mardi 23 juin 2015

Quand la Cour des Comptes défend son candidat à la Présidence.-

Les politiciens de la Cour Supérieure des Comptes ne l'ont pas fait pour aucun autre candidat que leur chouchou de la plateforme VERITE. Ils sont montés au créneau pour Jacky Lumarque. Cette fois ils font la différence entre ordonnateur et comptable des deniers public. Jacky a même reçu un article en première page du Nouvelliste le défendant http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/146412/Jacky-Lumarque-ni-comptable-ni-ordonnateur-de-deniers-publics-selon-la-Cour-des-comptes 

Ce qui est certain à ce stade des débats, c'est que la plupart des acteurs impliqués dans le coup d'état électoral pour la Plateforme VERITE sont démasqués. Les noms des membres du CEP qui participent au coup d'état électoral sont connus : Pierre-Louis Opont, Marie Carmelle Austin, Néhémie Joseph, Jaccéus Joseph et Yolette Mengual. On cherche encore des réponses sur Pierre Manigat, ancien rédacteur du Nouvelliste propriété d'un des associés d'une Banque de la place, membre du fameux Groupe de Bourdon. 


La tête droite, le CEP continue dans la direction du coup anti-démocratique. Aujourd’hui, on a appris que Dieuseul Simon Desras, Jovenel Moise, Jean Charles Moise n'ont pas de décharge pour leur implication dans la gestion de deniers publics. Le rapport sur la corruption de Jean Bertrand Aristide datant de 2004 revient sur le tapis avec le nom du candidat Jean Henry Céant qui aurait détourné des millions de la caisse de l'Etat. On prétend que le jugement monnayé pour faire annuler le rapport sur la corruption de Céant n'a aucune force de loi.


Le CEP ferait mieux de suivre les conseils de Madame Mirlande Manigat qui dans une lettre publique recommande que “…c’est le droit de tout citoyen de se porter candidat à n’importe quel poste électif; il revient à l’électeur, seul souverain en la matière, d’exprimer son choix.” Madame Manigat pense que "...la nationalité dont le traitement réclame sérénité (en tenant compte des droits de tous les haïtiens de l’intérieur comme de l’extérieur), et la décharge administrative dont les ambiguïtés juridiques au niveau de la mise en œuvre par la CSCA, ont crée de légitimes frustrations."


Lisez la lettre de Mirlande Manigat, RDNP, en cliquant sur le lien suivant: http://reseaucitadelle.blogspot.com/2015/06/mirlande-manigat-accuse-le-cep.html
Enregistrer un commentaire