Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mercredi 20 février 2019

Le succès du Premier Ministre Céant passe par la fin de son complot permanent contre le Président constitutionnel d’#Haiti.-

Président Jovenel Moise et son Premier Ministre Jean Henry Céant

Le succès du Premier Ministre Céant passe par la fin de son complot permanent contre le Président constitutionnel d’#Haiti.- #LeReCit

Le Premier Ministre nous parait un homme acceptable dans la mesure où il est le notaire du système. Même quand nous sommes d’accord avec le professeur Michel Succar sur le fait que ses pratiques notariales pour le système néo-féodal font de lui un “conservateur opaque” — un constat repris dans le Communiqué de l’Ambassade des Etats-Unis appelant à des négociations pour “un gouvernement responsable et transparent” — il faut reconnaitre qu’il peut servir de pont entre les classes sociales qui constituent l’élite dirigeante, répugnante ou pas. 

Selon nos observations à #LeReCit, @ReseauCitadelle, le PM Jean Henry Céant pourrait réussir s’il n’était pas victime de ce que nous appelons : “Le syndrome de Garry Conille”. Qui est le fait par un Premier Ministre, de se laisser influencer par des prétendus technocrates à grosse tête et des parlementaires ambitieux au point de vouloir le pousser à minimiser le Président de la République, à agir dans son dos, jusqu’à instaurer une situation de méfiance contre-productive qui paralyse l’action gouvernementale.

Si le Premier Ministre Conille s’était contenté de rencontrer des gens radicalement opposés au Président Michel Martelly à son insu, pour l’actuel Premier Ministre, la situation est grave et même inacceptable : Il est en train d’instrumentaliser le dossier Petrocaribe pour aboutir à la mise en accusation du président Jovenel Moise.

Car, comment comprendre cette stratégie d’inclure dans une plainte criminelle sans fondement, le nom de la compagnie COMPHENER qui n’a eu qu’un petit contrat justifié de trois (3) millions de gourdes pour une question de lampadaires?


Les hommes du Palais national sont sans doute trop occupés pour le voir, mais l’acte n’est pas innocent. Il vise à trainer le Chef de l’État qui était personnellement responsable de la COMPHENER à titre de Directeur Général, devant le Parquet, de l’inculper cette fois-ci pour de bon, et de le mettre à la disposition d’un juge d’instruction.

Avec des conseillers comme Me Camille Leblanc, ancien ministre de la justice et actuel avocat de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, au sein de son cabinet, ces genres de manœuvres sont bien calculées.


Entretemps, un groupe de députés commence par brandir la possibilité d’une éventuelle mise en accusation de Chef de l’État pour corruption. Lors des derniers événements, des messages audio entre députés accusant d’autres députés de complot pour renverser le président Jovenel Moise, circulaient sur les réseaux sociaux.

De plus, les preuves sur la participation de la Primature dans le financement de la violence sont connues. Le silence du Premier Ministre Jean-Henry Céant et du Forum Économique sur la tentative d’assassinat du Président de la République est une attitude qui prouve que plus d’un ne se réjouit pas de l’échec de cette tentative de coup d’État qui a causé la mort de plusieurs dizaines de citoyens chez eux, parce qu’ils n’ont pas pu se rendre à l’hôpital pour subir leur dialyse, accoucher ou acheter des médicaments, sans compter les civils non-recensés tués par des projectiles ciblés ou perdus.



Revenons au complot permanent de Jean-Henry Céant, ce candidat malheureux qui a obtenu 0.75% des voix, lors des dernières élections présidentielles :

1- Durant toute l’enquête de la Cour des comptes, il n’a pas cessé de faire la navette au siège de la Cour des comptes. —

[ Une institution à surveiller en termes de technicité des audits et de respect du cadre légal, si l’on considère que plusieurs de ses membres ont été imposés, politiquement, par e Sénateur opposant Dieuseul Simon Desras, lors des négociations avec le président Michel Martelly, en position de faiblesse à ce moment là, parce que mal conseillé par ce qui parait être une 5e colonne infiltrée qui a miné sa chance d’organiser des élections. ] 

2- Il s’est empressé de demander à la DGI de porter plainte et de se constituer partie civile au nom de l’État, sur un rapport partiel, incomplet, et sans arrêt de débet.


On n’a jamais vu cela avant. Une personne ou une institution se constituer partie civile avant que la Cour ne rende un arrêt de débet. Car, c’est l’arrêt de débet qui confirme la faute après avoir jugé les constats faits par les auditeurs de la Cour des comptes, c’est-à-dire après avoir permis aux ordonnateurs ou comptables de deniers publics, la chance de s’expliquer ou de se défendre.

En fait, la plainte prématurée donc illégale de Céant n’est autre qu’une stupidité de putschistes trop obsédés par le fauteuil présidentiel. Elle devrait pouvoir servir à une contre-plainte pour accusations mensongères et diffamatoire.


Dans leur stratégie d’obtenir la mise la mise en accusation du Président Jovenel Moise, le PM Céant et ses hommes ont pris le soin :
- de ne pas porter plainte contre REPSA, cette entreprise du groupe Bigio qui est suspectée d’avoir reçu $32.5 millions pour un contrat de $29.9 millions de dollars #Petrocaribe, dans le cadre du projet de dragage de la baie de Port-au-Prince. 
(Me Camille Leblanc, Maitre à penser du Premier Ministre Céant serait l’avocat des Bigio / Youri Latortue le protecteur des Bigio); 
- de ne pas porter plainte contre Patrick Noramé, l’ancien Directeur du BMPAD, dont les fautes sont clairement établies, preuves à l’appui, dans un rapport de l’ULCC pour corruption et détournement de fonds #Petrocaribe. 
(Me André Michel est l’avocat de Patrick Noramé / Nenel Cassy son protecteur); 
- pas de plainte pour les 80 millions de dollars de contrat du CNE, pour lesquels Robert Marcello est porté disparu — donc présumé assassiné après tout ce temps, parce qu’il a refusé de cautionner cette acquisition d’équipements faite par le biais de la compagnie Auto Plaza de monsieur Reginald Boulos, sponsor officiel du mouvement #Petrochallenge;
- pas de plainte, non plus, contre la Compagnie SOGENER, accusée de surfacturation par une enquête d’État en 2013 et pour laquelle, ses responsables avaient reconnu la faute et demandé un arrangement;


Au chapitre titré “A - SUR LA FAUTE PENALE : FAIT PUNISSABLE”, le Premier Ministre Céant, lui aussi avocat, a inséré subtilement le nom de la compagnie COMPHENER S.A., sa principale cible, dans une plainte non justifiée qui vise personnellement le président Jovenel Moise, qui exerçait la fonction de Directeur Général de la petite compagnie. Tout en protégeant les gros poissons, les clients de ses services de notariat au profit du système, il cherche à faire du Chef de l’État un bouc émissaire.

Ce n’est pas un hasard, si dans la presse internationale, on commence à répéter que le Président de la République, Jovenel Moise, a lui aussi empoché l’argent #Petrocaribe. Le système néo-féodal sait comment influencer certains médias étrangers et organiser des campagnes de propagande mensongère au niveau national et international.


Comme conseil, nous pensons que Me Jean-Henry Céant ferait mieux de suivre l’exemple de M. Gérard Latortue qui malgré ses contactes et sa carrière au niveau des institutions internationales, a su se contenter de son espace de pouvoir à la Primature. Au lieu de polémiquer, de guerroyer avec la présidence avec laquelle il n’était pas toujours d’accord, il a préféré remplir sa fonction historique de Chef du gouvernement, d’agir avec le sens de responsabilité en vue de marquer son temps comme un Grand Premier Ministre. Car, s’il continue de perdre son temps dans des complots visant à accéder prématurément au Palais National, il risque de sortir par la petite porte; la communauté internationale étant au courant de tous ses agissements.


Cyrus Sibert, Cap-Haitien, Haiti
#LeReCit @ReseauCitadelle
WhatsApp : +509-3686-9669
reseaucitadelle@yahoo.fr
www.reseaucitadelle.blogspot.com
20 Février 2019

Aucun commentaire: