Follow by Email / Suivez nous par Email.-

mercredi 9 février 2011

Le nouvel archevêque de Port-au-Prince favorable au second tour

Le nouvel archevêque de Port-au-Prince favorable au second tour

Mgr Guire Poulard appelle les autorités à crédibiliser le processus électoral, moins de deux mois avant son intronisation prévue le 26 mars

mardi 8 février 2011,

 

Le nouvel archevêque désigné de Port-au-Prince, Mgr Guire Poulard, qui sera intronisé le 26 mars prochain, s'est prononcé mardi en faveur de la tenue du second tour des présidentielles et législatives en appelant à la réalisation d'élections nettement plus honnêtes et crédibles que celles du 28 novembre.

 

Dans une interview à Radio Kiskeya, le prélat affirme observer dans le diocèse des Cayes (196 km au sud de Port-au-Prince), qu'il dirige encore, tout comme à travers le pays, que les gens tendent à accepter les résultats des élections et l'idée d'aller au deuxième tour en dépit de certaines frustrations.

 

Dans cette optique, modérément optimiste sur la capacité du pays à se relever, Mgr Poulard exhorte les responsables à apporter les correctifs nécessaires à la machine électorale en vue de rendre le processus acceptable.

 

Interrogée sur le maintien à son poste probablement jusqu'au 14 mai du Président René Préval, dont le mandat est pourtant arrivé à terme lundi, la nouvelle haute autorité religieuse attribue cette décision à la volonté de la communauté internationale.

 

Enfin, parlant de ses nouvelles fonctions d'archevêque qu'il doit commencer à exercer dès la fin du mois prochain, Guire Poulard se déclare attristé de devoir laisser la ville des Cayes et sa population dont il sera privé de l'affection.

 

Nommé par le Pape Benoît XVI, le prélat de 69 ans, connu pour sa vision progressiste, succédera à l'ancien archevêque de Port-au-Prince, Mgr Serge Miot, disparu dans le violent séisme de l'année dernière. spp/Radio Kiskeya

 

Elections-CEP : Manigat contre la révocation de conseillers

Mercredi, 09 Février 2011 HPN

 

Mirlande Manigat est contre l'idée de la révocation de conseillers électoraux et celle de certains responsables du Conseil Electoral Provisoire  comme l'a proposé mardi le candidat de Repons Peyizan, Michel Martelly.


"Je crois que la solution au problème ne se situe pas dans la révocation et  le remplacement des conseillers électoraux", a déclaré Mme Manigat qui prône de préférence un  changement au niveau de la machine électorale, dans les BED et les régions.


Rappelons que dans un communiqué diffusé mardi, Michel Martelly avait réclamé notamment la révocation du président, du directeur général et de certains membres du CEP pour la poursuite du processus électoral.

 

Michel Martelly exige des changements au CEP et au gouvernement

Le candidat conditionne pratiquement sa présence au second tour des présidentielles au renvoi immédiat du président et du directeur général du Conseil électoral et des ministres Paul Denis, Gérald Germain et Paul Antoine Bien-Aimé

mardi 8 février 2011,

 

Le candidat à la présidence Michel Martelly a sollicité mardi un remaniement au sein du bureau du Conseil électoral provisoire et du gouvernement, conditions auxquelles il a pratiquement lié sa participation au second tour de l'élection qui doit l'opposer le 20 mars à sa rivale Mirlande Hyppolite Manigat.

 

Dans un communiqué remis à la presse, M. Martelly estime nécessaire de "changer le président du Conseil, Gaillot Dorsinvil, le directeur général, Pierre-Louis Opont, et certains membres de l'appareil électoral dans les meilleurs délais".

 

Le chanteur surnommé "Sweet Micky" propose également l'adoption de mesures visant à améliorer le processus électoral et réclame des sanctions contre les candidats ayant fait usage d'armes à feu lors du premier tour des présidentielles et législatives controversées du 28 novembre.

 

Par ailleurs, Michel Martelly, admis au second tour grâce à un rapport de l'OEA ayant recommandé l'éviction du candidat du pouvoir, Jude Célestin, invite le gouvernement Préval/Bellerive à réduire le nombre des ministères et à renvoyer les ministres de la justice et de la sécurité publique, Paul Denis, des affaires sociales, Gérald Germain et de l'intérieur, Paul Antoine Bien-Aimé.

 

Le candidat dit accepter de rester dans le processus électoral au-delà de la journée du lundi 7 février -qui marquait la fin du mandat constitutionnel du Président René Préval- si les mesures proposées sont "prises en considération immédiatement".

 

L'Exécutif et l'institution électorale n'avaient pas encore réagi mardi soir au communiqué réclamant la tête des hauts responsables identifiés.

Gardant un profil bas depuis un certain temps, le chef de l'Etat sortant, qui entend rester au pouvoir jusqu'au 14 mai, officiellement afin de permettre à un successeur élu de le remplacer, n'a toujours pas promulgué les résultats définitifs des élections de novembre. Cet acte doit précéder la convocation du peuple en ses comices en vue du second tour.

 

Mirlande Manigat, arrivée largement en tête du premier tour, ou Michel Martelly, devrait être proclamé vainqueur (e) du scrutin présidentiel le 16 avril. spp/Radio Kiskeya

 

Le CEP sollicite 2 millions de dollars additionnels pour le second tour

 

Le directeur général du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Pierre Louis Opont, informe que les autorités électorales ont sollicité un montant additionnel de 2 millions de dollars pour la réalisation du second tour des élections législatives et présidentielles.

Selon M. Opont ces fonds permettront de mettre en application les recommandations de l'OEA visant un bon fonctionnement de la machine électorale. Les recommandations des experts de l'OEA concernent l'intégration de nouvelles ressources techniques, matérielles et humaines. La majorité des ressources financières nécessaires à l'organisation des deux tours de scrutin est disponible, confirme M. Opont confiant dans le décaissement prochain des fonds additionnels.

Le budget des deux tours de scrutin, supérieur à 30 millions de dollars, est supporté pour les 2/3 par la communauté internationale. Dans les prochains jours le gouvernement haïtien sollicitera des principaux contributeurs, Etats Unis, Canada, Union Européenne et Brésil la mobilisation de nouvelles ressources.

AU début du mois l'ambassadeur américain à Port-au-Prince, Kenneth Merten avait réitéré l'engagement de son pays à fournir une assistance financière pour l'achèvement du processus électoral.

Les fonds sollicités permettront de réaliser à partir de cette semaine les activités prévues dans le calendrier électoral. Le CEP a commencé à produire les maquettes des bulletins pour la présidentielle et les législatives. Les candidats seront appelés à valider les maquettes au cours de la prochaine semaine.

LLM / radio Métropole Haïti
.

Cap sur le second tour

Le Nouvelliste

 

Sur fond de rumeurs d'annulation et de la controverse qui enfle entre conseillers électoraux signataires ou non des résultats du premier tour, le processus électoral se poursuit. Steven Benoit réclame son certificat d'élu, et Joseph Michel Martelly appelle à un remaniement du CEP. « Tèt kale » veut la tête de Gaillot Dorsinvil et de Pierre Louis Opont.

 

Haïti: Publiés sans la signature de quatre des huit conseillers électoraux en activité de service, sans l'écart chiffré entre les candidats en lice, les résultats définitifs du premier tour des législatives et de la présidentielle du 28 novembre ne sont toujours pas publiés dans les colonnes du journal officiel le Moniteur, cinq jours après leur communication par le CEP, le jeudi 3 février 2011.

Le flou, les réunions au Palais national entre diplomates et le président René Préval, la controverse entre conseillers électoraux ayant signé ou non ces résultats, mettent de l'eau au moulin des analystes politiques friands d'hypothèses. Le président René Préval, qui refuse de publier ces résultats, pencherait pour l'annulation, ont-ils assuré, enfonçant le clou de la contradiction, sans expliquer pourquoi le Marmeladais, au New York Times, avait fait part de sa volonté de poursuivre le processus et de remettre l'écharpe à un président élu.

Joint au téléphone, M. Fritz Longchamp, le secrétaire général de la présidence, n'a pas voulu répondre à une question du journal sur le refus prêté au chef de l'Etat de signer ces résultats et de convoquer le peuple en ses comices le 20 mars pour le round final. « Jusqu'à hier, on n'avait rien reçu du CEP », a confié laconiquement M. Longchamp, retenu à l'extérieur de son bureau, mardi 8 février 2011.

Le remuant et très populaire député de Pétion-Ville, Steven Benoit, élu dès le premier tour au Sénat, s'impatiente. « J'attends mon certificat du CEP prouvant que j'ai remporté les élections au premier tour », a-t-il indiqué, expliquant qu'il est urgent pour lui de se mettre au travail au plus vite. « On doit se mettre au travail. Les quatre sénateurs élus au premier tour doivent obtenir au plus tôt leur certificat. Le Sénat est dysfonctionnel et le quorum est précaire », a ajouté le père de la loi sur le salaire minimum, acide à l'égard de sénateurs en fonction qui reçoivent leur salaire sans faire le boulot pour lequel ils sont payés.

« La direction des opérations électorales attendra une notification du CEP pour préparer le certificat disant que le candidat est élu », a indiqué le directeur général du CEP, Pierre-Louis Opont.

Le CEP a-t-il acheminé les résultats au Président Préval ?

« Les modalités d'acheminement sont gérés par le Conseil », a répondu M. Opont.« Pour la direction générale, la signature du président du CEP engage le conseil, jusqu'à ce qu'un conseiller ou une autorité compétente m'informe de l'illégalité de la décision du président », a répondu Pierre-Louis Opont alors que la controverse enfle entre les conseillers ayant signé ou non, sur fond de demande de replâtrage au sein de l'institution électorale formulée, entre autres, par le candidat Joseph Michel Martelly.

« Je n'ai pas à faire de commentaire sur la demande de l'équipe de M. Martelly. Je suis un fonctionnaire de l'Etat, et à n'importe quel moment une lettre ou notification de l'autorité de nomination peut mettre fin à mes services, pourvu que cela respecte les formes prévues par la loi », a indiqué Pierre-Louis Opont, dont la tête est sur le billot avec d'autres membres du CEP.

Roberson Alphonse
ralphonse@lenouvelliste.com
roberson_alphonse@yahoo.com

 

 

Mulet défend le CEP et annonce la révision imminente de la Constitution

Le Nouvelliste

 

Haïti: « Suite aux décisions du BCEN, les membres du CEP n'avaient pas à se prononcer sur les résultats des élections. C'est la loi électorale qui dicte la procédure », a indiqué, tranchant, Edmond Mulet au Nouvelliste, en réponse à la controverse suscitée par les déclarations des conseillers électoraux qui n'ont pas signé la proclamation des résultats des élections du 28 novembre 2010.

« Les statistiques qui n'ont pas été rendues publiques n'ont aucune importance. Pour le second tour, tous les candidats partent de zéro, et celle ou celui qui sera le mieux placé va remporter l'élection », a aussi déclaré le représentant du secrétaire général des Nations unies en Haïti.


Mulet balaie d'un revers de main toutes les critiques qui soulignent que la proclamation des résultats est entachée d'irrégularités, avant de poursuivre pour dire que « l'OEA a fait des recommandations pour corriger les erreurs qui avaient entravé le bon déroulement du premier tour. Grâce au délai plus long dont dispose le CEP pour organiser le second, on pourra les mettre en œuvre pour tout améliorer. »


D'ailleurs, l'organisation des Etats américains (OEA) est déjà à la recherche de fonds pour augmenter le nombre de ses observateurs sur le terrain ; l'Union européenne s'apprête à en faire de même et les organismes haïtiens d'observation du processus électoral, comme le CNO, vont aussi augmenter leurs capacités de surveillance, selon le diplomate onusien.


« La légitimité des prochains pouvoirs législatif et exécutif qui vont prendre charge après les élections dépend de la crédibilité des élections, et tout le monde a intérêt que tout se passe bien. La stabilité du prochain gouvernement et le futur d'Haïti en dépendent », insiste le boss de la Minustah.
« S'il y a encore des doutes, cela va créer beaucoup de problèmes, d'autant que la suite s'annonce assez serrée. Il faut tout faire pour que chaque vote soit respecté », lance celui qui est l'oracle de la communauté internationale en Haïti lors de cette longue interview accordée dimanche au Nouvelliste.


« Cette passation de pouvoir avec alternance, sera une première en Haïti, et ce sera une bonne chose de montrer qu'à travers le vote on peut y arriver, transmettre le pouvoir à un président qui n'est pas du même bord que celui qui s'en va », lâche, pédagogue, celui qui s'est battu pour que le candidat du parti au pouvoir, Jude Célestin, soit recalé.


« Il y aura bientôt d'autres élections, les partis politiques doivent déjà commencer à s'y préparer. Le parlement sera de tendances diverses. C'est sain d'avoir différentes voix au parlement autour du partage du pouvoir. Le président américain, Barack Obama, vit la même situation aux USA après les élections de mi-mandat. Ce n'est pas mauvais », croit le diplomate désigné ''l'Homme de l'année'' par le plus important quotidien de son pays, le Guatemala, mais dont le nom orne les murs de la capitale dans des slogans peu flatteurs.


Jamais en retard d'une annonce, Edmond Mulet dévoile déjà qu'avant l'investiture du prochain président de la République d'Haïti le 14 mai au plus tard, la Constitution de 1987 sera amendée comme le souhaitait le président René Préval.


« La réforme de la Constitution va être mise en chantier avant même la passation de pouvoir. Sinon, il faudra attendre cinq ans et une autre élection présidentielle. C'est sous le gouvernement de René Préval que ce changement aura lieu. Le processus d'amendement avait débuté avec la Commission présidée par Claude Moïse ; il a été voté par l'Assemblée nationale à une large majorité, et les articles qui vont être modifiés vont donner plus de stabilité dans la conduite de l'Etat. Il faut donc le mettre en œuvre », prêche Edmond Mulet déjà embarqué dans une autre bataille à quelques mois de la fin de sa mission en Haïti.


Frantz Duval
duvalf@hotmail.com

____________________

"La vraie reconstruction d'Haïti passe par des réformes en profondeur des structures de l'État pour restaurer la confiance, encourager les investisseurs et mettre le peuple au travail. Il faut finir avec cette approche d'un État paternaliste qui tout en refusant de créer le cadre approprié pour le développement des entreprises mendie des millions sur la scène internationale en exhibant la misère du peuple." Cyrus Sibert
Reconstruction d'Haïti : A quand les Réformes structurelles?
Haïti : La continuité du système colonial d'exploitation  prend la forme de monopole au 21e Siècle.
WITHOUT REFORM, NO RETURN ON INVESTMENT IN HAITI (U.S. Senate report.)

1 commentaire:

medilove a dit…

Bonjour à chacun de vous,prière de trouver sur ce siteweb:www.ecpap.net le chemin qui vous conduit au bonheur de votre ame pour laquelle le Christ s'est fait sacrifier à Golgotha en vue de produire à partir de son propre corps parfait les 4 évenements subtitutifs à savoir: sa mort,son ensevelissement,sa resurrection et son apparition( 1 corinthiens15V1à 5) qui constituent l'évangile,la seule puissance( valeur ) transformatrice et regeneratrice capable de vous racheter du peché et vous permettre l'obtention de la vie éternelle( le vrai bonheur avec Dieu).Bonne lecture efficace à chacun de vous; sachant toutefois que le sacrifice expiatoire du Christ produisant l'évangile est imputé à chacun de vous néanmoins pour en etre degagé,il vous faut etre persuadé que le Christ est mort pour vos pechés qu'il a été ensevelli qu'il est ressuscité et qu'il est apparu à Pierre puis vous repentir en vous faisant baptiser dans l'eau pour le pardon de vos pechés. Que la grace de Yahweh vous soit accordée!
De vrai et de principe, je tiens tout d'abord à vous saluer d'une manière très singulière pour cette opportunité dorée dont vous m'avez permise de pouvoir prendre contact avec vous tous via le net tout en restant franc et sincère avec nous meme car j'ai n'ai pas la moindre interrogation à vous faire sur l'importance que vous accordez bien sur à votre vie terrestre encore,j'imagine, qu'à celle de votre ame pour laquelle le Christ s'est fait immolé à la croix maledictive question de produire à partir de son propre corps parfait 4 évenements qui soient le contenu meme de L'évangile, la seule puissance transformatrice et regeneratrice capable au juste prix équitable de restaurer toute ame consciente de son etat tant deprimée par le venin mortel qu'est " le peché" demeurant en cette fin de siecle la seule mediation entre l'homme et le salut. Tout de suite faisons nous cette question c'est quoi l'evangile ? sa signification,sa definition et sa description? Toutes les justes réponses à ces questions nobles trouvez les à : www.ecpap.net , s'intitule la reference en matière du savoir divin si l'on veut vraiment se tirer du ritualisme non imposé par le Christ sinon que par des mortels ainsi trouver la voie tracée par le souverain Jésus-Christ savoir apprecier sa sainte doctrine qui nous servira de guide au salut éternel ( 2 jn 9) une fois obeir à ce pur évangile se faisant baptiser dans l'eau au prix du pardon de nos pechés ( Marc 16V15,16). Que Yahweh vous aide tous par l'intelligence qu'il vous dispose pour saisir de cette ocasion exceptionnelle tout ce qui est de meilleur,du vrai,du beau et du bien et du bon pour la plus ultime satisfaction de votre ame couteuse,celle qu'on est tous payés de s'epargner du feu éternel à venir!!!