suite à une étude financée par la BID (Banque Inter-Américaine de Développement) sur les contrats d’Achat d’Énergie, et sachant que le secteur de l'énergie électrique doit-être le vecteur principal du développement et de la croissance économique d'Haïti, le gouvernement Martelly/Lamothe avait adopté en Conseil des Ministres, en date du 30 avril 2013, une résolution créant la « Commission de Renégociation » des contrats d’Achat d’Énergie, passés par l’EDH. La Commission était placée sous la tutelle du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et du Ministère des Travaux Publics (MTPTC). Cette résolution donna lieu à la création par Arrêté Ministériel du 4 septembre 2015 d’une Commission de 7 membres. Laquelle publia le 3 novembre 2015 un Rapport Intérimaire sur les travaux effectués dans la mise en œuvre de son mandat, dans lequel il est reproché à la SOGENER des pratiques de surfacturations ainsi détaillées :

➡ Les multiples Cas de Surfacturation de la SOGENER.-

Plusieurs cas de surfacturations et de trop payé au profit de la SOGENER ont été identifiés par la Commission, totalisant plus de 123 millions de dollars US de déficit à l’État Haïtien de 2007 à 2015 :

1. Perte de la Marche au mazout : Le contrat prévoit le fonctionnement au mazout de toute la centrale de Varreux I et des trois (3) groupes Wartsila de Varreux II. Jusqu'à date, durant quelques mois, seuls quelques groupes de Varreux I ont pu fonctionner au mazout du fait que la marche au diesel a toujours été priorisée. Entre ces deux combustibles, on estime la perte pour Ed'H à 0,004 USD par KwH, le montant total de la perte pour l'Ed'H de la marche au mazout se chiffre à quatre millions six cent cinquante-trois mille trois cent quatre-vingt-neuf dollars américains et 67 /100 (USD 4,653,389.67)

2. Surfacturation à partir du calcul du Prix de l'électricité : suivant l'article 7 du contrat relatif au Prix de l'électricité, il existe deux méthodes de facturation : le prix de l'Énergie produite au mazout ou le prix de l'Énergie produite au diesel. Des groupes achetés pour la marche au mazout n'ont jamais été mis à l'épreuve du mazout. Toutefois, ils ont fonctionné au diesel. Le PCP de ces groupes a été facturé au prix de l'énergie produite au mazout. Suivant les calculs, le montant à déduire des factures de la Sogener est de douze millions deux cent trente mille six cent quarante-trois dollars américains et 32/100 (USD 12,230,643.32)

3. Facturation des auxiliaires : le positionnement des compteurs d'énergie à la centrale de Varreux a permis à la Sogener de facturer à l'Ed'H la consommation de leurs auxiliaires. Des travaux d'installation de nouveaux compteurs effectués par Ed'H ont permis d'évaluer le montant de la consommation des auxiliaires surfacturés à Ed'H. Le montant de la consommation des auxiliaires facturés durant la période allant du mois d'aout 2007 à aout 2015 est d'environ : USD 14,401,930.75

4. Facturation du PCP de Varreux III après mai 2010 : l'avenant No. 2 au contrat ayant expiré en mai 2010, toute facturation sur Varreux III à partir de cette date est anormale. Or, la facturation du PCP a eu lieu jusqu'en juin 2011. Le montant de la surfacturation de juin 2010 à juin 2011 est de six millions deux cent trente-deux mille trois cent quarante-quatre dollars américains et 00/100 (USD 6,232,344.00).

5. « La production de Varreux III n'aurait pas dû être facturée à Ed'H en tant que puissance mais uniquement en tant qu'énergie fournie. En conséquence le montant payé à date qui est de cent soixante million cent quatre mille trois cent cinquante-cinq dollars américains et 60/100 (USD 167, 104,355.60) aurait dû être réduit de vingt et un millions neuf cent quatre-vingt-seize mille quatre cent douze dollars américains et 16/100 (USD 21,996,412.16) (ce dernier montant représentant la valeur de puissance contractée). »

6. « Réserves sur la facturation du PCP du Groupe Wartsilla de 10MW de l'Ed'H et des trois (3) groupes Caterpillar de Varreux II : le groupe Wartsila de 10 MW appartient à l'Ed'H alors que depuis juin 2010 son PCP est intégré à la facture de Sogener, d'où une surfacturation de dix-huit millions quatre cent soixante-dix-sept mille neuf cent vingt et un dollars américains et 67 /100 (USD 18,477,921.67). Les trois (3) groupes Caterpillar de Varreux II appartiennent à Ed'H alors que depuis leur remise en service en aout 2007, le PCP est payé par Ed'H chaque mois. D'où une surfacturation qui se chiffre à dix-huit millions sept mille quarante et un dollars américains et 00/100 (USD 18,007,041.00). »

7. « Pénalité pour retard de mise en service et pour énergie non fournie : Les délais contractuels relatifs aux travaux d'installation des groupes électrogènes de Varreux n'ayant pas été respectés, des retards de mise en service ont été accusés. On relève également des pénalités pour l'énergie non fournie. Suivant les calculs effectués, le montant des pénalités s’élève à : Total Varreux I et Varreux II : USD 818,493.00 »

8. « Excès de récupération du Capital Investi : Par surcroit, d'après l'étude réalisée, en aout 2013, par Alberto Zorati sur les Contrats d'Achats d'Énergie, le délai de récupération du capital investi pour les équipements des centrales est épuisé.

• Varreux I a été́ totalement amorti depuis janvier 2015. Le trop payé jusqu'à aout 2015 s'élève à USD 10,054,742.24.

• Varreux II a été totalement amorti depuis octobre 2013. Le trop payé jusqu'à aout 2015 s'élève à USD 11,500,175.77.

• Varreux III dont le contrat est expiré depuis mai 2010, le trop payé sur la base du PCP s'élève à USD 6,232,344.00. »

TOTAL Surfacturation par SOGENER de 2007 à 2015 = USD 123,786,944.27 —


Comme nous venons de le constater, il est dit dans le Rapport préliminaire de la Commission de renégociation des contrats d’achat d’Énergie que la SOGENER est fautive de surfacturation.

Face à cette situation, l’État haïtien, avait opté pour une renégociation du contrat, dans l’intérêt du peuple haïtien, en adressant une lettre de protestation au Directeur Exécutif de la SOGENER, Dimitri Vorbe, accompagnée d’une proposition d’un nouveau contrat.

En date du 15 octobre 2015, Dimitri Vorbe de la SOGENER a répondu par une lettre dans laquelle nous lisons :

“Compte tenu du nombre élevé de changements apportés au Contrat proposé tant du côté technique, que légal et financier, il est impératif pour nous de disposer du temps nécessaire pour la révision de ce projet de contrat. Nous ferons diligence afin de terminer le plus tôt possible.”

Ce “temps nécessaire” s’agissait en fait d’un délai pour

- mobiliser ses agents d’influence : journalistes/artistes/leaders Politiques/gangs des quartiers populaires/correspondants de médias internationaux,

- organiser des manifestations,

- comploter pour faire échec aux élections de janvier 2016,

- obtenir la transition politique du Sénateur Jocelerme Privert, en vue de suspendre tout processus de remise en question des contrats et des crimes financiers commis dans le cadre de ce partenariat public/privé.


En plus des dépenses exorbitantes au Parlement, au train de vie des membres de l’Exécutif, de la contrebande, de l’évasion fiscale, de la subvention des produits pétroliers et de la corruption généralisée, cette hémorragie financière établie par la prise en otage de l’Etat, ce STATE CAPTURE initié sous la présidence du Président René Préval, met l’État d’Haïti en faillite.


Arrivé au pouvoir en 2017, le président Jovenel Moise s’est retrouvé face à ces mêmes difficultés engendrées par le STATE CAPTURE Vorbe/Delatour/Préval/SOGENER & Co. Ce qui avait provoqué la réaction du Secrétaire Général du conseil des Ministres, Renald Luberice, allant jusqu’à dénoncer lesdits contrats sur les médias. Depuis lors, on assiste à une intensification des menées subversives, agitations, manifestations violentes, attaques contre le Parlement pour empêcher l’installation d’un nouveau gouvernement, le blocage du vote d’un accord entre Haïti et Taiwan sur l’électricité, la multiplication des gangs pour affaiblir l’État,…

Alors, qui persécute qui? Les membres du consortium Boulos/Vorbe & Co n’ont jamais caché leurs menées subversives, leur campagne de violence, d’intimidations et de menaces sur la population civile, en vue de contraindre le président constitutionnellement élu d’Haiti à démissionner.

Dans la mentalité haïtienne, le Président de la République, Chef de l’État, reste le père, le “Papa Bon Coeur”, responsable de tout ce qui arrive au peuple. Il ne peut pas se laisser intimider, paralyser par le “QU’EN DIRA-T-ON?” pour ne pas assumer ses responsabilités. Dans un contexte de fin du programme Petrocaribe, d’inflation de +18% et de dépréciation de la monnaie nationale, l’existence même de l’État haïtien dépend de la réévaluation, suivie de renégociation de tous les contrats sans exception aucune.

Ferme au poste!



Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
18 Octobre 2019
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
https://reseaucitadelle.blogspot.com


2- Afrique du Sud : qui sont les Gupta, ces riches industriels soupçonnés de vouloir influencer Zuma?
https://www.jeuneafrique.com/311082/politique/afrique-sud-gupta-riches-industriels-soupconnes-de-vouloir-influencer-zuma/

3- Afrique du Sud: Washington sanctionne la famille Gupta, liée à des scandales de corruption.-
https://amp.lefigaro.fr/flash-actu/afrique-du-sud-washington-sanctionne-la-famille-gupta-liee-a-des-scandales-de-corruption-20191010

4- Rapport Commission de pilotage de la réforme du secteur de l’énergie.-
https://www.slideshare.net/reseaucitadelle/rapport-commission-de-pilotage-de-la-rforme-du-secteur-de-lnergie

Haïti/Électricité : pourquoi l’État annule des contrats d’achat d’énergie et demande remboursement ?

Surfacturation, manquements techniques, exonération fiscale et douanière totale, clauses abusives sont entres d’autres points contractuels entre l’État haïtien et les producteurs de courants électriques, dénoncés dans un rapport de la Commission de Pilotage de la Réforme du Secteur de l’Énergie, dont copie est parvenu à notre rédaction.
Port-au-Prince.- En effet le rapport pointe dans son sommaire exécutif le fait que les changements contractuels necéssaires à l’achat d’énergie par l’État, provoqueraient la perte d’avantages exorbitants pour les entreprises E-Power, Sogener, Haytrac, principaux fournisseurs de l’Électricité d’Haïti (EDH).
Pour 12 Mégawatts de puissance installée, la Haytrac perçoit environ 2 millions de dollars américains tous les mois pour les villes des Cayes et Petit-Goâve. Depuis l’expiration du contrat en avril 2014, cette entreprise de la famille Bonnfil, fournit l’énergie sur facture sans aucun contrat avec l’Électricité d’Haïti ! la Haytrac a investi moins de 5 millions de dollars pour implanter ses installations, qui ont généré un chiffre d’affaire de plus de 146 millions de dollars américain sur 6 ans.
La E-Power qui fournit 30 Mégawatts à Port-au-Prince, pour sa part, dans une lettre en date du 18 octobre 2019, adressée aux ministres de l’Économie et des Finances et celui des Travaux Publics Transports et Communication, défend la régularité de son contrat au regard des termes de l’appel d’offres international dont elle est sortie gagnante. Selon le rapport de la commission, à la page 12, les clauses contractuelles vont au-delà de ce qui était prévu dans le document d’appel d’offres notamment l’article 19. À ce jour, la E-Power bénéficie d’une exonération fiscale et douanière totale, et a pu contourner le paiement de certaines redevances de l’Etat, toujours selon le rapport. Partant d’un investissement initial de 35 millions de dollars, le chiffre d’affaire de cette société représenté par Daniel Gerard Rouzier se chiffre à plus de 205 millions de dollars entre 2011 et 2014 selon le document de la commission.

Pour la Sogener SA qui fournit 56 Mégawatts, des écarts constatés par la commission ont provoqué des coûts importants au détriment de l’Etat. Le contrat entre cette firme et l’EDH prévoit la marche au Mazout de la centrale Varreux 1 et 3 autres groupes électrogènes Wartsila de la centrale Varreux 2. Or la marche au diesel, plus coûteux pour l’Etat et plus avantageux pour la Sogener a été priorisé. Dans les faits, la Sogener a procédé aux réparations des centrale Varreux 1 et 2 et est propriétaire de Varreux 3 considéré comme auxiliaires en appui aux deux premières centrales. Entre la Sogener et la BMPAD, il existe un contrat de vente de carburant ayant généré des dettes. Depuis 2012, Sogener n’a pas payé sa dette envers cette institution du fait des retards de paiement de l’EDH, peut-on lire dans le rapport. L’entreprise des Vorbe a investi environ 30 millions de dollars au départ pour un chiffre d’affaire de plus d’un milliard sur 15 ans !
La mise en application des recommandations du rapport,débuté le 18 octobre 2019, se traduit par la demande de remboursement des frais surfacturés par la Sogener, et l’annulation du contrat de la E-Power, celui de la Haytrac étant périmé, l’Etat souhaite récupérer les groupes électrogènes.
Selon le rapport, l’Etat cherche à renégocier les contrats, pour les harmoniser, les rendre équitables afin d’améliorer la fourniture du courant électrique. 
Vant Bèf Info,

jeudi 17 octobre 2019

Observations sur la Conférence de Presse du Président Jovenel et ses conséquences.- #LeReCit

Observations sur la Conférence de Presse du Président Jovenel et ses conséquences.- #LeReCit 

La conférence de presse du président de la République suivie de sa décision de remettre en question les fameux contrats mafieuse-ment obtenus par des oligarques, place son administration en mode de combat.

Contrairement à ceux qui trouvent le président trop direct et trop franc, cette intervention remonte le moral de la majorité silencieuse qui reste attachée au projet démocratique lancé en 1986 et consacré par l’adoption de la Constitution en vigueur par un référendum populaire, en d’autres termes : le respect de l’ordre constitutionnel et à la prise du pouvoir à travers les élections.

On peut l’observer sur les réseaux sociaux. Depuis cette conférence du 15 octobre 2019, des citoyens sont plus motivés à défendre le Président; et demandent à ceux qui exigent sa démission d’aller aux élections.

De plus, la décision du Chef de l’État d’affronter les oligarques qui ont fait main basse sur des institutions stratégiques de l’État comme l’EDH, la Banque Centrale, l’ONA, en soulevant les crimes et les fraudes graves qu’ils ont commis comme “surfacturation”, “excès de récupération de capital investi”, à partir de la stratégie de STATE CAPTURE, replace le Président Jovenel Moise dans le contexte historique du Petit David affrontant Goliath.

N.B.: Le STATE CAPTURE est la prise ne otage des institutions d’État au moyen de la corruption, en vue de les soumettre à des intérêts particuliers et de les placer en rébellion aux ordres des dirigeants légitimes.

Le peuple haitien déteste les dirigeants lâches. Son espoir est placé d’abord dans la capacité de son leader à se battre pour le changement. Cela passe par une stratégie de communication claire, explicite et non-démagogique, sans langue de bois et l’adoption de décisions courageuses capables de défendre les intérêts du plus grand nombre. En ce sens, il n’y a rien à perdre quand un président se montre intrépide et farouche contre ceux qui pillent l’État. Le piège est dans le silence; les traites sont ceux qui conseillent de ne rien dire au peuple concernant les contraintes.

Il est indispensable de communiquer sans cesse sur les contraintes et de donner plus d’explications sur l’implication de la compagnie AgriTrans dans le dossier Petrocaribe.

Aussi, faut-il signaler que le mouvement de protestations observé à travers quelques grandes villes d’Haiti, reste une mobilisation de militants jeunes, frustrés, manipulés par des dinosaures de la classe politique qui n’arrivent pas à remporter une victoire électorale. Dans sa grande majorité le pays est calme, la population impuissante subissent la violence de groupes de militants armés, se déplacent à motocyclettes, attaquant des véhicules de la police au cocktail Molotov et/ou de pierres.

En plus du travail répressif de la police, le pouvoir en place doit envisager une stratégie pour approcher ces jeunes désespérés, négocier directement avec eux, développer des activités socio-économiques, les encadrer. Libéré du chantage des parlementaires, le président de la République doit reprendre contrôle des institutions à vocation sociale comme FAES, CAS, Ministère des Affaires Sociales, les Collectivités territoriales, pour assurer l’encadrement de ces jeunes et des masses.

Aussi, une instance de supervision, de contrôle et de veille i.e. qui observe, se renseigne sur les problèmes des communautés et anticipe les tensions, est indispensable. Car, le point faible de tout gouvernement en #Haiti est l’incapacité de s’assurer que les moyens débloqués atteignent les bénéficiaires; Trop d’intermédiaires obsédés par l’enrichissement rapide et facile peuvent tuer la réputation, le leadership et la popularité d’un Chef de l’État.

On ne pourra plus blâmer un secteur, ni d’autres personnes. Pour sauver le mandat, il faut agir et se montrer responsable sur tous les fronts.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
17 Octobre 2019
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
https://reseaucitadelle.blogspot.com

mercredi 16 octobre 2019

La masturbation médiatique Liliane-Boulos, sur Radio Kiskeya.-

J’ai suivi avec attention l’intervention de @ReginaldBoulos sur @RadioKiskeya, le 15 octobre 2019.

1- Tout d’abord Boulos qui se présente en “pécheur repentant” est très arrogant et même trop arrogant, faisant la leçon à tout le monde. La repentance impose la prudence et le respect; #LeReCit

2- Ces déclarations de l’homme d’affaire renforcent les rumeurs faisant état d’un accord entre Jean-Bertrand ARISTIDE et lui sur l’Amendement de la Constitution afin de permettre aux anciens présidents de briguer plus que deux (2) mandats et de lever les restrictions sur la double nationalité.

3- @RéginaldBOULOS a prouvé clairement que son problème réel avec le président @MoiseJovenel est le refus de suivre ses conseils à la lettre. Alors qu’on sait dans le passé, et même au début du mandat de Jovenel, les conseils de #Boulos n’ont visé que ses intérêts personnels.

Sous l’emprise de la colère, il n’a rien caché en ce sens et est allé jusqu’à indexer son concurrent Andy Apaid que Jovenel préfère écouter, mais pas lui.
Sur ce point, la journaliste Liliane Pierre-Paul, trop complaisante, a raté une occasion.

4- Reginald Boulos a franchi toutes les limites, jusqu’à ordonner, ORDONNER, aux Présidents des deux (2) chambres de déclarer le président @MoiseJovenel inapte à diriger à cause de problèmes mentaux.
Liliane Pierre-Paul a encore raté les questions Constitutionnelles et même cliniques (sur la base de quel rapport de diagnostique peut-on accuser le président de problème mental?). Le délire!

5- Réginald Boulos a prouvé sa méchanceté en affirmant que le président @MoiseJovenel a reproché au peuple d’avoir renversé Jean-Claude Duvalier. 

Or, le Chef de l’État n’a fait que regretter l’exclusion d’une partie de la population avec l’article 291 de la Constitution de 1987.
Et sur ce point, il faut rappeler que le père BOULOS fut l’ami personnel de François Duvalier, #PapaDoc. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, les Duvalieristes le considèrent comme un ingrat. De plus, son Grand Père avait financé Nord Alexis contre Anténor Frimin avec les retombées économiques qu’on peut imaginer.

Même quand en juillet 2018, nous avions dénoncé l’attaque des Franco-Mulâtres contre les haïtiens Arabes d’origine siro-libanaise, l’arrogance de @RéginaldBoulos dépasse l’entendement; ses insultes et mépris contre le Président de la République d’#Haiti sont inacceptables.

Ainsi a pris fin cette Masturbation médiatique du “Journal 4 heures” avec une journaliste sénior fatiguée en perte de réflexes professionnels et l’homme d’affaire @ReginaldBoulos, ivre de puissance sur la terre de Dessalines...les explosions de rires traduisent l'intensité de la jouissance…., de l’orgasme.

Communiqué : Réginald Boulos a décrété sur Radio Kiskeya que "le pays (notre pays) est fermé jusqu’à ce que le président (élu par le peuple) Jovenel Moise vienne gentiment lui présenter sa lettre se démission". #AlaPay!


#LeReCit
Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
@reseaucitadelle
WhatsApp: +509 3686 9669
https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1184521670440210432?s=21

#Haiti : Jovenel Moise dénonce le DEEP STATE.- #LeReCit

Toute la conférence de presse du 15 octobre 2019, du Président @MoiseJovenel est basée sur le phénomène DEEP STATE qui paralyse le fonctionnement des démocraties. On accuse les élus de tout, alors qu’en réalité des aristocrates et des mafieux non-élus controlent l’appareil étatique à plus de 90%.

C’est un constat universel et académique, mais en #Haiti les hommes politiques sont assez méchants pour nier l’évidence. Mais en réalité, le Chef de l’État a raison. Les rétrogrades et les mafieux utilisent l’administration publique pour bloquer toutes les décisions progressistes.

Car, en plus de cette Constitution qui impose une dictature parlementaire et fait du Chef de l’État un mineur sous tutelle d’un Premier Ministre émanant du Sénat et de la Chambre des Députés, il y a les rouages de l’administration, un chef de service, un comptable payeur, une secrétaire, un administrateur, et même un messager pour paralyser l’exécution de toute bonne décision en retardant l’exécution des travaux préliminaires à la réalisation des projets et même en faisant disparaître un dossier ou un document important dans le dossier.

Ces gens sont au service des “bénéficiaires et des gardiens du système”. Ce sont eux qui aident la bourgeoisie rétrograde, voleuse et/ou la mafia d’État à bloquer tout effort de changement.

Qui ne connait pas la pratique mafieuse de l’huissier de justice qui affirme avoir vu et parlé à un justiciable cité à comparaître, alors qu’en réalité il n’a jamais essayé de le contacter. C’est une pratique de DEEP STATE. Cet huissier disposent d’un pouvoir énorme dans le système. Il peut ruiner un citoyen et/ou le priver de sa liberté, à l’insu du juge.

La position du président est juste et véridique. Il existe dans ce pays une minorité égoïste anti-nationale qui contrôle tout : la Douane, la DGI, la Police, la Justice, les passations de marchés publics, la Cour des comptes, le Parlement et même le Palais National.

Elle est au-dessus de tout, rétrograde, contrôle les grands médias, les artistes et finance les leaders politiques au cerveau éteint. Elle est contre la production nationale, donc contre les promesses de campagne de @MoiseJovenel. Le peuple haitien comprend bien cette réalité.


https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1184444102412247040?s=21

samedi 5 octobre 2019

La position illogique et insensée de l’opposition haïtienne.-

Comment peut-on demander à la Communauté internationale @MINUJUSTH qui avait imposé un embargo suivi d’invasion militaire contre #Haiti pour rétablir le Président élu Jean-Bertrand Aristide que l’Armée #FADH avait la capacité de renverser, de vous aider à renverser le Président élu @MoiseJovenel que vous ne pouvez pas renverser? 🤷🏻‍♂ #LeReCit

Détruire #Haiti dans l’idée que cette Communauté internationale finira par prendre part à votre coup d’État, c’est oublier qu’elle l’avait détruite avec un EMBARGO de 1991-1994 pour forcer le retour d’un président que vous aviez renversé.
C’est juste une question de bon sens!

Vous allez nous dire : En 2004 #Aristide avait démissionné.
Justement! Il avait démissionné. Comptant plus sur la sécurité des étrangers, il s’était fait piéger.
Mais aujourd’hui @MoiseJovenel ne veux pas démissionner et la Police Nationale d’#Haiti 
@pnh_officiel, professionnalisée, équipée et entrainée par les Nations Unies, a la capacité d’assurer la sécurité du Chef de l'État.

De plus, c’est oublier le nombre de trafiquants de drogue (le président du Sénat, le #DGPN, agents de sécurité rapprochée d’Aristide, son compère Kétant..) arrêtés après le départ d’Aristide, dont les gangs attaquaient les médias, des journalistes comme Jean Dominique, Brignol Lindor...

Enfin, il existe un fait démocratique fort qui joue en faveur du président @MoiseJovenel : la Chambre des Députés a récemment voté contre sa destitution à zéro vote contre, 3 abstentions.
Telle est la réalité!

Regardez bien la situation au Yémen 🇾🇪. La destruction d’un pays, des millions de morts ou d’affamés, ne garantissent pas que l’internationale va intervenir dans un conflit interne. C’est sûr que cela affaiblira l’État et justifiera le financement de l’action humanitaire des #ONGs en #Haiti. 
#LeReCit

https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1180504699772030976?s=21

jeudi 3 octobre 2019

Jovenel Moise, le premier président élu POUR exécuter un programme en #Haiti.-

Jovenel Moise, le premier président élu POUR exécuter un programme en #Haiti.- #LeReCit 

Dans une video, un manifestant explique comment il est prêt à assassiner le président de la République d’Haiti @MoiseJovenel parce qu’il n’arrive pas à envoyer ses enfants à l’école.

Au-delà de l’aspect sécuritaire, il faut comprendre que cette déclaration traduit une profonde haine résultant d’un sentiment de déception ou de confusion de la part de certains citoyens.

On ne le dit pas; mais, si à travers l’histoire d’#Haiti le peuple a toujours élu des présidents pour contrecarrer un camp rival, ou par peur, Jovenel Moise a été choisi par des électeurs qui ont résisté et confirmé leur choix malgré les interruptions du processus électoral, POUR qu’il change leur situation économique misérable. De ce fait, l’attente étant grande, la déception peut s’exprimer en haine profonde.

A #LeReCit nous avons analysé plusieurs vidéos dans lesquelles, les manifestants expriment un rapport émotionnel et même affectif avec le Chef de l’État. On dirait une “haine affective”. Ils ont le sentiment d’avoir été trahi. Ils attendent de lui des décisions radicales en faveur de la production nationale.

Les gens sont extrêmement mécontents de la perception complice du Chef de l’Ètat avec certains oligarques qui symbolisent l’exploitation extrême en #Haiti. Ils réclament le #NegBannann qu’ils avaient voté, le symbole de petit paysan, le petit David prêt à affronter le système.

Lors d’une interview avec le Chef de l’État au Cap-Haitien à Radio Kontak Inter, nous lui avions demandé pourquoi il refuse de communiquer au peuple ses contraintes et difficultés. Nous avions compris longtemps que le peuple ne saisit pas les éléments de blocage auxquels fait face leur président.

Si Jean-Bertrand Aristide, René Préval et @MichelJMartelly ont été élu CONTRE, c’est-á-dire pour faire échec respectivement aux TONTONS MACOUTES, aux GNBistes et à l’#INITE, @MoiseJovenel est élu POUR son programme de transformation économique par la production nationale.

Les attentes sont considérables.En ce sens, il ne peut adopter le style “ I DON’T CARE”; il doit mobiliser le peuple autour de l’objectif visé, coopérer avec la bourgeoisie sans se laisser embourgeoiser, veiller à ce que les maigres ressources atteignent les plus démunis.

Dans le livre #NewPower, les auteurs @jeremyheimans et @henrytimms ont démontré comment @BarackObama, élu avec un slogan large #YesWeCan épousé par des non-démocrates en pleine crise économique, a commis l’erreur de négliger ce beau monde en les abandonnant au Parti Démocrate.

Conséquences : N’étant plus fidélisés, les électeurs pro-Obama mais non-démocrates sont démobilisés, laissant le vide au #TeaParty, ce qui a causé une défaite électorale de mi-mandat, des difficultés au Congrès puis au Sénat américains, la frustration des exclus et #GreatAgain.

Le président @MoiseJovenel est en train de commettre cette même erreur. Celle d’abandonner la grande majorité de ses électeurs #Banann qui n’ont rien à voir avec #TETKALE ni le parti @PHTKhaiti, dysfonctionnel même au du Parlement où il ne fait preuve d’aucun leadership…

Pour réussir son mandat, @MoiseJovenel doit changer de stratégie. Après 2 ans 8 mois au service des grands amis de Pétion-ville, du Sud et au niveau d’autres régions, il est temps de s’occuper des jeunes désespérés, ces chomeurs qui se font manipuler par des gens de mauvaise foi.

Car, ces gens exclus savent très bien qu’ils n’ont aucun avenir avec les dinosaures politiques et encore moins avec l’aile voleuse de la bourgeoisie. Il faut faire un mea culpa et trouver une stratégie d’encadrement de masse tout en s’assurant que les ressources decaissées arrivent à destination. Sans oublier l’élément essentiel à savoir communiquer les contraintes et les difficultés rencontrées au peuple haïtien qui comprendra.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
3 Octobre 2019
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
https://reseaucitadelle.blogspot.com

lundi 30 septembre 2019

Sepa nan moman prezidan @MoiseJovenel ap souke kòl, revolte kont sistèm ki kidnape'l la, pou nou abandone'l.-

Sepa nan moman prezidan @MoiseJovenel ap souke kòl, revolte kont sistèm ki kidnape'l la, pou nou abandone'l.-

Politik peyi d’#Haiti desann telman ba ke foul moun kap manifeste tounen machin lokasyon ke biznisman tankou Don Kato, Rene Monplaisir, yon seri de arivis ki toujou prèt pou mete moun nan lari pou defann enterè boujwa salòp depi yo peye yo.
#LeReCit

Imajine’w yon prezidan ki depi li monte sou pouvwa ap denonse lajan leta boujwa salòp ap fè nan move kondisyon:
- li denonse pri kilomèt wout,
- li fè leta pwodi pwop asfalt li,
- li rekipere plizyè santèn ekipman #CNE kite nan men gwo zouzoun,
- li refè kanal irigasyon Gonaives,
- li repare Pelig,
- li ap konstri baraj,
- li ap fè wout Jeremie,
- anpil travay fèt Okap,
- lap goumen ak wout Hinche ak wout Port-de-Paix, elatriye an 2 lane 8 mwa sèlman, tout bagay sa yo san lajan Petrocaribe, nan yon konteks kriz ekonomik ak politik grav.

Pandan tan sa, konplo ap fèt pou manifestasyon politik vyolan,

Boujwazi konplote ak FMI pou egzije pri gaz monte,

Yo menm rive fè konplo pou bloke asfalt prezidan kòmande,

Yo profite de presyon Etazini ki fè #Haiti oblije lage Venezuela pou yo monopolize komès gaz la epi kreye rate gaz pou fè pèp la soufri jis pou li rele aba,

Yo achte zame pou gang nan tout Pòtoprens pou touye pitit pèp la fè li revolte,

Palman an bloke tout akò ak Tawain ki ka ede amelyore koze kouran, rezoud pwoblèm blakawout la,
li refize vote bidjè,

Boujwa ki pi cho devan bann nan ap vann blakawout, tout moun konnen sa,

Boulos gen kontra leta, 30% lajan #ONA nan men’l… ( sou 8 milya goud ONA gen nan kès li, li prete 2 milya 430 milyon) epi li nan tout radyo ap chache fè moun kwè tranzaksyon li a bon.

Senatè ak Palmantè kap manje milyon depi prezidan Jovenel monte sou pouvwa, pran pòz fache jodia paske yo sispek manda yo pral fini, ki vle di yo pap ka bay prezidan presyon pou lajan ankò. Nan sans sa, yo bezwen tranzisyon pou yo banbile.

Boujwa salòp tankou Boulos, Vorbe se nan tranzisyon yo jwenn kontra. Sa pa yon sekrè pou pèsonn.

Chak fwa prezidan Jovenel denonse move kontra yo piblikman, boujwa sa yo al jwe domino kay prezidan @MichelJMartelly mande’l rele prezidan Jovenel pou di’l sispann sa, rezoud sa. Se toujou konsa. Chak fwa pou atake dosye sa yo, gen yon kout telefon pou mande gras pou atoufè yo.

Ansyen prezidan an tou, ap mete yon bann moun nan leta ki pap bay rezilta; Yo sèlman ap mache fè chelbè kale kò ak machin ofisyèl san okenn rezilta. Yo menm aprann nou ke ansyen delege Port-au-Prince pat menm gen tan pou’l chita an Haiti. Li te toujou nan peyi etranje.

Pandan tan sa, se @MoiseJovenel kap pran mo anba bouch lepèp kap soufri.

Alòs, pandan jodia prezidan sa deside reveye'l pou chanje moun ki pa itil yo, kesyone kontra Vorbe kap fini an 2020, Boulos ki gen yon moratwa ki fini jodia vendredi 30 septanm lan ki pral oblije kòmanse peye leta lajan li dwe, w panse lepèp t'ap prale rele ABA JOVENEL?

Ann serye! Menm lè nan listwa pèp ki pa konpran konn kite yo touye lidè pwogresis nan men yo, epi se aprè yo regrète, mwen pa kwè pèp aysyen an pa konprann jwèt kap fèt la.

Se pou rezon sa nap di, menm lè nou konn fache ak prezidan Jovenel, sepa nan moman lap pran konsyans epi revòlte-a pou nou lage’l, abandone’l.

Jan yon zanmi di nou sa : Si @MoiseJovenel bezwen dialòg, li dwe sispann peye Vorbe ak Boulos. Paske se yo ki mèt mezon lokasyon manifestasyon yo. Depi li sispann peye yo akoz peyi-a te lòk, yap vini chita dialoge avè'l, yap bay ouvrye politik opozisyon ak palman an lòd pou dialoge tou.

Zanmi an di’m li se yon moun solidè e fidèl ki pa renmen abandone mou, menm lè li konn sibi anpil zak trayizon. Nan ka Jovenel la, sa fè’l mal anpil pou'l wè kòman yo ap jwe ak Prezidan an ki, kòm yon jenn gason, pa merite sa.
Moun nan di’m tou, se lajan ki nanm malfektè yo. Sispann peye yo, yap gen mwens lajan pou chofe lari-a, yap vin chita dialoge.

Sepa nan moman prezidan @MoiseJovenel ap revolte kont fason boujwa salòp yo kidanpe leta ak pouvwa li a, pou yon militan konsekan ak pèp souveren abandone’l. Okontrè, nou dwe pwofite akonpaye’l, bay li kouraj pou li ale pi lwen nan sans pwogrè.

Tranzisyon se piyay pou boujwa salòp ki toujou pwofite bwote sa leta gen pandan lepèp nan mizè !


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
@Reseaucitadelle #LeReCit
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr

samedi 28 septembre 2019

#Haiti : Pour un dialogue avec les jeunes.- #LeReCit

#Haiti : Pour un dialogue avec les jeunes.- #LeReCit

A chaque situation d’émeutes, le Président @MoiseJovenel invite les dinosaures au dialogue. Ce faisant, il légitimise une bande de vieux politiciens parasites, impopulaires et sans vision qui surfent sur le désespoir des jeunes.

Le noeud du problème se situe dans le désespoir des jeunes haitiens. Dans le temps il existait des entreprises d’État comme Welch, Aciéries, Minoterie, Cimenterie pour jouer le role leader/pivot dans l’économie, mobilisant des resources techniques, humaines et financières...

Depuis la “théologie de la privatisation”, nos dirigeants ont tout liquidé. Le président Préval a tout vendu à des oligarques égoïstes, arrogants et sans vision, des gens primaires, dominés par des réflexes de piraterie; c’est aussi le cas récent pour les produits pétroliers.

Ces sont des milliers de familles qui subsistaient et évoluaient autour des entreprises publiques en #Haiti. La Corée, la Chine, le Vietnam sont des pays qui ont transformé leur économie positivement en utilisant les entreprises d’État comme leader/pivot.

On nous a fait croire qu’en enrichissant des oligarques (bourgeois salòp), cela stimulerait l’économie et la production nationale. Ce n’est pas le cas. Nos dirigeants n’ont fait que créer des monstres se croyant au-dessus des lois et de l’État, au moyen de la corruption.

L’État est devenu de plus en plus faible,
les leaders et dirigeants politiques de plus en plus corrompus,
les jeunes de plus en plus désespérés, donc manipulables.
L’idée de vastes fermes de production comme #Agritrans pouvait apporter la solution si @MoiseJovenel
ne s’était pas laissé engluer dans des histoires d’intérêts privés, mobilisant des ressources de l’État pour satisfaire certains amis, perdant de vue sa stratégie d’ensemble de départ, dans un contexte - il faut le dire - de crise financière post-petrocaribe.

On se souviendra qu’en 2017, #LeReCit avait conseillé publiquement au Chef de l’État de "ne pas abandonner les grandes villes”, nous avions aussi proposé "la création d’un Ministère de l’emploi” avec pour mission : des opportunités d’emploi pour des jeunes désespérés.


https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1177563859181297664?s=20

Relisez certains de nos textes de mise en garde :

👉🏿 #Haiti : Mobilizasyon pou kreyasyon yon Ministè Travay (Emploi) ki pral ankouraje kreyasyon djòb pou jenn yo.- (Cyrus Sibert) https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478/10156195795744478/

👉🏿 #Haiti : Pourquoi, ce gouvernement a t-il refusé d’anticiper les agitations sociales prévisibles?
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/05/haiti-pourquoi-ce-gouvernement-t-il.html

👉🏿 #Haiti : S’il est bien de relancer l’agriculture, attention à la misère dans les bidonvilles.-
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/04/haiti-sil-est-bien-de-relancer.html

👉🏿 #Haiti : Réflexion sur les priorités réelles de nos gouvernants.-
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/05/haiti-reflexion-sur-les-priorites.html

👉🏿 Remarques de Cyrus Sibert sur la gestion politique du pouvoir du Président Jovenel Moise et du Premier Ministre Lafontant.-
https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478/10156244056329478/

mercredi 18 septembre 2019

Zen pete entre Jovenel et Martelly! Texte circulant sur WhatsApp !!!

[ Depuis un certain temps, #LeReCit publie certains textes anonymes qui semblent venir de lanceurs d’alerte, avec des allégations qui dénoncent et accusent un certain clan qui existerait à Pétion-ville (Peguy Ville) et dont le Chef serait l’ex-Président Michel Martelly.

Notre démarche vise à provoquer la réaction et des éclaircissement de la part des personnalités indexées.


Car, personnellement, j’ai toujours apprécié le professeur Gérard Pierre-Charles pour sa simplicité, son courage et surtout sa décision de combattre Jean-Bertrand après qu’il a réalisé que le petit prêtre de Cité Soleil était devenu un monstre égoïste, cynique avec une obsession démesurée du pouvoir, de l’argent et des vanités de ce monde. Avant de nous quitter, le professeur a corrigé son devoir en combattant le mal qu’il avait contribué à placer au pouvoir.

En ce sens, s’il est confirmé que Michel Martelly est devenu un monstre, nous devons avoir le courage de le combattre systématiquement, l’issue de la bataille déterminera les vainqueurs. Car, nous sommes en face d’un génocide en #Haiti; les gens meurent, c’est la famine, nous assistons à une hécatombe dans notre pays, l’extermination des couches défavorisées parce que l’État est paralysé par des luttes d’intérêts privés. Le Président Jovenel Moise est sommé de se comporter en Chef d’État… Nous attendons des explications ! 



Ces gens de l’ancienne école ne réalisent même pas à quel point ils sont vulnérables au 21e siècle avec les techniques #NEWPOWER. 

Cyrus Sibert, @ReseauCitadelle 
reseaucitadelle@yahoo.fr
WhatsApp : +509 3686 9669 ]

—————————————————————

Zen pete entre Jovenel et Martelly

Michel Martelly et ses coups de poignards dans le dos de Jovenel Moïse

Après avoir trahi Laurent Lamothe, Michel Martelly et son équipe de bandits légaux viennent d'exposer leur dernière trahison à l'encontre de Jovenel Moïse au grand jour. On n'a qu'à lire le Nouvelliste de ce 16 septembre pour comprendre avec quelle ferocité Michel Martelly a lâché ses loups sauvages et voraces contre Jovenel Moïse qui a toujours été d'une loyauté aveugle envers ces bandits légaux au détriment du peuple haïtien.

Les deux racketeurs politiques ayant donné des interviews au Nouvelliste sont des envoyés de Michel Martelly. Ce dernier ne se contente pas de ces dizaines de millions de gourdes qu'il perçoit des caisses publiques mensuellement. Il ne veut plus de 2/3 du pouvoir, il réclame tout.

Depuis que Jovenel Moïse est arrivé au pouvoir, Michel Martelly et ses bandits légaux imposent 2/3 des ministres et directeurs généraux. Le président Jovenel n'a jamais eu l'occasion de choisir un ministre régalien, c'est Martelly et sa femme qui choisissent toujours les ministres de l'Intérieur, de la justice, de la planification, des affaires étrangères; c'est lui et Reynold Deeb qui imposent toujours les ministres des finances, les directeurs de la DGI, de l'AGD et de l'AAN. Pourtant, il n'est pas satisfait deux ans et demi après. Misye se yon Aloufa !

Jovenel Moïse est prisonnier de Michel Martelly et de ses bandits légaux dont l'insatiatibilité empêche toute gouvernance réelle du président qui a été élu par le peuple.

Jovenel Moïse supporte depuis trop longtemps cet héritage lourd de Sweet Micky et de ses bandits légaux. Il faut qu'il y ait quelqu'un pour dénoncer ce que ces messieurs font du pays. Non seulement contents de l'exploiter, ils n'ont aucun respect pour lui, ils le piègent à longueur de journée et filent des dossiers à l'opposition.

Le peuple doit comprendre l'enfer dans lequel se trouve le président Jovenel Moïse. Oui, effectivement les ressources du pays sont privatisées par les bandits légaux et les bourgeois roses corrupteurs et Jovenel Moïse est complice. Mais le peuple doit comprendre que ce n'est pas seulement Jovenel Moïse le responsable, il est bon que le peuple sache que :

1- C'est Michel Martelly qui touche les fonds de renseignement du Ministère de l'Intérieur, une partie de celui de la Primature et du Palais National. Ensemble, ces 3 lignes budgétaires font plus d'un milliard de gourdes par exercice fiscal. C'est Martelly qui controle tout ça.

2- C'est Michel Martelly qui fait pression sur Jovenel Moïse pour donner des contrats à ses complices de la bourgeoisie, dont le plus juteux est celui accordé à HELICO SA pour location d'Hélicoptères devant assurer ses aller-retours entre Péguy-Ville et sa maison luxueuse sur les Cotes des Arcadins. Même quand Martelly est à l'étranger, l'État continue à payer les deux BELL mis à la disposition de sa famille par HÉLICO SA de Shérif Abdallah. Ces hélicoptères BELL sont loués par heure et chaque heure coûte 750 USD à l'État. HELICO SA détient ce contrat depuis Avril 2017. Imaginez combien de millions cela doit faire à date soit septembre 2019, à raison de 750 USD par heure.

3- C'est Michel Martelly qui reçoit une quantité d'argent chaque mois de ces institutions suivantes :

a) 20 millions gourdes de l'APN, controlée par Hervé Fourcand;

b) 25 millions gourdes de l'AGD, controlée par Reynold Deeb et Gary Bodeau;


c) 20 millions gourdes de l'AAN (aéroports PauP et Cap-Haïtien), controlée directemment par Sophia Martelly à travers Irving Mehu;

d) 150 000 USD de l'OFNAC, controlée par Joseph Lambert et Reynold Deeb via Olivier Jean;

e) 10 millions de gourdes de la DGI;

f) 20 millions de gourdes de l'ONA et du BMPAD.

g) Moitié des millions des services de renseignements de MICT, de la Primature et du Palais National;

h) C'est Michel Martelly qui touche 2 millions de dollars de Bigio pour faire pression sur le palais national afin d'augmenter les prix du diesel car Bigio veut rendre sa centrale éléctrique au Mazout compétitive, en faisant augmenter le prix du diesel les industriels prefereront acheter du courant chez lui;

i) Sans compter les commissions qu'il touche sur les contrats remportés par les firmes proches des Tèt Kale.


Michel Martelly est de mèche avec Reynold Deeb pour piller les caisses publiques. Michel Martelly blanchit son argent à la BNC et à la BUH à travers des comptes de SWEET MICKY, BIGO PRODUCTIONS, GO et DNC avant de le placer au Panama sur des comptes offshores.

Michel Martelly est dans un complot avec Joseph Lambert, Sorel Yacinthe, Liné Baltazar, Christine Coupet... pour faire tomber Jovenel Moïse d'ici 2020. Quelqu'un l'avait dit à Jovenel Moïse depuis plusieurs mois, mais il ne voulait rien croire, maintenant il commence enfin à comprendre.

Ce réseau est puissant, ils veulent une transition rose, c'est-à-dire une transition qui consistera à discréditer l'opposition politique et préparer le retour triomphal de Martelly dans des élections qu'ils prévoient pour 2023. Ronald Décembre est leur pion le plus utile, c'est l'une de leur taupe au palais national et c'est lui qui est chargé d'induire Jovenel en erreur en autorisant des décaissements affollants qui finiront par tomber dans les mains de Youri Latortue qui n'hésitera pas à dénoncer et affaiblir le président.

Qui fournit ces informations à Youri Latortue ? Ce sont les proches de Martelly qui sont dans les secrets des dieux. En faisant cela, ils affaiblissent Jovenel Moïse qui ne peut plus résister à leur gourmandise et leur gloutonnerie. Plus Jovenel Moïse est affaibli plus l'influence de Michel Martelly, Reynold Deeb et les autres comploteurs pèsent lourd sur le président.

L'équipe des bandits légaux est le plus grand fournisseur d'informations secrètes à l'opposition politique. Ce n'est pas l'opposition qui barre la route à Fritz William Michel, mais ce sont ces bandits légaux qui alimentent les sénateurs opposants contre Jovenel Moïse, contre tous ceux qui ne veulent plus servir la frange des bandits légaux du PHTK et des partis alliés.

Joseph Lambert, Eddo Zenny, Liné Baltazar, Evans Paul, Sorel Yacinthe tous font le jeu de leur patron Michel Martelly pour affaiblir le président Jovenel Moïse. Après avoir utilisé Jovenel Moïse pour faire leur beurre, ils le lâchent pour préparer leur avenir politique. Antonio Sola leur dit que si Jovenel Moïse termine son mandat, il sera quasiment impossible de faire réelire Martelly dans un contexte où PHTK sera vu comme le diable. Ils veulent sacrifier Jovenel Moïse à tout prix pour préparer leur réélection. Ils le font passer comme le méchant, comme si les fonds de Petro Caribe ont été détournés uniquement par Jovenel Moïse.

Ils sont cyniques, ces politiciens. Jovenel Moïse a commis trop d'erreurs au cours de son mandat, il a trop cherché à plaire à ces traîtres qui le jettent à la poubelle aujourd'hui. Jovenel Moïse n'a pas tiré de leçon de l'affaire Lamothe. Martelly avait sacrifié Lamothe pour sauver son mandat, il continue sa stratégie : il sacrifie Jovenel pour sa réélection.

Politique en Haïti, mmmmmmmmm

VeriteSouTanbou

mardi 17 septembre 2019

Phania Valéry, la femme qui a lapidé son enfant à Carrefour, arrêtée par la #PNH.-

Phania Valéry, la femme qui a lapidé son enfant à Carrefour, arrêtée par la #PNH.-
17 septembre 2019 
By Pierre Lunick Revange

Il y a plusieurs jours, une vidéo circulant sur les médias sociaux révoltent les internautes haïtiens. Elle montre une dame, une carrefouroise dénommée Phania Valéry, en train de lapider un garçonnet, son propre fils, jusqu’à écorcher sa tête avec un violent coup de pierre.

Sur le lieu où s’est déroulée cette scène écoeurante, il y avait une autre dame, une proche de la famille. C’est elle qui avait filmé les faits sans pourtant empêcher que l’enfant soit ainsi maltraité par sa mère, visiblement en fureur, qui avait juré de le tuer.

Ce mardi matin à Waney 93, au cours d’une filature organisée par des autorités judiciaires et policières, Phania Valéry connue aussi sous le sobriquet Fafane, a été appréhendée.

Juno7 a confirmé cette information ce mardi matin auprès du Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Paul Eronce Villard qui précise que l’accusée se trouve actuellement au commissariat de Carrefour en attendant son transfert vers le Parquet de Port-au-Prince pour les suites de Droit.

S’agissant de l’enfant, ce dernier, gravement blessé à la tête, se trouve dans un centre hospitalier de la Capitale pour recevoir les soins que son cas nécessite.

https://info.juno7.ht/phania-valery-la-femme-qui-a-lapide-son-enfant-a-carrefour-arretee-par-la-pnh/

lundi 16 septembre 2019

Jovenel Moïse doit choisir entre le peuple ou ses amis contrebandiers.- Texte circulant sur WhatsApp.-

[ Ce texte sur la "contrebande d’État" devrait normalement provoquer une enquête internationale sur #Haiti. Car, si ces allégations sont vérifiées, il s’agit d’un cas de génocide économique contre 11 millions de personnes, de corruption et de blanchiment d’argent. L’extra-territorialité de certaines lois et l’universalité de certaines conventions seraient applicables.  Comme nous l’avons toujours dit, la solution aux problèmes d’Haiti passe par la capacité de l’État à collecter des taxes, appliquer la loi envers et contre tous, à partir du monopole de la force. Au-delà des amitiés, si ces allégations sont confirmées, cette situation est inacceptable! #LeReCit ]


↓↓↓↓↓↓↓

Jovenel Moïse doit choisir entre le peuple ou ses amis contrebandiers.-

Par : Milien Anglade
Ancien inspecteur de l'AGD

Par refus de me laisser corrompre, j'ai été démis de mes fonctions d'inspecteur général adjoint de l'AGD en 2017. Après 42 ans de carrière dans la fonction publique (AGD), on m'a viré pour avoir refusé de trahir ce serment que j'avais prêté en intégrant l'Administration Générale des Douanes en mai 1975.

Devant cette situation où notre pays est dans l'agonie, je décide d'aider mes concitoyens à comprendre ce qui est arrivé au pays en particulier cette hémorragie dans notre système douanier. Par cette modeste contribution, vous allez comprendre comment le pays est pris en otage par des bourgeois qui sont de mèche avec nos autorités. Vous allez comprendre que le pays n'aurait ni besoin de quemander 150 millions de dollars chez Taïwan, ni se faire humilier par le FMI pour 230 millions de dollars ni même besoin d'envisager d'augmenter le prix de l'essence au détriment des classes les plus démunies.

Si les décisions ayant brisé les reins des douanes du pays ont commencé depuis 1988, cette hémorragie qui est entrain de nous engloutir a débuté en 2011, à l'arrivée de Michel Martelly qui a commis l'erreur de livrer la douane à une frange de la bourgeoisie constituée de rapaces sans foi ni loi. Avec Martelly, un nouveau roi a pris le contrôle de nos ports en la personne du puissant Reynold Deeb. Ce dernier a succédé aux familles Vorbe, Rayes (Carribean Super Market), etc déchues après la présidence de René Préval.

Sous Préval, il y avait toujours eu les désordres des Vorbe, Rayes, Anthony Beneth, et co, cependant le tandem Reynold Deeb, Bigio et co bat tous les records en matière de désordres et de contrebande à partir de 2011. Vorbe, Rayes et co faisaient une contrebande personnelle, et moins organisée, c'est-à-dire, ils se contentaient de faire passer leurs marchandises. Mais ils ne s'arogeaient pas le droit de choisir les directeurs et et d'exiger à ces derniers de leur apporter des rapports.

Reynold Deeb et Bigio agissent d'une toute autre façon : ils font de la douane leur propriété privée, ils font entrer leurs produits en déclarant une infime partie et ils vendent aussi des privilèges ainsi que des franchises. C'est Reynold Deeb qui choisit les directeurs généraux et même certains directeurs techniques depuis 2012. Et il se fait apporter des rapports sur tout ce qui se trame dans la douane à son propre bureau.

Sous le contrôle de Reynold Deeb, chaque annexe de l'ADG est attribué à un cacique. Prenons le cas de nos frontières avec la République Dominicaine. Parmi les 4 points de passage officiels, chacun est commandé par un soldat de Deeb. Malpasse / Jimani est sous la surveillance de Gary Bodeau; Ouanaminthe / Dajabon est sous controle du sénateur Wanick Pierre; Belladère / Comendador est géré par les sénateurs Rony Celestin et Wilot Joseph; et en dernier lieu, Anse-à-Pitres / Pedernales est sous la responsabilité de Steeve Kawly.

Ce réseau de contrebande dirigé par Reynold Deeb est responsable d'une perte, d'un manque à gagner de 400 millions de dollars à l'État haïtien annuellement. Uniquement sur les frontières. Ils ne facturent pas leurs produits et ils volent les maigres recettes récoltées. Et une partie des recettes volées va directement chez Martelly, d'ailleurs dans la douane de l'aéroport Toussaint Louverture et celle du Cap-Haïtien Sophia Martelly place des émissaires avec la mission de lui apporter de l'argent chaque weekend.

En ce qui concerne les ports, notamment celui de Port-au-Prince, ils sont sous surveillance stricte de Reynold Deeb. Il a accès à tous les dossiers, il a droit même à une copie des enregistrements des caméras de surveillance et de la liste des visiteurs.

Selon des estimations de la Banque mondiale, citées par l'économiste Fritz Alphonse Jean, la contrebande et autres désordres dans les douanes des ports de Port-au-Prince, de St-Marc, de Miragôane et du Cap-Haïtien représentent un manque à gagner de plus de 500 millions de dollars annuellement.

C'est-à-dire par an, l'État haïtien perd près d'un milliard de dollars dans la contrebande et autres désordres dans nos douanes et ports. 400 millions sur les frontières avec la République Dominicaine et plus de 500 millions dans nos ports.

Le pays est séparé entre des mercenaires politiques et économiques. Chaque port a un baron. Même la douane la douane de l'aéroport de Toussaint Louverture est concernée, elle est contrôlée par Michel Martelly, Reynold Deeb, Ronald Décembre et Gary Bodeau.

Ronald Décembre est une pièce importante dans cette cellule de contrebande et corruption pilotée par Deeb. Décembre est le comptable du réseau, c'est lui qui fait les calculs et décide combien on envoie dans les caisses de l'État.

Le président Jovenel Moïse se montre anti-peuple en choisissant de couper la subvention du gaz au lieu d'aller chercher ces millions gaspillés dans la contrebande organisée par ses amis et alliés Reynold Deeb, Michel Martelly, Gary Bodeau, Rony Celestin et co.

Il faut souligner que le président Jovenel Moïse a une redevance et dépendance à Reynold Deeb qui avait mobilisé ses frères du secteur privé pour financer la campagne du candidat de PHTK à coup de millions et de conteneurs de produits divers.

Il prévilégie son amitié aux bourgeois et se moque de ses administrés.

Couper ou continuer la subvention des produits prétroliers n'est pas un dilemme. Le président ne fait que choisir son camp, il choisit de rendre la vie de son peuple plus dure au lieu de nuire aux business de ses patrons du secteur privé.

S'il veut aider le peuple, il n'a qu'à mettre de l'ordre dans nos douanes et ports. S'il veut aider le peuple, il n'a qu'à dire à Deeb, Bodeau, Celestin, etc qu'il est temps de laisser l'État faire son travail. S'il veut aider le pays, il n'a qu'à dire à Martelly de cesser de réclamer de l'argent à Reynold Deeb mensuellement car cet argent que Deeb donne à Martelly vient de nos douanes et de la contrebande.

La solution que cherche le président est dans la gestion de nos douanes. Il trouvera assez d'argent pour subventionner l'essence et même lancer d'autres projets.

C'est à lui d'agir ou au peuple de le faire à sa place. L'un ou l'autre. Jovenel Moïse doit choisir entre finir son mandat ou avoir le courage de dire la vérité à Deeb et Martelly.

Martelly et Deeb détournent tellement d'argent, creusent tellement les caisses de l'AGD et de l'AAN que certains vont jusqu'à penser que c'est un complot contre Jovenel car au final c'est Jovenel qui aura à rendre compte. S'il ne les dénonce pas c'est qu'il est complice. Et le peuple doit agir avec la dernière rigueur.

Milien Anglade
Ancien inspecteur de l’AGD

Lisez notre analyse : 

Haiti, Que faire? Comment sortir du gouffre? #LeReCit

dimanche 15 septembre 2019

Sheyla, la victime du prêtre de Ranquite, ira à l’école ce lundi 16 septembre 2019.-


“Je suis tellement heureuse de retourner à l’école”

Ce message de Sheyla, la jeune fille de Ranquite #Haiti qui a été abusée sexuellement par le Père Bruno Eugener me rend (Cyrus Sibert) heureux. C’est important d’aider les victimes à se remettre debout.

Merci à ce prêtre catholique haitien qui, en son nom personnel, a complété la cotisation en ce sens, sans aucun préjudice pour les droits de la victime, tout en estimant que son «Église doit se montrer responsable face aux victimes et intolérante envers les prédateurs sexuels qui abusent et violent. Il y va de son avenir.» #LeReCit #Haiti

Lisez :

1- Le prêtre, sa victime et son bébé.-
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2019/08/le-pretre-sa-victime-et-son-bebe.html


2- Abus sexuels / Question aux Évêques haïtiens : Les Évêques américains entérinent l’obligation de signalement. Quelle est la position de l’Église haïtienne? #LeReCit
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2019/07/abus-sexuels-question-aux-eveques.html

3- #Haiti - Missionnaires Pédophiles : Le silence des Églises, une insulte aux victimes.- #LeReCit
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2018/07/haiti-missionnaires-pedophiles-le.html

4- #Haiti #Ranquitte : La victime abusée sexuellement par le père Eugener Bruno, placée en captivité.-
https://reseaucitadelle.blogspot.com/2018/11/haiti-ranquitte-la-victime-abusee.html

5- #HaitiToo : Abus sexuel à la Paroisse de Ranquitte ! Update! #LeReCit
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2018/11/haititoo-abus-sexuel-la-paroisse-de.html

dimanche 1 septembre 2019

INTERVIEW EXCLUSIVE de HAÏTI 24 avec le PREMIER MINISTRE LAURENT LAMOTHE.-

INTERVIEW EXCLUSIVE de HAÏTI 24 avec le PREMIER MINISTRE LAURENT LAMOTHE

INTERVIEW EXCLUSIVE  de HAÏTI 24 avec le PREMIER MINISTRE LAURENT LAMOTHE

Se disant confiant, aujourd’hui comme hier, dans la justice de son pays, l’ancien Premier ministre, Laurent Salvador Lamothe, a répondu le vendredi 30 août aux questions du juge instructeur, Ramoncite Accimé, dans le cadre de l’enquête sur le gaspillage présumé des fonds PetroCaribe. Suite à son audition, l’ex-chef de Gouvernement a, sans langue de bois, accordé une interview exclusive à Haïti 24. 

Laurent Lamothe vous étiez au cabinet d’instruction, vendredi, pour être auditionné par le juge Ramoncite Accimé, alors qu’on croyait que vous fuyiez la Justice.
Quel est le message que vous voulez lancer par ce geste ?
Je suis venu et j’ai répondu à l’invitation du juge. En fait, j’ai donné réponse à l’intégralité des questions du magistrat instructeur, puisque je n’ai rien à cacher et n’avais jamais rien à cacher. Souvenez-vous bien que durant toutes les années de mon Gouvernement, chaque mercredi soir, la nation était informée via un débat télévisé (Conseil de Gouvernement) de l’état d’avancement des projets financés à partir des fonds PetroCaribe. Ceci était un signe clair de la transparence qui caractérisait ma gestion en tant que Premier ministre. Pour être très précis, je soulignerai que ‘’43 Conseils de Gouvernement’’ étaient télévisés, justement pour informer les gens en temps réel ; pour dire aux Haïtiens comment était dépensé l’argent PetroCaribe, cela fait quand même cinq (5) ans depuis que j’ai démissionné et on parle aujourd’hui encore des mêmes projets ! Les gens sont peut-être nostalgiques de ces jours de transparence et certains politiciens véreux profitent de l’absence de communication de l’actuelle administration pour occuper malhonnêtement l’espace médiatique et de nous attaquer. Mais ‘’Trou manti pa fon !’’.
Pourquoi pensez-vous être aussi diabolisé par l’opposition politique ?
Malheureusement, l’opinion publique est victime aujourd’hui d’une campagne bien financée de désinformation, d’intoxication orchestrée à des fins politiques. Pour m’écarter et écarter tous ceux et celles qui ont dignement servi leur pays durant les années 2012,2014, des acteurs politiques à visage découvert, d’autres agissant dans l’ombre, se livrent dans un combat sans merci pour tenter d’assassiner notre caractère. Heureusement les faits sont là pour prendre le contrepied de toutes les allégations mensongères qu’ils font circuler dans les médias traditionnels et sur les réseaux sociaux. On se le rappelle, la Cour Supérieure des comptes avait réalisé trois audits de l’intégralité de mes comptes en tant que Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Planification. Dans les deux cas, les juges de la CSCCA ont été unanimes à reconnaitre, dans leurs conclusions, que bonne gestion a été faite. Aucun cas de détournement ou de fraude n’a été relevé par la Cour. Donc, les faits parlent plus forts que les mensonges bruyants des politiciens manipulateurs.
Quid des 25 stades construits sous votre Gouvernement ?
Stade, terrain de football, centre sportif…, mes détracteurs peuvent utiliser le mot qu’ils veulent, mais les faits restent et demeurent. Il y a eu des contrats qui ont été signés entre l’Etat haïtien et la firme SECOSA pour la construction d’au moins 25 infrastructures sportives, ou stades, dans plusieurs localités du pays. Précisons que tous contrats ont été paraphés sous l’administration Préval-Bellerive et exécutés par l’administration Martelly-Lamothe pour un montant ne dépassant pas les quelques 20 millions de dollars. Je peux citer les centres sportifs de : Gressier, Verette, Thomonde, Jérémie, Saint Louis du Sud, Cayes Jacmel, Milot, Mont-Organisé, Saint-Louis du Nord, Aquin/Marchand Dessalines, Grande Riviere du Nord, Sainte Thérèse, Thomassin 25, Hinche, Dadadou, Saint-Marc, Léogâne, Miragoâne, entre autres. Quand nous parlons de ‘’stade’’, nous ne prétendons pas qu’il s’agit du stade ‘’Maracaña’’ au Brésil, ni celui de ‘’Bernabéu’’ de Real Madrid. Mais hélas, les manipulateurs de l’opinion utilisent une très basse stratégie pour essayer d’induire les gens en erreur. Mais, il est un fait qu’aujourd’hui, le Championnat national se joue sur les différents centres sportifs en question. Des championnats de vacances s’y sont réalisés également. En votre qualité de journaliste, je vous invite à faire une tournée dans le pays pour voir si ces ‘’stades’’ sont fictifs ou non… Encore une fois, il s’agit d’une vile et triviale stratégie de dénigrement appliquée par des politiciens qui cachent mal leur peur du poids réel de certains hauts fonctionnaires de l’Etat sur l’échiquier politique. En dernier lieu, j’ajouterai que ces détracteurs, ces opportunistes manipulateurs trouvent un terrain propice à leur jeu malsain en raison de l’absence totale de communication de l’actuelle administration.
Quelle est votre appréciation du rapport de la CSCCA ?
Il faut dire que la Cour Supérieure des Comptes a fait un rapport très général. Mais, s’agissant de ma gestion comme à la fois ministre des Affaires Etrangères, ministre de la Planification et chef de la Primature, l’ensemble des dépenses effectuées sous mon Gouvernement ont été étudiées ; et comme je l’ai dit tantôt, les juges de la CSCCA ont été unanimes à reconnaitre que ma gestion a été impeccable. Certes, dans son rapport, la Cour a fait état de certaines irrégularités d’ordre administratif. Mais, s’agissant de ma gestion, aucune accusation de détournement de fonds publics ou de fraude ne me vise personnellement comme tentent vainement de le faire croire les manipulateurs.
Etes-vous favorable à la tenue du Procès PetroCaribe ?
Comme le savez, comme la nation le sait, je suis un homme juste. Avant de parler de procès PetroCaribe, il faut qu’il y ait préalablement une enquête sur la traçabilité des fonds. Ceci permettrait de déterminer si oui ou non il y a eu des détournements, afin d’en fixer les responsabilités. Plus encore, cette enquête permettrait de dire avec exactitude la quantité d’argent qui a été détournée, si détournement il y a bien eu. Donc, c’est le seul moyen d’en finir avec tous les slogans politiques manipulatoires visant à stigmatiser ceux et celles qui à un moment donné de l’histoire avaient servi leur pays. L’affaire PetroCaribe souffre encore d’une politisation à outrance, il faut purement et simplement dépolitiser le dossier pour pouvoir bien avancer.