Follow by Email / Suivez nous par Email.-

vendredi 23 juillet 2010

Insécurité dans le nord : La PNH tente de reprendre le contrôle de la situation.

Insécurité dans le nord : La PNH tente de reprendre le contrôle de la situation.


Par Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti.
Radio Souvenir FM, 106.1 :
souvenirfm@yahoo. fr

Le Ré.Cit. (Réseau Citadelle) : www.reseaucitadelle .blogspot. com

 

Le commandement Nord de la Police Nationale d'Haïti applique un nouveau plan de sécurité en vue de répondre aux actes de violence et de kidnapping qui tendent à se multiplier dans la région. Depuis le jeudi 15 juillet 2010 au soir, les habitants de la ville du Cap-Haitien et des régions avoisinantes peuvent observer une augmentation des patrouilles de police et de la MINUSTAH, des points de contrôles, des unités de militaires chiliens et de FPU Népalais embusquées dans des points inhabituels, les autorités policières semblent être à pied d'œuvre cherchant à rassurer les habitants de la région et au passage à limiter les dégâts pour les fêtes patronales à venir. On parle même de la construction d'un sous-commissariat dans la zone de Pont-blanc sur la route de Milot, une zone souvent utilisée  par les bandits pour kidnapper les passants.

Conséquences positives, nous n'avons pas encore enregistré des informations sur des personnes qui manquent à l'appel. Jusqu'à la publication de ce texte, aucun cas d'enlèvement n'a été signalé. Les fêtes patronales de Labadie, de Bas-Limbé, de Borgne et de Port-Margot le week-end dernier semblent avoir été mieux sécurisées. Le bal de l'Orchestre Septentrionale à Labadie a été un succès selon les témoignages recueillis. A Bas-Limé L'orchestre Tropicana a fait la joie des pèlerins.  Les derniers cas de kidnapping n'ont pas effrayé ceux qui, habituellement, se déplacent à l' occasion de ce type de rendez-vous annuel.

Il reste à trouver Willy Etienne. Le chef de gang évadé de prison, introuvable et réputé pour ses enlèvements spectaculaires est un défi humiliant pour les autorités policières de la région depuis environ 3 ans.  

Sur ce point nous avions rencontré une délégation de la PNH qui voulait nous rassurer de la volonté des forces de l'ordre de « Protéger et servir ». Selon, nos visiteurs, à aucun moment, le commandement de la Police dans le Nord n'a reçu des ordres de politiciens. Il s'agirait, selon eux, d'accusations mensongères de personnes qui se sentent gênées par le commandement en place. Des policiers punis pour comportements tendant à entraver le service auquel ils sont affectés  ne sont pas exclus. Dans leur initiative d'explication, les représentants de la police dans le Nord ont mis l'accent sur un manque de moyen ; le DGPNH Mario Andrésol serait de bonne volonté, avec de bonnes intentions mais paralysé par l'absence de ressources.

La PNH ferait face à des gangs possédant beaucoup plus de moyens financiers pour inciter les personnes de moralité douteuse à servir d'antenne en vue de leur informer des faits et gestes des Unités d'interventions. Les chefs de gangs arrivent à corrompre des personnes qui occupent des positions stratégiques. Par exemple il y a le problème des mandats. Alors que la police ne peut pas agir sans mandat, dès qu'on émet un mandat, la personne visée par la police est au courant.

Un point essentiel a été mis sur la table. Les responsables de la police ayant l'obligation de silence, ils sont obligés d'encaisser les critiques sans expliquer à la population la situation, les causes des phénomènes et surtout l'Etat de l'environnement dans lequel ils évoluent. Les dirigeants politiques devraient pouvoir diagnostiquer la situation et fournir des moyens adéquats pour l'amélioration de la sécurité publique. Le comportement des compagnies de téléphones portables est un élément utilisé par les membres de la police qui sous couvert de l'anonymat voulait faire un diagnostic de la situation. Les compagnies de téléphones portables ont la technologie nécessaire pour localiser les bandits à partir des signaux émis par un portable. Les compagnies de téléphone refusent de mettre cette technologie au service de la police quand il y a enlèvement. Les autorités politiques et administratives devraient pencher sur ce problème.

La police se dit compter sur la collaboration de la presse pour mobiliser la population en vue de combattre les comportements susceptibles d'apporter un support logistique aux bandits, de fournir des informations précises capables de permettre à l'institution de procéder à des arrestations.

Les numéros suivants ont été communiqués :

SDPJ : 3804-2222 / 3726-2575

Urgence : 3805 – 2222 (UDMO)

Centre de Renseignement : 3806-2222        

 

La notion suivante a été répétée durant toute la rencontre : Résultat = Une mission, un homme et des moyens. Tout en se disant prêts à utiliser le peu de ressources disponibles pour sécuriser le département, les responsables de la police dans le Nord demandent aux critiques de toujours penser à cette formule pour mieux comprendre pourquoi certains dossiers trainent, pourquoi il est difficile de mettre certains bandits hors d'état de nuire.

Un haut responsable de la police questionné sur le dossier confirme que la Direction Générale de la Police a reçu une requête de moyens de la Direction Départementale Nord. La Direction Générale de la PNH a déjà penché sur la question, des équipements seraient en route. On nous a même annoncé la visite de Hauts Gradés de la Direction Générale dans le Nord pour remonter le moral des policiers et leur remettre des matériels. Toutefois, notre contact nous fait remarquer que le département du Nord est réputé comme destructeur de matériels. Les policiers affectés dans le Nord détruisent les matériels roulant en un temps record. Une observation qu'on peut facilement justifier par l'état des routes dans le Nord et la pression sur les matériels roulants en termes d'usage.

En tout cas, la destruction de l'armée de kidnappeurs qui assiège les sites touristiques du Nord exige une forte concentration de moyens, des unités spécialisées supplémentaires, des voitures et surtout de l'argent. La MINUSTAH serait prête à donner une récompense de 2000 U.S. pour toute information précise menant à l'arrestation de Willy Etienne, le plus grand chef de gang jamais connu dans le Nord d'Haïti.

RESEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 23 Juillet 2010, 18 heures 31.

____________________

Pour vos activités Import-Export :

TOTAL SHIPPING & TRANSPORT, Ltd.,

57, Rue 14 I-J Cap-Haitien, Haiti, Tél: (509) 3740-4040, ralphdgeorges@gmail.com


Aucun commentaire: