Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mercredi 20 février 2019

Ce qu'on doit retenir de ce feuilleton des 7 étrangers dits mercenaires, arrêtés à Port-au-Prince.-

Cinq (5) des sept (7) contractuels de sécurité arrêtés en Haiti, repartent pour les États-Unis.
Le 18 janvier dernier, nous avions publié ce texte sur l’arrestation des étrangers en #Haiti. Par la suite, nous avions décidé de le retirer des plateformes de publication sur les conseils d’amis qui nous ont suggéré d’attendre, vu les rumeurs qui circulaient et la confusion qui régnait autour de cette affaire. Mais,  l’annonce aujourd’hui, du transfert de ces hommes vers les États-Unis, nous pousse à le republier en vue de partager avec le lecteur quelques idées et opinions sur le phénomène de développement des compagnies privées de sécurité à travers le monde. 

Comme nous l’avions dit dans deux (2) tweets publiés en juillet et novembre 2018, le chaos crée son économie et fait appel à ses professionnels. Les mercenaires sont les stabilisateurs du chaos.

Quand des irresponsables retardés comme André Michel, Schiller Louidor, Moise Jean-Charles, Nenel Cassy, Evalière Beauplan et co sèment la terreur et le désordre, ceux qui ont des intérêts en Haiti interviendront pour limiter les dégâts, exercer un certain contrôle de la situation et protéger leurs actifs avoués ou dissimulés. Le peuple et la classe moyenne seront certes livrés à eux mêmes, mais les intérêts seront protégés. 

Par exemple, croyez-vous que nos puissants voisins abandonneront la Banque Centrale d’Haiti située au coeur du champ de bataille entre les gangs, sans protection ni couverture, avec des renseignements de complicité du DGPNH manifestée lors de la dernière séance du Sénat sur le CSPN, des groupes armés qui sillonnent la capitale impunément?

Détrompez-vous! Si vous autres, haïtiens n’avez aucun intérêt dans le pays jusqu’à le détruire à chaque semaine, d’autres en ont. 

Le rapatriement cet après-midi de ces contractuels ou mercenaires vers les États-Unis, sous la forme de prise en charge par la justice américaine, s’appelle une procédure d’exfiltration. Arrivés sur le territoire américain, ils seront libérés sous caution, puis "case dismissed”.  C’est la même procédure qu’on avait appliqué pour les contractuels de la Compagnie BlackWater quand ils étaient impliqués dans des accrochages en Irak.

D’autres mercenaires reviendront en Haiti, si les leaders politiques haïtiens provoquent de nouvelles situations chaotiques. Ils seront sans doute noirs, recrutés dans des pays francophone d’Afrique ou de la caraïbe pour éviter les soupçons. Mais, jamais, ceux qui ont des intérêts en Haiti ne resteront les bras croisés à regarder le DGPNH et les anarco-populistes mettre leurs intérêts en danger. 

En conclusion, un vrai patriote ne conduit pas son pays dans une situation de chaos ou Katchouboumbe, capable de menacer son intégrité nationale. Jean-Bertrand Aristide et René Civil avaient échoué avec le pullulement des gangs dans la capitale haïtienne  on ne voit pas pourquoi Jean-Henry Céant pourrait réussir cette fois avec René Civil. 


"La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.” Einstein

souhaite que comprendra : Il ne suffit pas de faire des promesses, il faut gouverner différemment.

La violence des gangs dans les zones de non-droit et les actes répétés de pillage ne peuvent que menacer l’intégrité nationale.

#LeReCit


===========

#Haiti : Les 7 étrangers arrêtés à Port-au-Prince, seraient des contractuels de sécurité privé de la Banque Centrale.-

#LeReCit s’excuse et conseille prudence dans ce dossier traité de façon irresponsable par la #PNH @DG_PNH.

Selon nos informations, les 7 étrangers arrêtés à Port-au-Prince (dont 5 américains), le 17 février 2019 ont passé l’immigration et la douane dans le cadre d’un contrat formel avec la BRH, la Banque Centrale d’#Haiti.

Kroeker Kent Leland, Bajagic Danilo, Jankovic Vlad, Burton Talon, Christopher M. Osman, Dustin Daniel Porte and Estera Michael…. ils sont des anciens militaires américains spécialisés dans la défense, sécurité et enquête, qui devraient évaluer la sécurité de la #BRH, située au coeur du champs de bataille entre des gangs armés à Port-au-Prince.

Le traitement infligé par les responsables de la #PNH est politique et injuste.

Personnellement, je supporte les compagnies de sécurité privée. Car, il est clair qu’en situation de chaos, dans les pays faibles comme #Haiti, ces entreprises sont utiles pour apporter les services inexistants et limiter les dégâts.

Ceux qui ont passé des armées au service de la défense et de la sécurité publique doivent pouvoir travailler dans leur domaine professionnel, mettre leur expertise au service de ceux qui peuvent payer et s’occuper de leur famille. Des anciens policiers haïtiens devraient aussi pouvoir évoluer au niveau de la sécurité privée au niveau national et international.

Je suis aussi partisan du port contrôlé des armes à feu et aussi du droit des familles (des personnes) de se défendre contre des bandits; une présomption de légitime défense à l’intérieur de la propriété privée des citoyens ou des entreprises, dans un pays où les gangs exhibent leurs armes au coté des parlementaires délinquants et/ou irresponsables.

Il faut rejeter cette culture gauchiste anti-arme, anti-militaire, anti-sécurité privée. Car, après environ 15 années dans le journalisme d’investigation, dont 11 comme agent dans le dossier Douglas Perlitz, je peux affirmer que sans une dose d’initiative privée, rien n’avancera en #Haiti.

Ce qu’il faut pour faire avancer #Haiti, ceux sont des entreprises privées dans tous les domaines où l’État échoue... même la gestion des prisons. Car, au niveau public, on connait la réalité : La corruption généralisée constitue un cancer qui bloque tout et tue la nation.

Quand on n’est pas capable, on est incapable ! Alors, dans l’intérêt du pays et par respect pour ses résidents, nous devons être pragmatiques. En conséquences, il faut trouver des solutions pour ne pas condamner les citoyens et les entreprises à la faillite.

Le @DG_PNH Michel Ange-Gédéon doit apprendre à traiter avec élégance des collèges de la sécurité. Car, il sera lui aussi, un jour, un gendarme retraité.

C’est irresponsable de traiter cette affaire de la sorte jusqu’à induire, la presse et le public, en erreur.

C’est extrêmement grave quand la police #PNH @DG_PNH décide de publier les pièces d’identité d’anciens militaires américains du corps des marines @USMC ou des #USSpecialForces qui ont fait la guerre au Moyen Orient. Or, selon la loi haitienne, l’enquête est secrète.

--------

«Reconnaître ses erreurs est une marque de courage et preuve d’intelligence.»
Citation de Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les réflexions sur les erreurs (1808)

Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
18 Février 2019

Aucun commentaire: