lundi 21 août 2017

Une pensée pour le Colonel Renan Jean-Louis alias “Capitaine Météo”.-

#Haiti : A l’occasion du passage de l’Eclipse solaire de ce 21 Aout 2017, je ne peux m’empêcher de penser au Colonel Renan Jean-Louis alias “Capitaine Météo”. (Texte de Cyrus Sibert)

Ce militaire savant et sage a servi ce pays tout en incitant la curiosité de la jeunesse sur les phénomènes cosmiques, astronomiques, géologiques et météorologiques.

En 1998, Capitaine Météo et Docteur Yolène Vaval Suréna avaient fait un travail extraordinaire d’éducation au bénéfice de la population haïtienne.

Le Colonel Renan Jean-Louis est une preuve historique qui renforce le nouveau plan appliqué par le Président Michel Martelly et son successeur le Président Jovenel Moise pour la reconstruction des Forces Armées d’Haiti : Refonder l’Armée avec des Unités de métiers comme fondement.

Plus un soldat est formé, plus il comprendra ses limites, plus il sera humble et sage.

S’il y avait des crapules dans l’Armée haïtienne, il existait aussi des hommes sages, honnêtes et sérieux comme “Capitaine Météo”. Des jeunes de familles modestes, des fils de paysans, de couches populaires ou originaires de province sont devenus pilotes, ingénieurs, médecins, professionnels ou hommes d’affaires, grâce à l’institution militaire. Les FADH avaient une fonction d’émancipation sociale en faveur des couches défavorisées.

Aussi, du temps des Forces Armées d’Haiti, y avait-il des pilotes haïtiens en Haiti. Alors qu’aux États-Unis, les noirs subissaient les épreuves de la ségrégation raciale, en Haïti, des jeunes officiers noirs pilotaient eux-mêmes les appareils du Corps d’aviation militaire. Telle est l’histoire cachée que les anarcopopulistes et leurs alliés ne raconteront pas aux jeunes.

R.I.P. "Capitaine Météo”

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
21 Août 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156654076349478/?type=3

dimanche 20 août 2017

Sénateur Evalière Beauplan au congrès de l’opposition politique à l’Arca...


#Haiti - Ce qu’il faut retenir de l’intervention du Sénateur Evalière Beauplan, au congrès de l’opposition politique à l’Arcahaie — Août 2017 :

[ Vers une re-mobilisation des “entrepreneurs de l’opposition” ]

1- Finalement, l’opposition reconnait la victoire électorale de Monsieur Jovenel Moise;

2- Elle reconnait que la division est à la base de son échec électoral. C’est sa faute !!!

3- Beauplan n’est pas un traitre comme Youri Latortue. Il ne s’est pas mis au service du vainqueur de sa candidate Madame Mirlande Manigat, toute suite après les élections de 2011;

4- Il est convaincu que le Président Jovenel Moise construira la route de Port-de-Paix; il l’accuse déjà d’avoir pris cette initiative pour l’affaiblir dans le Nord-Ouest. Une façon de dire si on fait quelque chose au profit de la population du Nord-ouest sans Beauplan, on est contre lui.

5- Le financement des travaux de la “Caravane du changement” sont du gaspillage.

Comme d’habitude, les politiciens traditionnels d’Haiti s’unissent quand ils sont dans l’opposition, cherchant à faire échec à un gouvernement. Ils sont souvent financés par la bourgeoisie rétrograde ou par des mains invisibles de la République Dominicaine.

Aussi, faut-il signaler que les propriétaires de compagnies privées de construction sont extrêmement mécontents contre l’idée du Président Jovenel Moise qui met sous contrôle les équipements de l’Etat et les utilise à travers le CNE pour construire des routes, curer des canaux, sans leur offrir de juteux contrats. Il fallait s’attendre à une re-mobilisation des “entrepreneurs de l’opposition”.

Comme d’habitude, après ce lancement, les espions étrangers qui veulent maintenir Haiti à genoux, tous ces blancs qui s’opposent à la re-mobilisation de l’Armée haïtienne ou à la production agricole nationale prendront contact avec ces politiciens traditionnels ou “entrepreneurs de l’opposition”, pour leur offrir aide financière en échange de “service de déstabilisation” du pouvoir en place. Ça va chauffer en Haiti !!! Le Président Jovenel va enfin comprendre la réalité du pouvoir en Haiti.

@CyrusSibert  //  @ReseauCitadelle  //  WhatsApp: 509-3686-9669

reseaucitadelle@yahoo.fr
https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/videos/10156650882899478/

samedi 19 août 2017

19 Aout 2007 - 19 Aout 2017, dix ans de lutte contre les pédophiles en #Haiti.


#Haiti : RESEAU CITADELLE remercie tous ses supporteurs. 19 Aout 2007- 19 Aout 2017, dix ans depuis que nous avions décidé d’affronter les pédophiles en Haiti. 


Texte retrouvé .— Publié le 19 Aout 2010.-

Par Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti. 

Ce jeudi 19 Aout 2010, marque le 3e anniversaire de la rédaction par RESEAU CITADELLE de l'article qui a permis de mettre un terme aux activités d'exploitation sexuelle des enfants de rue de la Ville du Cap-Haitien qui participaient au Projet Pierre Toussaint.

Le 19 Aout 2007, nous avions publié le texte : « Cap-Haitien, le Pédophile et son Centre d'accueil pour les enfants de rue. » Les informations qui y étaient diffusées sous une forme voilée ont été recueillies le 14 Aout 2007 à l'occasion du Festival culturel du Nord. Cette publication initiale nous a permis de suivre le comportement « paniqué » de l'accusé qui a vite adopté des mesures répressives pour faire taire les victimes bavardes. Notre informateur, une victime à laquelle l'accusé savait se confier, nous a fourni des renseignements sur ses intentions et ses initiatives. Ce qui nous a aidés à rester fermes face aux allégations fantaisistes de complot contre Perlitz.



Les prédateurs sexuels oublient souvent la douleur qu'ils infligent à leurs victimes.

Heureuse coïncidence, Douglas Perlitz a reconnu avoir abusé sexuellement des enfants haïtiens le 18 Aout 2010, soit la veille de ce 3e anniversaire de notre premier texte sur la situation. Nous avons pu nous en rendre compte cet après-midi en préparant une intervention sur le sujet dans le journal de 4:00 heure de Radio Métropole. 

Nous en profitons pour remercier tous ceux qui d’une manière ou d’une autre nous ont supportés dans notre engagement de longue haleine au coté des victimes et à faire la lumière sur un cas aussi funeste. Grâce à vous, RESEAU CITADELLE a pu mener cette bataille et défier les riches amis et supporteurs « inconditionnels » de Perlitz qui cherchaient à nous discréditer.

Merci.

RESEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 19 Aout 2010, 19 heures 10.
_____________________________

19/08/07

Cap-Haïtien, le Pédophile et son Centre d'Accueil pour ''Enfants de rue''.

Par Cyrus Sibert,

La défense de la liberté exige l'intolérance du citoyen face à l'injustice. Même quand les victimes refusent que leur noms soient cités dans la presse, même quand au lieu d'enquêter sur les faits on préfère nous demander plus de preuves et de porter plaintes, on ne saurait passer sous silence cette situation d'injustice à laquelle font face les enfants ''de rue'' et/ou ''dans la rue'' du Cap-Haïtien.

Il existe au Cap-Haïtien, un centre d'accueil qui aussi, constitue un centre d'abus pour les enfants de rue. Dirigé par un américain très connu dans le milieu, ce centre dispose d'un programme bien adapté et offre aux jeunes démunis des rues des possibilités d'épanouissement. On n'a qu'à observer l'évolution de ces jeunes exclus qui fréquentent le centre pour se faire une idée de son utilité. Ils y sont bien encadrés. Les programmes de formation technique et d'encadrement psychologique sont d'une contribution énorme. De jeunes enfants pauvres arrivent à produire et à créer un revenu au point tel de devenir leader économique de leur famille.

On peut facilement apercevoir ces jeunes gens à la plage, dans les lieux de loisir accompagnés de travailleurs sociaux professionnels. Le centre fait tout pour les aider à réussir leur vie. Dans un pays où l'Etat néglige les plus faibles (pauvres, handicapés, enfants et vieillards), dans une société où il n'existe pas de programmes structurés de prise en charge des enfants sans abris, on ne peut qu'apprécier l'effort de ce centre dont nous nous gardons de citer le nom, pour le moment.

Cependant, faute de contrôle de ces initiatives privées par les services de l'Etat, ces genres de centres représentent souvent un espace privilégié pour des détraqués, des pédophiles ou homosexuels. A leurs yeux, les enfants de rue représentent une mine de chair fraîche à exploiter. Les plus petits sont entraînés par ignorance ou manque d'expérience. Il suffit de dire à un enfant : monte dans ma chambre, je vais t'apprendre quelque chose qui te fera du bien. Si tu le fais bien et sans problème et si tu gardes notre secret, je serai ton ami et....

Pour les plus vieux, les adolescents en âge de comprendre, on conclut un marché : Pas de chair, pas de support. Si tu n'acceptes pas de passer la nuit dans mon lit, tu seras obligé de quitter le programme. Le jeune qui refuse n'a d'autre choix que de retourner dans la rue sans encadrement et de voir le programme de financement de ses activités musicales ou sportives suspendu.

Mais on peut toutefois renouer les liens. Il suffit de passer chez le Boss et se laisser abuser toute une nuit. Une nuit de plaisir et de douleur. Du plaisir pour le Boss qui utilise toute sorte de produits aphrodisiaques pour augmenter sa performance et de la douleur pour ce jeune de 15 ans qui explique, avec des larmes aux yeux, sa souffrance : Toute une nuit Cyrus ! Toute une nuit, pour le plaisir de cet homme blanc qui ne veut pas en finir ! Un triste témoignage qui ne pouvait nous laisser indifférent. Voir pleuré un jeune adolescent pris aux pièges d'un pédophile homosexuel à cause de la misère est émouvant.

Quant au Centre, les jeunes victimes le voient comme un acquis. Grâce à son travail, des démunis sont devenus musiciens, artisans, footballeurs, etc. Même quand ils nous racontent ces abus, ils ne veulent pas que ce programme soit suspendu. Le pédophile responsable semble avoir mis dans leur tête l'idée que s'ils rendent public ces faits il n'y aura plus de Centre. Il fallait voir avec quelle insistance on nous demande de ne pas mentionner les noms du Centre, de son responsable et même pas celui des victimes. Toutefois, l'un d'entre eux promet de témoigner s'il y a une enquête sérieuse sur cette affaire.

Alors ce qui est révoltant dans tout cela : Où est l'Etat qui empoche nos taxes ? Pourquoi les responsables haïtiens refusent-ils de contrôler ces centres privés ? Pourquoi on n'y affecte pas des travailleurs sociaux, des étudiants stagiaires, comme on le fait pour les centres de santé ? Pourquoi les responsables méprisent-ils les démunis de ce pays au point de livrer nos enfants aux bouchers de la pédophilie et de l'homosexualité ?

Cyrus Sibert
Cap-Haïtien, Haïti
19 Août 2007

http://reseaucitadelle.blogspot.com/2010/08/cap-haitien-pedophilie-reseau-citadelle.html

#Haiti : Et si Bois-Caïman était un événement œcuménique dans une logique de “vivre ensemble”?

#Haiti : Et si Bois-Caïman était un événement œcuménique dans une logique de “vivre ensemble”? (Texte de Cyrus Sibert)

[ Psaume 24:1 “A l'Eternel la terre et ce qu'elle renferme, le monde et ceux qui l’habitent.” ]
A l’occasion de la célébration du 226 anniversaire du Bois-Caïman, le débat s’est intensifié sur la nature religieuse de cet événement majeur qui a déclenché la révolution anti-esclavagiste à Saint-Domingue (ci-après, #Haiti). Si les vodouisants interprètent cette rencontre suivant une approche ethnocentrique visant à la considérer comme un grand miracle vodou, des occidentaux racistes, colonialistes ou anti-haïtiens l’utilisent pour conclure que notre peuple a passé un pacte avec le diable. Or, comme nous l’avons vu dans l’analyse de la prière rapportée par des historiens, l’organisateur s’est adressé à un Dieu unique, le Dieu créateur du ciel et de la terre, le Dieu du bien et de la justice. En ce sens, il est clair qu’on n’invoque pas ce Dieu là quand on réalise des rituels diaboliques ou maléfiques. Il est clair que les esclaves présents à cette cérémonie ont prit position pour le Dieu du bien.

En parlant de Bois-Caïman et des idées religieuses qui marquent l’esprit collectif haïtien, il est à remarquer cette pratique chez nous de répéter “Si Dieu le veut”, après chaque souhait, après chaque promesse, chaque planification ou rendez-vous? Dans le monde, les musulmans sont connus pour leur fameux “Inch’Allah” qui signifie « si Allah le veut »; deux expressions presque identiques. Comme les haïtiens répètent “Si Dieu le veut”, les musulmans disent “Inch’Allah” pour les mêmes raisons et dans les mêmes circonstances.

Certes, le sacrifice du cochon pose un problème de taille pour ceux qui voient en Bois-Caïman une cérémonie dirigée par des musulmans. Car, le cochon étant un animal maudit pour les adeptes de la religion islamique, on les voit mal organiser une cérémonie de ce genre. Toutefois, les expressions courantes dans le langage populaire “Bondye Gran” (Dieu est Grand) et “Si Dye vle” (Si Dieu le veut), sont à étudier.

Certains chercheurs vont jusqu’à établir un lien entre le Sénégal (musulman) et une grande partie des esclaves transplantés à Saint-Domingue. En plus de croyance vodou, la population d’esclaves devrait-être traversée par d’autres croyances religieuses. Boukman a t-il été un musulman contraint d’observer des esclaves vodouisants sacrifier leur cochon ou, a t-il été un hougan comme rapporté dans des livres d’histoire?

D’autres chercheurs rejettent l’interprétation littérale “Book-Man”, “homme au livre (coranique)”. Selon eux, Boukman est un nom étrange, comme tous ces noms imposés aux esclaves par leur maitre, de patronymes souvant liés à leur parcours.

Mais, n’est il pas troublant d’avoir dans ce seul fait historique deux (2) éléments dont les interprétations peuvent se référer à l’islam?
1- Boukman qui serait un homme venu de la Jamaïque avec un Coran qui lui aurait valu le nom Book-Man;
2- Bois-Caïman qui pourrait être “Bwa Kay Imam”, un hypothétique refuge d’un Imam, ces pasteurs musulmans.

Faut-il noter que dans le Nord d’Haiti, dans la ville Borgne, il y a aussi “Bassin Caïman”. On ne sait pas si cela signifie “Bassin Kay Imam”. Les chercheurs ont beaucoup à élucider.

En résumé,
1- Dans un premier temps, nous avions analysé cette prière monothéiste récitée lors de la cérémonie. Même quand on y voit aucune référence à Jesus ni à la vierge Marie, il n’y a aucun doute sur l’influence du christianisme ou du catholicisme dans la colonie en 1791;
2- Ensuite, il y a le sacrifice du cochon des vodouisants, des preuves de la performance de mambo Cécile Fatima;
3- Les musulmans qui attribuent certains éléments de l’histoire à leur religion: a) Boukman (Book-man), le nom du principal organisateur de la Cérémonie ou du congrès politique ; b) Bwa Kay Imam, le nom du lieu de la rencontre.

En conséquence, on se demande si nous ne sommes pas devant une cérémonie œcuménique, comme les cérémonies des francs maçons auxquelles toute personne, indépendamment de sa confession religieuse, peut participer, pourvu qu’elle partage l’objectif du mouvement.

Nous savons que la situation à Saint-Domingue avait atteint son point culminant. Les contradictions entre les classes sociales avaient fait de la colonie un espace extrêmement violent avec des atrocités qui annoncèrent même l’extermination totale d’un groupe par un autre. Il est clair que dans de tels contextes, la logique de survie prime à un point tel que des esclaves peuvent accepter de se réunir dans ce lieu — Bois-Caïman ou Bwa Kay Imam — pour sceller ce Pacte de révolte générale.

En conclusion, il peut s’agir d’une rencontre œcuménique pour un changement radical; L’exemple parfait de l’application du principe de l’autodétermination des peuples.

Une cérémonie œcuménique n’était pas impossible à Saint-Domingue. Car, ils sont nombreux les preuves de dépassement fournies par nos ancêtres. Ils avaient une capacité à transcender quand il s’agissait d’atteindre leur objectif final à savoir la fin du système esclavagiste.

- Toussaint Louverture n’avait-il pas opéré des revirements politiques en vue de créer l’Armée indigène?
- Dessalines, n’avait-il pas rencontré ses ennemis mulâtres à l’Arcahaïe dans le but d’unifier le commandement militaire de la guerre de l’indépendance?
- Après l’indépendance, les pères fondateurs, n’avaient-ils pas accordé la nationalité haïtienne à tous les étrangers qui ont contribué à la victoire?
- Par une fiction juridique, la Constitution Impériale de l’Empereur Jacques Premier, n’avait-elle pas résolu le problème de couleur en considérant comme noirs tous les citoyens de la nouvelle République?

Nos ancêtres avaient un sens de grandeur et de dépassement qui nous manquent aujourd’hui.

A bois Caïman, les esclaves avaient mis en valeur tout ce qu’il y avait de Bien, de juste et de bon, en vue de déraciner le mal absolu. Peu importe la religion des invités, il suffisait d’adhérer au mouvement de révolte générale pour le chambardement total du système esclavagiste. Et, sur ce point, on doit reconnaitre que les vodouisants qui sans doute furent majoritaires à l’événement, sont très tolérants en matière religieuse.

Une étude approfondie de Bois-Caïman peut nous aider à saisir la grandeur de ce peuple qui a forgé notre belle histoire. La “Constitution américaine aux Etats-Unis” , la “Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 en France” et la “Cérémonie du Bois-Caïman en Haiti”, sont des événements marquants de la grandeur des valeurs qui sont à la base des trois (3) grandes révolutions de la fin du XVIIIe siècle.

BOIS-CAÏMAN fut une convention pour un PACTE POLITIQUE, ARCAHAIE pour un PACTE MILITAIRE, malheureusement nous avions rejeté la réforme agraire de Dessalines, ce Pacte économique qui aurait pu contribuer à la justice sociale, la stabilité et la paix. L’absence de PACTE DE GOUVERNANCE a entrainé une opposition fratricide entre Christophe et Pétion; ce qui a ouvert la voie à de perpétuelles luttes pour le pouvoir, à la manipulation internationale et du résultat actuel.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
17 Août 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156644254244478/?type=3

jeudi 17 août 2017

Commentaires de LeGrand P. Salvant sur Bois-Caïman.-

La Campagne positive en faveur de Bois-Caïman fait son chemin !!! Nous vous invitons à lire cette réaction de Monsieur LeGrand P. Salvant ---

Merci Cyrus pour avoir utilisé la prière récitée par Boukman à l’occasion du 226ieme anniversaire de cette cérémonie religieuse, point de départ de la véritable résistance anti-ségrégationniste, anti-esclavagiste, et anti-raciste. Je l’ai utilisée dans mon programme de radio sur 1340 AM à West Palm Beach pour répondre à la déclaration raciste de Pat Roberson of the 700 Club en 2014, l’un des membres influents du protestantisme Nord-Américain teinté du racisme. Il avait déclaré que les problèmes d’Haïti viennent du fait qu’elle avait signé un pacte avec Satan le 14 Aout 1791. Les blancs sont fâchés et frustrés de cette défaite infligée à l’armée Napoléonienne, la plus puissante de l’époque, par un groupe de va-nu-pieds sans connaissance militaire. La réaction c’est de diaboliser la cérémonie du Bois-Caïman et diminuer l’impact de cet exploit et malheureusement il y a des Haïtiens « éduqués » qui les aident dans cette mission.
La religion protestante a fait du reniement de nos mœurs, nos coutumes, nos croyances son cheval de bataille dans le but de diviser les Haïtiens croyant que s’ils sont unis ils seront une force, un danger, un mauvais exemple pour les Noirs des Etats-Unis selon l’ancien président Franklin D. Roosevelt. Il fut un temps où ces fondamentalistes attribuaient l’homosexualité à la possession d’un esprit du Vaudou, maintenant c’est un droit humain puisqu’ils font partie de leur famille religieuse. A la manière de Moise, qui, sous l’ordre divin, a conduit le peuple d’Israël en dehors de l’esclavage, Haïti s’est appropriée de cette mission divine pour débarrasser le monde de ce fléau. Le monde a connu trois grandes révolutions ; la révolution américaine (1776) ; la révolution française (1789) et la plus grande de toutes, la révolution haïtienne (1804). Elle a fait d’Haïti, le symbole de la liberté des Noirs et le flambeau de l’égalité des races humaines. Soyons fiers de notre pays et de notre culture !

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156636010054478/?type=3

#Haiti : Résultats positifs de notre campagne de réhabilitation et de défense de notre histoire de peuple.-

#Haiti : Résultats positifs de notre campagne de réhabilitation et de défense de notre histoire de peuple.- (Texte de @CyrusSibert)

A @ReseauCitadelle, nous nous réjouissons de voir que notre initiative de réhabilitation et de défense de Bois-Caïman est bien accueillie par les jeunes et fait son chemin. L’analyse de la prière des esclaves que nous avons faite, résiste aux critiques et trouve sa place dans le bon sens. Certains, s’approprient notre texte dans une logique de plagiat éhonté. Mais, ce qui nous intéresse dans la démarche, c’est le but visé “replacer Bois-Caiman dans son vrai sens historique et social”.

Car, il est clair qu’un Laboratoire international, composé de racistes et d’anti-haïtiens, cherche à salir tout ce que nous avons accompli comme peuple.

Ces gens présentent :

1- “Bois-Caïman" comme une cérémonie diabolique, responsable de nos malheurs;
2- “La Bataille de Vertieres” comme une chance obtenue parce que les soldats blancs avaient la fièvre jaune… une façon de dire que l’Armée indigène n’avait rien accompli sur ce champ de bataille.
3- “L’Indépendance” est faute qui méritait d’être dédommagée par le paiement d’une dette.
4- “Les interventions d’Haiti en République Dominicaine contre les colonialistes et les esclavagistes” sont aujourd’hui présentées comme des erreurs ou des fautes graves…

En plus des objectifs légitimes de lutte pour le pouvoir, nous devons utiliser les nouvelles technologies de l’information pour combattre ces idées anti-haïtiennes, de façon intelligente.

Le journaliste juif austro-hongrois Theodor Herzl a prouvé qu’une idée bien construite peut changer le cours de l’histoire d’un peuple. Nos idées et notre travail idéologique peuvent servir à libérer notre peuple de cette oppression mentale qui veut lui faire croire qu’il est moins que rien.

Car, l’impact de notre travail est considérable. Nous avons reçu plusieurs messages de demande de coopération venant de Fondations et d’Associations Dominicaines qui partagent nos idées de vivre ensemble dans le respect mutuel, la solidarité et l’harmonie.

Bien entendu, nous sommes prudents. Car, il ne faut pas se laisser piéger par l’extrême droite ni l’aile raciste des services secrets dominicains.

A ceux qui utilisent le sacrifice du cochon pour jeter l’anathème sur cette réunion de prise de conscience et d’engagement de nos ancêtres contre l’esclavage en faveur de la liberté, nous rappelons que le peuple d’israël s’était livré à l’idolâtrie juste après avoir traversé la mer rouge à pieds secs. Pourtant, on n’utilise pas ce récit biblique pour les dénigrer ni les trainer dans la boue.

Aussi, les noirs d’Haiti sont-ils des enfants de Dieu ayant droit à sa miséricorde et à son pardon.

Bois-Caïman fut un événement hautement politique, réalisé suivant les pratiques du syncrétisme religieux catholicisme/vodou, dans le contexte de la fête Notre Dame du 15 Août 1791, la patronne de la ville du Cap-Haitien. Aujourd’hui encore, à chaque fête patronale, vodouisants et chrétiens catholiques se livrent à des rituelles tantôt chrétiennes, tantôt vodou.

Les haïtiens n’ont pas le monopole du péché. Il est dit dans la Bible : “Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu” (Romains 3 verset 23)

Laissons Bois-Caïman dans son contexte historique, social et politique !!! Vive Bois-Caïman !!!

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
15 Aout 2017
@ReseauCitadelle
WhatsApp: 509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
=================

Lisez notre texte reproduit par un certain Cornely Budry A…AKA Nely Black:

# Haïti# Bois-Caïman..l'analyse de la prière des esclaves a Bois-Caïman prouve qu'ils se sont adressé a l'Éternel,le Dieu créateur du bien et de la justice..

Texte de Cornely Budry A...AKA Nely Black artiste..engagé pour la décolonisation et la liberté mentale des Haïtiens.

Les livres d'histoires rapportent que dans la cérémonie du Bois-Caïman dans la nuit du 14 au 15 août 1791 cette prière aurait été prononcée..

Le Dieu qui a créé la terre,,qui a créé le soleil, qui nous donne la lumière qui detient les océans qui assure les rugissement du tonnerre. Dieu qui a des oreilles pour entendre: toi qui es caché dans le nuages,qui nous montre d'où nous sommes tu vois que le blanc nous a fait souffrir. Le Dieu de l'homme blanc lui demande de commettre des crimes. Mais le Dieu a l'intérieur de nous veut que nous fassions le bien,notre Dieu qui est si bon,si juste nous ordonne de nous venger de nos torts,c'est lui qui dirigera nos armes et rapportera la victoire.
C'est celui qui va nous aider nous devrions tous rejeter l'image du dieu de l'homme blanc qui est si impitoyable.
.
Écoutez la voix de la liberté qui chante dans tous nos coeurs..
-Fin de citation- 

Contrairement a la manipulation religieuse occidentale visant a nous pousser de rejeter tous les fait saillants de notre grande histoire sans précédent,une analyse de la prière des esclaves à Bois-Caïman prouve qu'il se sont adressé a un Dieu unique celui qui a créé " le ciel" la terre" " les océans" le tonnerre celui qui a des oreilles pour entendre,donc un Dieu vivant celui qui se cache dans les nuages,,qui peut voir que le blanc leur fait souffrir un Dieu qui veut que nous fassions le bien,,un Dieu si bon,si juste qui n'est pas impitoyable comme celui de l'homme blanc.
Il n'y a qu'un seul Dieu créateur du ciel et de la terre. Les loas et les esprits du vodou ne sont jamais attribué de telles prouesses. Même quand les vaudouisant utilisent les esprits pour résoudre leur problèmes sur terre,ou atteindre leur objectif ils reconnaissent qu'il y a Dieu qui trône et qui est au dessus de tte chose. Jamais ils ne vous dirons qu’un loa ou un groupe de loa a créé le ciel et la terre .

Il esy clair,,qu'il n'y a aucun doute que nos ancêtres esclaves se sont adressé a ce Dieu,' suprême, qui veut le bien,la justice,,la paix parmi les hommes,,,en vue de dénoncer le comportement maléfique des " hommes blancs" qui font du mal en son nom,, ils ont en ce sens établi un distinguo entre le Dieu du bien et du mal. En agissant ainsi les esclaves ont rejeté cette theorie satanique colportée par l'église d'État sur l'inégalité des races humaines et scellée dans le code noir.Il est claire que durant cette cérémonie, après avoir adressé cette prière au Dieu suprême ils se sont livré a des pratiques coutumières vodou..Mais si l'on considere que les vodouisant croient,en l'existence du Dieu suprême et vivant,même quand ils manipulent des esprits inférieurs,,rien n'empêche a un vodouisant de s'adresser a Dieu..Tout le monde peut s’adresser a Dieu,,aussi le Dieu créateur qui a toujours pris position en faveur des opprimés,,a t-il entendu les cris des esclaves en Égypte, ce Dieu qui a entendu les supplications de Samson jusqu'à lui accorder la force de vaincre ses ennemis,, ce Dieu compatissant miséricordieux,, lent a la colere,,riche en bonté,, ce Dieu juste,,a entendu cette prière des esclaves noirs a Bois- caïman..

Il a répondu favorablement a leur prière en guidant leurs armés jusqu'a la victoire sans précédent,, faisant de nous l'unique peuple de tt l'histoire a reussir une révolution,, anti esclavagistes,la seule armée indigène a vaincre, les puissante forces de Napoléon v vertierre,jusqu'à la 1ere république noir du monde.
.
Bibliquement Bois-Caïman est comparable au miracle de la traverser de la mer rouge par le peuple d'Israël,, contrairement a la campagne de certains sectes chrétiens qui cherchent a dénigrer cette cérémonie de prise de conscience au point de nous forcer a la bannir de notre histoire

Nous pesions clairement qu'aucune créature n'a le droit de juger la décision de Dieu ni de déterminer qui en a mérite. Car l'Éternel fait ce qu'il veut et faveur celui de son choix,, il accorde sa grace,,son pardon et agit en sa faveur de sa créature,, selon sa volonté,, il est clairement démontre que cette prière apportee libres..

1- ''Un Dieu unique (alors que dans le vodou il existe plusieurs dieux

2- Les esclaves parlaient au créateur de la terre,, du ciel,,des oceans,,au Dieu vivant qui a des oreilles pour entendre a ce que 'Dieu qui veut le bien,,a ce Dieu qui n'est pas impitoyable comme celui de l'homme blanc..ce Dieu suprême a entendu leur prière et leur accorde sa miséricorde de tout en démontrant au monde entier qu'il peut se trouver du cotês des oppresseurs prouvant au blancs et a l'église officielle blasphematoire,,qu'il partageait pas le système,, d'oppression esclavagistes,, telle est la vérité religieuse qu'un vrai chrétien doit comprendre et raconter au monde entier au lieu de se manipuler par les conspirateurs racistes anti-noirs et anti-haitien,, tous ceux qui adorent le Dieu tout puissant,,le créateur, doivent considéré Bois-caïman comme un moment fort de la manifestation de la puissance divine en faveur d'un peuple opprimé durant plus de 3 siècles..

Cornely Budry A...
Nely Black..
Follow me on twitter..facebook.. Snapchat..Instagram.

Vive cérémonie Bois-Caïman..🤝🤝🤝🤝🤝🤝🤝🤝🤝🤝

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156632423059478/?type=3

lundi 14 août 2017

#Haiti : Jistis pou BWA KAYIMAN !!!

#Haiti : Jistis pou BWA KAYIMAN !!! (Teks @CyrusSibert)

Depi mwen fini ekri teks sou analyz priyè esklav yo nan Seremoni Bwa Kayiman, sepa 2 mesaj mwen pa resevwa.
- Gen moun ki panse mwen pa istoryen kidonk mwen pa dwe rantre nan koze sa yo.
- Gen lòt moun ki di se Seremoni sa ki lakòz peyi d’Ayiti gen tout pwoblèm sa yo jounen jodia.
- Gen gwo fwè ak sè levanjil ki di mwen deraye paske map chache melanje Bondye ak bagay vodou.

Bon, an reponn yo :

1- Mwen pa istoryen ??? —- Tou dabò mwen pa janm di mwen se istoryen. Mwen sèlman di, blan yo pa ka rapòte nan pwòp liv yo ke esklav yo te fè yon lapriyè kote yo t’ap pale ak yon dye ki kreye latè, yon dye jistis kap defann sa ki byen, yon dye vivan ki kont mechanste kolon blan, apre sa pou yo vle fè nou kwè sete yon Seremoni djab, yon vye bagay satanik kote se moun fòs fè nwa ki te ladan'l.

Tout moun ka konprann ke nan seremoni dyab yo pa pale koze sa yo. Ti refleksyon sa pa mande pou yon moun istoryen ni fè gwo etid pou konprann sa. Se yon rezonman senp ki mande bon sans. Epi tou, si inivèsite ak entelektyèl nan peyi-a te fè travay rechèch yo pou defann listwa nou, se pa “Ti Cyrus” ki tap jwenn chans lanse deba sa yo.

2- Sakrifis kochon ??? —- Se pa sèl relijyon vodou ki gen sakrifis. Si se paske yo te fè yon sakrifis ki ta lakòz Ayiti jan li ye a, anpil peyi sou latè t’ap pi mal. Paske chaje relijyon ki fè sakrifis bèt e menm gen relijyon ki sakrifye moun. Nan Labib gen sakrifis bèt, relijyon Kretyen yo chita sou sakrifis Jezi pitit Bondye.
Tout pawòl sa yo se konplo blan ak moun ki rayi aysyen fè pou tout sa zansèt nou yo te reyalize parèt lèd, mal, san enpòtans, yon fason pou nou jete listwa nou nan poubèl epi ranmase listwa pa yo.

3- Pou moun ki di mwen pa dwe melanje Bondye ak vodou paske yon konsidere vodou tankou relijyon Satan, map poze yo kèk ti kesyon :
- Eske nan Bib la, yo pa montre Bondye ap pale ak Satan plizyè fwa?
- Eske Bondye pa antann ak Satan pou’l kite’l sonde Jòb, detri byen li, touye pitit li, jete maladi sou li, yon fason pou’l wè lafwa li?
- Eske Satan pa rive pale ak Jezi apre li jèn 40 jou, jiskaske li tante’l lè li mande’l jete tèt li anba pou’l bay li richès?

Mistè Bondye gran. Se pa nou menm lezòm ki ka revele li. Labib di : Sa ki kache se pou Bondye, sa nou konnen se pou nou menm lèzòm.

[Deutéronome 29 verset 29 : Les choses cachées sont à l'Eternel, notre Dieu; les choses révélées sont à nous et à nos enfants, à perpétuité, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette loi. ]

Jeneralman mwen pa fè diskisyon relijyon, paske se bagay ki gen anpil pasyon. Epi tou, mwen respekte kwayans tout moun. Jezi te deja di “Kite yo grandi ansanm, lè rekòt la, Bondye a separe yo.”

Sèl bagay, mwen detèmine pou’m konbat tout lide ak entèpretasyon listwa Aysyen ki fèt nan laboratwa blan rasis ak objektif fè nou pedi konfyans nan tèt nou kòm yon gran pèp ki gen yon gwo istwa, yon istwa ki gran anpil e ke anpil lòt pèp ta renmen genyen.

Metòd mwen fasil. Mwen pa nan joure, ni nan pran pòz entelektyèl kap pale yon pakèt koze difisil. Apwòch mwen yo toujou senp, mwen jis chache agiman mwen nan sa advèsè a di oubyen sa bagay tout moun ka wè.

Se pa Cyrus Sibert ki ekri priyè-a. Se nan liv istwa moun kap blaze Seremoni Bwa Kayiman an li ekri. Siman yo blye retire’l, oubyen yo blye chanje’l, ranplase’l pa yon priyè ki lèd anpil.

Map envite tout moun reli priyè sa, epi di’m si analyz mwen fè a pa bon :
- Eske yon moun ki priye yon dye ki kreye syèl, ki kreye tè, ki kreye solèy, ki kreye lanmè, yon dye ki bon, ki vle jistis, ki kont krim, eske moun sa sepa ak Pè Letènèl lap pale?
- Eske vodouyizan yo janm di se lwa yo ki kreye latè?
- Eske pè katolik kite nan koloni Sendomeng pat deja aprann esklav yo ke se Letènel ki kreye Latè, lanmè, ak solèy?
- Eske priyè sa pa te fèt pou yon sèl Bondye? Tout moun konnen vodou gen plizyè lwa, men pagen okenn kote nan priyè sa esklav yo pale de plizyè Bondye, ni de plizyè fòs. Yo pale ak yon sèl Bondye.

Kidonk, sispann joure, chache agiman pou kraze sa Cyrus Sibert di a. Si nou pa ka fè sa, reziye nou aksepte ke Seremoni Bwa Kayiman sepa sa blan yo fè nou kwè a. Sete yon Seremoni yon pèp ki soti Lafrik epi ki rive konprann ke dye blan yo se yon dye mechan kap fè krim, eke dye sa diferan de dye ki kreye latè, ki vle jistis, ki vle byen.

Konnye-a se pou’w chwazi ki yes nan 2 dye sa yo wap sèvi : Eske se dye blan yo ki fè krim oubyen eske se dye esklav yo tap priye a ki kreye latè, ki vle byen ak jistis?

Blan yo tèlman lave sèvo nou, ke nou pa men’m reyalize ke pèp aysyen rele LETÈNÈL = BONDYE ki se yon prèv nan lang kreyòl ke nan imajinè popilè nou pa konsevwa yon Dye mechan. Anplis de sa, nou pa menm reyalize ke Aysyen paka di anyen sa li pa di “SI DYE VLE”.

Cyrus Sibert, Okap, Ayiti
14 Dawout 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
===========

Les livres d’histoire rapportent que durant la Cérémonie de Bois-Caiman, dans la nuit du 14 au 15 Aout 1791, cette prière aurait été prononcée :

Le dieu qui a créé la terre, qui a créé le soleil qui nous donne la lumière.
Le dieu qui détient les océans, qui assure le rugissement du tonnerre.
Dieu qui a des oreilles pour entendre : toi qui es caché dans les nuages, qui nous montre d’où nous sommes, tu vois que le blanc nous a fait souffrir.
Le Dieu de l’homme blanc lui demande de commettre des crimes.
Mais le Dieu à l’intérieur de nous veut que nous fassions le bien.
Notre dieu, qui est si bon, si juste, nous ordonne de nous venger de nos torts.
C’est lui qui dirigera nos armes et nous apportera la victoire.
C’est lui qui va nous aider.
Nous devrions tous rejeter l’image du dieu de l’homme blanc qui est si impitoyable.

Écoutez la voix de la liberté qui chante dans tous nos cœurs !

-Fin de citation -

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156629394469478/?type=3

#Haiti : L’analyse de la prière des esclaves à Bois-Caïman prouve qu’ils se sont adressé à l’Eternel, le Dieu Créateur, du Bien et de la Justice.-

L’analyse de la prière des esclaves à Bois-Caïman prouve qu’ils se sont adressé à l’Eternel, le Dieu Créateur, du Bien et de la Justice.- (Texte de Cyrus Sibert)

Les livres d’histoire rapportent que durant la Cérémonie de Bois-Caiman, dans la nuit du 13 au 15 Aout 1791, cette prière aurait été prononcée :

Le dieu qui a créé la terre, qui a créé le soleil qui nous donne la lumière.
Le dieu qui détient les océans, qui assure le rugissement du tonnerre.
Dieu qui a des oreilles pour entendre : toi qui es caché dans les nuages, qui nous montre d’où nous sommes, tu vois que le blanc nous a fait souffrir.
Le Dieu de l’homme blanc lui demande de commettre des crimes.
Mais le Dieu à l’intérieur de nous veut que nous fassions le bien.
Notre dieu, qui est si bon, si juste, nous ordonne de nous venger de nos torts.
C’est lui qui dirigera nos armes et nous apportera la victoire.
C’est lui qui va nous aider.
Nous devrions tous rejeter l’image du dieu de l’homme blanc qui est si impitoyable.

Écoutez la voix de la liberté qui chante dans tous nos cœurs !  

-Fin de citation -

Contrairement à la manipulation religieuse occidentale visant à nous pousser de rejeter tous les faits saillants de notre grande histoire sans précédent, une analyse de la prière des esclaves à Bois-Caiman prouve qu’ils se sont adressé à un dieu unique, celui qui a créé “la terre”, “le soleil”, “les océans”, “le tonnerre”, celui qui a des oreilles pour entendre — donc un dieu vivant, celui qui “se cache dans les nuages”, qui peut voir que “le blanc leur fait souffrir”, un dieu qui veut que "nous fassions le bien”, un dieu “si bon, si juste”, un dieu qui n’est pas impitoyable comme celui de “l’homme blanc”.

Il n’y a qu’un seul Dieu créateur du ciel et de la terre. Les loas et les esprits du vodou ne se sont jamais attribués de telles prouesses. Même quand les vodouisants utilisent des esprits pour résoudre leurs problèmes sur terre ou atteindre leurs objectifs, ils reconnaissent qu’il y a un Dieu Tout Puissant qui trône au dessus de toutes choses. Jamais, ils ne vous diront qu’un loas ou un groupe de loas a créé le ciel, la terre…

Il est clair, il n’y a aucun doute que nos ancêtres esclaves se sont adressé à ce Dieu suprême créateur qui veut le bien, la justice et la paix parmi les hommes, en vue de dénoncer le comportement maléfique de ces “hommes blancs” qui font du mal en son nom. Ils ont en ce sens établi un distinguo entre “le Dieu du Bien” et "le Dieu du mal".

En agissant ainsi, les esclaves ont rejeté cette théorie satanique colportée par l’Eglise d’Etat sur l’inégalité des races humaines et scellée dans le Code noir. Il est clair que durant cette cérémonie, après avoir adressé cette prière au Dieu Suprême, ils se sont livré à des pratiques coutumières vodou. Mais, si l’on considère que les vodouisants croient en l’existence du Dieu Suprême et vivant, même quand ils manipulent des esprits inférieurs, rien n’empêche à un vodouisant de s’adresser à Dieu. Tout le monde peut s’adresser à Dieu.

Aussi, le Dieu créateur qui a toujours pris position en faveur des opprimés a t-il entendu leur prière. Ce Dieu qui a entendu les cris des esclaves en Egypte, ce Dieu qui a entendu les supplications de Samson jusqu’à lui accorder la force de vaincre ses ennemis, ce Dieu compatissant, miséricordieux, lent à la colère, riche en bonté, ce Dieu juste a entendu cette prière des esclaves noirs à Bois Caïman. Il a répondu favorablement à leur prière en guidant leurs armes vers la victoire sans précédent, faisant de nous l’unique peuple de toute l’histoire de l’humanité à réussir une révolution anti-esclavagiste, la seule armée indigène à vaincre les puissantes forces de Napoléon à Vertières, jusqu’à la création de la Première République Noire indépendante du monde.

Bibliquement, Bois-Caïman est comparable au miracle de la traversée de la mer rouge par le peuple d’Israël. Contrairement, à la campagne de certains sectes chrétiens qui cherchent à dénigrer cette “cérémonie de prise de conscience”, au point de nous forcer à la bannir de notre mémoire, à @ReseauCitadelle, nous pensons qu’aucune créature n’a le droit de juger la décision de Dieu ni de déterminer qui en a le mérite. Car, l’Eternel fait ce qu’il veut, quand il veut et en faveur de celui de son choix. Il accorde sa grâce, son pardon et agit en faveur de ses créatures, selon sa volonté.

Il est clairement démontré que cette prière — rapportée — des esclaves s’adressait à :
1- Un Dieu unique, (alors que dans le vodou il existe plusieurs dieux);
2- Les esclaves parlaient au Créateur de la terre, du soleil, des océans, au Dieu vivant qui a des oreilles pour entendre, à ce Dieu qui veut le bien, le Dieu “si bon, si juste”, à ce Dieu qui n’est pas impitoyable comme celui de “l’homme blanc”.

Ce Dieu suprême a entendu leur prière et leur a accordé sa miséricorde tout en démontrant au monde entier qu’il ne peut se trouver du côté des oppresseurs, prouvant aux Blancs et à l’Eglise officielle blasphématoires qu’il ne partageait pas leur système d’oppression esclavagiste.

Telle est la vérité religieuse qu’un vrai chrétien doit comprendre et raconter au monde entier. Au lieu de se laisser manipuler par les conspirateurs racistes, anti-noirs et anti-haitiens, tous ceux qui adorent le Dieu Créateur, le Dieu Juste, Bon, Tout-Puissant doivent considérer “Bois-Caïman” comme un moment fort de la manifestation de la puissance divine en faveur d’un peuple opprimé durant plus de trois (3) siècles.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
13 Aout 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153418839939478.1073741827.170678274477/10156624620674478/?type=3

Source historique : http://www.une-autre-histoire.org/bois-caiman/

jeudi 10 août 2017

#LaurentLamothe a géré #Haiti avec les parlementaires, dans la plus gran...


@LaurentLamothe a géré #Haiti avec les parlementaires, dans la plus grande transparence, à travers un Comité Bicaméral (Sénateurs/Députés) de Pilotage.Okenn moun pa ka di yo pat konnen !!!

Invité de la commission de l’Economie et des Finances de la Chambre des députés, ce lundi, en tant que ministre de la Planification et de la Coopération externe, le Premier ministre Laurent Lamothe a présenté le budget, les actions et les différents projets de politique de développement, dont les fonds communaux, que mène le ministère.


@ReseauCitadelle
WhatsApp: 509-3686-9669

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/videos/10156613877254478/

https://youtu.be/anClwcam0xc

#Haiti : Quand Youri Latortue gérait des projets #PetroCaribe dans l’Artibonite.-



#Haiti - Février 2014 - Video : Le Sénateur Youri Latortue participant au programme “Gouvènman Lakay w” en sa qualité de coordonnateur des projets d’infrastructures #PetroCaribe dans la ville des Gonaives. L'homme politique de l'Artibonite avait salué les réalisations du Premier Ministre, Laurent Salvador Lamothe tout en qualifiant son travail d'extraordinaire.

Faut-il rappeler que Monsieur Jacky Lumarque qui était simple membre d’une Commission Présidentielle sur l’Éducation n’a pas pu se présenter aux élections faute de décharge, parce qu’il était considéré comme ordonnateur de deniers publics.

En effet, le 19 juin 2015, dans une note rendue publique, “Le Conseil électoral provisoire informe la population en général et les partis politiques en particulier, que le sieur Jacky LUMARQUE a été retiré de la liste des candidats agréés à participer aux élections présidentielles des 25 octobre et 27 décembre 2015, pour absence de décharge, de sa gestion comme Coordonnateur du Groupe de travail sur l’éducation et la formation ( GTEF), en violation de l’article 90 du Décret électoral, alinéa (h)."

Si Jacky Lumarque était ordonnateur de deniers publics, que dire de Monsieur Youri Latortue qui a coordonné plusieurs projets d’infrastructures dans l’Artibonite? N’est-il pas concerné par l’enquête sur la gestion des fonds PetroCaribe?

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
9 Aout 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

VIDEO : https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/videos/10156611028099478/

====================

Lisez :

Laurent Lamothe rencontre le comité de développement de la ville des Gonaïves.-

[ Le premier ministre Laurent S. Lamothe a rencontré, mercredi, les membres du comité de développement de la ville des Gonaïves sur l'utilisation qu'ils feront des 5 millions de dollars qui y seront investis dans le cadre du carnaval national qui doit s’y tenir du 2 au 4 mars 2014. Le comité s’est également entretenu avec le premier ministre sur l'État d'avancement des travaux d'infrastructures dans la cité de l'Indépendance. ]

Publié le 2014-01-15 | Le Nouvelliste

National -

Le président Michel J. Martelly a annoncé le 1er janvier 2014 que son gouvernement allait mettre à la disposition de la ville des Gonaïves une valeur de 5 millions de dollars américains pour des projets de développement. Deux semaines après cette promesse, l'argent se fait toujours attendre. Les Gonaïviens, encore impatients de voir le début de ces travaux, questionnent encore cette promesse du président de la République. Ces interrogations n'ont pas mis beaucoup de temps pour trouver une réponse apparemment satisfaisante.

Lors d'une rencontre tenue mercredi avec les membres du comité de développement de la ville des Gonaïves , le chef du gouvernement a confirmé que les 5 millions de dollars sont prêts et que les travaux vont commencer dans les jours à venir. Une nouvelle qui n'a pas manqué de réjouir les membres de ce comité formé uniquement des fils du département de l'Artibonite. De son côté, le conseiller spécial du président et également coordonnateur général du plan de développement des Gonaïves, Youri Latortue, a fait savoir que les pourparlers entre le premier ministre et les membres du comité vont bon train et que les travaux vont démarrer sous peu.

Selon lui, cette rencontre est la deuxième dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan de développement. «Le but de la rencontre d'aujourd'hui était de trouver une meilleure formule afin d'utiliser ces 5 millions de dollars dans des projets de développement durables, a-t-il dit. Nous sommes tombés d'accord sur un modèle qui consiste à répartir cet argent dans des projets d'infrastructures et du carnaval. Il nous reste une dernière rencontre ce vendredi afin de démarrer les travaux dans les meilleurs délais.»

Dans le cadre des projets de développement et pour préparer le carnaval dans des conditions idéales, le coordonnateur général du comité a, en outre, fait savoir qu'un montant de 2 500 000 gourdes de cette somme sera alloué à des projets de réparation des sites historiques et touristiques, notamment la rénovation des trois ''Lakou'' des Gonaïves: Soukri, Badjo et Souvenance qui sont des sites historiques et mystiques importants dans l'histoire de la cité de l'Indépendance . « Il y a également dans ce plan de développement un projet de rénovation de 1 000 maisons au niveau du département de l'Artibonite, a-t-il ajouté. La ville des Gonaïves pourra bénéficier d'un parcours touristique historique important après le carnaval.»

Youri Latortue a, en outre declare, que même après le carnaval, des travaux d'infrastructures continueront dans son département. « Certains projets à court terme termineront avant le carnaval; d'autres projets vont continuer après le carnaval pour donner à la ville des Gonaïves un nouveau visage, a-t-il dit. Nous sommes prêts pour le carnaval national et nous attendons tous les fêtards dans la ville. Plus d'une dizaine de sites historiques seront à découvrir et nous allons offrir notre hospitalité à tous les Haïtiens qui seront dans nos murs au cours de cette période.»

L'agent exécutif intérimaire des Gonaïves, Steevens Saint-Fleur, s'est montré très satisfait. « Cette rencontre nous a permis de mettre en place un comité de coordination formé des élus locaux et d'autres citoyens du département comme le député d'Ennery, Cholzer Chancy, le conseiller du président Youri Latortue et le délégué de la ville des Gonaives, a-t-il dit.

Nous allons investir cet argent dans des projets qui peuvent mettre la ville des Gonaïves en valeur.» Concernant les 5 millions de dollars, M. Saint-Fleur a déclaré que le premier ministre a précisé lors de cette rencontre que l'argent est déjà disponible. D'après M. Saint-Fleur, la ville des Gonaïves est une ville à vendre. «Presque toutes ses rues sont asphaltées, a-t-il précisé. Nous avons l'électricité 24/24. Nous avons profité de cette rencontre avec le premier ministre pour présenter les différents axes stratégiques du plan de développement du département de l'Artibonite, spécialement de la ville des Gonaïves .»

Pour le délégué départemental de l'Artibonite et également membre du comité de développement, Jean Michel Auguste, '' c'est pour la première fois que son département va bénéficier d'un tel investissement'' dans des travaux d'infrastructures. « Nous sommes très satisfaits des avancées et nous avons présenté au premier ministre les principaux besoins des Gonaïviens, a-t-il précisé. Nous avons privilégié des infrastructures routières, la rénovation des sites touristiques, l'aménagement de la place d'armes et la construction d'un parc dans la ville des Gonaïves pour les enfants.»

Pour le carnaval, Jean Michel Auguste croit qu'ils vont monter un comité tout juste après cette rencontre et qui aura pour tâche de travailler avec le Comité national du carnaval 2014. « Nous sommes certains que la fête sera une vraie réussite dans le département de l'Artibonite et pour tous ceux qui viendront visiter la ville des Gonaïves», a-t-il conclu.

Jocelyn Belfort

http://www.lenouvelliste.com/m/public/index.php/article/126302/laurent-lamothe-rencontre-le-comite-de-developpement-de-la-ville-des-gonaives

mercredi 9 août 2017

#Haiti - #Rep.Dom. : @ReseauCitadelle, contre l’extrême droite dominicaine.-

#Haiti - #Rep.Dom. : Bataille idéologique contre l’extrême droite dominicaine….les faits historiques rétablis et traduits en espagnol.-

@ReseauCitadelle et des jeunes étudiants haïtiens en République Dominicaine décident d’affronter l’extrême droite dominicaine par une “Campagne de vérité sur l’histoire de l’Ile Kiskeya”.

Au 21e siècle, à l’heure des nouvelles technologies de l’information, il est possible de repousser et de déconstruire les interprétations mensongères de l’extrême droite dominicaine. Celui qui domine l’interprétation des faits au point de donner du sens aux événements, a un pouvoir d’influence considérable sur l’avenir : (Tiré de l’ouvrage du Dr. Serge Philippe Pierre « Pouvoir, manipulation et reproduction du pouvoir, une analyse sémi-narrative du discours de François Duvalier ». )

On ne comprend pas pourquoi les intellectuels haïtiens, la grande presse d’#Haiti, l’Église haïtienne, les vodouisants, l’éducation nationale, en un mot l’appareil idéologique national, abandonnent l’interprétation de l’histoire de l’Ile Kiskeya à l’extrême droite dominicaine.

Pourquoi, on n’enseigne pas cette belle histoire aux jeunes haïtiens? Pourquoi laisser à l’extrême droite dominicaine l’opportunité de la réécrire en nous décrivant de la façon la plus méprisable?

Alors que nous négligeons ce travail d’éducation, chez nos voisins, on apprend à des générations de dominicains à nous détester, à nous combattre, à nous mépriser, à nous humilier, à nous anéantir, en falsifiant l’histoire de l’Ile — notre histoire.

Pourtant, les faits sont là. Ils sont disponibles sur internet, dans les livres d’histoire.

L’extrême droite dominicaine ne fait que profiter de notre insouciance, de notre paresse, pour fabriquer des récits historiques qui ne correspondent pas aux faits.

Nous remercions le jeune Serge Fécu qui a fait ce travail de traduction en espagnol. Car, la bataille idéologique est notre premier rempart.

Si nous avions bien fait notre travail idéologique, les masses dominicaines auraient compris le danger de ce discours anti-haïtien. Car, les dominicains qui détestent les haïtiens noirs aujourd’hui, sont des héritiers historiques des fils d’espagnols qui avaient détesté les noirs dominicains et les indigènes dominicains en 1821 au point de vouloir rétablir l’esclavage.

Nous vous invitons à lire la traduction en langue espagnole et à la partager avec le plus grand nombre de dominicains possible.

@CyrusSibert // WhatsApp : 509-3686-9669

================

#Haït-#Rep.Dom.: La trascendencia cronológica del odio de la extrema derecha dominicana con la piel clara desde 1821 hacia los indígenas, hacia los afro-dominicanos y los haitianos negros hoy en día.-

[ Los dominicanos que odian a los haitianos negros hoy son éstos mismos heredos históricos del linaje español que siempre habían menospreciado a los afro-dominicanos y los indígenas en 1821 hasta querer restablecer la esclavitud. ]
—————-
@ReseauCitadelle ha sensibilizado a la opinión pública de la comunidad del Caribe y la región entera sobre la situación de los inmigrantes “haitianos negros" en la República Dominicana.- (Por CyrusSibert)

En la noche del Jueves 3 de Agosto (EST), dos representantes de la red ciudadela (francés : Reseau Citadelle) han participado a un panel de periodistas caribeños en directo desde la radio Grenada y los medios de comunicaciones Grenada Broadcast con el propósito de sensibilizar la opinión pública de la región sobre la situación de los haitianos negros en la República Dominicana.

Según un planteamiento histórico, habíamos explicado que el nacimiento de la "dominicanidad" de Juan Pablo Duarte que se convirtió en una ideología de identidad colorista, una ideología de urgullo basado en el odio de los haitianos, una ideología anti-negro que buscas a blanquear la nación dominicana. Es una doctrina que opta por la segregación y el apartheid social...

Hemos aprovechado para poner énfasis en el hecho de que la parte Este de la isla siempre ha sido la bastión de los colonialistas, de los explotadores esclavagistas, siempre ha sido la bastión de los que odian los descendientes de africanos, bastión de los anti-haitianos.

Colonos franceses que huyeron después de ser derrotados por el ejército negro indígena en la batalla de "Vertières" del 18 de Noviembre de 1803 se refugiaron en la parte Este de la isla para conspirar contra la independencia de Haití. El acoso, las conspiraciones de esos colones y su categórico rechazo a respetar a respetar la voluntad histórica de los negros de Haití a " vivir libre or morir" causó ésta decisión extrema del general Jean-Jacques Dessalines ordenando el borrado de sus linajes en la parte Oeste de la isla, para usar una expresión de Maquiavelo, mientras la concesión de la nacionalidad haitiana a todos extranjeros blancos que habían apoyado la revolución anti-esclavista. Ya qué frente a los rumores de un posible retorno de la esclavitud promocionando por los antiguos colonos con fin de socavar la moral de los negros liberados, independientes y dueños de sus destinos. Este acto radical, las conquistas del Este, la ocupación haitiana y el apoyo del movimiento independentista dominicano han sido necesarios para que quede claro a los explotadores esclavistas que la situación en Haití es irreversible, obligándolos a salir a la mar y retirándose del territorio a destinación de Puerto Rico, hacia Cuba, la Louisiana y las pequeñas Antillas francesas.

Sería un error tan grande abordar y considerar la situación de los haitianos en la República Dominicana cómo un simple asunto migratorio. Se trata de una constancia histórica. Los hechos son numerosos; y el último en fecha es ésta vergonzosa práctica discriminatoria en el proceso de regularización de los migrantes ilegales. Mientras que los solicitantes extranjeros blancos o chinos u otros migrantes con la piel clara tienen fácil acceso a sus aplicaciones para tener el estatus de residencia, los haitianos y todos los inmigrantes con la piel oscura están bloqueados por un nudo gordiano, un subterfugio administrativo que es disque buscar sus nombres en un ordenador desconectado del red administrativo del Estado, para luego pedirles que esperen eternamente mientras poniendo en marcha operaciones ciegas de deportación.

Por lo tanto, nos beneficiamos acordar que:
1- En contraste con las mentiras de los colonialistas y racistas, éstos descendientes de Nicolas Ovando o de Rochambeau quienes siguen presentar a la ocupación haitiana cómo un desastre por el pueblo dominicano, en 1821, el ejército haitianode Jean Pierre Boyer fue acogido por afro-dominicanos que temían por sus libertades frente a los dominicanos con la piel clara, particularmente esclavistas. Por lo que en el 1821, la palabra independencia no era sinónimo de abolición de la esclavitud. A modo de prueba, pese a la independencia de los Estados Unidos, los negros y criollos seguían siendo esclavos. Fueron necesarios los 22 años de ocupación haitiana para que se abolirá la esclavitud en la parte Este de la isla.

2- En 1861, lo que supone 17 años después de la salida del ejército haitiano de la República Dominicana, 17 años después de independencia dominicana, dominicanos con la piel clara han permitido el regreso de España en la parte Este de la isla y amenazaron de restablecer la esclavitud o de deportar los criollos y los dominicanos con la piel oscura hacia Cuba y Puerto Rico.
Para liberar a la República Dominicana del yugo de España, en 1863, los afro-dominicanos, anti-colonialistas y independentistas han lanzado la guerra de "Restauración" contra las fuerzas españolas. La República de Haití contribuyó apoyando a la guerrilla independentista de Gregorio Luperon y de Santiago Rodríguez, el cuál lanzó sus acciones militares desde El territorio haitia, en la ciudad de Ouanaminthe. Tal como lo hicimos en favor del General Simón Bolívar por la creación des los Estados Independientes De América del Sur, em favor de Grecia y mucho antes por los Estados Unidos, Haití con sus soldados trajeron una contribución de mayor importancia en favor de la independencia definitiva de la República Dominicana.

3- Haití ha sido siempre presente en la historia dea República Dominicana:
a) Hemos abolido la esclavitud en la República Dominicana;
b) Hemos ayudado a destruir las fuerzas colonialistas en la parte Este de la isla;
c) Hemos apoyado les fuerzas independentistas en detrimento de las fuerzas colonialistas pro-españoles que querían la anexión del territorio dominicano por España o por los Estados Unidos;
d) La bandera Dominicana fue creada y cosida en la República de Haití;
e) La República Dominicana es una nación hermana de la República de Haití. Las dos repúblicas son creadas por indígenas que estuvieron solidarizándose durante 3 siglos de esclavitud, de opresión colonialista y racista.
f) De Cacique Henry hasta Jean-Jacques Dessalines, juntos, los pueblos de la isla Quisqueya han combatido el colonialismo y la esclavitud franco-españoles.
Los dos pueblos indígenas de la isla, indu y negros (orgulloso de ser) siempre lucharon en favor de la libertad y la independencia. Después de la derrota del ejército de Napoleón, luego la independencia de Haití, otros movimientos de independencia y de libertad han surgido sobre la faz de la tierra, conforme con los derechos humanos, cómo éste derecho fundamental de "ser libre"). Gregorio Luperon y Santiago Rodríguez, Charlemagne Péralte se hicieron una cultura de lucha por la libertad y la independencia.
g) las iniciativas segregacionistas anti-haitianas adoptadas por la minoría de la extrema derecha que detiene el poder en la República Dominicana, esquizofrénica porque rechaza categóricamente la evidencia de su filiación negra. Ésta minoría representa el resurgimiento de la reacción neocolonialista, y hasta neo-esclavista contra los indígenas libres de la isla.

Por lo tanto, nuestros colegas periodistas han prometido llevar ese asunto ante instancias como "The Caribbean Hotel Tourism Association (CHTA), CARIFORUM y sobre todo la Comisión Europea de los Derechos Humanos del UE-ACP, que son instancias importante por la imagen y la economía de la República Dominicana, a partir de los cuáles ciertas presiones pueden ser ejercidas.

El lema ya es adoptado: no escatimar ninguna ocasión para plantear ésta situación inaceptable contra los migrantes haitianos en la República Dominicana. Los valientes periodistas del Caribe, por ejemplo el periodista dominicano Marino Zapete entre otros, debemos siempre tener una pregunta al respecto cuándo encuentran un dirigente dominicano en cualquier parte del mundo, en todos los foros en que participan.


Cyrus Sibert, Cabo-Haitiano, Haití
5 de Agosto 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156607565209478/?type=3

#Haiti - Caravane de Changement : Le Ministre de l’Agriculture, au Parlement haïtien .-

#Haiti - Enquêtes PetroCaribe : Jusqu’où ira la farce ? (LeNational.org)

La semaine dernière, je reçus un appel d’un collègue professeur qui feignait de solliciter mon opinion sur l’opportunité d’établir en Haïti un musée de la dictature. Vu que c’est un projet que j’ai toujours caressé depuis mon départ d’Haïti, je ne pus retenir mon excitation face à la possibilité que la diligence de mon ami ait raison de ma procrastination dans la concrétisation de l’idée. Mais mon enthousiasme se transforma rapidement en désillusion lorsque mon collègue me confia qu’à son avis, Michèle Bennett ferait une bonne conservatrice pour un tel musée. Je lui répondis qu’une telle suggestion était une insulte à mon intelligence. Et mon ami de renchérir : Mais vous trouvez normal que les enquêtes successives sur les fonds PetroCaribe soient menées par des sénateurs qui ont, en d’autres temps, pillé les caisses publiques ? L’analogie n’admettait pas de réplique.

Cette question, purement rhétorique, de mon ami, me fit réaliser l’ampleur du drame haïtien. Pour que notre pays sorte de l’ornière du sousdéveloppement, il faudra que la lutte contre la corruption soit menée de manière éthique et indiscriminée. Lutter contre la corruption revient à rendre justice aux enfants des bidonvilles qui, alors qu’ils sont condamnés à crever de faim, auront à payer les dettes encourues par l’État pour financer le luxueux train de vie de fonctionnaires et d’officiels qui confondent la caisse publique avec leur portefeuille. De ce fait, la lutte contre la corruption ne pourra se faire de n’importe quelle manière. Pour que la justice puisse triompher, ceux qui la rendent doivent avoir les mains propres. Sinon, nous continuerons d’être la risée du reste du monde en faisant siéger des disciples des consolidards comme juges à des rééditions amnésiques et loufoques du procès de la consolidation.

Les sénateurs qui, aujourd’hui, utilisent la lutte contre la corruption comme instrument de visibilité et de vengeance politique ont trop de squelettes dans leur placard pour être pris au sérieux. Lorsque, enfin, Haïti sera prêt à combattre la corruption, ces parlementaires auront à répondre aux questions de la justice. En conséquence, le fait par eux d’être en charge de telles enquêtes constitue un pied-de-nez fait aux citoyens et aux institutions de ce pays. Malheureusement, la société civile haïtienne a atteint un tel degré d’inertie que ceux qui sont au pouvoir peuvent tout se permettre. Dans un pays qui oublie avant même que ses blessures ne se cicatrisent, il arrive souvent que des loups travestis en bergers exterminent le troupeau sous le regard permissif d’une citoyenneté démissionnaire.

Il y a une autre raison, plus fondamentale, pour obtenir la cessation de cette parodie. Vu que les protagonistes de ces enquêtes ont les mains sales, qu’adviendrait-t-il de la crédibilité de leur travail si un jour nous décidions de combattre la corruption pour de bon, auquel cas ils ne manqueraient pas de se retrouver derrière les barreaux ? Ce n’est pas par hasard que dans les pays qui se respectent, ceux qui sont impliqués dans la lutte contre la corruption sont généralement au-dessus de tout soupçon. Si la Cour des comptes faisait son travail et décidait d’auditer l’administration publique de 1986 à nos jours, ou si nous exigions que nos officiels expliquent la provenance de leurs biens, les sénateurs en charge de l’enquête sur les fonds Petrocaribe ne sauraient à quel saint se vouer. Voilà pourquoi nous ne devons pas, en tant que citoyens, laisser des corrompus siéger à la cour de la lutte contre la corruption. Un jour, le moment viendra de passer à la caisse. Personne n’en sera exempté. Ce sera le dernier acte d’une comédie qui n’aura que trop duré. En attendant, les sénateurs-enquêteurs doivent avoir la décence d’arrêter de tourner le fer dans la plaie.


Martine Etienne, PHD

mardi 8 août 2017

Flash!!!! Le présumé violeur de Marjorie, inculpé par la justice de Turks and Caicos.-

La Police de Turks and Caicos vient d’annoncer sur sa page Facebook l’inculpation de monsieur Arthur Forbes, 61 ans, accusé de viol sur la personne de Marjorie, une ressortissante haïtienne à Turks and Caicos. Le résultat de l’enquête policière a permis de retenir 3 chefs d’accusation contre ce responsable du Tribunal du Travail de l’Ile Britannique. La victime avait déposé une plainte le mercredi 16 mars 2017. 

L’affaire sera entendue au mois de septembre 2017. L’accusé est maintenu en liberté contre un cautionnement de 10,000 dollars américains. 



Nous vous invitons à relire les reportages de @ReseauCitadelle sur ce sujet.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
8 Aout 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/posts/10156607179549478
—————————
Français :

- SOS !!! Une haïtienne, victime de viol à Turks Island, est menacée de déportation pour avoir porté plainte.-
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/06/sos-une-haitienne-victime-de-viol-turks_10.html

Evolution du dossier Marjorie, cette ressortissante d’Haiti victime de viol à Turks and Caicos et menacée d’expulsion.-
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/06/evolution-du-dossier-marjorie-cette.html

—————————
English :

- Haitian rape victim in Turks Island threatened with deportation for pressing charges.-
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/06/haitian-rape-victim-in-turks-island.html

- An update of Mrs. Marjorie’s case: A Haitian woman raped in Turks and Caicos and threatened with expulsion.—
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/06/an-update-of-mrs-marjories-case-haitian.html


- Allegation of Rape : A journalist from Times of the Islands magazine finds Royal Police of Turks and Caicos illogical.-
http://reseaucitadelle.blogspot.com/2017/06/allegation-of-rape-journalist-from.html

lundi 7 août 2017

#Haiti - Adoption: The phenomenon of family rejection, abuse, trafficking and even rape following the death of an adoptive parent. -

#Haiti - Adoption: The phenomenon of family rejection, abuse, trafficking and even rape following the death of an adoptive parent. (Text by Cyrus Sibert) 

Norralie is the first name of a young Haitian lady, stuck between a rock and a hard place. In 1979, she was rescued by an American at the Limbé Hospital, not far from the city of Cap-Haitien. An American businessman residing in Haiti, took to the idea of rescuing this sick baby girl who was most likely abandoned by her biological parents; undoubtedly, desperate Haitian peasants with no other choice.

This foreigner was a good man who showered her with love and affection. He behaved like a good father, imposing on all the respect of his black adoptive daughter. All the members of his large, well-to-do family had to treat his daughter with class, justice and fairness. He made all the arrangements for her physical and intellectual fulfillment.

But, unfortunately, the "Good Samaritan" succumbed to a serious illness. From that moment, everything changed. After her father's death, Norralie found herself trapped in a "black" nightmare, rejected by her white, adoptive mother.

"My adopted father took to his grave all the family love I was entitled to," she told us.

Her life became a living hell. She no longer had any family privileges. She was refused everything: food, clothing, education, affection ... "My money is not for you," was the response she received from her adoptive mother following her request to be allowed to finish high school. She was removed from her father's estate, abandoned to her fate ..., undergoing all forms of mistreatment and abuse from her "mother" and especially from her new partner, since she had remarried.

Everything was her fault. Even when she was molested at the age of 12 by the new head of household, her adoptive mother made her believe that it was her fault and that she had encouraged it. Instead of intervening to protect her, she was instead considered as a rival, sharpening the device of moral and physical destruction. Thus, this adoptive mother decided to campaign against the child to all the friends of the adoptive father and other members of the family who continued to hold her in consideration, in memory of the deceased. The molestation most likely increased this rejection.

This young found herself completely isolated: no family, no money, education interrupted, no legal standing in Haiti. Using the language she learned when she was a child, she was able to survive with difficulty until she made her way to take refuge in her father's country, the United States of America; the beautiful country that she used to visit when she was very small. Since her adoptive mother had never given up on her campaign to isolate this young girl from the Haitian-American social circle which had welcomed her in 1979 and had seen her grow up, she had no choice but to take refuge elsewhere , far from Haiti, in search of a new life.

Here she is, still stuck. Out of spite, her adoptive mother has hidden many things from here. Refusing to give her any papers that might help her take advantage of the nationality of her adoptive father, who during his lifetime had taken steps in this direction. Her "mother" has made it her mission to erase everything, rewriting family history. Even going so far as to tell unpleasant stories about the life and death of her adoptive father, in order to to destroy the image that this young girl had of him.

Yet, in her will, the adopted paternal grandmother, the mother of the adoptive father, left her 10,000 American dollars. This helped finance her efforts to come to the United States.

Even as a wife and mother of two children, this Haitian woman continues to live in an endless nightmare. Sometimes she has no interest in life ... too much misery, too much suffering, too much humiliation. She does not know what to do.

A simple fact summarizes her tragedy: It is something to see, when, out of habit, she still refers to her adoptive mother as “my mother”. Hesitation travels through her whole being, caught between her childish habits that bind her to this woman and the real life she lived by her side.

@ResidentCitadelle investigates this case that raises questions about the situation of Haitian children in the families they are adopted into. For, a white host family can become hell after the death of the white "Good Samaritan" who took the initiative to adopt a black child. Moreover, from experience, we know that acts of rape and / or trafficking are accompanied by permanent abuse of the victims. The rapists, their accomplices and those who protect them always engage in a permanent campaign of denigration of the victims. They act in such a way as to destroy their image, to constantly attack their credibility, to psychologically confine them to the bottom of a well, to isolate them sufficiently so as to prevent honest people from taking them seriously the day they decide to speak.

Accompanying the victims in their desire to leave this well is our mission! The worst part of all this is when they tell you that they have reported their situation to people who should protect them ... Officials, friends of the family who, instead of interceding in favor of the victims , have turned their backs on them.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
30 juillet 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156601740244478/?type=3

dimanche 6 août 2017

The haitian workforce in the Dominican Republic: decades of loyalty, decades of a humanitarian crisis yet to be solved.-

The haitian workforce in the Dominican Republic: decades of loyalty, decades of a humanitarian crisis yet to be solved.-

By Serge Junior Fécu @Lenational

The Dominican Republic is in good part dependent on the haitian workforce which they maintain illegal for decades. The illegal haitian immigrants work at a 90% or more in the plantations and constructions and some percentage in other important fields like tourism and the call center industry. Some of them arrive in the country legally and later become illegal while the majority have been brought for decades per group seasonally to cut sugar cane and stayed over generations, creating generations of undocumented immigrants with no existence, no rights, no insurance, no benefits required by law.

An anti haitian system is historically established in this country to keep the haitian workforce illegal, with no chance for their kids born in a country they're giving their blood to. Immigration will take them in mass anytime they want and you can always see the smiling face of many dominicans being proud when these violations are happening. In fact, mass deportation is a violation to the international norms. They even deport black dominicans since color is a determinant survival factor in this country, and black dominicans are facing racist acts everyday, I believe they do the best they can to show they're not haitian by either changing the hair color, putting efficient products to look as white as possible, bleaching or just hurrying to speak to show no accent in their dominican spanish. If you're confounding a black dominican and you dare speaking creole, this can be very uncomfortable, even aggravating cause they like people to think mistaking them to haitians. Cause a perception of ugliness is created in regards to the haitian identity, where if a dominican call you "haitian" (haitiano), be sure it's an insult. (But I should tell calling me haitian is always pleasant to me, cause that's exactly my identity!)

Well, this is not what I'm here to blame, black dominicans should manage and stand against this if they don't feel comfortable, but I'm here to raise awareness on decades of humanitarian disaster my compatriots and many relatives of mine have been facing being that so important workforce, helping this economy to grow in all its forms.

In every corner, every city in the Dominican Republic, there's haitian; if not, you can believe there's no plantations for agriculture or there's no constructions, or tourism is not moving as they would need them as french-speaking.

What is truly really hard for me to understand is why haitian immigrants have been this crucial and a depending and reliable workforce for decades the Dominican Republic, why they need them but it's a big deal to give them legal papers, and it's a big deal to give them integration in the dominican system? While Canada now has one of these immigrants as one of its Ministers, right from Somalia and not born in Canada...

Why is it a big deal legalizing haitians immigrants while if they're all deported, the next apartment or hotel construction will be discontinued for lack of workforce? They're the ones building them! Why is it a big deal give them legal paper while you their workforce is crucial, while they can't refuse that workforce? But they just refuse to believe they're humans and have the rights to be treated fair? Why do dominican authorities allow a resorts that I know to hire illegal haitians because they receive a 100% french-speaking tourists, while they could issue a mere work permit to this reliable and crucial workforce to perform their job legally and pay tax and enjoy all benefits required by law?

I do understand the D.R territory and system cannot absorb the other 10 millions of people on the other side of the island, same as the United States couldn't absorb all Mexicans but they convene on norms, they know immigrants have rights, they know they're humans, they don't keep using and abusing mexicans or any certain immigrant workforce while closing all doors to get legal documentations, while closing all doors to have a better future with their families. No!

This humanitarian crisis needs to reach to an end, either they eradicate the haitian workforce, saying they don't want our compatriots anymore in the plantations and see who would feed the country, or they say they don't want them in the constructions, in the call centers and tourism as French and english speaking and we see what happen or they come up with a solution if they finally believe it'd be worthy giving haitian immigrants the chance of integration as an important component in the dominican economy.

This is not dictating them how to rule their country cause the International Community doesn't have the right to interfere and nobody else than the D.R itself of they wanna improve their image through the world as a great tourism destination, this is just raising awareness since immigrants all over the world have the rights to have the future they're looking, including illegal dominicans in other countries. They deserve to be respected and dignified as human.

This is not dictating how to rule their country, but our compatriots can cry out of loud as victims of a discriminating system after all they do and will continue to do as a loyal workforce. This is not dictating how dominicans should rule their country, but just a reminder to comply with international conventions signed as part of the United Nations, the OAS, they need to make improvements to be able to join the CARICOM as wanted.

This is a reminder to respect the international norms on immigration cause their country will gain in many forms solving this long humanitarian disaster created by both irresponsibility of haitian and dominican authorities over decades.

Serge Junior Fécu,
Internationalist


https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/photos/a.10153417078189478.1073741826.170678274477/10156598660934478/?type=3

samedi 5 août 2017

#Haiti : @ReseauCitadelle a sensibilisé l’opinion publique caraïbéenne sur la situation des haïtiens noirs en République Dominicaine.-

#Haiti : @ReseauCitadelle a sensibilisé l’opinion publique caraïbéenne sur la situation des haïtiens noirs en République Dominicaine.- (Texte de @CyrusSibert) 

Le jeudi soir du 3 août 2017, deux membres de @ReseauCitadelle ont participé à un panel de journalistes caribéens sur Radio grenadabroadcast.com, en vue de sensibiliser l’opinion publique de la région sur la situation des haïtiens noirs en République Dominicaine.

Suivant une approche historique, nous avions expliqué la naissance de la “dominicanité” de John Pablo Duarte qui est en fait une idéologie identitaire, anti-haïtienne, anti-noire, coloriste, cherchant à blanchir la nation dominicaine, une doctrine politique qui tend vers le ségrégationisme et l’apartheid social…. Nous en avons profité pour mettre l’accent sur le fait que la partie Est de l’île a toujours servi de base arrière aux colonialistes, aux esclavagistes, à ceux qui détestent les descendants d’africains, donc aux anti-haïtiens.

Des colons français en fuite après leur défaite face à l’Armée indigène noire lors de la bataille de Vertières le 18 novembre 1803, s’étaient réfugiés à l'Est de l'île pour conspirer contre l’indépendance d’Haïti. Leur harcèlement, leur conspiration et leur refus de respecter la volonté historique des noirs d’Haïti de “vivre libre ou mourir”, a causé cette décision extrême du Général Jean-Jacques Dessalines d’ordonner l’effacement de leur lignée dans la partie occidentale de l’île, pour reprendre une expression de Machiavel, tout en octroyant la nationalité haïtienne à des étrangers blancs qui avaient supporté la révolution anti-esclavagiste. Car, face aux rumeurs de retour de l’esclavage que les anciens colons alimentaient en vue de saper le moral des noirs devenus libres, indépendants et maîtres de leur destin, cet acte radical, les conquêtes de l’Est, l’occupation haïtienne et le support du mouvement indépendantiste dominicain, ont été nécessaires pour faire comprendre aux esclavagistes que la situation en Haïti est irréversible, les forçant à prendre la mer, à s’éloigner du territoire à destination de Porto Rico, de Cuba, de la Louisiane et des petites Antilles françaises.

C’est une erreur de considérer la situation des haïtiens en République Dominicaine comme une simple question migratoire. Il s’agit d’une constance historique. Les faits sont nombreux; et, le dernier en date est cette pratique discriminatoire dans le processus de régularisation des immigrants illégaux. Tandis que les chinois, les philippins et d’autres illégaux à peau claire ont accès facilement à leur dossier et obtiennent leur statut de résident, les haïtiens et tous les autres immigrants à peau noire sont bloqués par un goulot d’étranglement, un subterfuge administratif consistant à chercher leur nom dans un ordinateur déconnecté du réseau administratif d’Etat, pour ensuite les demander d’attendre éternellement tout en mettant en branle des opérations aveugles de déportation.

Aussi, avions-nous profité pour rappeler que :

1- Contrairement aux mensonges des colonialistes et des racistes, ces descendants de Nicolas Ovando ou de Rochambeau qui continuent de présenter l’occupation haïtienne comme un désastre pour le peuple dominicain, en 1821, l’armée haïtienne de Jean-Pierre Boyer fut accueillie par des dominicains à peau foncée qui avaient peur pour leur liberté face à des dominicains à peau claire et esclavagistes. Car, en 1821, indépendance n’était pas synonyme d’abolition de l’esclavage. Pour preuve, malgré l’indépendance aux Etats-Unis, des noirs et des créoles étaient maintenus en esclavage. Il a fallu les 22 années d’occupation haïtienne pour que l’esclavage soit aboli dans la partie Est de l’Ile.

2- En 1861, soit 17 ans après le départ de l’armée haïtienne de la République Dominicaine, 17 ans après l’indépendance de la République Dominicaine, des dominicains à peau claire, des colonialistes, ont permis le retour de l’Espagne dans la partie Est de l’Ile et menacèrent de rétablir l’esclavage ou de déporter les créoles et les noirs dominicains vers Cuba et Porto Rico. Pour libérer la République Dominicaine de l’Espagne, en 1863, des dominicains à peau foncée, des anti-colonialistes et des indépendantistes ont lancé la guerre de “Restauration” contre les forces espagnoles. La République d’Haïti supporta la guérilla indépendantiste de Gregorio Luperon et de Santiago Rodriguez qui lança ses actions militaires à partir du territoire haïtien, dans la ville haïtienne de Ouanaminthe. Comme nous l’avions fait en faveur du Général Simon Bolivar pour la création des Etats indépendants de l’Amérique du Sud, de la Grèce et longtemps avant aux États-Unis, Haiti et des soldats haïtiens apportèrent une contribution considérable à l’indépendance définitive de la République Dominicaine.

3- Haiti a toujours été présente dans l’histoire de la République Dominicaine:
a) Nous avions aboli l’esclavage en République Dominicaine;
b) Nous avions contribué à la destruction des forces colonialistes dans la partie Est de l’Ile;
c) Nous avions supporté les forces indépendantistes au détriment des forces colonialistes pro-espagnoles qui souhaitaient l’annexion du territoire Dominicain par l’Espagne ou par les Etats-Unis;
d) Le drapeau Dominicain fut créé et cousu en Haiti.
e) La République Dominicaine est une nation sœur de la République d'Haïti. Les deux républiques sont fondées par des indigènes qui se sont solidarisés durant 3 siècles d'esclavage, d'oppression colonialiste et raciste.
f) Du Cacique Henry à Jean Jacques Dessalines, ensemble, les peuples de l’Ile Kiskeya ont combattu le colonialisme et l’esclavagisme franco-espagnols. Les peuples indigènes de l’Ile, indiens et nègres (fier de l’être), ont toujours combattu en faveur de la liberté et de l’indépendance. Après la défaite de l’armée de Napoléon, suivie de l’indépendance d’Haïti, d’autres mouvements d’indépendance et de liberté ont vu le jour sur cette terre. Gregorio Luperon, Santiago Rodriguez, Charlemagne Péralte ont continué dans cette culture de lutte pour la liberté et l’indépendance.
g) Les initiatives ségrégationnistes anti-haïtiennes lancées par la minorité dirigeante de la République Dominicaine, schizophrène parce qu’elle refuse d’accepter l’évidence de sa filiation nègre, représentent la résurgence de la réaction néocolonialiste et même néo-esclavagiste contre les indigènes libres de l’Ile.

En conséquences, nos confrères journalistes promettent de porter l’affaire par devant des instances comme le Caribbean Hotel Tourism Association (CHTA), le CARIFORUM et surtout la Commission Européenne des Droits Humains de l’UE-ACP, des instances importantes pour l’image et l’économie de la République Dominicaine, à partir desquelles certaines pressions peuvent-être exercées.

Le mot d’ordre adopté : Ne rater aucune occasion pour soulever cette situation inacceptable des haïtiens en République Dominicaine. Les journalistes courageux de la Caraibe doivent toujours avoir une question sur ce sujet pour les dirigeants dominicains partout où ils les rencontrent, dans tous les forums auxquels ils participent.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
5 Aout 2017
WhatsApp: 509-3686-9669
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

https://www.facebook.com/LeRecitHaiti/videos/10156595351684478/