jeudi 5 juin 2014

Desras présente ses objectifs :"...faire basculer le pays dans le chaos durant les mois à venir."

Haïti - Politique : Le Président du Sénat convaincu que les troupes chilienne feraient le bon choix (Maj 14h00)
02/12/2013 08:17:56

Haïti - Politique : Le Président du Sénat convaincu que les troupes chilienne feraient le bon choix (Maj 14h00)
Suite à une mauvaise interprétation de nos confrères de la presse latino, de la correspondance du Sénateur Simon Dieuseul Desras, le Président du Sénat, adressée au parlement du Chili, notamment au Sénateur Jorge Pizarro Soto, Président du Sénat de ce pays. Le Président du Sénat, vient de nous faire parvenir une copie de sa correspondance (avec beaucoup de retard...). Aussi, afin de rétablir les faits nous publions l'intégralité de cette lettre, afin que nos lecteurs puissent se faire une meilleure opinion de sa démarche.

« Sénateur Jorge Pizarro Soto 
Président de l'Assemblée Nationale du Chili en ses bureaux,- 
Honorable Président, 

Le Président du Sénat et de l'Assemblée Nationale de la République· d'Haïti vous présente ses salutations distinguées au nom de la solidarité interparlementaire et de l'universalité de la Démocratie. Il se fait le devoir d'alerter une fois de plus le Parlement frère du Chili sur la situation qui prévaut actuellement en Haïti. 

Depuis quelques temps, en effet, il est évident pour tous les observateurs avisés, nationaux et internationaux que notre pays glisse inexorablement vers l'ingouvernabilité sous l'impulsion des pratiques inconstitutionnelles, illégales et arbitraires de l'Exécutif. Ce pouvoir atypique fait fi des valeurs républicaines, vassalise la justice et mène depuis son avènement une guerre ouverte contre le Parlement qu'il projette de dissoudre. 

Depuis deux ans et quatre mois le Président de la République exerce le pouvoir sans se soucier d'honorer les échéances électorales pour le renouvellement du tiers du Sénat et des Membres des Collectivités territoriales, en transgression de la loi-mère.

Or dans tout État démocratique, les pouvoirs publics ne peuvent tenir leur légitimité que de la volonté du Peuple exprimée à la faveur d'élections sincères, libres et régulières réalisées périodiquement sur la base du suffrage universel. 

Dans le cas qui nous occupe, il y a des ombres épaisses au tableau de la gouvernance. À preuve, les autorités de l'Exécutif foulent aux pieds le pouvoir de contrôle dévolu au Parlement en s'opposant farouchement à l'installation des nouveaux juges administratifs élus souverainement par le Sénat de la République en remplacement des anciens dont le mandat est arrivé à terme depuis le 30 septembre 2013. Or, c'est à la Cour supérieure des Comptes et du contentieux administratif que la Constitution assigne la mission de contrôler la gestion rationnelle et efficace des ressources publiques et de distribuer une saine justice administrative. 

On comprend que les partis politiques, la société civile et les organisations militantes ne puissent que sanctionner ce comportement dictatorial par des appels à la mobilisation contre le pouvoir en place qualifié de rebelle à la Constitution et au régime de droit. 

Honorable Président, 

Votre pays est partie prenante à la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation d'Haïti par la présence sur place d'une composante de votre armée et/ou de votre police. Dans l'éventualité de troubles relatifs aux luttes du Peuple haïtien pour la défense des droits et des libertés publiques, la restauration de la souveraineté nationale, le Parlement haïtien vous fait part de ses préoccupations quant aux comportements et aux actions futures de vos soldats sur notre territoire. 

Somme toute, il est à retenir que le déficit de confiance des populations dans les deux branches du Pouvoir Exécutif et d'autres griefs aggravants contre le mode de conduite des affaires publiques rendent prévisible une précipitation de la crise ambiante susceptible de faire basculer le pays dans le chaos durant les mois à venir.

Honorable Président, 

Le Parlement haïtien est convaincu que les troupes de votre pays choisiraient, si la tournure des événements l'impose, de défendre le peuple haïtien assoiffé de démocratie contre les excès d'un pouvoir arbitraire et totalitaire.

Par mon organe, le Parlement s'empresse de tirer la sonnette d'alarme sur cette catastrophe annoncée, en espérant de votre part toutes démarches dissuasives, toutes mesures prohibitives qui concordent avec les meilleurs élans de la solidarité parlementaire. 

Misant sur vos convictions et vos traditions démocratiques, le Parlement vous prie d'agréer, Honorable Président, l'expression de sa très haute considération. 

Simon Dieuseul Desras 
Président du Sénat de la République »


HL : Nous avons dû supprimer l'ensemble des commentaires de cet article afin de rétablir la situation. Nous vous invitons de nouveau à régir sur cet article et nous nous excusons de cet inconvénient.

HL/ S/ HaïtiLibre 
--------------------------------
Haïti - Politique : Le Chili dit non à Desras
03/12/2013 08:29:40
http://www.haitilibre.com/article-10002-haiti-politique-le-chili-dit-non-a-desras.html

Haïti - Politique : Le Chili dit non à Desras
Suite à la lettre de Simon Dieuseul Desras, le Président du Sénat, envoyée par le biais de l'Ambassadeur du Chili en Haïti, au Parlement chilien et notamment à son homologue Jorge Pizarro Soto, http://www.haitilibre.com/article-9994-haiti-politique-le-president-du-senat-convaincu-que-les-troupes-chilienne-feraient-le-bon-choix-maj-14h00.html pour lui demander en cas de chaos en Haïti, que les troupes chiliennes prennent position en faveur de l'opposition et de la population, le Chancelier chilien Alfred Moreno, a écarté publiquement lundi, que les troupes chiliennes détachées en Haïti s'impliquent dans la politique interne de notre pays.

« Le Chili fait partie d'une mission de l'ONU. Sa fonction est de collaborer à la Paix en Haïti. Son travail n'est pas politique, il n'est pas d'une faction ou d'une autre [...] Nos troupes sont sous la conduite de l'ONU [Organisation des Nations Unies] » a déclaré le Chancelier chilien aux journalistes locaux, ajoutant « Les troupes ne sont jamais intervenues et elles ne vont jamais intervenir ni interférer sur des sujets internes [...] Nous espérons que les différences politiques qui existent en Haïti se résolvent et de la même manière que les institutions s'améliorent et que les lois qui leur permettent de mieux fonctionner soient approuvées »

De son côté, Le Député chilien, Jorge Tarud, membre de la Commission des Relations Étrangères de la Chambre a qualifié « d'absolument inadmissible » la demande du Président du Sénat haïtien, rappelant que la participation militaire chilienne en Haïti fait suite dans le contexte, à une demande spécifique « du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon. » et relève exclusivement de l'ONU et de la Communauté internationale.

Selon le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères du Chili, le Ministre, Alfredo Moreno, se réunira ce mardi avec le Président du Sénat, Jorge Pizarro et les membres de la Commission des Relations Étrangères pour discuter de la lettre envoyée par le Président du Sénat haïtien...

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-9994-haiti-politique-le-president-du-senat-convaincu-que-les-troupes-chilienne-feraient-le-bon-choix-maj-14h00.html

HL/ SL/ HaïtiLibre 
____________________
RESEAU CITADELLE : LE COURAGE DE COMBATTRE LES DEMAGOGUES DE DROITE ET DE GAUCHE , LE COURAGE DE DIRE LAVERITE!!!
"You can fool some people sometimes, 
But you can't fool all the people all the time."
 (
Vous pouvez tromper quelques personnes, parfois, 
Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps.
) dixit Abraham Lincoln.
Enregistrer un commentaire