lundi 31 août 2015

Décès du Lieutenant Général José Luiz Jaborandy Jr., Commandant de la Force Militaire de la MINUSTAH.-

Lieutenant Général José Luiz Jaborandy Jr.
Note de condoléances de l’ambassadeur des Etats-Unis, Pamela White,
suite au décès du Lieutenant Général José Luiz Jaborandy Jr., Commandant de la Force Militaire de la MINUSTAH

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris la nouvelle de la mort du Lieutenant Général José Luiz Jaborandy Jr., Commandant de la Force Militaire de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), décédé le dimanche 30 août 2015.  Le Général Jaborandy était un ami proche, et il était un ami d’Haiti.  Il était un supporter extrêmement important et efficace dans la coordination des efforts de la communauté internationale pour apporter la stabilité et le développement en Haiti.  L’équipe de l’Ambassade des Etats-Unis, et moi personnellement, avions le plus grand estime pour le Général Jaborandy, sachant que nous pouvions compter sur lui pour solliciter des conseils salutaires et un ferme support dans le cadre de nos efforts conjoints.  Sa mort est une grande perte pour le Brésil, pour Haiti, et pour moi personnellement.  Nous présentons nos sincères condoléances aux Nations-Unies, qui ont perdu  un grand leader; aux nombreux amis du Général Jaborandy à travers le monde, et surtout à sa famille, qui a subi ce choc terrible.  Qu’il repose en paix.

(Fin de texte)

Le peuple haïtien reste attaché à Laurent Lamothe qui obtient 32.2% dans un sondage récent.-


Le peuple haïtien reste attaché au Premier Ministre @LaurentLamothe qui obtient 32.2% dans le dernier sondage en date sur les intentions de vote dans l'hypothèse d'un retour de l'ancien Premier Ministre sur la liste des candidats à la Présidence. Il est suivi de:

Jude Célestin 17.7, 

Moise Jean-Charles 11.8, 

Jovenel Moise 11.0, 

Jean Henry Céant 10.8,

Maryse Narcisse 6.9,

Steven Benoit 5.2,

Steeve Khawly 3.3,

Jacky Lumarque 1.2.

samedi 29 août 2015

Polemik Kely/Nawoon nan Nò Ayiti : MEZANMI KOMISYON PA CHAY!!!

Dr Kely C. Bastien
@ReseauCitadelle te rankontre ak ekip kanpay kandida pou pòs Senatè Kely Bastien ki te mande yon rankont pou denonse sa li rele “Kanpay manti ak difamasyon” kandida Nawoon Marcelus ap fè nan akize ansyen Senatè a di li guen lopital Sendomeng. 

Lopital yap pale-a rele “UnionMedica”, yon lopital yon gwo gwoup biznisman Santiago konstri nan objèktif rejyonalis yo, se menm gwoup sa ki guen konapyi Estrella, ki konstri ayewopò Santiago, izin, lotèl ak anpil lòt gwo koze lakay vwazen. 

Dominiken nasyonalis sa yo e sitou rejyonalis Santiago pa bezwen ti monnen yon palmantè Ayisyen pou konstri yon lopital lakay yo. Manti sa pa fè sans, li pa chita sou anyen.

Kandida Kely Bastien di li pare pou debat sou program ak bilan. Li panse ke se yon avantaj pou li deske tout moun konnen se rezilta travay ak lajan prete ki pemèt li bati kay epi posede sa li guen kòm byen. Se pa lajan sal...

Li panse ke kanpay manti sa se zam moun ki paguen lide ni program ap itilize pou eseye manipile pèp la. Li mande yon kanpay pwò kote ap guen deba ak respè.

Staff ReseauCitadelle.-
29 Dawout 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr

vendredi 28 août 2015

Huit (8) sénateurs et 59 députés seraient élus au premier tour des joutes du 9 aout 2015.-

Et si on se trompe dans l’interprétation des résultats du scrutin du 9 août 2015 : Pourcentage v. point de pourcentage?

Le régime électoral établi par la constitution amendée indique que davantage de candidats seraient élus dès le premier tour des joutes du 9 août dernier. Dans le cadre d'élections des députés, sénateurs et du président de la République, le système électoral en cours est plutôt mixte en raison du fait qu’il utilise concurremment la règle de la majorité absolue, reconnue comme scrutin majoritaire, et la règle de la représentation proportionnelle relativisée. En cela, il fixe un seuil ou un écart de la part des voix non négligeables à collecter pour revendiquer la victoire. 

L’environnement dans lequel les élections sont tenues n’est pas corrélé au mode de scrutin analysé. Par conséquent, les facteurs négatifs affectant un scrutin – ex. la suppression du droit de suffrage, le taux participation, la violence électorale, la crédibilité globale du processus ou autres -- font partie d’une autre discussion relevant généralement des procédures électorales. Dans notre système politique, les élections sont le procédé par lequel s’opère le transfert du pouvoir « pacifique » à l’intérieur des juridictions telles que la section communale, la commune, les circonscriptions, les départements, et la République selon l’élection qui est tenue et pour lesquelles les voix peuvent être comptées séparément. La présente analyse concerne uniquement le scrutin et sa transformation en élus.

La théorie du vote relève du droit constitutionnel en relation avec la science politique, les mathématiques et/ou la statistique. L’orientation et la dynamique du choix de l’électeur est résultante de la logique constitutionnelle expliquée dans un contexte numérique par lequel le suffrage est transmué en représentant élu. Certains aspects du processus sont sacrosaints dans la mesure où les modalités de l’élection des élus sont clairement définies par la loi régissant la matière. Dans le système en vigueur, la base ou la référence statistique de l’élection des députés, des sénateurs, et du président de la République n’est pas réellement la totalité des votes valides. Elle est, par contre, le suffrage du candidat ayant collecté la plus grande quantité de voix contre le suffrage de son concurrent le plus immédiat. Les modes de calculs utilisant l’ensemble des votes valides sont, dans le contexte du texte fondamental, erronés. Le système de scrutin établi par la constitution amendée s’achemine progressivement vers un scrutin à un tour où les candidats récoltant des scores non significatifs sont éliminés tout en obviant certaines barrière à l’élection des vainqueurs. 

Pour l’élection des députés, des sénateurs et du président de la République, la constitution exige que « le candidat le plus favorisé au premier tour n’ayant pas obtenu la majorité absolue soit déclaré vainqueur dans le cas où son avance par rapport à son poursuivant immédiat est égale ou supérieure à vingt-cinq pour cent (25%). » Pour interpréter les chiffres fournis par le CEP et déterminer les potentiels vainqueurs des joutes du 9 août, au regard du texte fondamental, certains points importants doivent être éclaircis. Premièrement, la constitution fait du suffrage du concurrent immédiat la référence obligatoire pour déterminer les vainqueurs au premier tour et les candidats en ballotage au second tour. Deuxièmement, il faut dégager une compréhension statistique de « égale ou supérieure à vingt-cinq pour cent (25%). » D’une part, vingt-cinq pour cent (25%) est mathématiquement ou statistiquement différent de vingt-cinq points de pourcentage. L’analyse commune, parait-il, veut faire de vingt-cinq pour cent l’équivalent de vingt-cinq points de pourcentage. La tendance actuelle est de faire la différence entre deux pourcentages pour vérifier si le candidat le plus favorisé avait obtenu 25%. En réalité vingt-cinq pour cent est différent de vingt-cinq points de pourcentage ; et mathématiquement, la différence entre deux pourcentages ne résulte pas en un pourcentage mais en points de pourcentage. 

L’unité de la différence entre deux pourcentages calculée par la soustraction de valeurs indiquées en pour cent n’est pas un pourcentage mais plutôt des points de pourcentage. Pour illustrer, M. Latortue a obtenu 26.90% contre 10.41% pour M. Cantave dans le département de l’Artibonite. La différence entre 26.90% et 10.41% est 16.49 points de pourcentage et non les 16.49% renvoyant M. Latortue en ballotage au second tour alors qu’en fait la différence, en pourcentage, entre M. Latortue et M. Cantave est [(47045-18201)/18201]*100= 158,48%, résultant en l’élection automatique de M. Latortue. La procédure générale est d’utiliser les voix du concurrent immédiat comme référence de la façon suivante : {(Voix du candidat en tête/voix du poursuivant immédiat)-1]*100. De plus, si quelqu’un a une somme de vingt (20) gourdes et la place à la banque qui lui donne un taux d’intérêt de 25% l’an, l’épargnant ne s’attend pas à avoir quarante-cinq (45) gourdes sur son compte à la fin de l’année mais 20 (1+0.25) = 25 gourdes. Donc, dans le cas de M. Latortue, il suffirait qu’il obtienne 18201 (1+0.25) = 22752 voix i.e. 4551 voix en plus que M. Cantave pour être déclaré vainqueur des élections du 9 aout.

Il en résulte que les huit candidats au sénat suivants sont élus dès le premier tour : 

Département            Candidat                              Pour cent
Artibonite                Youri Latortue                     158,48%
Centre                     Wilot Joseph                          83,06%
Nord d’Est              Ronald Larêche                     60,14%
Nord d’Est              Jacques Sauveur Jean            51,06%
Nord                       Nawoon Marcellus                31,75%
Nord                       Dieudonne E. Luma               58,96%
Ouest                      Jean Renel Senatus                76,02%
Ouest                      Antonio Cheramy                140,60%

Par ailleurs, les 59 candidats à la députation suivants sont élus dès le premier tour : 

Circonscription                    Nom                                 Pour cent
Port-au-Prince                      Jean Rene Clochard           36.25
Petionville                            Jerry Tardieu                   269.86
Kenskoff                              Alfredo Jr Antoine             69.71
Delmas                                 Gary Bodeau                      38.20
Tabarre                                 Caleb Desrameaux             91.91
Cite Soleil                              Lemaire Pierre                170.79
Croix des Bouquets              Willer Jean Jean                 94.73
Thomazeau                            Price Cyprien                    70.04
Cornillon                             Raymonde Rival                  89.74
Anse a Galets                      Micalerme Pierre                 74.05
Pointe a Raquette                Jackie Guerrier                  262.14
Leogane                              Jean Wilson Hippolite         75.57
Petit Goave                         Germain Fils Alexandre      46.65
Grand Goave                       Jean Marcel Lumerant        27.36
Thiotte                                Vikerson Garnier                 27.47
Grand Gosier                      Paul Hernann Vil                 34.98
Anse a Pitres                      Bel Ange Pierre                   33.16
Cap-Haitien                        Jean Etienne                      160.55
Limonade                           Tertius Tanis                        33.24
Quartier Morin                   Huge Celestin                      58.27
Plaine du Nord                   Claude Lesly Pierre             50.44
Limbe                                 Frandy Louis                     128.00
Fort-Liberte                        Miolin Charles Pierre         45.87
Ferrier/Perches                   Gerald Jean                         35.65
Ouanaminthe                      Elisma Florvil                     39.81
Valiere/Carice                     Jean Berthole Bastien         48.95
Gonaives                             Jacob Latortue                  174.69
l’Estere                                Raynald Exantus                57.81
Ennery                                 Cholser Chancy               106.86
Gros Morne                         Fritz Chery                      215.50
Terre Neuve                        Dulaurier Jacques              52.29
Anse Rouge                        Edouanel Chery                 36.94
Marmelade                         Salem Raphael                   42.58
La Chapelle                         Hermano Exinord              55.33
Dessalines                           Garcia Delva                    212.90
Petite Riviere de l’A,          Prophane Victor                 38.81
Hinche                                 Fred Pitton                        35.34
Thomonde                           Enel Appolon                    51.15
Maissade                             Louis Romel Bauge          71.31
Cerca Carvajal,                   Antoine Rodon BA,        326.94
Mirbalais,                           Abel Descollines,            112.34
Las Cahobas,                      Gabriel Lionel Jean,        267.69
Cerca La Source,                Rony Celestin,                 683.02
St Jn du Sud/Arniquet,       Joseph Benoit Laguerre,    56.63
Saint Louis du Sud,            Gandhy Dorfeuille,           114.80
Coteaux,                             Beonard Dorismond,          42.31
Abricots/Bonbon,               Jean Rigaud Belizaire,       77.47
Moron/Chambellain,          Jean Guerrier Benoit,       102.75
Corail,                                Rolphe Papillon,                38.80
Pestel,                                Ronald Etienne,                144.79
Beaumon,                          Anouce John Bernard,        96.46
La Tortue,                          Jean Asthene,                      62.76
Môle St Nicolas,                Eloune Doreus,                   48.47
Bombardopolis/Baie de H,     Nonciles Valbrun,        136.66
Saint Louis du Nord,              Freud Maurancy,            86.46
P. Riviere de Nippes,              Edouard Laurore,           49.49
Anse a Veau/Arnaud,              Wilner Guervil               67.35
L’Asile,                                   Lemann Premier,            25.19
Miragoane,                             Yvon Geste,                   162.10

Le premier constat est que, le régime en vigueur a une préférence claire en faveur d’un système relativement majoritaire qui cherche à représenter de façon pragmatique, et plus ou moins fidèle, le vote des électeurs par l’entremise du principe de la représentation proportionnelle relativisée. Ce système n’est pas absolutiste, et est moins pernicieux ou moins coûteux. Contrairement à l’ancien régime, le mode de scrutin en vigueur permet plus facilement la transformation des suffrages en élus dès le premier tour. 
Il existe toutefois des potentialités de sanctionner lourdement le principe de multipartisme dans un contexte de prolifération irrationnelle des partis en corrigeant partiellement le phénomène de l’émiettement du paysage politique. Néanmoins, sur le long terme, le système, assimilé, pourra déboucher sur la nécessité d’aménager des alliances électorales pour la survie politique pour une reconfiguration du paysage et des pratiques politiques. 

L’expansion des gagnants aux élections du 9 août témoigne de la volonté des législateurs de trouver un système qui diminue le flux d’élections en Haïti. Au cours de la phase expérimentale, ce nouveau système favorise les grands partis ou les grandes vagues politiques dans la mesure où ces dernières peuvent collecter davantage de voix sur une base relative. Il a comme vertu la formation d’une majorité législative qui résulte en un gouvernement unicolore stable dont l’action est plus cohérente. Il affaiblit la confrontation au bénéfice de la coopération sur le plan opérationnel du gouvernement. Il garantit le principe de la coopération par lequel les principaux partis devront se mettent d’accord pour se partager les responsabilités gouvernementales au détriment des formations politiques dépourvues de légitimité politique. Et, en corrigeant certaines dérives du système ex-ante, ce système conduira aussi au principe du vote utile. Toutefois, le système doit atteindre un niveau de stabilité à travers le temps.

Staff ReseauCitadelle.-
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr 
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

mardi 25 août 2015

Haiti-Elections: Une pétition de petits copains en faveur de Jacky Lumaque.- (Texte de Cyrus Sibert)

La mort de la République commence par la corruption des principes (Montesquieu). Au lieu de signer une pétition de principe pour exiger le respect des libertés civiles et politiques des citoyens victimes des agissements arbitraires du Conseil Electoral Provisoire, cent-cinquante (150) intellectuels, professeurs et personnalités de renom se sont contentés de signer un papier en faveur d’une personne, un petit copain, M. Jacky Lumarque.


Dans un pays où prédominent d’aussi patentes lacunes en droit public, où les droits humains et valeurs universelles s’amenuisent progressivement, ces intellectuels viennent de rater une occasion idéale pour recadrer le débat sur les décisions arbitraires, autoritaires, et hors normes de ce Conseil Electoral Provisoire. Ils ont fait preuve d’une paresse inquiétante pour l’avenir de la nation haïtienne. Dans cette République de « macoutistant », ils ne questionnent pas le rationnel qu’un conseil, entité administrative, ait les pleins pouvoirs de décider, en dernier ressort, des droits fondamentaux des citoyens, de leur exclusion au droit du suffrage ainsi que de leur citoyenneté ; alors que les tribunaux, dans cette République, ne disposent d’aucun droit de fournir une opinion légale et souveraine.

Quelle est la position de ces 150 personnalités sur la décision du CEP d’outrepasser des décisions de justice ayant atteint l’autorité de la chose jugée lui intimant l’ordre, en raison du principe des formalités impossibles, de recevoir la candidature des anciens ministres qui ne pouvaient pas obtenir un Certificat de décharge? 

Est-ce démocratique et/ou intellectuellement logique, qu’en 2015, la tradition électorale d’appliquer la théorie des formalités impossibles en faveur des anciens ministres et anciens Premiers Ministres soit mise en veilleuse parce que le Chef de l’Etat et certains partis du gouvernement dit de consensus avaient décidé d’écarter des candidats populaires?

Que disent ces 150 personnalités sur la décision arbitraire de ce CEP d’exclure des candidats pour dossier incomplet après que ce même CEP eut révoqué son Directeur des affaires juridiques pour fautes administratives graves? N’y a-t-il pas là une violation des droits civils et politiques de ces candidats?

Quelle est la position de ces 150 personnalités sur l’interprétation du “Décret ambigu” ( selon Mme Manigat) fondant la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif qui établit clairement une différence entre comptable de deniers publics et ordonnateurs de deniers publics, alors que le décret électoral de mars 2015 exige aux comptables de deniers publics d’avoir un certificat de décharge pour briguer certains postes électifs ?

Nous avons raté une occasion en or pour faire avancer le débat sur les questions de principes de droit, de libertés civiles et politiques bafoués par le processus électoral.

Nous avons beaucoup d’admiration pour certains des signataires de cette pétition, n’empêche, nous les invitons à consentir davantage d’efforts afin de prendre des positions de principes à caractère général et universel.

La lettre de Madame Manigat invitant les candidats à se pencher sur la tragédie des ressortissants haïtiens en République Dominicaine présente ce caractère universel. Dans cette lettre, elle écrit : « Je m’adresse à vous, les 70 candidats à la Présidence et non aux 58 sélectionnés. Ce n’est pas une confusion. Je suis de l’opinion que c’est le droit de tout citoyen de se porter candidat à n’importe quel poste électif; il revient à l’électeur, seul souverain en la matière, d’exprimer son choix. »

Il faut cesser cette pratique qui consiste à chercher à tirer d’avantages indus en évitant d’aborder les questions en profondeur de manière à créer des antécédents normatifs pour l’avenir. Pétitionner en faveur de M. Lumarque parce qu’il est un ami-universitaire, un contemporain, un copain, ne fait pas avancer la cause. Il s’agit d’une pratique limitée et superficielle qui évite de diagnostiquer pour s’attaquer aux causes de la maladie mais procède à des prescriptions sur les symptômes comportementaux.

Que pensent ces 150 personnalités haïtiennes de la thèse de Jean Paul Eluther, professeur de Droit Administratif guadeloupéen qui nous dit : 
[« En réalité, le CEP d’Haïti est un établissement public national chargé de la gestion du service public des élections qui un service central dans le système démocratique. Ses décisions qui sont des décisions administratives peuvent depuis la constitution de 1987 être annulées par le tribunal administratif en première instance, la cour supérieure des comptes et la cour de cassation en cas de pourvoi ses décisions étant en dernier ressort. Les BCED et le BCEN ne sont pas des tribunaux mais des cellules techniques au service des administrateurs du CEP. Leurs décisions ne sont pas des jugements mais des avis, la décision étant de la compétence des dirigeants du CEP. Rappelons à cet effet la constitution, article 173.1, « les contestations qui ont pour objet les droits civils sont exclusivement du ressort des tribunaux. Article 173.2: Nul tribunal, nulle juridiction contentieuse ne peut être établie qu'en vertu de la loi. Il ne peut être créé de tribunal extraordinaire sous quelque dénomination que ce soit». Les décisions du CEP doivent respectées la légalité. Le principe de légalité est le fondement de l'action administrative en Haiti. ]

Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haiti
25 Aout 2015
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.

lundi 24 août 2015

Evans Paul, obligé d'imiter Laurent Lamothe en remobilisant l'Unité anti-Contrebande du Colonel Antoine Atouriste.-

@EvansPaulPM, obligé d'imiter @LaurentLamothe en remobilisant l'Unité anti-Contrebande du Colonel Antoine Atouriste.- 

La lutte contre la contrebande était la principale cause de la chute du 1er Ministre Lamothe suite à une conspiration des contrebandiers, des trafiquants de drogue et des kidnappers.

Aujourd'hui, Evans Paul et le Président Martelly font face à la réalité: La capacité de l'Etat haïtien dépend de ses ressources propres pour payer son personnel et financer des projets de développement et d'assistance sociale. 

A l'arrivée du gouvernement dit de Consensus du Premier ministre Evans Paul, pour donner satisfaction aux conspirateurs anti-Lamothe, le Colonel Atouriste a été révoqué de son poste de Directeur Général de ULCC (Unité de Lutte Contre Corruption). Il a été victime pour avoir exécuté les directives du Premier Lamothe qui avait fait de l'ULCC le fer de lance de la lutte contre la corruption et contre la contrebande. Sous le gouvernement Lamothe, le Colonel Atouriste avait tous les supports nécessaires pour mener à bien sa mission. 

Aussi, l'ULCC avait-elle bénéficié d'une augmentation de ressources financières et de matériels. 

Récemment, dans une interview accordée au journal LeNouvelliste.com, l'ambassadrice des Etats-Unis Pamela White a salué le travail de l'ULCC sous le gouvernement Lamothe. Cette institution de l'Etat a vu son effectif et ses ressources augmentés considérablement; c'est aussi le même constat pour la BLTS, la Brigade de Lutte contre le Trafic des Stupéfiants). 

L'ambassadrice sortante a affirmé que la DEA est satisfait du travail de la Police haïtienne, sous le gouvernement de Laurent Lamothe. « On a beaucoup travaillé avec la BLTS (Brigade de lutte contre les stupéfiants), dit-elle au cours de l'interview menée par Frantz Duval . En deux années, on est passé à 206 agents. Ils font un travail incroyable. La DEA est satisfaite du travail de la BLTS. » dixit Pamela White.

Ce que Madame White n'a pas dit : Pourquoi son Ambassade n'avait-elle pas supporté le gouvernement Lamothe et le Colonel Atouriste face aux assauts des contrebandiers, des trafiquants de drogue et des kidnappeurs?

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
@reseaucitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
________________

Haïti - Économie : Réactivation de la «Task Force» contre la contrebande.-
17/08/2015 11:40:28

Cette semaine Wilson Laleau, le Ministre de l’Économie et des Finances et Yves Germain Joseph, le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe ont procédé à la réactivation de la « Task Force » pour la Lutte anti Contrebande.

Rappelons que la « Task Force » est un Comité spécialisé, pluri-institutionnel qui regoupre le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique à travers ses composantes de la Police Nationale et des Commissaires du Gouvernement des 18 Juridictions de la République, le Secrétaire d‘État à l‘Inspection Fiscale, les Directions Générales des Douanes, des Impôts, de l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) et du Secrétariat Exécutif de la Commission Technique des Frontières (CTF).

Le Colonel Antoine Atouriste, Conseiller au Cabinet du Ministre de l’Économie et des Finances, assurera la coordination des travaux de la « Task Force », en collaboration avec la Commission Technique des Frontières.

Cette démarche participe d’emblée à la mise en œuvre du plan d’action contre la corruption menée par le Gouvernement depuis ces quatre dernières années. Ce dispositif vise également à accompagner les dernières mesures prises pour renforcer la présence de l’autorité de l’Etat sur tous les points frontaliers officiels. En même temps empêcher le développement des passages non autorisés sur toute la bande frontalière, dans l’objectif à court terme, d’augmenter les capacités de l’administration publique Haïtienne à collecter des taxes et redevances qui s’estiment à des pertes annuelles de l’ordre de 300 à 500 millions de dollars américains.

La reprise des travaux de la « Task Force » est aussi une réponse du Gouvernement aux nombreux appels des opérateurs économiques intervenant dans le commerce transnational, victimes à bien des égards par les actions malhonnêtes perpétrées de tous bords par ceux là qui transigent en dehors des principes élémentaires de droit.

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-14863-haiti-economie-mesures-pour-l-industrie-de-la-farine-et-des-cereales-au-pays.html
http://www.haitilibre.com/article-14817-haiti-politique-vers-une-meilleure-gestion-des-frontieres.html
http://www.haitilibre.com/article-11932-haiti-economie-la-task-force-remplit-les-coffres-de-l-etat.html

HL/ HaïtiLibre

____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
 
But you can't fool all the people all the time."
 
 (
 
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
 
) dixit Abraham Lincoln.