Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mardi 19 janvier 2021

Contre le "Syndrome 2004”, supportons la Stabilité Politique en Haiti !!! #LeReCit



Je me suis donné pour mission citoyenne de défendre la démocratie, c'est-à-dire de combattre, ce que j’appelle le “Syndrome 2004”. 

Cette tendance qui pousse les politiciens à toujours vouloir refaire 2004, en utilisant certaines méthodes #GNB2004, contre des Chefs d’Etat élus qui n’ont pas le comportement abominable de Jean-Bertrand Aristide. 

A savoir :

1- Sortir d’une élection frauduleuse condamnée par tous les observateurs nationaux et internationaux, 

2- Attaques contre les médias et les résidences de leaders de l’opposition, et l’Université d’Etat d’Haiti (5 décembre 2003), 

3- Assassinats de journalistes, 

4- Scandale des coopératives, 

5- Liens étroits avec des cartels de drogue, … 

Aujourd’hui, nous nous retrouvons face à des anciens compagnons de lutte qui, par leur entêtement à vouloir renverser chaque président élu “comme Aristide en 2004”, prouvent qu’ils n’avaient rien compris en 2004. 

Si grâce à l’erreur stratégique de dialogue sans fin, Michel Martelly leur a permis de remporter une petite transition en 2016, ce qui a renforcé leur appétit pour le pouvoir en dehors des élections et aiguisé leur refus du jeu démocratique, en 2021, ils ne réussiront pas. 

Cet échec est nécessaire pour sortir Haïti de l'instabilité permanente. Le professeur Manigat aurait parlé de la "fonction pédagogique" d’un échec de l'opposition dans son mouvement insurrectionnel visant à renverser l’actuel président constitutionnel d'Haïti. 

Pouvoir politique = Elections! 

Il est temps de contraindre l’opposition à progresser en acceptant cette règle du jeu démocratique. 

Les dominicains l'ont fait en 1994. Ils ont décidé de moderniser leur façon de faire de la politique. Et, les résultats sont positifs. On ne développe pas l'économie d'un pays dans l'instabilité.

Quand on n'est pas d’accord, on s’organise pour prendre le pouvoir à travers des élections. Stacey Abrams, cette femme leader noire de Georgia, vient de donner l’exemple face à Donald Trump aux États-Unis. Elle vient de prouver que si on fait un travail de base, d’éducation, de mobilisation, d’encadrement des masses et d’ouverture au niveau de parti politique, si on modernise les organisations, on peut amener beaucoup de gens à voter pour votre plate-forme politique et remporter les élections.  

La politique ne peut pas se faire uniquement sur les médias avec l’espoir qu’on pourra accéder au pouvoir grâce aux interruptions répétées du système constitutionnel et démocratique.

Cyrus Sibert,
#LeReCit @reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
18 janvier 2021
WhatsApp : + 509 3686 9669

samedi 16 janvier 2021

Haiti - Politique : Le Sénateur Joseph Lambert fait preuve d’une mémoire sélective! #LeReCit


"La mémoire est sélective" dit-on. Mais l'oublie peut-être pathologique ou calculé.


Dans un message vidéo diffusé sur Youtube, le nouveau Président de ce qui reste du Sénat, le Sénateur Joseph Lambert, a présenté tout un « réquisitoire » contre la présidence. Il en a conclu avec un appel au dialogue pour sortir le pays de la crise et garantir la stabilité.


Pourtant, étrangement, « le messager de paix » a pris le soin de ne pas rappeler que son Sénat de la République était dysfonctionnel durant toute l’année 2019 à cause de la stratégie de blocage du groupe minoritaire qui refuse le jeu démocratique, du manque de leadership du président d’alors le Sénateur Carl Murat Cantave, et que finalement, son local a été badigeonné de matière fécale suivi d’acte de vandalisme suite à son envahissement par des chefs de gangs recherchés par la police, en complicité avec des Sénateurs qui les invitaient à saccager la salle d’audience.


Cette assemblée parlementaire a refusé de voter la loi électorale avec pour objectif de créer une rupture du processus démocratique et de récupérer la présidence.   


Le sénateur Lambert critique la publication de multiples décrets par le président Jovenel Moïse, mais évite de rappeler si la paresse de ses collègues parlementaires qui ont refusé de voter les lois et les accords a provoqué un vide en matière de normes et de règlements. Aujourd'hui, Haïti fonctionne encore grâce aux lois et décrets des Duvalier, Papa Doc et Baby Doc que l'on aime tant critiquer.


Ne parlons pas des multiples scandales au Parlement – drogue, kidnapping, corruption (marchandage de vote) et les abus de toutes sortes dans lesquels les Sénateurs sont impliqués. Il est rare, un Sénateur qui est au-dessus de la mêlée. 


Bref!


Quand un leader qui se présente en « messager du dialogue et de paix », omet intentionnellement de signaler de tels faits, connus et vécus avec tristesse par le peuple haïtien et des représentants du monde entier, on peut se demander s'il est sérieux dans  son appel à une entente nationale.


L'obsession grandissante, observée depuis l'amendement truqué de la Constitution en 2010, qui a créé une possibilité du Parlement de récupérer le pouvoir Exécutif en cas de vide présidentiel, est la principale cause de la situation actuelle. Car, depuis cet amendement suivi du mauvais précédent Jocelerme Privert, les Sénateurs refusent de faire leur travail, passent plus de temps en conspirations en vue d'évincer le Président de la République. Ils sont en rébellion, se livrent à toutes formes d'excès allant jusqu'à badigeonner le Sénat de matières fécales. Un fait répugnant que l'histoire retiendra et ce ne sont pas les déclarations faites à partir de la mémoire sélective du Sénateur qui l'effacera.


Les Sénateurs irresponsables et indignes de ce triste Sénat sont les principaux responsables du dysfonctionnement de cette institution républicaine.


Cyrus Sibert,
#LeReCit @reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
16 janvier 2021
WhatsApp : + 509 3686 9669

Suivez un reportage de Radio Tele Guinen sur les derniers événements de Septembre 2019 ayant conduit au dysfonctionnement du Sénat haitien : 

jeudi 7 janvier 2021

Le lien entre le prête pédophile John Duarte et l’orphelinat Saint Joseph de Delmas 91, est vulgarisé et éternisé dans le livre A CRUZ HAITIANA de la Journaliste Brésilienne Iara Lemos.-

Pendant plus de 10 ans, il (John Duarte) a apposé des marques de violence sur les corps de jeunes enfants qui croyaient pouvoir trouver une rédemption dans la poursuite de l'éducation dont ces deux mineurs rêvaient.
Ordonné prêtre en 1996 dans la province de l'Ontario, au Canada, Duarte a peu fait dans ce pays, situé au sommet de l'Amérique du Nord. Il s'est toujours concentré sur Haïti, où il a travaillé comme missionnaire depuis 1990, dans un orphelinat pour garçons (Orphelinat Saint Joseph de Delmas 91) à Port-au-Prince. Ci-dessous, le document montrant la participation de John Duarte à l'orphelinat.

 

mardi 5 janvier 2021

Texte retrouvé !!! Haïti : Deux blocs politiques pour un vote discipliné !

 Haïti : Deux blocs politiques pour un vote discipliné !

 

    Par Cyrus Sibert, Radio Maxima, Cap-Haïtien, Haïti

            opinionmaxima@yahoo.com

            21 juillet 2005.

 

''Encore une fois, au lieu de verser des larmes de crocodiles sur le cadavre de notre confrère Jacques Roche, victime de l’inconséquence et de l’irresponsabilité de ceux qui refusent toujours les solutions nationales, ces vedettes internationalistes qui par leurs lamentations cherchent  à masquer leur  incapacité à prévoir, à protéger nos concitoyens et à gérer notre société, nous proposons le changement

 

A Dieu Jacques ! 

 

Nous continuerons, comme toi, à dire la vérité même quand nous savons que les dirigeants haïtiens du haut de leur palais ne nous écoutent pas ;  même quand nous savons que nous ne sommes pas épargnés!''

 -------------

 

7 février 2006, un président légitime doit prêter serment par-devant un parlement légitime : obligations internationales. En fait, Haïti doit regagner sa place dans le concert des nations démocratiques gouvernées par des dirigeants élus. Cela exige des consultations durant l’année 2005, année terrible et terrifiante pour la mémoire du peuple haïtien. 

 

Des élections oui, mais comment ? 

 

Si la sécurité fait défaut, en réalité, les slogans déferlent. Pour la Convention Unité Démocratique KID ‘‘Kid Se Chwal pèp La’’ ; Fusion, le parti des sociaux démocrates ‘‘Ayiti pap peri, nou ka chanje sa’’, ce n’est qu’un début. Le fruit : Les élections haïtiennes sont truffées de candidats à la présidence et de panacées. Les dirigeants haïtiens sont doués d’une créativité à ne pas sous-estimer. 

 

Les projets de société sont peu visibles. On n'aura droit qu’à de simples textes. D’ailleurs, l’ambiance électorale ne le permet pas et cela arrange les candidats. Insécurité oblige, chers concitoyens contentez-vous des slogans. Le candidat est empêché ou n’a pas de temps pour discuter les points du document présenté comme projet de société, dans l’hypothèse où un document existe. Une fois de plus, l’électorat haïtien se contentera d’aphorismes simples d’absorption facile. Pour preuve, le peuple haïtien ne voit toujours pas de projet  et l’on doute qu’il en verra.

 

Le paternaliste

 

Les candidats ne réalisent pas encore que la population rêve d’un projet. Ils persistent à lancer leur slogan et tuent l’espoir. Peut-être, comprennent-ils, si Haïti est sous-développée, cela est dû à une pénurie de candidats. En guise de solution il faut proliférer des partis politiques, multiplier les slogans, et fabriquer beaucoup plus de candidats. Une situation idéale pour le catapultage à la dernière minute d’un candidat populiste, comme en 1990. Un ‘‘papa bon cœur’’, candidat démagogue, bénéficiant du ‘‘chapeau légal’’ d’un parti ou regroupement politique candide.

 

Déjà le choix des candidats de certains partis annonce les couleurs. Des gens inexpérimentés et non triés sur le volet, des démagogues bien connus pour leur indifférence et leur inaptitude sont choisis pour représenter des partis politiques. Nous sommes mal partis et si nous ne faisons pas un sursaut pour discipliner le vote du camp démocratique, les élections de 2005 entraîneront Haïti dans une crise incessante.  Ray H. Killick fait du leadership un pré requis à toute initiative de changement en Haïti. Nous ajoutons : un leadership décentralisé.

 

Malheureusement, les partis politiques à l’instar de l’Etat-haïtien, centralisés et illégitimes, n’envisagent pas de choix ni prudents ni précautionnés ou ni conséquents. Ils oublient peut-être qu’Haïti est un régime parlementaire et qu’on ne peut pas continuer à choisir n'importe qui, exposant le pays à une législature avec des parlementaires inconscients, crédules, décriés et corrompus, au risque de connaître une nouvelle crise politique.

 

L’unité du camp démocratique

 

Le changement doit nécessairement passer par l’unité du camp démocratique. L'idéologie et la méfiance le contraignent. Ce serait utopique d’envisager de rassembler tous les partis sous une seule coalition politique. Il serait sans nul doute compliqué d’avoir un candidat unique. Cependant, si nos politiciens et la classe dirigeante de la République d’Haïti étaient conscients des exigences actuelles: le changement - (Sécurité, travail, services publics) – (lutte contre la misère abjecte, la faim, la soif) routes, électricité, téléphone, santé, éducation, ils auraient mis en place des cloisons capables de contrer toute déviation anarcho-populiste. Cela passe par un vote discipliné.

 

Depuis des mois, à Radio maxima, on travaille sur les possibilités d’avoir un candidat unique dans le camp démocratique [1]. Un document, non encore publié, pour ne pas nuire aux rapprochements allant en ce sens, est rédigé à cet effet. Malheureusement, les candidats à la présidence resteront peut-être inflexibles. On dirait qu’en Haïti l’ONU organise la dernière élection présidentielle avant de consacrer le gagnant Président/Roi à vie. Mais en réalité, les leaders politiques haïtiens doivent s’unir pour faire échec à la dictature, bien que le culte de l’unité pour la prise du pouvoir et le gérer ensuite soit rare. Ils ne voient pas que les Républicains ont fait le choix de  Georges W. Bush, juste pour retourner à la maison blanche. Ils ont choisi quelqu’un de leur camp qui peut gagner. Et depuis cinq (5) ans ils sont au pouvoir. La prise du pouvoir est une question d’équipe. Malheureusement en Haïti, chaque leader de la classe politique se croit plus fort que Pelé pour gagner seul, alors que pour gagner Pelé, aussi fort fût-il, avait joué en équipe. 

 

Que faire !

 

Tenant compte  de l’état sclérosé d'une grande majorité de  la classe politique haïtienne, les leaders d’opinion responsables doivent supporter les initiatives modernes et avancer une alternative. A l’émission ‘‘Face à l’Opinion’’ [2]  de Radio Maxima, nous proposons de re-formater l’opinion idéologiquement : gauche/droite. Au moins cela permettra de penser politique en idées, projets et vision. A l’instar du M. Sauveur Pierre-Etienne Ph.D, beaucoup diront que cette logique est démodée. Alors quoi de mieux ? Peut-on continuer avec le paternaliste : «voter K-P, Profesè-a, Pastè-a, Lidè Bondye-a, lidè sent mari-a, lidè-pèp-la, Chwal pèp-La, Modere-yo, democrat-yo, progresis-yo, etc?» N’est-il donc pas temps de se poser la question à savoir : que veulent signifier ces histoires ?

 

Extrait du Livre  Introduction à la Politique de Maurice Duverger :


Le combat politique ne se déroule pas de la même façon dans un système bipartisan, où il prend la forme d’un duel, et dans un régime multipartisan, où s’affrontent plusieurs adversaires qui peuvent se coaliser de diverses façons. 

 

La distinction de la droite et de la gauche permet de rapprocher les deux situations, et de définir une classification assez précise des stratégies politiques dans les démocraties pluralistes. Réduit à sa plus grande simplicité, à son élément fondamental, le combat politique oppose ceux qui sont à peu près satisfaits de l’ordre social existant, qui veulent le conserver, et ceux à qui cet ordre ne convient pas, qui veulent le changer.

 

Le combat politique est donc dominé par la stratégie <droite contre gauche>, qu’on appelle en France la lutte des deux blocs. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les antagonismes politiques s’en sont trouvés atténués, et non aggravés.

 

A l'intérieur de chaque tendance, les extrémistes ont dû accepter, bon gré, malgré la domination des modérés. Dans une compétition entre deux partis, la victoire électorale appartient, on l'a déjà noté, à celui qui attire à lui les électeurs marginaux du centre, qui font pencher la balance du côté où ils portent leurs voix. Pour vaincre, chaque parti doit donc prendre une allure modérée, les réformistes l’emportant à gauche sur les révolutionnaires, les <évolutionnistes> l’emportant à droite sur les ultra-conservateurs. Le lien permanent, régulier, organique, unissant extrémistes et modérés dans chaque tendance, conduit les premiers à modérer leur extrémisme, si l’on peut dire, au contact des seconds, alors que l’isolement les porterait à l’exagérer. Le fait qu’ils se trouvent associés à des responsabilités gouvernementales et parlementaires, au moins indirectement, dans le cadre d’un grand parti, joue dans le même sens. Curieusement, la coagulation des tendances politiques en deux blocs opposés, l’un de droite, l’autre de gauche, aboutit à pousser l’un et l’autre vers le centre.

 

La bataille politique est dominée par une stratégie centriste.


- Fin de citation -


( Maurice Duverger, Introduction à la politique, Gallimard, Paris, p.242-248 )


Haïti aurait éprouvé moins de problèmes, si les partis politiques se regroupaient par tendance. Au cas où des leaders irresponsables dans leur hibernation intellectuelle refuseraient une telle solution, les leaders d’opinion et la société civile devraient pouvoir organiser l’électorat en ce sens. Car dans une logique d’élection honnête et démocratique, c’est l’électorat qui décide. Actuellement, aucun parti sur l’échiquier politique haïtien n’a la capacité de gagner seul des consultations crédibles. L’indiscipline encore une fois peut nous donner un outsider au premier tour. Il sera trop tard pour colmater les brèches. Hypnotisée par l’exploit de ce dernier (outsider), une forte partie de l’électorat s'abstiendra du second tour, le reste - l’instinct grégaire aidant – adhérerait  aux discours clientélistes de l’outsider en position favorable pour accéder au pouvoir : un nouveau cauchemar naîtrait. La reprise des calamités pour le peuple haïtien pour une autre décade, vu la faiblesse de nos institutions, parfois inexistantes, et l’inflexibilité constitutionnelle.    


Le rôle des media 

 

Premières victimes des troubles politiques, les directeurs d’opinion ont un rôle à jouer dans la modernisation des structures politiques. Ils ne doivent pas être des raconteurs de faits au service d’une classe politique productrice de crise et de violence.


 Extrait du Livre La vie de groupes de Léon Dion :


‘‘Dans une société libérale, on distingue quatre principales catégories de mécanismes d’interactions : les partis, les groupes d’intérêts, les conseils consultatifs et les médias de communication. Selon les conditions de temps et de lieu, ces mécanismes sont rattachés, à des degrés divers, à l’un et à l’autre systèmes. Dans toutes les situations, toutefois, les conseils consultatifs et les partis tiennent davantage du système politique et, à l’inverse, les groupes d’intérêt et les médias de communication tiennent davantage du système social. La fonction essentielle des mécanismes d’interactions –fonction qu’ils remplissent différemment selon leur vocation propre – consiste à convertir les "outputs sociaux" (intérêts, idéologies, pressions) en "inputs politiques" (demandes et soutiens). En même temps, ils ouvrent aux agents sociaux des voies d’accès à l’une ou l’autre des quatre composantes majeures du système politique et constituent les canaux normaux qui s’offrent aux agents politiques pour faire connaître aux agents sociaux les possibilités et les volontés du système politique. Ils constituent donc un terrain fort fréquenté par les agents des deux systèmes. Le fait qu’ils soient fonctionnellement reliés les uns aux autres accroît énormément leur portée. 


- Fin de Citation -


( Léon Dion, Société et politique : la vie des groupes, Fondements de la société libérale, tome 1, 

PUL, Québec, 1971,  p.124 )

 

La population haïtienne réclame paix et stabilité : exigence première du développement durable en Haïti. Ceci dit, en cette période de transition, nous avons l’obligation d’exiger de la classe politique qu’elle prenne des décisions capables de renforcer le secteur démocratique, limitant ainsi les dégâts des outsiders anarcho-populistes. Les groupes d’intérêts étant faibles et/ou inconséquents, la presse doit jouer son rôle d’interaction  entre les revendications citoyennes [le système social] et les dirigeants politiques [le système politique].

 

" Il faut en outre  scruter de près l’effet des mécanismes d’interactions sur la stabilité des deux systèmes et, par-là, des sociétés elles-mêmes. Les systèmes tendent spontanément à leur  propre stabilisation. Il est donc normal de s’attendre à ce que les mécanismes d’interactions soient agencés de façon à produire la stabilité systémique requise. Mais, il ne  faudrait pas croire qu’ils favorisent constamment le maintien des systèmes. Partis, groupes d’intérêt, conseils consultatifs, médias de communication véhiculent aussi bien les intérêts et les idéologies de groupes marginaux ou contestataires que ceux des groupes conservatistes."

Ibid, p.135 

 

 

En dernière logique, les médias doivent re-formater l’opinion idéologiquement : Gauche / Droite en vue d’aider l’électorat à décider. Nous ne devons pas nous comporter en prisonniers de cet état de fait. D’aucuns diront que les leaders actuels de la classe politique haïtienne sont corrompus, sclérosés, etc., et non des moindres. Toutefois, le risque est beaucoup plus grand avec un outsider. L’expérience de Gérard Latortue confirme la règle. Les dizaines de partis politiques doivent être redistribués à partir de ces deux tendances : Gauche ( FUSION, OPL, KID, M.R.N., MODEREH, KOMBA, PPRH, Tèt Ensenm, FRN, PSR, PLB, FL, PPN ) et à Droite ( GFCD, MOCHRENA, RDNP, PADEMH, MNP28, PLH, PDCH, MIDH, ADEBAH, M.P.H., ALAH, MODELH.) [3] On pourrait à l’avenir, si besoin est, avoir un groupe provincial, un groupe écologiste... Mais nous resterons toujours dans l’ordre des idées, pas celui des démagogues déguisés en ‘‘papa bon cœur’’ ou en leaders progressistes. Au niveau de la Droite et de la Gauche, les modérés et les extrémistes seront facilement détectables. Renforcement des partis politiques, la société civile en aura la tâche facile. Les ressources humaines et financières du pays iront à ces deux regroupements démocratiques hégémoniques, au sein desquels les partis les plus crédibles confirmeront au fil du temps leur légitimité. Les extrémistes se contenteront de faire du bruit tout en s’accommodant au régime démocratique en vigueur. On pourrait ainsi libérer les partis démocratiques de l’emprise internationale. Car, dans un pays où les ressources font défaut, le regroupement des partis politiques par tendances, aiderait à concentrer ce dont nous disposons efficacement.  Cette stratégie aiderait la démocratie naissante tant sur le plan de l’éducation des citoyens, de la formation du personnel politique, de la gestion des conflits politiques, de l’alternance et surtout de l’institutionnalisation du pays. On nous dirait, qu’on ne peut rien faire avec l’élite politique haïtienne, le secteur des affaires et les professionnels. Alors, empruntons, l'une des belles phrases de Gérard Bissainthe : ‘‘Haiti, love it or leave it’’. Nous devons engager le processus de modernisation de la vie nationale, et ce, avec les ressources endogènes d’Haïti.  Contaminés et sclérosés actuellement, la modernisation de la classe politique passe par des élections démocratiques régulières, sa légitimité dépend du renforcement des partis politiques qui dans une situation d’élection honnête régulière, seront obligés  de choisir des leaders crédibles en fonction des besoins de la population. Puisqu’il faut un début à tout changement, nous devons commencer maintenant, avec nos ressources. Haïti ne peut plus résoudre ses problèmes politiques dans les allées et sur les trottoirs. Il est indispensable de mettre en place, une sorte d’‘‘establishment’’ politique, composé de démocrates de Droite et de Gauche, pour un vote discipliné, tout en renforçant les institutions démocratiques haïtiens. Pour gagner des élections, il faut avoir des informations, des moyens de communication, des ressources humaines et financières. En privant ainsi les outsiders indisciplinés de ces moyens, ils seront condamnés à disparaître. Ce qui permettrait de les mettre au service des partis démocratiques et idéologiquement regroupés. Moderniserons notre système politique. Comblons ce vide ! Fondons un establishment politique ! Cessons de créer des monstres ! Forgeons la modernité politique en Haïti !

 

Cyrus Sibert

Cap-Haïtien, Haïti

21 Juillet 2005.



[1] Initiative de Jean Robert Lalane et moi, votre serviteur, Sibert.

 

[2] Initiative qui n'engage pas Jen-Robert Lalane. Dans l'impossibilité de convaincre certains leaders  politiques, votre serviteur, Sibert, adopte cette nouvelle stratégie.

 

[3] Partis listés sur le site de la CIA. http://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/ha.html




lundi 4 janvier 2021

Haiti - Sekirite : Strateji "population-centric"….#DGPNH Léon Charles konn sa lap fè-a byen !!!

Lè w rive nan paj 145 liv colonel David Kilcullen ki rele “The Accidental Guerrilla” wap konprann ke Lapolis #PNH anba komandman DG Leon Charles ap mennen yon operasyon “Hautement professionnelle” kont gang yo. Paske gen 2 apwòch pou lite kont teroris : 1- ennemy-centric; 2- population-centric. 

Ennemy-centric : Se kouri deyè bandi. Konsekans : popilasyon an telman viktim nan operasyon yo ke yo vin solidarize ak bandi ki toujou rete kache nan mitan yo. Pagen chwa!

Population-centric : Strateji ya se konsantre’w sou popilasyon an pou libere yo anba dominasyon bandi yo, pemet lavi ak  aktivite reprann, jiskake yo komanse kolabore ak lapolis ak Leta. Eleman endispansab nan operasyon sa se : Fòs yo dwe rete baze an pèmanans nan zòn nan. Pou popilasyon an reprann konfyans. Sa ap izole bandi yo ki pap ka kontinye viv san popilasyon an. Kidonk, sepa pwoblèm si bandi kouri ak zam. Sa ki pi enpòtan se deloje yo pou yo vin vulnerab. Konsa unite spesyalize ak bon ransèyman ap ka kraze yo apre. #LeReCit 




samedi 2 janvier 2021

Haiti-Gangs-Kidnapping : La Fédération des barreaux, aussi fautive.- #LeReCit


Si en #Afghanistan les #talibans ont construit leur légitimité grâce au vide laissé par la Justice étatique CORROMPUE, en les remplaçant par des Tribunaux islamiques, dans notre pays #Haiti, les barreaux peinent à comprendre que les gangs sont le résultat du dysfonctionnement de la justice que leur Fédération codirige avec des organisations de droits humains.


J’ai lu un communiqué de cette Fédération demandant à l’Exécutif de faire son travail ou de démissionner. Mais, ce texte prouve tristement que les avocats ne comprennent même pas la cause du problème. Or, un avocat devrait avoir une grande culture, assez immense pour lui permettre de comprendre ces genres de situations.

Personnellement, quand il y a un problème, je fais des recherches pour pouvoir comprendre la situation et l’analyser. Ainsi, à la page 47 du livre “The Accidental Guerrilla”,  l'expert #DavidKilcullen explique le lien direct qui existe entre zones de “non-droit” et gangs ou terroristes.

Cela devrait être facile pour des avocats. Car, comme son nom l’indique, une zone de “non-droit”, c’est une zone où la justice (étatique) est absente. J'ai bien dit "Justice Étatique" car ses groupes imposent une forme de règlement des conflits dans les territoires qu'ils contrôlent.

Je pense qu’il est temps de faire le bilan du Conseil du Pouvoir Judiciaire #CSPJ que codirigent les barreaux d’#Haiti avec les organisations des droits humains, des magistrats et d’autres représentants du personnel judiciaire.

Car depuis l’établissement de cette structure constitutionnelle par le président @MichelJMartelly, suite aux pressions de la communauté internationale, la justice d’#Haiti est devenue de plus en plus dysfonctionnelle, avec des grèves, des arrêts de travail, la corruption, offrant ainsi un terrain propice aux gangs et aux terroristes.

L’Exécutif haitien représenté par le Président Jovenel Moise ne peut pas être le bouc émissaire de tous ceux qui ont échoué dans leur mission respective. La Fédération des barreaux d’#Haiti et les organisations des droits humains avaient exigé la formation du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire, #CSPJ. Elles l’ont obtenu. Et alors! Quel est le bilan?

Faut-il signaler que les criminels et les tueurs qui sèment le deuil et le kidnapping en #Haiti ont été arrêté — en majorité — au moins une fois par la police, puis libérés par la justice.

Cyrus Sibert,
#LeReCit @reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
2 janvier 2021
WhatsApp : + 509 3686 9669

mardi 29 décembre 2020

L'émergence d’une Bourgeoisie et d'une classe moyenne Dominicaine est le résultat positif de l’occupation de la partie Est de l’ile par les forces haïtiennes, de 1822 à 1844.- #LeReCit

La classe moyenne dominicaine et sa bourgeoisie ont pu se constituer durant les 22 ans d’occupation de l'Île par les forces haïtiennes, grâce aux réseaux commerciaux internationaux construits par Toussaint Louverture, Dessalines, Christophe et Boyer. #LeReCit

Car, avant l’occupation, la partie Est de l'Île était une terre abandonnée par l’Espagne, où vivaient des créoles méprisés “morenos” ou "prietos" et interdits de commercer avec d’autres pays; un territoire de transite pour les équipements et colons espagnols en route vers l’Amérique du Sud.

Contrairement aux idées révisionnistes des anti-haïtiens en République Dominicaine qui présentent l’occupation haïtienne comme la cause du retard dans le développement de la République, ce pays voisin a pu atteindre le stade national grâce à Haïti qui dans un premier temps y a aboli l'esclavage et ensuite l'intégrer au système haitien, ce qui lui a permis de faire du commerce international et d'atteindre un niveau de conscience nationale.

Cette vérité historique a été révélée dans le livre « La Caraïbe et son histoire, Ses contacts avec le monde extérieur », sous la direction de Lucien Abénon et Nenad Fejic, suivant le Congrès du CARDH - AIP, juin 1999, page 175.

Cyrus Sibert,
#LeReCit @reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
29 décembre 2020
WhatsApp : + 509 3686 9669

lundi 21 décembre 2020

Laënnec Hurbon est mal renseigné de la situation politique actuelle d'Haïti.- #LeReCit

Laënnec Hurbon est mal renseigné de la situation politique actuelle d'Haïti.- #LeReCit

Dans une vidéo publiée sur AJ+, le professeur Laënnec Hurbon, de sa bulle de luxe étant, a relayé les mensonges des comploteurs putschistes qui sèment le deuil et la violence en Haïti dans leur objectif de renverser le président constitutionnellement élu Jovenel Moïse, faute d’avoir questionné les contrats et les entreprises mal-acquis par la bourgeoisie rétrograde, au détriment du peuple haïtien.

Laënnec Hurbon qui, jusqu’à présent, n’a publié aucun article sur la répression policière en France contre les #GilletsJaunes, a accepté le sale boulot de salir l’image de son pays d’origine #Haïti, en répétant les mensonges sans aucune preuve, produites dans les laboratoires des lobbyistes de la classe dominante néo-esclavagiste, dans l’unique but de justifier un coup d’État dans le pays.

Embourgeoisé, l’intellectuel a pris fait et cause pour la réaction. Le professeur-chercheur est en train de se perdre et de gaspiller son capital de prestige. Car, comment un chercheur de la trempe de Laënnec Hurbon peut-il vouloir faire croire que le problème des gangs, des kidnappings en Haïti est de la faute du président Jovenel Moïse?

Or, tout le monde le sait, ses étudiants et collègues le savent, c’est disponible sur YouTube, dans tous les reportages de ARTE, de TF1 et d’autres médias : Les gangs, la drogue, le kidnapping, c’est un problème de toute l’Amérique latine, avec une aggravation en Amérique centrale, dans la Caraïbe, jusqu’au Mexique. C'est d'ailleurs un problème mondial, vu que dans les villes américaines, en France, spécialement dans la ville Marseille, ce phénomène représente un grand défi pour les autorités.

On ne sait pas si cela est dû au confinement, mais nous constatons que Laënnec Hurbon mélange les concepts. Car, il n’y a pas en Haïti une augmentation des gangs sous la présidence de Jovenel Moise, mais une médiatisation des gangs et de leurs forfaits, au moyen des réseaux sociaux et de la téléphonie mobile. C’est différent! On n’a qu’à comparer la liste des gangs entre 2003 et 2020 pour conclure que le nombre a beaucoup réduit.

Alors, pourquoi en faire un acte politique du président haïtien Moise Jovenel, si ce n’est qu’à des fins de lutte pour le pouvoir ou à cause d'une intention malsaine qui risque de discréditer sa posture et sa carrière d’homme de sciences sociales. C’est triste de voir des aînés se laisser traîner dans la boue du conjoncturel pour des raisons inavouées et/ou inavouables.

De plus, l’opposition politique en Haïti n’a jamais accepté son échec électoral en 2017. L'aile modérée de cette dernière n'a pas les moyens de sa politique. Les extrémistes s’associent aux criminels et trafiquants de drogue pour dominer la scène et font preuve de tous les excès. Ces gens n'ont jamais reconnu le président Moise Jovenel et se sont enlisés dans une stratégie de violence permanente quasi-terroriste.

Dès l’investiture du président Jovenel Moïse au pouvoir, en septembre 2017, ces extrémistes ont lancé des manifestations violentes visant à paralyser le pays et à contraindre le président élu de démissionner. Alors, que devrait faire la police si ce n’est que son travail de maintien d’ordre, comme on le voit en France chaque samedi lors des manifestations des #GiletsJaunes?

Certes, comme en France il y a des bavures policières à corriger par l’inspection générale de la police - comme cela se fait en France.

Le président Jovenel Moïse ne dirige pas directement la Police. Alors, pourquoi Laënnec Hurbon qui n’accuse pas le président français Emmanuel Macron pour les fautes de la police française, s’en prend-il au président haïtien Jovenel Moïse?

On connaît le mode opératoire. A un certain moment du processus, pour stimuler le coup d’État, la bourgeoisie rétrograde et l’aile colonialiste de l’international feront appel aux services de certaines personnalités que l'opinion publique croit encore crédibles. Mais, cette fois-ci, nous disons non!

Haïti a aussi droit à la stabilité comme tous les autres États. Nous devons combattre la "stratégie du chaos permanent" décidée par les services secrets de pays hypocrites, d’anciens métropoles ou de groupes d’intérêts transnationaux qui depuis 1804 veulent notre échec en vue de prouver leur théorie eugéniste, eurocentriste et/ou raciste. C’est la raison pour laquelle, #Haïti a une tradition de "violence orchestrée" en vue d'accuser les gouvernants, ses dirigeants, d'alimenter les rapports internationaux de droits humains jusqu’à obtenir des sanctions et l’acceptation de coup d’État à répétition au profit de l’élite la plus répugnante du monde, qui ose aujourd’hui, se présenter comme force “valorisatrice" d’Haïti, comme si la valeur de la première République noire du monde dépendait de leur mauvaise conscience.

Personnellement, depuis 2006, après avoir vécu l'incapacité de la classe politique haïtienne à s'organiser pour présenter un candidat unique face à René Préval — suite à une transition durant laquelle ses leaders firent preuve d'un appétit sans borne pour l'argent, le pouvoir, les femmes et les privilèges de toutes sortes, au détriment de l'intérêt général et des valeurs émancipatrices, oubliant les belles promesses de Nouveau Contrat Social et de bonne gouvernance qu'ils avaient faites, j'ai décidé de combattre toute idée putschiste.

Et je crois qu'un journaliste ne peut pas être neutre face au terrorisme, au kidnapping, au trafic humain, à la pédophilie, ni face à la mise en place d'un coup d’État au profit du statu quo néo-esclavagiste. En ce sens, les gens de bonne foi doivent être prudents. Il leur faut enquêter davantage sur les vrais auteurs de la violence en Haïti.

Enfin, on comprend mal que ceux qui prétendent expliquer la situation haïtienne puissent garder le silence sur les déclarations terroristes des leaders de l’opposition radicale comme Schiller Louidor (Fanmi Lavalas) et André Michel, sur des médias. Ce n’est pas un secret. Ils ont promis de tout faire pour déstabiliser #Haïti par la violence, en vue d’empêcher le président Jovenel Moïse de gouverner.

Le professeur Laënnec Hurbon doit se ressaisir.

Cyrus Sibert,

#LeReCit @reseaucitadelle

reseaucitadelle@yahoo.fr

21 décembre 2020

WhatsApp : + 509 3686 9669


Lisez notre texte sur la "stratégie du chaos permanent" en Haiti, à partir de ce lien : http://reseaucitadelle.blogspot.com/2020/12/coregroup-ani-agence-nationale.html