vendredi 15 février 2019

Communiqué US Ambassade : Douche froide pour Jean-Henry Céant, qualifié d’irresponsable et d’obscur.-

Douche froide pour le premier ministre Jean-Henry Ceant, qualifié d’irresponsable et d’obscur dans ce communiqué de l’Ambassade des Etats-Unis en Haiti.- [Se pou rezon sa yo rayi #LeReCit. nou toujou wè pi lwen….,"entre les lignes”.]

La déclaration de l'Ambassade des États-Unis ignore le notaire devenu Premier Ministre et appelle à des négociations pour un «gouvernement transparent et responsable».— Yo bare Ceant. Si man se pou rezon sa Dimitri jete’l.

Le paragraphe anti-Céant de la déclaration :

« Un dialogue et des compromis véritables pour aboutir à un gouvernement transparent et responsable peuvent au mieux répondre aux besoins et aux aspirations du peuple haïtien. À cet égard, le gouvernement des États-Unis se félicite de l’appel du Président Moise au dialogue national.»
--------------

Lisez le Communiqué.-

Le gouvernement des États-Unis partage le souhait du peuple haïtien de bâtir un avenir meilleur pour Haïti. Un dialogue et des compromis véritables pour aboutir à un gouvernement transparent et responsable peuvent au mieux répondre aux besoins et aux aspirations du peuple haïtien. À cet égard, le gouvernement des États-Unis se félicite de l’appel du Président Moise au dialogue national.

Depuis le 7 février, le peuple haïtien est victime de violences croissantes qui ont entraîné la mort de civils innocents et la destruction de biens publics et privés. Le Gouvernement des États-Unis exhorte tous les citoyens, les partis politiques et les organisations de la société civile, à s’exprimer de manière pacifique. La violence ne fait qu’aggraver l’instabilité et la souffrance du peuple haïtien. Nous félicitons la police nationale haïtienne pour son travail dans le cadre du maintien de la paix et de la stabilité tout en veillant à ce que les citoyens haïtiens exercent leur droit à se faire entendre.

Nous encourageons tous les représentants légalement élus d’Haïti, ainsi que tous les Haïtiens qui recherchent une solution politique pacifique conforme à la constitution haïtienne, à engager un dialogue inclusif – sans recourir à une action violente. Nous encourageons également la mise en œuvre intégrale de mesures de politique économique saines au profit du peuple haïtien. Une gestion des ressources améliorée et transparente favorisera la croissance économique à long terme, permettra d’améliorer le climat des investissements et de générer des emplois. Nous exhortons le gouvernement à redoubler d’efforts pour lutter contre la corruption et responsabiliser les personnes impliquées dans le scandale PetroCaribe.

Nous réaffirmons notre engagement envers le peuple haïtien et continuerons d’œuvrer aux côtés d’Haïti vers un pays plus sûr, plus prospère et plus démocratique pour tous les Haïtiens.

https://ht.usembassy.gov/fr/declaration-de-lambassade-des-etats-unis-sur-haiti/

#Haiti - Instabilité politique : Seules des sanctions internationales ciblées, peuvent dissuader les oligarques.-


Depuis plus d'une semaine le pays fait face à une violence politique financée par des clans mafieux. Le Core groupe rejette le coup d’État, l’économie détruite, des étrangers partent, les monopolistes s’en réjouissent.

Le retour au calme passe par des sanctions internationales contre tous ceux qui menacent le processus démocratique dans le pays.

Les déclarations violentes pro-Maduro, faites par des leaders politiques extrémistes comme André Michel et Moise Jean-Charles, reflètent la position des oligarques qui les financent. Le Président d’Haiti @MoiseJovenel qui vient juste de voter contre Maduro est ainsi déstabilisé par proxy ou par procuration.

En 2017, @MarcoRubio accusait de corruption, le bureau de la #DEA en Haiti. Ce 11 janvier 2019, l’ex-commissaire de police Innocent Jean Edinord, dit recherché par la #DEA, a failli assassiner le président @MoiseJovenel. Pourtant, il travaillait ouvertement, durant tout ce temps, dans une firme de sécurité à Port-au-Prince qu’on attribue au Sénateur Youri Latortue. A quoi joue @USEmbassyHaiti, l’Ambassade des Etats-Unis en #Haiti?

S’agit-il d’une politique de double jeu de @USEmbassyHaitii?

On peut difficilement comprendre que tout le monde sait tout dans capitale haïtienne, sauf les représentants du président Donald Trump @realDonaldTrump.

N’est ce pas Bizarre?

De même, aujourd’hui, tout le monde est informé de ceux qui financent la violence pro-Maduro en #Haiti…. sauf l’Ambassade des États-Unis en #Haiti. @USEmbassyHaiti @StateDept
Pourtant, cette destruction de l’économie haitienne par ces oligarques mafieux, liés à la drogue, qui financent des politiciens anti-USA et pro-Maduro, risque de provoquer une crise humanitaire et migratoire sur la Floride. Y a t-il deux (2) politiques US🇺🇸 en #Haiti?


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
15 Février 2019

jeudi 14 février 2019

Le président @MoiseJovenel a eu une intervention correcte ce soir. Il lui reste à passer à l’action :

Le président @MoiseJovenel a eu une intervention correcte ce soir. Il lui reste à passer à l’action :

1- changer tous les chefs de Parquet timides ou complices qui refusent de lancer l’action publique contre les bandits;

2- un Bureau National d’Enquête pour investiguer tout......
enquête économique, politique ou sociale pour prévenir les crises, se renseigner sur les revendications du peuple et désamorcer les soulèvements par la négociation;
Ce Bureau aidera à enquêter sur l’exécution des ordres du président. Fini les « Tout va bien président»
Il faudra aussi enquêter sur le services fournis à la population, l’accueil: DGI, Immigration, Archives, Douane, EDH, circulation, etc

3- acheter des équipements blindés de transport des unités de la police #PNH dans les zones dangereuses.

4- les revendications des policiers.

5- se pencher sur les revendications des fonctionnaires.
N.B: Il n’y a pas de pouvoir fort sans renseignement, sans force de sécurité solide, sans fonction publique enthousiasmée.

6- combattre la contrebande et la corruption, toujours se renseigner sur les produits de base.

7- communiquer les contraintes du pouvoir: quels sont les difficultés rencontrées. Ce pouvoir refuse de le faire. Il préfère vanter l’action du président, faisant de lui un superman sans contrainte.
C’est normal que le peuple soit insatisfait; un magicien doit agir sans attendre.

8- il faut mobiliser le peuple. Plus de «Prezidan ap travay». Dans un pays à +70% de chômage, un slogan comme «Se travay nap travay» qui parle du travail de l’autre sans mettre en perspective les chomeurs ne passera pas. « Ansanm nap travay»!
Lisez le livre #NewPower
Sur ce point, comme nous l’avions proposé en février 2017, il faut penser à un ministère de l’emploi, une permanence sur le problème de l’emploi en #Haiti.

9- il faut divorcer avec cette tendance étatiste à tout promettre au peuple. #Haiti est un pays pauvre qui n’arrive même pas à couvrir ses frais de fonctionnement. Contentons nous de nettoyer, se sécuriser (promesse de police communale), de garantir le droit de propriété...

10- De créer un cadre atteignant pour attirer des investisseurs, le retour sécurisé de la diaspora, le cadastre, une bonne circulation routière. Ces réalisations sont capables de relancer l’économie.
La démagogie en #Haiti réside dans l’étatiste de gauche ou de droite.

11- L’État ne fera rien! Il n’en a pas les moyens! Même dans les pays riches, l’État ne peut pas tout faire. Alors, pourquoi faire croire au peuple haitien que l’État va résoudre ses problèmes? Cessons cette histoire!
Ça suffit pour aujourd’hui! Nous y reviendrons!

J’allais oublier.
12- Il faut soigner l’image du président @MoiseJovenel. Car, les videos d’1 chef d’État qui rend visite à un ami musicien, en pleine répétition, verre de whisky à la main, ne peuvent pas se retrouver sur les réseaux sociaux; surtout en ce contexte de vie chère.
Cette vidéo a fait plus de tort que les déclarations incendiaires de André Michel ou Moise Jean-Charles. On n’a pas rendu service au président, en publiant ces vidéos présentant un @MoiseJovenel jouisseur alors qu’il avait promis de travailler sans répit contre la faim.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
14 Février 2019

Refus du PM Céant de démissionner; rapportez l’Arrêté de nomination.- #LeReCit


Suivant un Tweet du journaliste Jacqueline Charles  de Miami Herald, « Le PM vient de confirmer qu’il fait l’objet d’intenses pressions du Palais National pour remettre sa démission. Le PM affirme qu’il ne démissionnera pas.»

Si selon la Constitution haïtienne, le Président de la République ne peut pas nommer un Premier Ministre sans consulter les présidents des deux chambres, si ce dernier ne peut pas exercer sa fonction sans un vote du Parlement, il n’y a pas moyen pour un Premier Ministre de rester en poste sans l’accord du Chef de l’État.

D’ailleurs, depuis l’amendement de la Constitution en 2011, les premiers ministres sont installés avant même de se présenter devant le Parlement, sur simple arrêté présidentiel, après consultations des présidents des deux (2) chambres. 

Ainsi, il suffit au Chef de l’État de rapporter l’Arrêté nommant Monsieur Jean Henry Céant Premier Ministre, d’ouvrir des discussions avec les présidents des 2 chambres, pour que ce dernier se retrouve dans une impasse en termes de droit, de qualité ou d’habilité à exercer le pouvoir. Il pourrait même être poursuivi pour usurpation de titre.

Dans la conjoncture actuelle, il est clair que le #CSPN comme plus haute instance de sécurité publique d’#Haiti livre le pays aux politiciens violents qui détruisent, incendient et tuent, des méthodes terroristes, dans le but de réaliser un coup d’État, par des pressions et des intimidations sur la personne du Président constitutionnellement élu de la République. 

Or, selon l’article 136 de la Constitution, « Le Président de la République, Chef de l'Etat, veille au respect et à l'exécution de la Constitution et à la stabilité des institutions. Il assure le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat. »

Si le Premier Ministre refuse d’assumer ses responsabilités, il est du devoir constitutionnel de Chef de l’État de rétablir le plein fonctionnement du CSPN, de protéger la sécurité publique et l’intégrité du territoire national.

Toutefois, par sagesse démocratique, il serait mieux de le sommer formellement d’assumer ses responsabilités.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit
 @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
14 Février 2019

Bon !!! Pagen lapryè ki pagen amen !!! Prezidan @MoiseJovenel dwe reprann kontwòl sityasyon an.- #LeReCit

Bon !!! Pagen lapryè ki pagen amen !!! Prezidan @MoiseJovenel dwe reprann kontwòl sityasyon an.- #LeReCit

1- CSPN lage sèl #PNH nan batay !!! Li lè pou chanje minis ki pa itil anyen nan CSPN nan. Nan jan de pwoblèm sa yo, se ministè enteryè ki reskonsab. Kidonk. si ministè sa pa fè anyen pou kalme lari-a, prezidan an dwe chanje’l.
Kòm se @DG_PNH ki ap degaje’l nan lari-a. Li merite plis konsiderasyon ak plis mwayen pou’l kontinye retabli lòd.
Se yon opòtinite pou tou 2 moun : Michel-Ange Gédéon ak prezidan an.

Rezistans pouvwa chita sou fòs sekirite. Se teyori klasik ki aplike Venezuela, Russie, elatrye. Bay fòs sekirite plis mwayen ak reskonsabilite, ranfòse konfyans epi fè yo plis angaje. Non sèlman anpil sivil ki akote prezidan an pa itil li anyen, konpòman yo nan sityasyon difisil sa demontre yon bann nan yo se trèt.


2- W gen enpresyon gen yon seri patizan @MichelJMartelly ki nan pouvwa sa ki lanse yon operasyon paka tann. Anba, anba, yap tann zen pou eleksyon antisipe. Prezidan Martelly dwe mande patizan sa yo kite Prezidan Jovenel dirije peyia.

Se yo ki mete Ceant, se yo ki mete tout minis CSPN yo, se yo ki mete tout moun nan leta…w menm ap mande si yo pa nan konfyolo ak Youri Latortue.

Kidonk, si CSPN pap travay pou retabli lòd, prezidan @MoiseJovenel dwe rekonèt ke li viktim trayizon. Li paka abandone pèp aysyen an ap sibi vyolans poutchis yo.


Nan sans sa, prezidan Jovenel dwe mobilize pèp la nan yon “OPERASYON DEBLOKE LARI”

Gen anpil moun ki vle ede!

Mwen tande senatè Wilot Joseph kap pale nan radyo, misye se yon moun ki vle ede prezidan an. Se mòd moun sa yo kite dwe gen plis pouvwa. Paske, depi w bay trèt ak lenmi anpil pouvwa ak lajan, se plis pwoblèm wap kreye pou tèt w.

Nap di prezidan Jovenel ke si li pa dirije, lap pèdi sipò entanasyonal ak sipò pèp la. Paske plan an pap chita kite refijye debake sou li, pèp aysyen an kap soufri lakay li pral revolte.


Cyrus Sibert, Journalis !
Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
14 Février 2019

Nap krye lanmò Etienne Polycar. A Dieu Bèbè !!! --- #LeReCit

Etienne Polycar
Se ak dlo zye map ekri teks sa.- #LeReCit

Madi 12 fevrye 2019, lapolis Okap touye jenn gason sa. Non li se Etienne Polycar, yon bèbè ki soud. Sa pase nan katye popilè san Rezon. Mwen aprann ke li te sou tèt yon kay, lè lapolis debake. Malere a pat ka tande, li pa konprann sa kap pase. Sanble polisye yo pran Bèbè pou yon menas kote li te kanpe anlè kay la, epi yon polisye tire li.

Mwen pagen tout detay yo : Depi yon senmenn politisyen ap fè dezòd pou pouvwa, zam ap tire, wòch ap voye, polisye yo fatige, enève, tout bagay ka rive. Nap pwofite mande otorite #PNH yo pou pale ak polisye yo yon fason pou yo evite vide lwil sou dife lè yap touye inosan. Menm lè nou rekonèt ke polisye a se yon moun ki ka pè tou, anvan li tire sou yon moun sa mande anpil verifikasyon ak anpil jistifikasyon. Se sa politisyen yo ap chache menm pou mete lapolis anfas pèp la..

Bèbè sete yon timoun lari. Sete zanmi mwen menm Cyrus Sibert, pitit gason'm. Li pase tout lavi li ap pase mizè nan lari-a, lave machin pou’l manje. Blan pedofil Douglas Perlitz te vyole bèbè lè li te timoun.

Sa fè’m mal anpil deske li pap rive gen chans repare lavi li, menm lè nou konnen dega ke abi seksyèl oubyen vyòl koze sou lespri moun pap janm ka repare... lajan paka repare dega sa yo.

Pwosè fini 11 fevrye, bèbè mouri 12 pa erè. Bagay sa fè’m konsyan anpil limit nou menm lèzòm. Nou paka kontwole tout bagay. Se sèl Bondye ki gen twòl tout bagay. Kelke swa sakrifis w fè, gen reyalite ki pa depann de nou. Sèl sa, nan lavi, etive pou sepa w menm ki lakòz malè rive.

A Dieu Bèbè !!! Tout moun ki konnen'w ap sonje ke sete yon moun onèt, disipline, saj, ki renmen travay di.

Ke volonte Bondye fèt !!!


Cyrus Sibert, Journalis !
Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
14 Février 2019

mercredi 13 février 2019

#Haiti-violence : Le Sénateur Youri Latortue au coté des bandits.-

‪La voiture du Sénateur @LatortueYouri, utilisée pour transporter des civils armés du Chef de gang Anel, connu pour ses crimes, viols, kidnappings et exécutions sommaires #Haiti ‬


Communiqué des Consulats d’Italie et Pérou en Haiti.-


Le Consulat General honoraires d’Italie et le Consulat du Pérou déplorent les actes de vandalisme ayant affecté l’immeuble logeant leurs bureaux, lors des manifestations survenues le 12 Février courant.

L’intervention opportune et ponctuelle des forces de l’ordre a permis de limiter les vols, dégradations immobilières et mobilières subies par les locaux abritant ces bureaux.

Les Consulats d’Italie et du Pérou dont les installations ont été violées et sauvagement saccagés, par ces actes de vandalisme informe le public que l’immeuble étant fermé et inoccupé au moment des évènements ci dessus décrits, aucun dommage corporel n’a été enregistré comme l’atteste d’ailleurs le procès verbal de constat dressé enregistré e par le juge de paix en la circonstance.

Le Consulat General honoraires d’Italie et le Consulat du Pérou tiennent à rappeler l’obligation faite à l’État haïtien de protéger les locaux consulaires par tous moyens appropriés contre tout envahissement ou endommagement et reproduisent à cet effet pour l’édification de tous l’article 59 de la Convention de Vienne du 24 avril 1963 sur les Relations Consulaires : « L’État de résidence prend les mesures nécessaires pour protéger les locaux consulaires d’un poste consulaire dirigé par un fonctionnaire consulaire honoraire et empêcher qu’ils ne soient envahis ou endommagés et que la paix du poste consulaire ne soit troublée ou sa dignité amoindrie ».

Les consulats honoraires d’Italie et du Pérou remercient les autorités policières et judiciaires qui ont aidé à la cessation de cet envahissement brutal et violent ayant causé des dommages matériels et nuisant au fonctionnement et à la paix de ces postes consulaires.

Les consulats honoraires d’Italie et du Pérou en profitent pour rappeler que la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques ne contient aucune consécration expresse d’un droit d’asile diplomatique. Pour ce qui concerne le Pérou, aux termes de l’article 2 de la Convention de l’OEA du 28 mars 1954 sur l’asile politique ratifié par Haïti et le Pérou, l’asile politique constitue une faculté discrétionnaire et non une obligation de l’État signataire qui « n’est pas obligé de l'accorder ni d'expliquer pourquoi il le refuse ». Les locaux consulaires ne peuvent servir à l’octroi de l’asile selon l’article 1er de cette convention et de toute manière aucun individu ne saurait s’en prévaloir lorsqu’il s’y livre à des activités de vandalisme.


Fait à Port-au-Prince le 13 février 2019.

Communiqué de la Compagnie d’Asurance ALSA #Haiti.-

La Alsa déplore les actes de vandalisme ayant affecté l’immeuble logeant Les Assurances Leger S.A. ainsi que les Consulats d’Italie et du Pérou, lors des manifestations survenues le 12 Février courant.

L’intervention opportune et ponctuelle des forces de l’ordre a permis de limiter les vols, dégradations immobilières et mobilières subies par les locaux abritant ces bureaux.

Contrairement a ses colocataires, les Consulats d’Italie et du Pérou dont les installations ont été violées et sauvagement saccagés, Les Assurances Leger S.A ont été légèrement affectées par ces actes de vandalisme.

En dépit de ces inconvénients, la Alsa tient a rassurer sa clientèle et ses assures en particulier qu’elle continuera a leur fournir les mêmes services de qualité et qu’elle sera a leur disposition aussitôt que la reprise des activités commerciales permettra la réouverture de ses bureaux.

dimanche 10 février 2019

#Haiti : L'Assistance internationale est indispensable pour l’audit #Petrocaribe et la stabilité politique.-


En 1995, le président René Préval a pu gouverner, grâce aux supports du @StateDept 🇺🇸.
« Le président Aristide (...ses bourgeois) doit laisser au président Préval la chance de gouverner.» disait Madeleine Albright
@MoiseJovenel a besoin de ce support pour gouverner.

Il faut aussi,
 
1- des pressions internationales contre ces groupes qui financent continuellement la violence en #Haiti; 2- l’accompagnement technique de la Cour des comptes dans son enquête sur #Petrocaribe;
3- une enquête internationale sur la traçabilité des fonds #Petrocaribe.


#LeReCit

https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1094694648134668288?s=21

#Haiti : COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU CORE GROUP – 10 FÉVRIER 2019.-


Le Core Group (composé du Représentant Spécial Adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies, les Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, de la France, des Etats-Unis d’Amérique, et les représentants de l’Espagne, de l’Organisation des Etats Américains et de l’Union Européenne) prend note des revendications exprimées par les manifestants lors de la journée de contestation du 7 février 2019.

Le Core Group déplore les pertes en vie humaines et les dégâts matériels occasionnés par les inacceptables actes de violences qui ont eu lieu en marge des rassemblements, tout en saluant le professionnalisme dont a fait preuve la Police Nationale d’Haïti dans son ensemble.

Les membres du groupe appellent les acteurs de la société haïtienne, et en premier lieu les dirigeants du pays, à engager un dialogue constructif et inclusif afin d’identifier et mettre en œuvre des solutions réalistes et pérennes à la crise politique et économique dans laquelle Haïti est actuellement plongée. A cet égard, le groupe encourage le gouvernement à accélérer ses réformes structurelles visant à promouvoir une meilleure gestion des ressources de l’Etat, améliorer les conditions de vie de la population en précarité, lutter contre les disparités, et favoriser le climat d’investissement pour stimuler le développement des secteurs productifs – seuls à même de catalyser la croissance du pays.

Réitérant le constat que dans une démocratie, le changement doit se faire par les urnes, et non par la violence, le Core Group exhorte le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif à collaborer afin que la loi électorale ainsi que la loi de finances pour l’exercice fiscal 2018-2019 soient adoptées et promulguées sous les meilleurs délais. Ce n’est qu’au travers de ces actions que les scrutins prévus par la Constitution pour octobre 2019 pourront se dérouler de façon libre, juste et transparente, et qu’un vide institutionnel sera évité. Les membres du groupe encouragent les acteurs de la vie politique, et notamment les formations politiques, à tout mettre en œuvre pour que les femmes et hommes soient des partenaires égaux dans le processus de développement démocratique et la construction d’une nation haïtienne unie, forte et inclusive.


Core Group la (Ki gen ladan li Reprezantan espesyal Sekretè jeneral Nasyonzini an, Anbasadè Almay, Brezil, Kanada, Espay, Etazini, Frans, Inyon Ewopeyèn ak Reprezantan espesyal OEA) pran nòt de revandikasyon manifestan yo nan jounen kontestasyon 7 fevriye 2019 la.

Core Group la regrèt lanmò ak dega materyèl zak vyolans sa yo, ki pa gen plas yo, rive fè nan moman rasanbleman sa yo, pandan l ap salye fason lapolis nasyonal la, nan tout konpozant li yo, montre pwofesyonalis li.

Manm Gwoup la ap adrese li ak aktè sosyete ayisyèn nan, e a dirijan peyi a an premye, pou mande yo mene yon dyalòg konstriktif ki pa ekate pèsonn, pou idantifye enpi aplike solisyon reyalis k ap kenbe lontan, pou fè fas a kriz politik ak ekonomik kote peyi a plonje la a. Pou sa, Gwoup la ankouraje gouvènman an mache prese ak refòm estriktirèl yo ki dwe pèmèt yon pibon jesyon resous Leta yo, amelyore kondisyon lavi popilasyon ki nan malsite, lite kont inegalite yo, enpi fasilite klima envestisman pou bay devlòpman sektè pwodiktif yo jarèt – yo menm sèl ki ka sèvi motè avansman peyi a.

Pandan l ap repete sa demokrasi a prevwa – ke se pa nan vyolans yo chanje dirijan men se nan eleksyon - Core Group la ap ekzòte pouvwa ekzekitif la ak pouvwa lejislatif la kolabore pou ke lwa elektoral la ak lwa finans pou egzèsis fiskal 2018-2019 la ka adopte epi pibliye pi vit posib. Se sèlman gras ak aksyon sa yo, eleksyon Konstitisyon an prevwa pou mwa oktòb 2019 la ap kapab fèt lib e libè, kòrèk, aklè, sa ki va epaye yon vid enstitisyonèl.

Manm Gwoup la ankouraje aktè lavi politik la, sitou pati politik yo, fè tout sa yo kapab, pou fanm ak gason vinn tounen patnè egalego nan pwosesis devlòpman demokratik la ak nan konstriksyon yon nasyon ayisyèn ini, fò, ki pa ekate pèsonn.

Jovenel Moise dwe deside si lap pase nan listwa tankou yon JERAN PALÈ olye de yon PREZIDAN.- #LeReCit

Jovenel Moise dwe deside si lap pase nan listwa tankou yon JERAN PALÈ olye de yon PREZIDAN.- #LeReCit

Maten an mwen leve fache ak prezidan @MoiseJovenel. Paske misye chita anba bonda nèg Petion-vil yo, tout pouvwa nan men yo, epi se yo kap destabilize’l.

Li bay Youri #ONA ak yon bann pòs pou’l jwen lajan epi destabilize’l.

Misye fè’m fache paske nou te prevwa tout sa kap pase la.

Nou pap fè tankou @NicolasMaduro ki chita ap akize ameriken. Yon lidè dwe dirije, chache konsansus, pran desizyon pou rezoud pwoblèm.

@MoiseJovenel dwe dirije an #NegBannann. Foli grannèg kapital la pap mennen’l okenn kote. Li dwe koute pèp la, sispann pedi tan nan reyinion ak ipokrit.

Gen yon jan pou’w ye lè w prezidan! Yo dwe respekte’w oubyen krent w!

Nèg yo telman fè sa yo vle ak prezidan @MoiseJovenel ke yo pa respekte’l. Yo pase’l anba betiz ouvètman, yo menase’l ouvètman.

W paka fè kanpay ak yon gwo pwogram konsa epi w kite yap fè w echew sou li.

Prezidan @MoiseJovenel dwe sispann devlope konpleks nèg pwovens lè yo desann kapital, ki se : GRAN DIZÈ ak FOLI GRANDÈ. Li dwe rete egal a li menm. Epi sispann kite ti visye «Repiblik Pòtoprens» gagote pouvwa nan men li, fè’l soti lèd devan pèp la, devan litwa. Li dwe dirije!

Gen yon seri moun ki pran Jovenel pou jeran «Palè nasyonal», yap fè li pran desizyon pou’l sanble ak jeran Palè tout bon. Ebyen se @MoiseJovenel ki pou deside si lap pase nan listwa kòm jeran Palè «Nasyonal» oubyen kòm «Prezidan d’#Haiti».


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, #LeReCit

https://twitter.com/reseaucitadelle/status/1094639068078657538?s=21

samedi 9 février 2019

Le président d’#Haiti Jovenel Moise, est-il déstabilisé au profit de Nicolas Maduro, du Venezuela? #LeReCit

Maillon faible de l’alliance anti-@NicolasMaduro, président d’un pays sans service de renseignement, sans armée forte opérationnelle, le président @MoiseJovenel est en difficulté en #Haiti.
Sera t-il victime de son revirement, dans cette lutte géopolitique?

L’ex-sénateur Moise Jean-Charles, l’un des leaders de la gauche radicale, à même annoncé un président autoproclamé en #Haiti à l’instar de Juan Guaido @jguaido au Venezuela.


#LeReCit

vendredi 8 février 2019

Le pape reconnaît que des religieuses ont servi d’«esclaves sexuelles» au clergé.-

Le pape reconnaît que des religieuses ont servi d’«esclaves sexuelles» au clergé

Le Parisien avec AFP | 06 février 2019

«Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce dossier», a expliqué le pape, après avoir assuré que le phénomène se rencontrait «partout».

En admettant mardi que des prêtres se sont servis de religieuses comme « esclaves sexuelles » - et que certains continuent à le faire -, le pape François a ouvert un nouveau et sombre chapitre dans le scandale des abus sexuels qui ébranlent l’Eglise catholique.

« C’est la première fois que le pape, mais aussi l’Eglise en tant qu’institution, admet que ces abus ont lieu, et c’est extrêmement important », assure Lucetta Scaraffia, rédactrice en chef de « Women Church World », le supplément féminin du journal du Vatican, l’Osservatore Romano.

Interrogé dans l’avion qui le ramenait mardi des Emirats arabes unis, le pape François a reconnu que « des prêtres et des évêques » avaient commis des agressions sexuelles sur des religieuses.
Des faits déjà connus en France

Ce phénomène peut se rencontrer « partout », mais il est plus présent dans « quelques congrégations nouvelles et dans quelques régions », a-t-il précisé, ajoutant : « Cela fait longtemps que nous travaillons sur ce dossier ».

Si le problème est présent dans toute l’Eglise, il l’est tout particulièrement en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Ainsi, des abus sur des religieuses ont été dénoncés du Chili à la République Démocratique du Congo, en Italie, au Kenya, au Pérou ou encore en Ukraine. En Inde, une religieuse a récemment accusé un évêque de l’avoir violée à de nombreuses reprises.

Le pape a rendu hommage à son prédécesseur Benoît XVI, qui a eu « le courage de dissoudre une congrégation féminine » où « s’était installé cet esclavage des femmes, esclavage allant jusqu’à l’esclavage sexuel des femmes par des clercs et par le fondateur ».

Jorge Bergoglio évoquait la congrégation française des Sœurs contemplatives de Saint-Jean, dont les supérieures ont été écartées après une enquête du Vatican sur des dérives sectaires et sexuelles.

Des abus de pouvoir sous des formes multiples

Par « esclavage sexuel », il entendait une « manipulation, une forme d’abus de pouvoir qui se reflète aussi dans des abus sexuels », a précisé le Saint-Siège.

Le scandale des prêtres violant ou abusant des religieuses s’inscrit dans celui plus large des abus de pouvoir qui ont permis à des membres du clergé pédophiles de nuire en toute impunité pendant des décennies dans nombre de pays.

Dans le sillage des révélations sur les vastes abus contre les enfants et du mouvement #MeToo, des religieuses ont commencé ces dernières années à élever la voix à leur tour.

L’espoir d’une commission d’enquête

Au point de voir « Women Church World » consacrer son dernier numéro aux religieuses violées, forcées à avorter ou à élever seules, chassées de leur communauté, des enfants jamais reconnus par leur prêtre de père.

Et la semaine dernière, un haut responsable d’un ministère du Vatican, accusé par une ancienne religieuse allemande d’avoir été trop pressant pendant une confession, avait finalement démissionné, quatre ans après un procès canonique qui lui avait valu un simple avertissement.

« Tant de plaintes ont été envoyées au Vatican et n’ont pas été suivies d’effet », regrette Mme Scaraffia. « J’espère vraiment qu’une commission va être mise en place pour enquêter et que des religieuses expertes sur ce sujet vont être appelées à y participer ».

Une parole difficile à libérer

« Ils pourraient entamer rapidement des procès, et surtout en parler, parce que c’est le silence qui permet aux violeurs de continuer à violer », ajoute-t-elle.

Mais pour les victimes, « ce n’est pas facile de parler. Elles craignent que cela se retourne contre elles ou contre leur congrégation », explique Mme Scaraffia.

Pour elle, l’essence du problème réside dans le pouvoir des prêtres sur la vie des religieuses, de leur entrée dans les ordres aux détails de leur quotidien et jusqu’à leur salaire. « Elles ne sont pas reconnues comme des égales ».

jeudi 7 février 2019

#Haiti Security Report Update as of 13:04 hrs.- #LeReCit


#Haiti Security Report Update as of 13:04 hrs.- (7 février 2019)

Chers tous,

Soyez informés des mis à jours suivants de la situation sécuritaire;

Port au Prince:

Manifestation à: Carrefour Aéroport, Rue Capois, Lalue, Saint Jean Bosco, La Saline, Delmas 18, rue Panamericaine, Avenue John Brown, Champs de Mars et à la Rue Faubert à Pétion Ville.

Blocage de route avec pneus enflammés et barricades à : Laboule 19, Pèlerin 2, Puits Blain, Route principale de Delmas incluant Delmas 40 B et Delmas 60, Centre Ville de Port au Prince, Carradeux, Delmas 30, Intersection de Delmas 19 et 31, Route de Frères.

Les autres routes principales à Port-au-Prince sont actuellement dégagées. La PNH est présente aux principales intersections. Les transports en commun et la circulation des piétons sont limités. Les taxis moto factureraient jusqu'à trois fois le taux normal.

Les membres du personnel ayant l’intention de se dépalcer vers ou depuis l’aéroport, y compris le personnel arrivant sur des vols, doivent contacter PSB.

Regions :

• Blocage de route à Jacmel. (Département du Sud Est)
• Blocage de route à Petit Goave. (Département de l’Ouest)
• Blocage de route à Miragoane dans les zones de Cadiac et Chalon. Manifestation au centre ville. (Département des Nippes)
• Blocage de route à Cavaillon aux Cayes (Département du Sud)
• Manifestation et pneus enflammés à Gonaives au centre ville et dans les zones de Savanne Poudrière, K-Soleil et Pont Gaudin (Département de l’Artibonite)
• Manifestation au centre ville des Cayes (Département du Sud)
• Manifestation au centre ville de Cap-Haitien (Département du Nord)
• Manifestation et blocage de route au centre ville de St Marc et dans les zones de Nerelait, Frecyneau, Carrefour Mme Sainta (Département de l’Artibonite)
• Manifestation à Marchand Dessalines (Département de l’Artibonite)
• Blocage de route à Petite Rivière de l’Artibonite ( Département de l’Artibonite)

*************************************************************

Security Report Update as of 13:04 hrs.

Dear all,

Please be advised of the following security situation updates;

Port-au-Prince

Demonstrations in: Carrefour Aeroport, Rue Capois, Lalue, Saint Jean Bosco, La Saline, Delmas 18, rue Panamericaine, Avenue John Brown, Champs de Mars and Rue Faubert in Pétion Ville.

Roadblocks with barricades and burning tires at: Laboule 19, Pèlerin 2, Puits Blain, Main Delmas including Delmas 40 B & Delmas 60, Downtown of Port au Prince, Carradeux, Delmas 30, the intersection of Delmas 19 and Delmas 31 and Route de Frères .

Other main road routes in Port-au-Prince are currently clear. HNP are present at main intersections. There is a limited public transport and pedestrian traffic. Moto taxis are reportedly charging up to three times the normal rate.

Staff members intending to travel to or from the airport including staff arriving on flights are to contact PSB.

Regions :
• Roadblock at Jacmel. (South East Department)
• Roadblock at Petit Goave. (West Department)
• Roadblock at Cavaillon in Les Cayes (South Department)
• Roadblock at Miragoane in the areas of Cadiac and Chalon. Demonstration in downtown of Miragoane. (Nippes Department)
• Demonstration and burning tires at Gonaives in the areas of Savanne Poudrière , Pont Gaudin, K-Soleil and at downtown. (Artibonite Department)
• Demonstration in downtown of Les Cayes (South Department)
• Demonstration in downtown of Cap-Haitian (North Department)
• Demonstration and roadblocks in downtown of St Marc and in the areas of Nerelait, Frecyneau, Carrefour Mme Sainta. (Artibonite Department)
• Demonstration at Marchand Dessalines (Artibonite Department)
• Roadblock at Petite Rivière de l’Artibonite (Artibonite Department)

mercredi 6 février 2019

33 ans après la chute des Duvalier, le peuple haitien est pris aux pièges d’une dictature de riches mafieux…. une vraie Ploutocratie.-

33 années après la chute des Duvalier, le peuple haitien est pris aux pièges d’une dictature de riches mafieux…. une vraie Ploutocratie.- #LeReCit

[ Trente trois ans après le départ des Duvalier, nous n’avons pas fait mieux! Duvalier au moins imposait aux bourgeois de garder une certaine limite, de respecter ou de craindre le pouvoir politique,….au moins, il avait négocié le vote d’#Haiti à l’#OEA contre Cuba. — N.B.: La ploutocratie consiste en un système de gouvernement où la richesse constitue la base principale du pouvoir politique. ]

Ce 7 février 2019 marquera le 33e anniversaire de la fin du régime des Duvalier au nom de la démocratie. Malgré les avancées en termes de libertés, résultat : le peuple haitien est affamé, l’économie est effondrée, des manifestations violentes se multiplient.

Face à cette réalité,
- au lieu d’attaquer les monopoles de la bourgeoisie et d’exiger la rétrocession ou la renégociation des entreprises publiques transférées au secteur privé par Préval sous prétexte de privatisation;
- pour ne pas attaquer les pots de vin quotidiens, ces boites d’argent liquide que des fonctionnaires et ministres doivent remettre à des personnalités politiques en vue de garder leur poste;
- passant sous silence l’opulence et les gaspillages au niveau du Parlement et la contrebande institutionnalisée par des voleurs du secteur privé et des responsables politiques;
le Conseil des ministres a préféré prendre sur lui la responsabilité de l’effondrement de l’économie haïtienne en annonçant quelques mesures de réductions des dépenses de l’État.

Ce faisant, le gouvernement se présente comme seul responsable de la situation actuelle.

Voilà le problème avec ce gouvernement ! Il s’identifie trop à l’oligarchie compradore au point de s’aliéner au profit des prédateurs de ce secteur.

Il existe tellement de connivences entre nos dirigeants et des membres du secteur dit "des affaires" que nos dirigeants n’arrivent pas à se démarquer d’eux, à prendre leur distance de Gouvernants quand il s’agit de défendre le “bien-être généralisé”.

Un pays aussi pauvre qu’#Haiti, avec tous les préjugés socio-économiques que nous connaissons, ne peut pas avancer sans une distance raisonnable, institutionnelle et légale entre l’État, ses représentants et le secteur privé “des affaires”. Car, cette bourgeoisie sans vision, apatride et antinationale, exigera toujours qu’on sacrifie les masses populaires au nom de ses intérêts primaires.

Tout le problème d’ #Haiti, aujourd’hui, c’est parce que la démocratie haïtienne est rétrogradée au rang de PLOUTOCRATIE. La mainmise de riches mafieux sur l’appareil étatique entraine la privatisation de l’État. Tout est une question d’argent, de commissions, de pots de vin, de gains pour un petit groupe. La souffrance du peuple en découle.

Telle est la dure réalité initiée par le Président René Préval — le Boris Eltsine haitien,
 qui malheureusement continue sous le régime des #TETKALE ! 

Ceux qui ont essayé de corriger cette anomalie — comme cette fameuse lettre de créance qui autorise la compagnie SOGENER à retirer l’argent du trésor public, directement de la Banque Centrale de l’État, sans passer par l’EDH ni par les ministères de tutelle — l’ont payé très cher. 

Toutes les difficultés que connaissent certaines personnalités non-impressionnées par cette “bourgeoisie de sous-culture” qui ont pris part au gouvernement #TETKALE, sont basées sur leur tentative de faire comprendre aux mafieux qu’ils ne peuvent pas tout contrôler dans une démocratie, que l’État doit-être au-dessus des intérêts privés. Comme on peut le constater, leur réaction est toujours violente.

Les dernières manoeuvres illégales du Premier Ministre Jean Henry Céant, le Notaire des riches mafieux, qui cherche à les protéger dans le dossier Petrocaribe par une nouvelle stratégie “Boucs émissaires”, consistant à déposer une plainte précipitée ou prématurée au nom de l’État, avec un rapport d’audit incomplet de la Cour Supérieure des comptes, contre certaines personnalités qu’il a personnellement choisies, donnent une idée du niveau de mainmise des intérêts privés sur les pouvoirs publics; une tentative visant à étouffer les révélations de la Cour des Comptes à l’encontre des clients du Notaire devenu Premier Ministre, après avoir obtenu 0,75% des voix lors des dernières élections présidentielles; une fuite en avant pour éviter la poursuite de l’audit, limiter les dégâts, protéger ses amis de huis clos.

Pourtant, le Premier Ministre Céant avait, dès sa prise de fonction, annoncé l’implication d’une firme internationale pour auditer les comptes bancaires publics/privés et retracer les mouvements de fonds #Petrocaribe; il avait même annoncé des “Jeudis-Info-Petro” et la publication de la liste des firmes fautives. Pour protéger les riches mafieux, Maitre Céant a préféré mentir au peuple haitien.

Sur ce point, nous estimons que la Cour des comptes, une institution constitutionnelle indépendante, a besoin du support de la communauté internationale — OEA/ONU/UE — pour poursuivre son enquête en toute indépendance et démasquer les riches mafieux, ces oligarques qui ont détourné une partie des fonds #Petrocaribe. Car, face à la catastrophe humanitaire qu’elle a engendrée, la lutte contre la corruption en #Haiti est devenue une question de stabilité régionale. 

Si en 2018, madame Susan Page, la représentante en Haiti du Secrétaire général de l’ONU, avait commis la faute diplomatique de passer outre les mécanismes constitutionnels et juridico-légaux, en appuyant la saisine illégale de la justice, alors que le Sénat venait de décider autrement; aujourd’hui, la Cour des comptes est dans son droit constitutionnel d’enquêter et mérite les encadrements nécessaires pour faire face aux pressions des mafieux barricadés derrière les pouvoirs publics.

Aujourd’hui, le peuple haitien est pris en otage par des groupes d’intérêts privés qui se battent pour le monopole de l’importation des produits pétroliers. Ils contrôlent tellement l’État qu’ils arrivent à forcer le Gouvernement de leur notaire Jean-Henry Céant à tenter de masquer la réalité en présentant le niveau de vie de l’État comme la cause principale du problème.

Même quand à @ReseauCitadelle nous défendons le droit de la République d’Haiti à avoir une diplomatie autonome qui permet à son gouvernement de supporter ou de condamner un régime politique suivant ses intérêts nationaux (comme le vote du Venezuela contre Haiti à l’OEA en 1963), il est clair que cette décision de voter contre Nicolas Maduro le 10 janvier dernier avait plus été une question d’opportunité pour obtenir un contrat d’importation de carburant, au lieu des intérêts du peuple haitien. Ce qui augmente la pression du dollar sur la gourde, vu que le pays a besoin de 100 millions de dollars U.S. à chaque commande de carburant. 
Les difficultés auxquelles fait face le gouvernement Moise/Céant après ce vote prouvent que rien de sérieux n’a été négocié.

François Duvalier, avait lui, au-moins, négocié son vote contre Cuba.

Papa Doc au moins, imposait aux bourgeois de garder une certaine limite, de respecter ou de craindre le pouvoir politique et les autorités publiques….

La collusion entre pouvoir public et les groupes d’intérêts privés a toujours servi qu’à distancer les autorités du peuple. En 1986, Jean-Claude Duvalier, Baby Doc a payé très cher, son alliance sans limite avec la bourgeoisie jouisseuse, voleuse et sans vision. On ne saurait prôner la production nationale et croire que les importateurs nets de produits finis, monopolistes en plus, vous aideront à réussir. Plus vous recherchez leur amitié, plus ils en profiteront pour faire échec à vos promesses électorales.

Telle est la vraie cause du désastre actuel. Les bons remèdes sont les fruits de bons diagnostics.

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
06 Février 2019

133 Victims: What does Fairfield Owe?

133 Victims: What does Fairfield Owe?

Alicia Phaneuf and Sabina Dirienzo
January 30, 2019

Fairfield University President Mark R. Nemec, Ph.D. and chairman of the board of trustees Frank J. Carroll III ‘89 released an announcement on Friday, Jan. 25 stating that the University and four other defendants had reached a $60 million settlement with 133 victims of sexual abuse by Fairfield alum Douglas Perlitz ’92. Perlitz founded Project Pierre Toussaint, a school for poverty-stricken boys in Haiti. In 2007, allegations of sexual abuse began to circulate regarding Perlitz. He plead guilty in 2010 and will be imprisoned until 2026.

The other defendants in the case include Rev. Paul Carrier, S.J., a former director of Campus Ministry, the Society of Jesus of New England, the Order of Malta and Hope Carter, a member of the Haiti Fund’s board of directors.

The settlement will be considered for approval by the federal court in Connecticut on Feb. 11.

Andrea Bierstein, a partner at Simmons Hanly Conroy Law Firm, sent the amended complaint filed Jan. 25 regarding the settlement with the defendants to The Mirror.

The complaint states that Fairfield University, as well as the Order of Malta, provided much of the funding to the Haiti Fund to operate Project Pierre Toussaint. This was also conducted through fundraising for PPT, and donations were “frequently made out to Fairfield University.” Students were encouraged to go to Project Pierre Toussaint as volunteers on service missions and were told to contact Carrier if they wanted to go to PPT. Other University staff members also visited PPT during the time of the abuse.

The amended complaint also claims that Carrier and Perlitz had a sexual relationship while Perlitz was a student at the University and Carrier was a chaplain. Carrier has also been accused by one of the 133 boys of molestation, but this is not a part of the settlement.

The amended complaint states that the University “knowingly benefitted [sp] financially from PPT by touting their involvement in PPT as a basis for fund-raising activities” and that it “knew or should have known that Perlitz was traveling to Haiti to engage in illicit sexual conduct with minors in Haiti.”

The Mirror reached out to the Executive Office of the President of Fairfield University for comment from legal affairs regarding the settlement. The Mirror was directed to Vice President of Marketing & Communications Jenn Anderson ‘97, MBA ‘02.

“The University played no role in the management or governance of either PPT or the Haiti Fund – the organization set up to raise money for PPT,” stated Anderson. “As an institution committed to service and social responsibility, the University – and a number of individuals associated with it -– generously donated to the effort, which was meant to support abandoned and homeless Haitian youth.”

Bierstein described the ‘red flags’ of sexual abuse at Project Pierre Toussaint. “So, we talk about the fact that the residence was a small house, and everyone there knew there were lots of boys sleeping in Perlitz’s room, and that included volunteers and volunteers from Fairfield who knew that the boys were in the house and staying in Perlitz’s bedroom.”

“Later there came a Jesuit trainee who noticed that the boys who were Perlitz’s favorites all had expensive clothes and high-end iPods and privileges that other boys didn’t have. The trainee noticed immediately that Perlitz had boys sleeping in his bedroom and with the door closed,” said Bierstein.

Mitchell Garabedian, the principle attorney of Garabedian Law, also represented plaintiffs in the case. He said that “Douglas Perlitz was always with children. He was always with children in his home. He was always with children in places where he shouldn’t have been. His contact with children was open and notorious. Other adults knew or should have known that his continual contact with children over years was a red flag.”

Bierstein explained that the complaint was not regarding what the University knew about Perlitz’s abuse, but what it should have known. “I think as most schools who deal with minor children, have safeguards and procedures in place to make it harder for people to take advantage of children in that scenario,” said Bierstein. “And that was our contention and lawsuits that the University and the other defendants did absolutely nothing to have any sort of rules or safeguards to check up on things.”

The plaintiffs argued that Fairfield University and the other defendants had a responsibility to provide oversight of PPT. “We believe very strongly based on the evidence, and the things the University said when they bragged about this being a program of Fairfield University and their involvement, that they were the ones who had the responsibility to put those safeguards in place and put procedures in place, and send people down to check up on what was going on,” said Bierstein.

Anderson described the University’s relationship to PPT.

“Fairfield University, like many universities, routinely provides donations to charitable causes,” said Anderson. “Those contributions are not indications of official affiliation with the recipient organizations, however, the University has taken steps to increase oversight regarding its philanthropic efforts and those organizations that Fairfield supports.”

The $60 million settlement will be divided between the University and other defendants. Anderson described Fairfield’s financial position. “A significant proportion of the funds to be used in the University’s contribution to the settlement will come through a University insurance carrier. The University has been planning for this litigation, and any difference has been allocated for and will not have material impact on the financial integrity of the University or its day-to-day operations in serving our students, faculty and the broader Fairfield Community. We will continue to make investments to enhance our facilities and our faculty to ensure that we provide a world-class education to our students.”

Perlitz’s actions of sexual abuse in Haiti is not the only instance where the Fairfield University community was informed of sexual abuse by individuals connected to Fairfield.

On Jan. 15, Nemec sent out a statement regarding the USA Northeast Province of the Society of Jesus’ release of a list of Jesuit priests credibly accused of sexual abuse of a minor. Thirteen of the priests listed had served at one point at Fairfield University or Fairfield College Preparatory School. Two of the priests who were on the list, Rev. Edmund Power and Rev. James Pratt, were accused of sexual misconduct at Fairfield Prep in 2003.

According to the list, Power only served at Fairfield Prep and Fairfield University; he died in 1976. The dates which he was found to have committed abuse happened when he was working at Fairfield Prep.

Paul Lakeland, the Aloysius P. Kelley S.J. chair in Catholic studies and professor of religious studies, said that in many cases, accusations weren’t made until many years later. “In many cases,” Lakeland said, “the offender is already dead when the accusation of abuse many years before is brought against him.”

Several of the priests listed served at more than one school or university. “I imagine that in some cases someone was aware of the abuse and had the individual moved somewhere else, and this would be long before the victim went public with the accusation,” said Lakeland. “The practice of moving abusers elsewhere, and not informing people at the new location why he has arrived, is something that was quite common in the past, but it is not possible to say from the record whether or not any particular Jesuit on the list was moved because he was an abuser.”

The list notes that all Jesuits who are under current investigation do not appear on the document.

“This is entirely appropriate, since it may be that the accusations have no foundation. But it does mean that there is no certainty that this will be the final list,” said Lakeland.

In his Jan. 15 statement, Nemec said that, “Fairfield University will continue to serve these efforts in any way we can – but most specifically as a University should – by encouraging dialogue, research, respectful conversation, and scholarship, and by holding ourselves as a community to the highest standards of humble self-examination and openness to true conversion of heart, so that we remain true to our mission to serve the faith and promote justice.”

Director of Campus Ministry, Fr. Mark Scalese, S.J. said, “Those impacted by sexual abuse from Catholic clergy, including from Jesuits, certainly deserve sincere contrition for the harm that has been done to them, as well as compassionate care to help heal the trauma they suffered, and assurance that measures are being taken to remedy the situation.”

Catholic studies and religious studies will be holding programs in response to clerical abuse this semester. On Feb. 2 at 4 p.m. professor of religious studies and Vice President of mission and identity Nancy Dallavalle will bring Susan Reynolds, professor of Catholic studies at Emory University to campus. Reynolds will be leading an event, similar to the living theology programs held last semester, with female alums. Reynolds is the lead author of a statement that asks Catholic bishops to resign from their positions following the release of the Aug. 14, 2018 Pennsylvania grand jury report on clerical sexual abuse.

“Overall the responsibility of Catholic laypeople is to insist that their bishops take appropriate steps toward total transparency, and perhaps that serious questions should be asked about the church structures that over the years have encouraged or enabled sexual abuse of minors,” said Lakeland. “Moreover, Catholic laypeople (and not a few bishops) are becoming increasingly vocal in their insistence that bishops alone cannot solve a problem that is in large part of their own making, and that suitably qualified laypeople need to be appointed to positions of executive responsibility for the work of reform and healing.”

On March 30, a conference of theologians, sociologists and journalists will be meeting all day with a 3 p.m. event in the Dimenna Nyselius Library Multimedia Room titled “The Sex Abuse Scandal: What’s Next for the Catholic Church?”

Lakeland spoke as to Fairfield University’s responsibility to those affected by clerical sexual abuse.

“The responsibility of Catholic universities like Fairfield is to see to it that sexual misbehavior of all kinds does not occur on the campus. This includes the abuse of minors by clergy or anyone else, though of course almost all college students are not legal minors,” said Lakeland, “and the focus on this campus might therefore need to be on Prep rather than the university. But it is also true that disproportionate levels of power can lead to forms of abuse that may not technically be illegal but that are entirely reprehensible.”

The President of Fairfield Prep, Rev. Thomas M. Siminsky, S.J., released a statement on the list to the Prep community. In it, he stated, “At Fairfield Prep we have in place stringent guidelines with regard to sexual abuse, and robust processes to ensure that any form of harassment or bullying by anyone on our campus may be safely reported.”

http://fairfieldmirror.com/front-page-spotlight/133-victims-fairfield-owe/

vendredi 1 février 2019

#Haiti : La Cour des comptes d’#Haiti a dépolitisé l’Enquête sur #Petrocaribe.-


#Haiti : La Cour des comptes d’#Haiti a dépolitisé l’Enquête sur #Petrocaribe.-

Contrairement aux Commissions sénatoriales, avec son Rapport spécial sur #Petrocaribe, la Cour des Comptes a dépolitisé le dossier.

Le dernier Rapport produit par la Cour dans des situations difficiles, est une victoire du droit sur l’arbitraire et de la vérité sur le mensonge.

Car, il est prouvé que la propagande qui voulait faire croire qu’il y a eu dilapidation massive de 3,8 milliards de dollars est un grand mensonge construit par des politiciens sans scrupules.

Pour ceux qui scandaient #Kotkobpetrocaribea, La Cour des comptes a retrouvé où sont passés les fonds #Petrocaribe. Toutefois, elle a signalé des irrégularités, des manquements et des fautes graves. Aux personnes ou institutions indexées de fournir des explications et d’éclaircir les points d’ombres en répondant aux questions soulevées par la Cour des comptes, en vue d’éviter des poursuites judiciaires comme le veut la loi.

La manoeuvre du Sénateur Carl Murat Cantave, le nouveau président du Sénat, visant à re-politiser le dossier en le transférant à son cousin Youri Latortue, lui aussi concerné par ce rapport, est immorale et incohérente. Car, il est clair qu’il existe un “conflit d’intérêts entre monsieur Latortue — l’ancien conseiller du Président Martelly, responsable des projets dans l’Artibonite, un proche de la firme #REPSA — et l’enquête sur les fonds Petrocaribe.

Mis à part le fait que la Cour des comptes n’a pas consulté les personnes sur lesquelles elle enquêtait pour avoir leur version des faits, si l’on considère l’envIronnement de menaces, d’intimidatIons, de manifestations continuent devant le siège de la Cour, on peut conclure que ce travail contribue à remettre le dossier #Petrocaribe sur des rails institutionnels et scientifiques, dans une logique de recherche de la vérité et de la justice.

A @ReseauCitadelle, nous saluons le courage des enquêteurs de la Cour des comptes qui, avec toutes les difficultés que nous connaissons, ont respecté leur promesse. Suivant le principe d’équité, ils ont eu le courage d’enquêter sur toutes les firmes, ce qui a permis de démasquer les compagnies du Groupe Vorbes et Fils dont les propriétaires ont voulu se faire passer pour des innocents, réclamant démagogiquement, avec le peuple innocent #Kotkobpetrocaribe.


Cyrus Sibert @ReseauCitadelle
#LeReCit
WhatsApp : +509-3686-9669

mardi 29 janvier 2019

“Timoun lari” jodi gen dwa tounen “Granmoun” demen !

“Timoun lari” jodi, gen dwa tounen “Granmoun” demen ! 

[ Menm lè yo te viiktim abi seksyèl, yo gen dwa granmoun tankou tout moun! ]

Depi laprès nan peyi Etazini fin anonse vandredi 25 janvye 2019 pase, yon antant avoka “Mitchell Garabedian” ak fim avoka “Simmons, Hanly, Conroy LLC”, jwenn ak yon pakèt gwo kongregasyon katolik Etazini tankou “Ordre de Malte”, kongregasyon Jesuites, pou dedomaje viktim Pwojè Pierre Toussaint ke Douglas Perlitz te abize seksyèlman nan vil Okap, sepa 2 mesaj n’ap resevwa.

Anpil moun, aysyen tankou etranje, ap reflechi koman pou lajan an pataje, kòman pou yo itilize’l, ki sa pou Cyrus ak avoka yo fè viktim yo fè ak kòb la, elatriye.

Sou paj Facebook mwen, gen yon ansyen anplwaye pwojè a ki di : “ Cyrus pran dosye a pou li sèl, li mete tout moun akote.’’

Pawòl sa yo demontre ke moun sa yo pa konprann anyen, oubyen yo bliye sa ki esansyèl nan dosye a. Se pou rezon sa nou deside piblye teks sa.

Paske, menm lè nou gen obligasyon sekrè ki garanti pa lalwa Etazini ki pwoteje tout enfòmasyon ki konsène travay avoka, nou deside fè ti piblikasyon sa pou evite pwopagann manti gaye nan plas verite.

Me sa nou dwe konnen sou pwosè sa :

1- Dosye a konsène granmoun. Viktim yo se ansyen timoun nan lari ki gen plis pase 21 lane jounen jodia. Kidonk, se yo sèl ki mèt dosye yo, se yo sèl ki dwe resevwa enfòmasyon sou li, se yo sèl ak jij la ki gen dwa deside sou dosye a;

2- Sa pa gade okenn lòt moun. Menm paran viktim sa yo pagen anyen pou wè nan dosye sa, si sepa yon viktim ki envite’l foure bouch…. alewè pou ansyen reskonsab pwojè, zanmi ak lòt moun akote.

3- Se pou rezon sa, Cyrus pa te ka ap mache rankonte moun sa k’ap pase nan pwosè-a. Se pa paske li t'ap pran tout bagay pou li. Dayè pwosè sa paka pou Cyrus, se pou viktim yo.
Sa tout moun dwe konprann nan koze “Obligation Confidentialité”, si wap travay pou yon fim avoka kòm ajan, epi w di yon bagay ki lakòz avoka yo gen pwoblèm nan pwosè y’ap mennen, yo ka rele’w lajistis pou mande'w reparasyon, domaj ak enterè.

Epi tou, nou pa anvi pedi kredibilite nou devan gwo avoka sa yo :
a) - “Mitchell Garabedian” ki se pi gwo avoka ameriken nan mòd dosye abi seksyèl. Yo menm fè yon film sou li ki rele “Spotlight” 

b) - Fim avoka “Simmons, Hanly, Conroy LLC” kouvri tout etazini, li defann moun nan yon bann gwo dosye tankou petwòl kite fè polisyon nan Golf Mexique apre pasaj Katrina, move pwodi famasi “Johnson and Johnson”, elatriye. 

Nan yon peyi tankou #Haiti kote lajistis ap pase viktim anba pye, nou bezwen gwo avoka ameriken sa yo pou entènasyonalize yon seri dosye, bay viktim Haiti yo chans jwenn jistis, epi tou fè bandi yo konprann ke menm si yo ka “vandalize dosye yo an #Haiti”, gen mwayen pou trennen yo lajistis kote pagen jij ak komisè kòwonpi kap pran lajan anba tab pou vyole dwa viktim yo. 

Paske depi w kite nou jwenn yon fason pou pwofite de “extra-territorialité” brigaday wap fè an #Haiti, w mele. Tout moun konnen, nan peyi Etazini, li preske enposib pou nèg al kòwonp lajistis. Jij nan peyi sa pran tèt yo oserye, menm prezidan Trump paka derespekte desizyon yo pran kont li.

4- Nap reprann enfòmasyon sa, paske se 6 lane nou pase ap sibi kritik san fondman sa :
Moun kap di "Cyrus pa janm di yo anyen sou dosye-a", "Cyrus kenbe bagay yo pou li sèl", yo dwe konnen ke se konsa sa fonksyone devan lajistis. Si mari w oubyen madanm w ap travay sou yon dosye, w dwe konprann ke li pa kapab eksplike’w anyen nan dosye sa, menm si nou dòmi sou menm kabann.

5- Viktim yo poko resevwa 60 milyon dola. Se jij la ki pral detèmine kòman yap resevwa li swivan pwopozisyon pati yo fè, epi tou daprè istwa sa kite pase avan…
Jij la pral deside nan kad lalwa pou gade si antant lan respekte la lwa, si li fèt nan enterè viktim yo ak lajistis, elatriye.

6- Li pa bon pou moun ap repete bagay yo pa konnen nan dosye sa. Paske anpil nan vye koze moun ap di, yo pa chita sou anyen. Tout dokiman yo nan Tribinal la, jij la okouran de detay sa yo, yon seri nan dokiman sa yo pibliye sou sit internet tribinal la, anpil nan yo afiche depi plis pase 6 lane…

7- Dosye 60 milyon sa pa konsène ansyen anplwaye Pwojè Pierre Toussaint, li pa konsène non plis tout moun ki te nan Pierre Toussaint. Li konsène sèlman moun ki viktim abi seksyèl swivan temwayaj yo bay, ankèt ki fèt sou temwayaj yo fè, depozisyon ak tout lòt prèv an Haiti tankou Etazini ke avoka yo gen nan men yo.

8- Nap tou di an pasan ke se avoka yo ki toujou deside ki moun yap reprezante nan pwosè-a pami tout moun ki pote plent. Se pa Cyrus Sibert. Se avoka yo ki toujou pran desizyon final sou dosye yo. Se pa ni Cyrus ni lòt viktim.

9- Nan zafè abi seksyèl, moun pa janm fin konnen sa lòt moun sibi. Paske se pa bagay ki fasil ditou pou rankonte. Gen dwa gen moun ki pa janm gen kouraj pote plent ak tout yo viktim. Moun sa yo gen dwa ap fawouche lòt moun ki viktim yon fason pou moun panse li pa viktim tou. W ka sezi wè, chak fwa li rantre lakay li, lap kriye pou sa li te sibi, men li pa janm ka di sa. Kidonk, nan dosye sa yo, se klwazonman total, ki vle di moun pa oblije konnen istwa lòt moun.

10- Si yon ansyen anplwaye Pwojè Pierre Toussaint te deside temwaye oubyen sipòte viktim yo, sete chwa pa li… epi tou se menm yon obligasyon. Paske, daprè lalwa Etazini e menm an Haiti, si wap travay yon kote, w konnen yap abize timoun, yo gen obligasyon pou rapòte sa. Si w pa fè sa, w konplis, lajistis kapab pousib w.
Aktyèlman, gen yon Evèk katolik nan vil Lyon, peyi Lafrans ki ap jije paske li pat rapòte abi seksyèl yon pè tap fè nan pawas kote li te reskonsab la;
Nan vil Okap, Douglas pase 10 lane ap vyole timoun libe libè, si li pat benefisye konplisite aysyen ki fèmen zye pa di anyen, abi sa yo pa tap ka dire tout tan sa.

11- Viktim Pwojè Pierre Toussaint yo ap tann desizyon jij la, tankou tout moun. Se viktim sa yo ki mèt dosye yo, se yo ki gen dwa deside sou kòb yo pral resevwa, menm si yo te timoun nan lari lè yo te viktim abi seksyèl anba men Douglas Perlitz, jodia yo granmoun, yon gen dwa deside an granmoun.

12- Pwosè sa te fèt pou dedomaje viktim, se sèl viktim kap jwenn dedomajman apre desizyon jij la.
60 milyon dola y'ap pale de li-a, pral separe ant 133 viktim pou pi piti. Pèsonn poko konnen kòman viktim yo ap touche kòb sa. Tout bagay depann de ki sa jij ameriken ki sou dosye a deside. Li ka valide antant ke pati yo twouve, konsa tou li kapab egzije chanjman nan antant lan.

13- Pa pèdi tan nou nan bay Cyrus presyon pou lajan viktim yo. Se yo sèl k’ap gen pou deside sou lajan dedomajman y’ap gen pou resevwa, lè jij la fin deside.

SEMPER FI !!!


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
29 Janvier 2019