mardi 10 août 2010

Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation prend la forme de monopole au 21e Siècle.

Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.


Par Cyrus Sibert, Cap-Haïtien, Haïti.
Radio Souvenir FM, 106.1 :
souvenirfm@yahoo. fr

Le Ré.Cit. (Réseau Citadelle) :

 www.reseaucitadelle .blogspot. com

 

Au 21e siècle la continuité du système colonial d'exploitation prend la forme de monopole. Si dans le système esclavagiste le gouverneur, le chef de la force expéditionnaire et les grands blancs contrôlaient les forces de production et drainaient toutes les ressources de Saint-Domingue vers la métropole suivant l'esprit du mercantilisme économique, en 2010 quelques groupes monopolistiques utilisent l'Etat et le pouvoir politique pour maintenir la majorité dans l'exclusion. Les revendications populaires de liberté ayant été séquestrées par les généraux et les affranchis fils bâtards de colons blancs après l'indépendance en 1804, le peuple continue d'évoluer en dehors de système éducatif capable de garantir son émancipation.


Un fossé s'est creusé entre un petit groupe de privilégiés et une grande masse d'exclus analphabètes évoluant sans principes d'hygiène, sans soins de santé, dans des espaces non-aménagés. Après 200 ans, l'écart étant trop grand pour garantir la cohésion nationale, la nation haïtienne est en crise.


Des démagogues ont exploité cet état de crise. Ils ont utilisé des discours populistes pour attiser la haine sans attaquer réellement les bases de ce mal national. Mulatrisme, noirisme, macoute, lavalas, n'ont été que des mouvements « idéologiques » visant à choisir des boucs émissaires pour jeter de la poudre aux yeux du peuple dans le but de faciliter la continuité du statu quo. Car, le petit groupe de privilégiés est toujours au contrôle des ressources de ce pays tout en gardant les masses dans l'exclusion la plus abjecte. Ces quelques familles qui symbolisent l'apartheid économique en Haïti ont été avec les Duvalier, les Généraux, Lavalas, Lespwa. Après le 12 janvier 2010, elles revendiquent le droit de gérer la reconstruction d'Haïti. Leur tactique est simple : supporter les régimes et profiter des avantages de la puissance publique pour ensuite appuyer la conspiration contre les gouvernants afin de leur faire passer comme la cause de la misère des masses.


A l'émission DIAGNOSTIC nous pensons que la reconstruction doit passer par des réformes structurelles capables de mettre un terme à cette spirale de l'exclusion. L'ouverture et le développement du marché haïtien dans une logique de libre concurrence permettra aux masses exclues de vendre leur force de travail, leur savoir-faire et leur créativité, de participer dans l'économie, de profiter des avantages du marché et de la concurrence.  Voila toute la signification de la division du travail qui explique si on va vivre dans la prospérité ou dans la misère noire pour les années à venir. C'est une question de choix conscient. Il n'y pas de conspiration contre Haïti comme les  populistes se plaisent à véhiculer. Nous croyons aux qualités d'intégration de l'éducation et du travail. Il faut mettre un terme au capitalisme à papa. La reconstruction et la stabilité en Haïti passent par des réformes structurelles en profondeur.


RESEAU CITADELLE (Le Ré.Cit), le 21 Juillet 2010, 14 heures 49.

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert http://reseaucitadelle.blogspot.com/2010/06/reconstruction-dhaiti-quand-les.html

Enregistrer un commentaire